La Gazette du Var n°86 15 jui 2019
La Gazette du Var n°86 15 jui 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°86 de 15 jui 2019

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 13,3 Mo

  • Dans ce numéro : île de Porquerolles, la garde régionale forestière en action.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
28 Métropole Juillet 2019 - #86 Hyères La ville lauréate des « rubans du patrimoine » Au titre des travaux de requalification de la place Saint-Paul et du lavoir, la ville d’Hyères s’est vu remettre, le 2 juillet, un prix départemental dans le cadre du concours « Les rubans du patrimoine ». Organisé par la Fondation du Patrimoine, il récompense des collectivités ayant mené des opérations de restauration ou de mise en valeur de leur patrimoine bâti. UN LIEU SYMBOLIQUE Jean-Pierre Giran, maire, note  : « Hyères est la seule ville du Var [à avoir été primée] dans le cadre des rubans du patrimoine. C’est lié à la restauration de lieux historiques, du patrimoine architectural et original. Il est vrai que quand on voit cet escalier [qui relie la place Saint-Paul au lavoir restauré], je pense que l’on se situe bien dans les critères ». Et l’édile de poursuivre  : « c’est un projet qui fait partie de notre envie de redonner une vitalité importante à cette cité médiévale tout à fait exceptionnelle et qui a été un peu délaissée. La collégiale Saint-Paul a été fermée pendant 10 ou 15 ans et le lavoir bien plus longtemps. C’est dommage car cela fait partie du patrimoine très symbolique de Hyères ». DES HABITANTS ATTACHÉS À LEUR PATRIMOINE Pour le premier magistrat  : « Quand la requalification de la place Saint-Paul et du lavoir a été inaugurée, cela a été un grand moment d’émotion car il y a une vraie appropriation très forte par les hyérois et les habitants de la vieilleville de ce lieu où les gens lavaient leur linge, et c’était le cas dans toutes les familles ». Signe pour lui de cet engouement  : « Lorsque l’inauguration a eu lieu un soir banal à 18 heures, il y avait sur cette même place plusieurs milliers de personnes, tout simplement parce que c’est Saint-Paul ». Selon Jean-Pierre Giran, « on ne fait rien de bien si on ne s’inscrit pas dans les racines qui nous conduisent aujourd’hui à profiter de cette ville magnifique ». Il a remercié les partenaires  : La Fédération Française du Bâtiment, les différentes Caisses d’Épargne et la Fondation du patrimoine qui constituent les membres du jury. Outre ces derniers, l’Association des Maires de France et le groupement français des entreprises de restauration des monuments historiques ont soutenu cette opération. Avec cette distinction, Jean-Pierre Giran assoit, assurément, un peu plus son statut de « mairebâtisseur «. Une politique de grands travaux très appréciée des habitants. Julien AZOULAI - Photos Pascal AZOULAI Suppression de la ligne Hyères-Toulon – Roissy Charles de Gaulle Consternation et colère des élus de la Métropole Le 17 juillet, suite à l’annonce de la suppression de la ligne Air-France Toulon- Roissy CDG, Hubert Falco, président de la Métropole TPM et Jean-Pierre Giran, maire d’Hyères, ont envoyé un courrier, marquant leur désapprobation, à la directrice générale d’Air France Anne Rigail. Le coup est rude car le développement de l’aéroport de Toulon-Hyères constitue une réponse à la saturation chronique des aéroports de Marseille et de Nice. Il y a donc un non-sens environnemental à faire atterrir toujours plus de voyageurs sur ces plateformes et à les véhiculer ensuite dans le Var alors que l’arrivée directe sur la Métropole TPM évite ces mouvements dangereux et polluants. Et, l’État, principal actionnaire d’Air France, est garant de l’aménagement du territoire. A ce titre, il prend une lourde responsabilité en pénalisant la Métropole TPM et le département du Var. Pour Hubert Falco, président de la Métropole, et Jean-Pierre Giran, maire de Hyères  : « C’est avec consternation que nous venons d’être informés qu’Air France envisageait de suspendre la ligne reliant l’aéroport de Toulon-Hyères à celui de Charles de Gaulle, dès cet automne. Au-delà de l’inélégance de cette annonce que nous ne considérons pas officielle à ce jour, cette décision nous choque profondément et constitue un nonsens économique ». DECISION ABERRANTE… Les deux élus, dépités devant cette annonce aberrante, ajoutent  : « Elle nous choque, en premier lieu, car la rotation en cause a été ouverte il y a seulement 16 mois ! Or, malgré ce délai très réduit, l’ensemble des acteurs locaux a su se mobiliser pour promouvoir de façon continue cette ligne qui relève d’une nécessité économique  : comment imaginer que le premier département touristique de France après Paris et que la 14ème métropole de France, forte de 440 000 habitants et poumon économique du Var, ne disposent pas de cette liaison directe vers un hub international » ? Consternés par cette décision, ils reprennent  : « Comment comprendre que ce territoire qui crée le plus d’emplois depuis des années dans toute la région et qui concentre près d’un salarié sur deux varois ainsi que de grands groupes industriels comme CNIM, Naval Group qui vient de signer la construction de sous-marins avec l’Australie, Monaco Marine ou la DGA soit à ce point ignoré voire méprisé » ? … ET INCOMPREHENSIBLE « Cette décision est d’autant plus incompréhensible qu’elle intervient alors que la ligne est remplie à plus de 85% et ce, malgré la réduction que vous avez opérée unilatéralement il y a quelques mois de deux à une rotation quotidienne. Et, malgré le lancement de cette ligne en plein mouvement social de votre compagnie au printemps 2018 qui a engendré, durant les premières semaines d’exploitation, une multitude de retards et d’annulations. Malgré tout cela, le fameux taux de connexion que vos analyses étudient à longueur de journée est passé en quelques mois de 11 à 18% ». Ils concluent  : « Notre incompréhension est totale lorsque l’on mesure que votre décision intervient alors que l’ensemble des acteurs locaux et parmi lesquels le gestionnaire de l’aéroport Vinci Airport, en lien avec l’office de tourisme intercommunal de la Métropole, le CRT PACA et le département du Var mais aussi votre représentation régionale étaient en train de mener une campagne digitale pour près de 130 000 € qui devait s’achever le 8 août prochain avec le groupe Expédia pour promouvoir la destination aux États-Unis considérés comme un marché prioritaire et que des résultats concrets étaient en train d’émerger » !
Vallée du Gapeau 29 La Farlède Sarah McKenzie  : « Artistiquement, j’ai été influencée par de nombreux grands jazzmen » Quand on parle du jazz au féminin on voit tout de suite apparaître les visages d’Ella Fitzgerald, de Nina Simone, Billie Holliday, mais cela, c’était hier ! Aujourd’hui les belles dames du jazz portent le nom de Diana Krall, Norah Jones, Melody Gardot, et c’est loin d’être une liste exhaustive. Mais si l’avenir de l’homme est la femme, comme l’a écrit le poète Aragon, la femme est-elle l’avenir du jazz ? Rencontre avec Sarah McKenzie à l’occasion de son passage au Festival de Jazz de La Farlède. Quelles sont les chanteuses qui vous inspirent le plus dans votre travail ? Sarah McKENZIE. J’étais très heureuse de me produire à La Farlède, en compagnie d’autres musiciennes talentueuses. C’est un grand honneur pour moi de jouer de la musique dans la vie. Artistiquement, j’ai été influencée par de nombreux grands jazzmen comme Oscar Peterson et Ray Brown pour n’en citer que deux. J’ai également beaucoup écouté de grandes dames du jazz telles que Sarah Vaughan, Ella Fitzgerald, Anita O’day, Shirley Horn ou Billie Holiday ainsi que des compositrices comme Maria Schneider. Quelle place a le jazz auprès du public australien ? Confidentiel ou populaire ? SM. L’Australie a de nombreux musiciens de jazz talentueux. Le jazz n’est pas un style musical très populaire mais on trouve de très bons clubs de jazz et des festivals dans lesquels de grands musiciens viennent se produire. Votre parcours fait autant référence au jazz européen qu’aux chansons du Great American Songbook. Comment parvenezvous à en faire la synthèse ? SM. Je suis très influencée par ce qui m’entoure. Je peux trouver l’inspiration dans beaucoup de choses différentes. Vivre aux États-Unis et en Europe a profondément influencé ma musique. Aux États-Unis, j’ai assimilé le blues tandis qu’en Europe j’ai plus appris l’histoire classique. J’aime la musique en générale et j’essaie le plus possible de ne pas m’enfermer dans un style. J’écoute et j’essaie d’intégrer dans mes compositions toutes les sonorités différentes qui me plaisent. Vous avez travaillé avec Michel Legrand, ce grand musicien français, récemment disparu. Quels souvenirs gardez-vous de cette rencontre ? SM. C’est une grande chance pour moi d’avoir pu rencontrer Michel Legrand. Il est venu chez moi à Paris pour découvrir mon travail. J’avais lu des interviews qui racontaient sa rencontre avec Miles Davies. Miles l’écoutait jouer devant la porte d’entrée avant de sonner. Il est entré pour jouer avec lui parce que ce qu’il a entendu lui a plu. Sinon, il serait reparti sans rien dire. J’étais angoissée à l’idée que Michel fasse la même PRÉSENTÉ PAR CHRISTIAN VIDAL VENDREDI 9 AOUT 2019 A 21H30  : PLACE DE LA LIBERTÉ, LA FARLÈDE 83210  : -e-t-1.‘t chose avec moi ! C’était un des moments les plus stressants de ma vie ! Mais il est entré et nous avons joué du piano à quatre mains. C’était un moment incroyable pour moi. Il m’a dit que j’avais le bon ressenti pour le jazz. C’était un très beau compliment venant d’une telle légende. J’ai eu beaucoup de peine lorsque j’ai appris sa disparition. À quel moment réalisez-vous qu’une composition (Paris in the Rain) va devenir un succès ? SM. Je rêve d’écrire des mélodies et des chansons qui deviendraient des standards. On ne sait jamais ce que les gens vont aimer. Quand j’ai écrit That’s it, I quit !, je trouvais ça idiot mais cela a bien marché avec le public. C’était surprenant ! Même le Boston Pops Orchestra l’a ajouté à son répertoire. Je ne pense pas que nous ayons le contrôle sur comment le public va réagir ou ce qui deviendra un succès. Nous devons nous contenter d’écrire et composer toujours des chansons. e SOIN DE RIEN, ENVIE DE TOI" Or 1 ET RECORD DE DUREE AU TOP 50 SerWce des festivités. 04 94 33 24 40 Crédit* & Mutuel'Impact LAIIFFI tî dr. Juillet 2019 - #86



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :