La Gazette du Var n°85 1er jui 2019
La Gazette du Var n°85 1er jui 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°85 de 1er jui 2019

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 10,6 Mo

  • Dans ce numéro : Hyères, le front de mer change de visage !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 Édito Les rendes vous "Découverte " proposée par l'association "Coeur du Terroir Pierrefeucain" Les dimanches 7 et 21 juillet 2019 11 et 18 août 2019 et le 8 septembre 2019 09 heures I‘\Juillet 2019 - #85 Privatisation d’ADP, la parole est aux citoyens Pendant que les citoyens sont consultés sur le bénéfice de la privatisation d’ADP, Macron continue de vendre les bijoux de famille. En effet, malgré ce processus inédit, la loi PACTE comporte un volet de privatisation pour trois sociétés (FDJ, ENGIE et ADP). L’ancien banquier de Rothschild continue à boursicoter d’autant que l’action ADP a doublé depuis trois ans, cotant à plus de 190  € . Visiblement, le gouvernement cherche des liquidités et vise une bonne opération financière en vendant 50,6% d’actions d’ADP qui appartiennent à l’État. Depuis Condorcet en 1792, les citoyens demandent à faire remonter les sujets qui les préoccupent. Il a fallu attendre la modernisation des institutions par Edouard Balladur, en 2007, pour qu’un référendum puisse être organisé à la demande des citoyens ! En 2019, il a fallu une union républicaine inédite, réunissant des élus de gauche et de droite, pour mettre en place une telle procédure. Députés et sénateurs socialistes, communistes, France Insoumise et Les Républicains ont donc mis en place un Référendum d’Initiative Partagée (RIP), qui résulte de la réforme, en 2008, de l’article 11 de la Constitution. Désormais, la parole est aux citoyens ! Ce dispositif de consultation sur la privatisation d’ADP se terminera en mars 2020. À l’issue, si le RIP a recueilli plus de 4,7 millions de soutiens, soit 10% des inscrits sur les listes électorales, il devra être examiné Venez découvrir au détour des anciennes ruelles le patrimoine et l'histoire du vieux village lélkk gubide er ex.ia ed.. pgr Ur.. de mocNro,>..frourme thlr,d - [111,1.911...le (lavant le burrn d Wrofrrireaw Imariune) Es visite e la mais. des traditmos provençales loi...KU dilLI barri" "Découverte" des Saveurs et produits du terroir W proposés par les exposants locaux Dégustationvente Ransrearmenrs Reeerretions oulisliboei 64.94.29.27. 39 sous six mois par le parlement, ou faire l’objet d’un référendum. Invité sur RTL, Gérard Larcher a déclaré sa désapprobation à un tel référendum  : « Le Sénat a voté contre la privatisation d’Aéroports de Paris. Mais nous n’avons pas choisi de détourner le référendum d’initiative partagée, prévu par la Constitution parce que, pour moi, c’est un détournement de démocratie représentative ». Le président du Sénat ajoutait  : « Est-ce que le référendum d’initiative partagée, c’est pour faire une sorte un troisième tour, après le choix de la majorité (…) ? Les députés l’emportent sur nous en dernière lecture pour les lois ordinaires et voilà que ceux-ci seraient remis en cause par un référendum d’initiative partagée, décidé entre le vote de la loi et la promulgation. C’est un détournement ». Malgré tout, une plate-forme de vote en ligne a été ouverte par le ministère de l’Intérieur, servant à collecter les votes des citoyens. Mais, il n’y aura pas de comptabilisation sur le site du Référendum d’Initiative Partagée, ni de communication des chiffres de participation pour dénombrer les soutiens à la proposition de Loi. Par différents calculs, des internautes estiment qu’au 20 juin, à peu près 200 000 expressions ont été validées sur la plateforme du ministère. Pour vous exprimer, la balle est dans votre camp. Vous avez 9 mois. Bernard BERTUCCO VAN DAMME la gazette cul/ar.1.2 5 porte des maures à la medeerrànée Directeur de la publication Gilles Carvoyeur redaction@presseagence.fr Editorialiste Bernard Bertucco Van Damme Rédacteur en chef Olivier Pavie Secrétaire de rédaction Marie Bruel redactionlalonde@presseagence.fr Chef de studio Laurent Monition lographic@wanadoo.fr Consultant juridique Morgan Maginot, avocat au barreau de Toulon contact@mdmaginot-avocat.fr SOLLIÈS-PONT FESTIVAL DE PIANO A LA COUR INTERNATIONAL DU 30 juillet au 2 août 2019 COUR D'HONNEUR DU CHÂTEAU Bureau de Toulon Thierry Cari - Julie Pezet Patrick Michel Louvois Emilie Cardinale-Bottero Bureau de Hyères Julien Azoulai Michel Romano, corresp. à Porquerolles Nicolas Tudort Bureau de La Londe Francine Marie - Pascal Jolliet Bureau de Cavalaire-sur-Mer Marc Defendente Gabriel Defendente (06 20 20 72 20) Photographes Jean Michel Elophe Pascal Azoulai - Philippe Olivier Olivier Lalanne - Laurent Monition Régie publicitaire 06 37 37 21 21 Prix au numéro  : 1 € Éditeur et responsable de la publication - ADIM 2972 route de St Honoré - 83250 La Londe-Les-Maures Dépot légal en cours - Impression La Provence - tiré à 10 000 exemplaires Retrouvez-nous sur www.lagazetteduvar.fr MARDI 30 JUILLET - 21h RACHA ARODAKY MERCREDI 31 JUILLET - 21h GUILLAUME COPPOLA JEUDI ler AOÛT - 21h KARI NE GROSSO VENDREDI 2 AOÛT - 21h EMMANUEL ROSSFELDER DIRECTRICE ARTISTIQUE/MADAME RACHA ARODAKY Sotti És-Pont J'aime ma ville Site  : voravviLie-so LU es. pont. Fi Rvnc brllrl ril °lice'Soties-Pcni P k "el
Perspective économique Un été prometteur pour la Région Sud Selon François de Canson, président du Comité Régional de Tourisme  : « Après un début d’année qui a vu progresser la clientèle française et internationale, avec notamment une percée de la clientèle américaine, la région devrait connaître un été prometteur et une très belle arrière-saison ». Une réussite qui s’explique par la grande proximité et la complémentarité des destinations Provence, Alpes, Côte d’Azur qui offrent, l’été, l’avantage d’être de véritables bols d’air frais naturels à la mer comme à la montagne ! EVOLUTION POSITIVE « Nous constatons depuis 2010, une croissance de +8% de la fréquentation dans l’hôtellerie. Cette croissance se porte exclusivement en dehors de la période de forte affluence avec des chiffres qui sont parlants (indice tendanciel sur la période)  : Juillet (-2,8%) et août (-0,3%). Ce qui veut dire que nous sommes allés chercher la croissance, là où nous avions de la place, là où nous pouvons accueillir avec moins d’impact sur l’environnement. Cette dynamique est amplifiée ces dernières années par la stratégie COP d’Avance de la Région. Avec une croissance régulière entre +1% et +3,2% pour mai, juin et septembre, et surtout une saison dite basse, avec des hausses exceptionnelles qui oscillent entre +6,6 en février et +17,5% pour les mois de novembre et décembre, les ailes de saison de la région ont de belles années devant elles. Cette évolution très positive sert directement notre économie touristique, évaluée avec l’aide de la DGE et de l’INSEE, à près de 19 milliards d’ €  », commente François de Canson, président du Comité Régional de Tourisme. CONFIANCE POUR L’ÉTÉ Plus de 4,7 millions de vacanciers français sont attendus en cumulé sur la période de juin à août, en très légère hausse par rapport à 2018 (+1% actuellement), avec un budget en hébergement marchand à la hausse (à 1378  € ) vacances et courts séjours confondus, hors transport. Cette hausse par rapport à 2018 est supérieure à la moyenne nationale (1 241  € ) ce qui est un bon signal pour notre économie. 76% des professionnels interrogés envisagent un bon niveau de fréquentation pour mi-juillet – miaoût. Par ailleurs, l’arrière-saison est très bien lancée. Les trois destinations Provence, Alpes, Côte d’Azur se vendent bien grâce au travail mené par le CRT pour répartir la fréquentation touristique avec de nouveaux parcours créés et proposés aux tours opérateurs internationaux et cibler les marchés internationaux qui ne viennent pas forcément en même temps que les Français. Cette répartition dans le temps apporte plus de confort, une meilleure qualité d’accueil des vacanciers, et permet aussi de protéger l’environnement sensible en haute saison. Grand Prix de France La F1 a confirmé son retour dans le Var La deuxième édition du Grand Prix de France a attiré 135 000 spectateurs sur trois jours contre 160 000 l’an passé. Pour sa deuxième édition sur le circuit du Var, le Grand Prix de France a attiré un peu moins de monde que l’an passé. L’an dernier, cette vitrine mondiale pour les fans de sport avait généré la venue de 56 500 touristes, dont 13 500 internationaux. « Un quart d’entre eux n’étaient jamais venus dans la région, et 90% souhaitaient revenir à une autre occasion, c’est donc un trafic additionnel pur et simple ! Pour mémoire, en 2018, les retombées économiques du Grand Prix étaient de 78 millions d’ € avec 550 emplois créés. Nous avons constaté la baisse relative de la fréquentation dès la journée de samedi, laquelle s’était achevée sur une fréquentation en retrait de près de 20%. Tout s’est bien passé, sans incident, autant sur le circuit qu’en ce qui concerne les accès. Certes, avec 135 000 FEUILLE DE ROUTE François de Canson rappelle la feuille de route du CRT  : « Développer l’économie touristique, et nous parlons de l’économie touristique et pas forcément du nombre de touristes. Nous sommes la 2ème région de France pour l’accueil des touristes internationaux, ceux qui génèrent le plus de retombées économiques à notre territoire, et nous sommes aussi la 2ème région de France pour le poids de l’économie touristique dans son PIB. Cette croissance de l’économie doit s’inscrire dans le grand plan «Une COP d’avance«. L’urgence climatique et la protection de l’environnement sont au cœur des objectifs fixés par l’exécutif régional. Aussi, il convient que cette économie touristique préserve l’exceptionnelle beauté de nos paysages qui font notre richesse, non pas par dogme, mais car nous devons préserver nos acquis qui portent notre image dans le monde entier, pour aujourd’hui mais surtout pour l’avenir ». entrées, c’est la fourchette basse, mais nous sommes financièrement dans les clous. Le rythme des recettes est du même ordre qu’en 2018. La seconde année est toujours la plus difficile. C’est toujours la seconde étape qui détermine la suite », commente le responsable du CRT. Bref, ce qui était une faiblesse est peut-être en train de devenir un atout. François de Canson s’explique  : « Parce que nous avons fait des efforts et qu’il y en aura d’autres. C’est une génération qu’il faut intéresser aux sports automobiles et à la F1 en particulier. D’où notre volonté de cultiver Région 3 L’élu régional détaille son bilan  : « Depuis 2010, la Région connaît une croissance de 8% qui sert directement l’économie touristique évaluée avec l’aide de la DGE et de l’INSEE, à près de 19 milliards d’ € . Cette croissance se porte exclusivement, en dehors de la période de forte affluence. Ce qui veut dire que nous sommes allés chercher la croissance, là où nous avions de la place, là où nous pouvions accueillir sans dégrader plus. Ainsi, les ailes de saison se développent avec une croissance régulière entre +1% et +3.2% pour mai, juin et septembre, et surtout la saison dite basse, avec des croissances tout simplement exceptionnelles qui oscillent entre +6,6 en février et +17,5% pour les mois de novembre et décembre. C’est factuel, c’est concret. On observe aussi que ces tendances sont fortement amplifiées depuis quelques années, preuve qu’une politique volontariste régionale porte ses fruits ». À noter enfin le développement de l’écotourisme qui sera lancé d’ici le début de l’année prochaine, du nautisme et de la plongée en 2020, en prévision des JO 2024, ou encore la Gastronomie, puisque le CRT est impliqué avec 2 autres régions (Auvergne-Rhône-Alpes et Bourgogne-Franche-Comté) sur la création d’un produit mondial qui a été présenté, le 24 juin, à Lyon. C’est le lancement de la Vallée de la Gastronomie de Dijon à Marseille, et qui elle aussi se consomme toute l’année... UN ÉTÉ PROMETTEUR 3 professionnels sur 4 sont confiants pour cet été. 24% d’entre eux pressentent qu’il sera même meilleur que l’été dernier, contre 52% égal et 20% moins bon. Pour la période allant de la mi-juillet à la mi-août, le niveau de réservation est jugé bon à 64% (dont 15% très bon). Le taux de réservation atteint les 55% avec 62% pour le balnéaire et 42% pour la montagne. un aspect populaire, ludique et festif, notamment en amenant des jeunes. Cette année, la clientèle était constituée, principalement, d’amateurs de sport automobile. Ce sont des passionnés. Ces spectateurs sont aussi plus internationaux. Les tribunes les mieux placées ont aussi été les mieux remplies ». Le Grand Prix 2020 va donc poursuivre ce travail de fond obligatoire, en veillant aussi à ce que l’épreuve reste abordable. À noter que l’enquête d’impact économique et de fréquentation ainsi que l’étude d’impact environnemental seront publiées en octobre. Juillet 2019 - #85



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :