La Gazette du Var n°80 1er mai 2019
La Gazette du Var n°80 1er mai 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°80 de 1er mai 2019

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 10,6 Mo

  • Dans ce numéro : Hockey subaquatique, Hyères champion de France !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 Édito 12 millions d’ € , le prix d’un grand bla-bla ! Lors de la remise du rapport des garants du Grand Débat, j’ai posé cette question  : « Le cri de désarroi des Français qui descendent dans la rue a-t-il été entendu ? En effet, au cours du Grand Débat, nous avons vu beaucoup de retraités, relativement aisés, dans les réunions, mais, nous n’avons pas vu de jeunes. Ce panel était-il représentatif d’une inclusion devant offrir les conditions d’une prise de parole à tous les publics ? Pour le manque d’expression de la jeunesse, les Garants admettent cette faiblesse  : « Des moyens modernes auraient dû être mis en place, comme les réseaux sociaux ». Mais, pour eux, ce Grand Débat n’est pas un sondage ! « La mobilisation a été exceptionnelle par son ampleur avec 2 millions de personnes ». Seulement, nous sommes 45 millions de français sur les listes électorales, ce qui signifi e que 4,5% des inscrits se sont exprimés ! Les résultats ne peuvent donc pas être présentés comme l’expression de tous les français ! De plus, nous avons eu des formulations, excessivement binaires de certains questionnaires, et l’hyper-médiatisation d’Emmanuel Macron a pu occulter la richesse de la parole collective. Réponse des Garants  : « Le président a participé à 16 réunions publiques (une centaine d’heures). Son implication était nécessaire et ne remet pas en cause l’impartialité du dispositif ». Sur le coût exorbitant du Grand Débat (12 millions Mai 2019 - #80 d’ € ) , on réclame le détail de cette dépense. Silence radio des autorités. Les Garants n’ont pas les chiffres et affirment qu’ils ont travaillé bénévolement ! Bref, le Grand Débat ne sera crédible qu’à condition que le résultat soit réellement exploité. Ce qui suppose de tirer des enseignements à plus long terme, notamment en termes d’association des Français à la décision publique. La crédibilité du Grand Débat dépendra de la réponse politique qui sera apportée. Ainsi, le premier Ministre a tiré les premiers enseignements de la contribution citoyenne, avouant sa surprise du « mur de défi ance » entre les Français et le élus ! Franchement, en regardant dans la rue depuis le 17 novembre, Édouard Philippe aurait compris ! Le plus inquiétant, c’est qu’il ne réduira pas les dépenses publiques. Pourtant, les spécialistes le répètent en boucle  : Sans baisse des dépenses publiques, nous ne pourrons pas répondre à l’exaspération fi scale. Emmanuel Macron va devoir vite parler et régler les problèmes, d’impôts, de fracture sociale et territoriale, de retraites, de CSG, de chômage, d’écologie, surtout que le prix d’électricité et du carburant sont repartis à la hausse. En conclusion, il faut réformer fort et, sans attendre ! Bref, réaliser les promesses du candidat Macron. Bernard BERTUCCO VAN DAMME la gazette cul/a r 1:,2a porre des maures à ià médil-erElÉE Directeur de la publication Gilles Carvoyeur redaction@presseagence.fr Editorialiste Bernard Bertucco Van Damme Rédacteur en chef Olivier Pavie Secrétaire de rédaction Marie Bruel redactionlalonde@presseagence.fr Chef de studio Laurent Monition lographic@wanadoo.fr Consultant juridique Morgan Maginot, avocat au barreau de Toulon contact@mdmaginot-avocat.fr Bureau de Toulon Thierry Cari - Julie Pezet Patrick Michel Louvois Bureau de Hyères Julien Azoulai Michel Romano, corresp. à Porquerolles Nicolas Tudort Bureau de La Londe Francine Marie - Pascal Jolliet Bureau de Cavalaire-sur-Mer Marc Defendente Gabriel Defendente (06 20 20 72 20) Photographes Jean Michel Elophe Pascal Azoulai - Philippe Olivier Olivier Lalanne - Laurent Monition Régie publicitaire 06 37 37 21 21 Prix au numéro  : 1 € Éditeur et responsable de la publication - ADIM 2972 route de St Honoré - 83250 La Londe-Les-Maures Dépot légal en cours - Impression La Provence - tiré à 10 000 exemplaires Retrouvez-nous sur www.lagazetteduvar.fr
M ÉÉ Actualités 3 Election Européenne Jean-Louis Masson  : « LR, la seule voix qui compte en Europe » ! Dans le Var, la direction de la campagne de l’élection européenne du 26 mai prochain est assurée par Geneviève Lévy, députée du Var, animatrice et directrice de campagne. Pour le parti de droite, de l’aveu même de Jean-Louis Masson, président de la fédération du Var des Républicains  : « Le parti s’est remis en ordre de marche. Le Var ne s’en sort pas trop mal avec deux candidats ». DEUX CANDIDATS ISSUS DU VAR En effet, sur un plan plus politique, le Var compte deux candidats sur les 79 que compte la liste nationale, à savoir Lætitia Quilici, vice-présidente du Conseil Départemental du Var, à la 34ème place et Philippe Vitel, vice-président de la Région, à la 41ème place. « Ces deux candidatures sont toutes indiquées puisque Lætitia Quilici représente la jeunesse et Philippe Vitel, l’expérience. Laétitia fait partie de la jeune génération, celle qui nous succédera quand nous arrêterons la politique », assure Jean-Louis Masson. Le député Républicain du Var fait même un parallèle avec le trio de tête de la liste LR  : « Le choix du trio de tête est l’exemple de la mixité homme-femme et des sensibilités qui existent au sein de notre parti. Laurent Wauquiez a choisi une liste qui rassemble, qui repose sur des différences et pas que sur des similitudes ». Au niveau politique, tout en se défendant de faire un réquisitoire contre Emmanuel Macron, le président des LR du Var n’a pas caché qu’il était contre sa politique, « ne souscrivant à rien de ce qu’il fait » ! LR, LA SEULE VOIX QUI COMPTE EN EUROPE ! « Sur l’Europe, quand Macron est arrivé au pouvoir en France, on avait l’impression qu’il allait créer un parti En Marche européen. En réalité, il est isolé en Europe. Le couple avec Merckel ne marche pas. Il a voulu faire une liste transnationale et ce projet a avorté ! Le peuple européen est attaché à l’Europe des Nations. L’Europe est dirigée par le PPE, le Parti Populaire Européen auquel adhèrent les LR. Mais En Marche n’est pas dans le PPE. Emmanuel Macron n’a aucun parti. Quelle serait son influence au niveau européen. Et, dans les instances européennes, Macron a été marginalisé ». Pour le 1er parti d’opposition, Macron devait casser la baraque. Et, il ne s’est rien passé ! « Les LR veulent que la parole de la France en Europe ait du poids. On veut que la France pèse en Europe. C’est pour cela qu’il faut s’inscrire dans un groupe comme le PPE qui a un poids politique en Europe. Voter pour les extrêmes, cela ne sert à rien. Les extrêmes ont toujours voté contre les textes de sécurité, votant même contre FRONTEX. Si on veut une Europe qui puisse défendre les Français, il n’y a que le bulletin LR. Les autres choix, les extrêmes ou Macron, sont illusoires. Avec les autres partis, ce sont des voix qui s’égarent et qui se perdent. Avec LR, c’est la voix qui compte en Europe », insiste Jean-Louis Masson. INSTAURATION D’UNE DOUBLE FRONTIERE Il s’insurge  : « Quand Emmanuel Macron dit qu’il n’y a pas de choix entre lui et les extrêmes, C’est inacceptable ! Bien sûr que les Français ont le choix. LR est attaché à la civilisation européenne, à la civilisation judéo-chrétienne et est contre une Europe multiculturelle car, sinon, c’est la fin de l’Europe ! D’autre part, Emmanuel Macron n’est pas contre l’immigration mais pour l’ouverture des frontières. À l’inverse, LR est pour une politique de quotas ». Le député du Var explique la position de son parti  : « LR plaide pour l’instauration d’une double frontière nationale et européenne mais aussi pour que les demandes d’asile soient instruites en dehors du territoire européen. Il est nécessaire, face au défi de l’immigration, de La résilience de l’ex-député Philippe Vitel Mais comment Philippe Vitel est-il arrivé sur la liste LR ? On aurait pu croire que Philippe Vitel n’avait plus envie de partir au combat, après sa défaite inattendue aux élections législatives de 2017. Bien au contraire, sa nouvelle vie politique ne fait que commencer, l’homme politique ayant entamé une forme de résilience salutaire. Aussi, le vice-président de la Région raconte comment il s’est retrouvé sur la liste LR des élections européennes  : « C’est à la suite du conseil national des LR, le 16 mars à Lyon que j’ai décidé de m’engager pour l’élection européenne du 26 mai. J’ai été enthousiasmé par la personnalité de François Xavier Bellamy, notre tête de liste. Son discours a su me convaincre. Et, dans la foulée, je suis allé voir Laurent Wauquiez en lui proposant mes services. Si vous avez besoin de moi, je suis disponible ». UNE ALTERNANCE À EMMANUEL MACRON L’ancien député du Var poursuit  : « Je suis convaincu que nous pouvons construire une alternance au Rassemblement National et à Ensemble, mutualisons nos forces… Emmanuel Macron, en unissant les forces de LR, de l’UDI et du Nouveau Centre. Hervé Morin (président du Nouveau Centre) représente le centre comme je le conçois. Au niveau de la Région, je suis amené à travailler avec lui car Hervé Morin est président de l’Association des Régions de France (ARF). Tous ces éléments m’ont conduit à participer à cette aventure. Car, LR est la vraie alternance. C’est pour cela que je me suis engagé ». À ses yeux, « cet engagement est une forme de renaissance, voire une résilience ». Sur un plan plus politique, Philippe Vitel milite, notamment, pour une égalité sociale et fiscale. Sur la question de la sécurité des frontières extérieures, il est consterné par la politique européenne actuelle  : « Élargir Schengen à la Roumanie, c’est de l’incompétence ou de la naïveté ! Les LR sont les seuls à s’en soucier ». À QUOI SERT L’EUROPE ? De son côté Lætitia Quilici, conseillère départementale, représente la jeunesse. « Être maintenir la dérogation actuelle dans l’espace Schengen qui permet aux États de faire, de manière aléatoire ou ciblée, des contrôles à leurs frontières ». Il ajoute  : « Cette dérogation, actuellement temporaire, qui vaut pour la cause terroriste, nous voulons la maintenir de manière durable afin de permettre une vraie résolution de la question migratoire mais aussi parce que nous voyons que nous ne sommes pas encore capables de défendre, ensemble et de manière efficace, les frontières extérieures de l’Europe ». DESINDUSTRIALISATION L’ancien maire de La Garde prend exemple sur ce qui se déroule en ce moment à la frontière franco-italienne où des dizaines de milliers de personnes ont été refoulées à la frontière grâce à l’application de cette dérogation. Concernant les demandes d’asile, il souhaiterait qu’elles soient instruites en dehors du territoire européen. « On ne rentrerait en Europe que parce qu’on y a été légalement autorisé », fait-il observer. Sur le plan économique, Jean-Louis Masson explique que le parti veut se battre contre la désindustrialisation de l’Europe  : « Il faut que les normes qui sont imposées aux producteurs européens le soient également aux pays exportateurs comme la Chine ou les USA. L’Europe impose des normes contraignantes à nos entreprises. Quand il s’agit de normes concernant le cadre de vie et la santé publique, cela peut être justifié. Mais, il faut interdire les produits étrangers qui ne respectent aucune norme. Soyons exigeants avec les produits chinois et américains » ! Enfin, LR défend une Europe plus humaine donc plus politique  : « La politique défend les gens, les fonctionnaires européens défendent des règlements ». Propos recueillis par Gilles CARVOYEUR candidate aux côtés de Philippe Vitel que je connais très bien, cela me va très bien ! L’Europe est l’avenir de la France. Les LR sont les seuls à proposer un projet concret avec 75 propositions. On propose autre chose qu’Emmanuel Macron ou la vision du Rassemblement National. Le RN n’apporte aucune vision d’avenir. La vision du RN, c’est une vision populiste. Dans le même temps, je constate que les Français sont écœurés par la politique. Le rejet de la politique est très fort et cela se traduit par une très forte abstention. Les Français se demandent à quoi sert l’Europe. L’enjeu est aussi là ! Que peut apporter l’Europe à nos concitoyens ? Ensemble, mutualisons nos forces. C’est la force de l’Europe que de faire des grands projets. Nous avons une véritable identité européenne. L’échange entre les pays, c’est une richesse ». Mai 2019 - #80



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :