La Gazette du Var n°8 1er aoû 2016
La Gazette du Var n°8 1er aoû 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°8 de 1er aoû 2016

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 7,3 Mo

  • Dans ce numéro : un show aérien sous très haute surveillance de la patrouille de France.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
Il 2 Rencontre avec le vice-amiral d’escadre Charles-Henri Leulier de La Faverie du Ché, nouveau préfet maritime, commandant la zone de défense et l’arrondissement de Méditerranée La cérémonie d’adieu à la marine du vice-amiral d’escadre Yves Joly et de prise de fonctions du vice-amiral d’escadre Charles-Henri Leulier de La Faverie du Ché s’est déroulée le 18 juillet sur le parvis de l’Amirauté à Toulon. Pour le nouveau préfet maritime, c’est un retour en terre connue  : « J’ai passé 10 ans à Toulon et je suis heureux de revenir ici. Cela a été dix ans déterminants dans ma vie. A Paris, j’étais en charge de l’analyse et de la prospective. Ici, je vais être dans l’action. A l’Étatmajor, j’analysais les pathologies. Ici, je serai dans la thérapie. Avec les événements de Nice et le terrorisme, la priorité est l’intervention loin et près des côtes et des ports. Avec l’arrêt du Charles de Gaulle, c’est une remise à niveau et une modernisation pour 1 milliard d’euros. Je note également l’arrivée des FREEM, et des nouveaux sous-marins d’attaque nucléaire » Propos recueillis par Gilles Carvoyeur Un nouveau commandant pour la frégate de type La Fayette (FLF), Courbet. Le 5 juillet, le vice-amiral d’escadre Denis Béraud, amiral commandant la Force d’Action navale, a fait reconnaître le capitaine de frégate Xavier Bagot comme nouveau commandant de la frégate Courbet, en remplacement du capitaine de frégate Antoine Vibert. Au cours des dix-huit derniers mois au commandement du Courbet, le capitaine de frégate Vibert et son équipage, auront participé à la mission européenne EUNAVFOR MED Sophia de lutte contre les passeurs ou trafiquants de migrants et sauvé ainsi près de 80 naufragés. La frégate Courbet aura aussi participé à plusieurs autres déploiements opérationnels en Méditerranée, pour au bilan 200 jours d’absence de son port base de Toulon. Le capitaine de vaisseau Bagot a rejoint la marine nationale en 1998 en intégrant l’École Navale, comme spécialiste des transmissions. Il s’est distingué au cours de sa carrière lors de nombreux déploiements opérationnels à bord du patrouilleur La Gracieuse, de la frégate Courbet, de la frégate Montcalm, du Bâtiment de Commandement et Ravitaillement Somme, du patrouilleur La #8 - août 2016 ACTUALITÉS Base navale de Toulon 1 milliard d’ € pour la remise à niveau du Charles de Gaulle Moqueuse (dont il était le commandant) et de la frégate Forbin. Il a la responsabilité de conduire un nouveau déploiement en Méditerranée d’ici la fin de l’année. Cérémonie d’adieu à la Marine nationale de l’amiral Bernard Rogel, Chef d’état-major de la Marine Le 12 juillet sur le porte-avions Charles de Gaulle, l’amiral Bernard Rogel, Chef d’État-major de la Marine (CEMM) a présidé une cérémonie à bord du porteavions Charles de Gaulle à l’occasion de ses adieux à la Marine nationale. L’amiral Rogel avait pris ses fonctions de CEMM le 12 septembre 2011. Le chef d’état-major de la marine (CEMM) est le premier représentant de la marine nationale. Il conseille le chef d’étatmajor des armées (CEMA) et lui apporte l’expertise propre à la Marine. Il entretient des relations bilatérales avec les marines étrangères. Il participe aux instances inter-administrations dans le domaine de l’action de l’État en mer. Il a autorité sur l’état-major de la marine (EMM), sur la direction du personnel militaire de la marine (DPMM), ainsi que sur l’ensemble de la Marine, dans son périmètre de responsabilités. Prise de commandement du Capricorne et du Mistral. Deux prises de commandement se sont déroulées dans la base navale le 13 juillet. Le vice-amiral Frédéric Jubelin, chef d’état-major de l’amiral commandant la force d’action navale, a fait reconnaître le lieutenant de vaisseau Guillaume Bénard au commandement du chasseur de mines Capricorne. Il a fait ensuite reconnaître le capitaine de vaisseau Stanislas de Chargères au commandement du bâtiment de projection et de commandement Mistral à 9h15. Le capitaine de corvette Édouard Franc quitte le Capricorne qu’il a commandé ces 18 derniers mois, au cours desquels il a mené avec succès deux missions sous pavillon EUROMARFOR en Espagne et en Italie ainsi qu’un déploiement en Adriatique, permettant le contre-minage d’une trentaine d’engins historiques. A bord du Mistral, le capitaine de vaisseau Stanislas de Chargères, actuel commandant en second, succède au capitaine de vaisseau Benoît de Guibert. Sous son commandement, le Mistral aura réalisé une mission de coopération et de lutte contre la piraterie dans le golfe de Guinée et aura pris part à la relève des troupes de l’opération Daman. Les cérémonies de prise de commandement se sont déroulées à bord du Capricorne et du Mistral. Nouveau commandant pour la Flottille amphibie, filleule de la ville de Tarascon. Le 28 juillet, le vice-amiral Frédéric Jubelin, chef d’état-major de la force d’action navale, a fait reconnaître le capitaine de frégate Bertrand de Cacqueray-Valmenier comme nouveau commandant de la Flottille amphibie, en remplacement du capitaine de frégate Mickaël Roddon. Au cours de cette année, l’activité a été dense et variée sur le plan opérationnel et organique  : notamment deux missions Jeanne d’Arc, deux missions Corymbe, une mission Chammal, l’exercice Catamaran. La particularité de la Flottille amphibie est sa capacité à intervenir avec réactivité sur faible pré-avis pour couvrir différents spectres de missions. C’est ainsi qu’elle s’est particulièrement illustrée au Yémen pour l’évacuation de ressortissants, et a conduit avec succès la relève de la FINUL au Liban en mars dernier. Le capitaine de frégate de Cacqueray possède une solide expérience opérationnelle de par sa formation de commando et ses affectations passées. C’est donc un officier particulièrement expérimenté qui prend aujourd’hui le commandement de la Flottille amphibie. Le Languedoc, filleul de Montpellier à la mer. La ville de Montpellier est devenue ville marraine de la nouvelle frégate de la marine nationale Languedoc, livrée à la marine et à son port base de Toulon en mars dernier. Le bâtiment partira en mission dans le courant de l’été pour vérifier ses capacités militaires avant son admission au service actif. Pour faire découvrir ce filleul de l’intérieur, les 100 marins du bord ont convié une délégation composée d’adjoints au maire de la ville et d’anciens combattants à partager leur quotidien à la mer pendant quelques heures. Arrivée de la grue 10B sur la zone Vauban Le 5 juillet, dans le cadre du prochain Arrêt Technique Majeur n°2 du Porte- Avions Charles de Gaulle qui se déroulera en 2017, la plus grande grue de la base navale (10P) va être remplacée par une nouvelle grue fonctionnelle correspondant à l’ensemble des exigences actuelles de sécurité. La construction de cette nouvelle grue dénommée « 10B » de 104 mètres de haut et d’une très forte capacité de levage, a été confiée à l’Établissement du Service des Infrastructures de la Défense (ESID) de Toulon au travers d’un marché industriel notifié le 16 juin 2014 ; il s’agit du marché le plus important - depuis 10 ans - pour le Ministère de la Défense. Après mise en concurrence, c’est l’entreprise « Joseph Paris SA » qui s’est vu confier la fourniture de cette grue hors norme qui sera transférée « en entier » et « flèche baissée » par une barge spécialement affrétée, jusqu’au terre-plein Vauban de la Base Navale de Toulon, puis débarquée sur la voie de grue actuelle (10P).
Pour la Gazette du Var, Pierre Soubelet fait le point sur les dispositifs mis en place dans le cadre de l’État d’urgence. Où en est-on de l’Opération Sentinelle ? Pierre Soubelet  : Les militaires que j’avais demandés sont arrivés dans le Var le 29 juillet. Il fallait compter quelques jours entre la décision du Préfet de zone et la mise en place effective du dispositif sur le terrain. C’est désormais chose faite ! Ces soldats viennent de différentes unités de diverses régions de France (Tarbes, Valence, etc.). Ces militaires ne proviennent pas d’unités affectées dans le Var. Leur travail est une mission générale de sécurité des espaces publics les plus fréquentés  : ports, aéroports, gares, plages. Ils sont également mis à contribution pour sécuriser les grands événements qui se déroulent dans le département jusqu’à la fin de l’été, à Toulon ou ailleurs dans le Var. Ils ont été répartis de manière homogène dans tout le territoire, à l’est comme à l’ouest et seront présents dans le département jusqu’au 30 août, sauf décision du Gouvernement de prolonger le dispositif au-delà. Qu’en est-il des renforts estivaux de police et de gendarmerie ? Le département peut disposer de renforts estivaux, CRS et gendarmes mobiles, comme chaque été, qui sont déployés en fonction des événements à sécuriser de l’été. Cela a été notamment le cas le 31 juillet au Lavandou. J’avais organisé une réunion à cet effet avec le maire de la ville et le Colonel de la gendarmerie départementale. A la date du 5 août, aucune difficulté de sécurité publique n’a été constatée en la matière. En outre, je précise, qu’à ce jour, aucune menace particulière n’a été identifiée visant le Var. Mais, je maintiens les missions de sécurité notamment dans les zones touristiques. Combien de militaires sont déployés dans le Var ? 260. Je dois faire remarquer que de toute la zone de défense qui représente 21 départements, le Var est le troisième en termes de déploiement d’effectif, après les Alpes-Maritimes et les Bouches-du-Rhône. Cela montre que le rapport que j’avais transmis au Ministère de l’Intérieur a été entendu par les autorités. Le Var compte l’un des littoraux les plus longs de la zone de défense. Je suis allé, avec Hubert Falco, le maire de Toulon, rencontrer à la base navale un détachement de ces militaires. J’ai constaté la diversité de leurs origines et leur très grande motivation pour leur mission. Ils seront déployés lors des grands événements du mois d’août, notamment le feu d’artifice de Toulon et le défilé aérien de la patrouille de France ainsi que lors l’America’s Cup en septembre. Pour le 15 août, il est convenu de créer une « Fan zone », comme lors de l’Euro, un dispositif assez lourd qui impliquera notamment des fouilles corporelles et de bagages. La corniche du Mourillon sera bloquée par des plots en béton et le périmètre entièrement bouclé plusieurs heures à l’avance. Un périmètre qui se voudra étanche et où il faudra montrer patte blanche pour y pénétrer. Qu’en est-il des perquisitions administratives ? Nous avons repris les perquisitions administratives, comme l’État d’urgence nous le permet. Elles permettent, souvent, de lever un doute sur un comportement suspect qui nous a été signalé. Les perquisitions permettent également de mettre la main sur du matériel (ordinateurs, téléphone, armes), voire de la documentation djihadiste. ACTUALITÉS I 3 Exclusif Pierre Soubelet, préfet du Var  : «Le 15 août à Toulon, nous allons créer une Fan zone ultra-sécurisée» Nous avons mené des perquisitions chez 50% des personnes signalées. Nous avons donc encore du potentiel.. Par ailleurs, nous sommes vigilants à l’égard de tous les discours appelant à la haine ou à l’allégeance à DAESH, ou faisant l’apologie du terrorisme. Qu’en est-il dans les plus petites communes ? Lors de la réunion des maires au théâtre Liberté, j’ai demandé à ce que les maires réfléchissent à des préconisations en matière de sécurité pour leurs événements et qu’à défaut ils les annulent si la sécurité publique ne pouvait pas être assurée de manière optimum. Ainsi, à Hyères, Jean-Pierre Giran, le maire a décidé de concentrer les plus grands événements de sa commune sur l’hippodrome de la ville. C’est une bonne réponse vu le contexte actuel. J’ai également expliqué aux maires du département qu’ils pouvaient envisager une hausse de leur effectif de policiers municipaux. La sécurité se coproduit entre l’État et les communes. Pour réfléchir à un bon niveau de sécurité, on peut effectivement envisager de créer une police municipale pour les communes qui n’en ont pas ou augmenter les effectifs quand cela est financièrement possible. Les maires peuvent également renforcer la vidéo protection quand elle existe ou la mettre en place quand elle n’existe pas. En ce qui concerne la vidéo protection, constatez-vous une augmentation du nombre de demandes ? Depuis les attentats de 2015, il est possible de mettre en place une vidéo protection financée de 20 à 50% par l’État. Nous recevons des dossiers tout au long de l’année sans pour autant constater un afflux significatif. En la matière, il n’y a plus d’idéologie. Pratiquement tous les élus considèrent que ce n’est plus liberticide et que cela apporte une bonne réponse aux questions de sécurité. Sur le point de la délinquance, quels sont les chiffres ? Il n’existe pas de grande délinquance dans le Var. Les affaires de grand banditisme ont disparu. Le Var est plutôt touché par la petite délinquance, celle qui empoisonne la vie quotidienne des gens, celle qu’on appellait autrefois, la délinquance de voie publique et qui concerne les cambriolages, les dégradations, les vols divers. Vous demandez à chaque varois d’être acteur de sa sécurité. Comment cela peut-il se concrétiser au quotidien ? Nos concitoyens dans leur grande majorité ont compris que le monde a changé. Chacun doit être attentif à un comportement suspect, à un bagage isolé et chacun doit faire remonter ces informations à la police. Propos recueillis par Gilles Carvoyeur août 2016 - #8



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :