La Gazette du Var n°75 15 fév 2019
La Gazette du Var n°75 15 fév 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°75 de 15 fév 2019

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 19,7 Mo

  • Dans ce numéro : le Sud et Toulon sont créateurs d'emplois.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 Région Territoire agricole d’exception, la Région Sud participe à la 56e édition du Salon International de l’Agriculture, du 23 février au 3 mars, à Paris Porte de Versailles. 9 jours d’animations et d’immersion au cœur des terroirs, sur un espace Sud Provence- Alpes-Côte d’Azur où le public pourra découvrir l’excellence d’une agriculture locale, traditionnelle et innovante. La géographie de la région, à la fois provençale, alpine et méditerranéenne, a donné naissance à une agriculture très variée, aux savoirs-faire uniques, et offre une grande variété de produits locaux d’exception. Forte de cette diversité, la Région Sud, avec la Chambre Régionale d’Agriculture et les acteurs locaux du monde agricole, a décidé, cette année, de mettre à l’honneur des filières d’exception qui font la richesse du territoire et qui contribuent à son développement économique  : la viticulture, l’apiculture, l’élevage, les fruits et légumes, l’oléiculture, l’horticulture et les produits de la mer. La Région Sud proposera de nombreuses animations ludiques, gourmandes, interactives et sensorielles, autour de l’amande, du miel, du vin rosé ou encore des fleurs...Tout au long du salon, les visiteurs pourront également éveiller leurs papilles aux saveurs du Sud grâce aux plats préparés par les conseillers culinaires des lycées régionaux. Agneau de Sisteron, poissons de Méditerranée, et autres produits du terroir, il y en aura pour tous les goûts ! Sur l’espace Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur, regroupant également les départements des Bouches-du-Rhône, du Vaucluse, et des Hautes- Alpes, les visiteurs pourront rencontrer de nombreux producteurs locaux. Pour Renaud Muselier, président de la Région  : « Riche de produits variés, traditionnels et d’une qualité internationalement reconnue, notre région est une terre agricole unique. Elle se place au premier rang mondial pour la production de vin rosé, au premier français pour la production de fruits et légumes ou de fleurs coupées ! Cette qualité, nous la devons aux femmes et aux hommes qui font vivre cette filière d’excellence au quotidien et nous sommes fiers de la présenter au Salon International de l’Agriculture ». LCL Marseille Provence PME Léopold Salasc, directeur du centre d’affaires entreprises Léopold Salasc, 37 ans, vient d’être nommé à Marseille, directeur du centre d’affaires entreprises LCL Marseille Provence PME. Il est responsable d’une équipe de 7 collaborateurs au service de 650 clients entreprises au chiffre d’affaires supérieur à 7 millions d’euros sur Marseille, Aix-en-Provence et Avignon. Titulaire d’un Master 2 en Banque et Finance obtenu chez Audencia Nantes, il a débuté sa carrière en tant qu’analyste crédit chez LCL en 2004. ACCOMPAGNER LES ENTREPRISES Depuis 2007 en région Méditerranée, il a occupé des fonctions liées aux financements structurés, puis de chargé d’affaires entreprises PME et Grandes Entreprises. Le centre d’affaires entreprises Marseille Provence PME est basé à Marseille. Il compte 8 collaborateurs en charge d’accompagner Février 2019 - #75 Salon International de l’Agriculture Avec la Région Sud, cultivons l’excellence ! les entreprises implantées en Provence sur les départements des Bouches-du-Rhône, du Vaucluse et des Alpes-de-Haute-Provence. Il met à disposition de ses 650 clients au chiffre d’affaires supérieur à 7 millions d’ € des experts en haut de bilan, international, flux et activités de marché afin de les accompagner dans leur stratégie de développement. Le centre d’affaires entreprises Marseille Provence PME fait partie de la direction entreprises Méditerranée de LCL, basée à Aixen-Provence, dédiée à l’accompagnement des grandes entreprises et des PME. Elle regroupe 4 centres d’affaires entreprises sur Aix-en-Provence, Marseille, Montpellier et Nice, ainsi que 4 agences entreprises sur Avignon, Toulon, Bastia et Perpignan. L’AGRICULTURE EN REGION SUD  : 1/4 de la superficie régionale 1ère région française pour la surface cultivée en bio 1er producteur mondial de vin rosé 1ère région productrice d’huile d’olive en France Seule région rizicole de métropole 280 produits labellisés AOC, IGP, Label Rouge ou AB UNE BANQUE DE PROXIMITE LCL, filiale de Crédit Agricole SA, est l’une des plus grandes banques de détail en France. LCL est une banque de proximité qui compte aujourd’hui 18 000 collaborateurs au service de 6 millions de clients particuliers, 337 000 clients professionnels et 29 000 clients entreprises et institutionnels. LCL Banque des Entreprises et Institutionnels s’appuie sur un réseau de 69 implantations géographiques dédiées aux entreprises françaises, aux institutionnels et aux filiales de groupes étrangers en France. Elle est présente sur 2 métiers la banque commerciale et le « corporate finance », notamment dans les opérations d’acquisition et de transmission d’entreprises. Elle ambitionne de devenir la banque d’1 PME sur 3 et d’1 ETI* sur 2. *Entreprise de Taille Intermédiaire, au chiffre d’affaires > 50 M € Crédit photo LCL
Région Assemblée Maritime pour la Croissance Régionale et l’Environnement François de Canson  : « La Région engagée dans la protection de la Méditerranée » Maud Fontenoy, vice-présidente de la Région, déléguée au Développement durable à l’Énergie et à la Mer, a présidé, le 8 février, l’Assemblée Maritime pour la Croissance Régionale et Environnementale (AMCRE), à l’Hôtel de Région, en présence de François de Canson, conseiller régional en charge des risques majeurs et maire de La Londe-les-Maures. La création en 2017 d’une Assemblée Maritime a constitué un axe fondateur et fait de la Région un exemple pour le pays. Cette Assemblée Maritime est un lieu de rassemblement, d’échange, de concertation et de travail où comme en mer, il n’y a pas de barrière. Associations, institutions, collectivités, entreprises, observatoires, fédérations, partenaires, tous sont impliqués au service de la mer. « Car, la mer est l’avenir de l’Homme. Notre avenir dépend de la mer, en tant que ressource, que puits de biodiversité et de connaissance, que lieu de coopération et d’échanges », insiste Maud Fontenoy, présidente de l’Assemblée Maritime pour la Croissance Régionale. À cette occasion, elle s’est félicitée du bilan de la Région  : « Nous pouvons nous féliciter d’avoir autant d’acteurs engagés, institutionnels mais aussi notre future agence de la biodiversité, les associations et, tout particulièrement, le Pôle Mer Méditerranée qui vient à nouveau d’être labellisé et reconnu comme pôle de compétitivité (...). IMPORTANCE DE LA SECURITE EN MER Elle ajoute  : « Parmi les événements qui ont marqué l’année passée, il me parait important d’évoquer la pollution aux hydrocarbures qui a impacté la mer et le littoral, particulièrement dans le Var. Cet accident, du fait de l’inattention de l’homme, a eu des conséquences importantes en termes de pollution, de mobilisation, d’attractivité. Avec le président Muselier, nous avons affirmé notre soutien à toutes les communes concernées et tenions à être solidaires auprès de nos partenaires. Je suis personnellement, au sein du CEDRE, centre d’expertise des pollutions accidentelles, les retours sur les dégâts causés et les suites qui seront données à ce désastre. Cet événement nous rappelle l’importance de la sécurité en mer, celle des produits consommés, des sentiers littoraux parcourus ou des activités sportives pratiquées. Cette sécurité est aussi celles des personnes » (...). La région a beaucoup d’intérêts sur terre et c’est tout le sens du Plan Climat. NE PAS RESTER DANS L’IMMOBILISME La présidente de la commission reprend  : « Ensemble, nous avons construit une véritable stratégie pour nous permettre d’avoir une COP d’avance et proposons des actions prioritaires et transversales pour lutter contre le réchauffement climatique tout en étant porteur d’un mieux-vivre en région Sud. Pour autant, une volonté politique forte et durable est indispensable pour aller vers l’océan, vers la mer et pour y projeter une ambition. L’audace et l’envie de construire ce projet avec vous ne m’ont pas quittées. L’Assemblée Maritime est le lieu de la construction de cette ambition maritime autour des enjeux de préservation de la méditerranée dont les ressources s’épuisent. La méditerranée est l’un des hots spots en termes de biodiversité le plus fragile au monde. La montée du niveau de la mer et la hausse des températures sont des conséquences, désormais bien connues, du réchauffement climatique. Nous ne pouvons plus ignorer les menaces qui pèsent sur nos milieux marins et la biodiversité qu’ils abritent. Nous ne pouvons plus feindre les conséquences dramatiques que cela entraîne pour notre survie. Sans tomber dans le catastrophisme, nous ne pouvons pas rester dans l’immobilisme ! Notre mer et notre littoral possèdent de trop nombreux et merveilleux atouts pour que nous lui tournions le dos ». CHANGEMENT CLIMATIQUE Par ailleurs, la réunion est revenue sur le travail, mené par la Commission du Génie Écologique Côtier, présidée par François de Canson. L’élu régional explique  : « Ces rencontres ont permis de partager nos informations, nos attentes et nos projets. Dans l’esprit de cette Assemblée Maritime, j’ai à cœur que le dialogue soit ouvert et que le partage d’expérience soit possible. Lors de l’installation de cette commission, nous avions ensemble identifié trois thèmes de travail  : la restauration écologique, les mouillages organisés et l’adaptation des plages au changement climatique. Ces sujets me concernent à plusieurs titres  : En tant que conseiller régional, délégué aux risques, dont fait partie la submersion marine, en tant que président du Comité Régional du Tourisme puisque nos plages sont de véritables atouts touristiques. L’économie du sable est, en effet, pourvoyeuse d’emplois et de richesses et représente dans le seul département du Var 38 000 emplois et 2,1 milliards de chiffre d’affaires. Enfin, en tant que maire de la Londe-les-Maures, j’assure la responsabilité de la sécurité des biens et des personnes et la gestion de plages, confrontées aux phénomènes d’érosion, liés notamment au changement climatique. La question du changement climatique et de ses conséquences s’est installée au centre des préoccupations internationales, nationales et régionales par notre Plan Climat. La réalité de ce changement a été établie et a souligné que les écosystèmes méditerranéens étaient parmi les plus menacés de la planète. Les tendances observées, à l’échelle du bassin méditerranéen, sont nombreuses  : augmentation de la température moyenne annuelle, diminution des apports des fleuves à la mer, augmentation de l’évaporation de la mer, hausse du niveau de la mer, augmentation de l’intensité des risques 5 naturels. Les plages, zones humides et côtes rocheuses, sont impactées au même titre que notre littoral par ses bouleversements ». ETRE UNE REGION EXEMPLAIRE Ainsi, la Région s’est engagée pour favoriser le maintien et le développement des activités économiques sur les espaces proches du rivage en anticipant les effets du changement climatique et en se prémunissant des risques littoraux par des méthodes compatibles avec les enjeux de préservation de la biodiversité marine. C’est un objectif du Schéma d’Aménagement territorial (SRADDET) mais, aussi, du Plan Climat. François de Canson ajoute  : « Nous devons avoir une COP d’avance et faire de Provence Alpes Côte d’Azur une région exemplaire. Pour cela, adapter nos plages au changement climatique, participer aux opérations de gestion intégrée de la zone côtière et promouvoir les mouillages écologiques constituent notre feuille de route. Concernant les mouillages écologiques, la Région intervient pour la mise en place de zones de mouillages organisées sur les sites présentant des enjeux de préservation de la biodiversité. C’est un projet toujours très fastidieux et onéreux pour les communes mais qui sera accompagné par la Région qu’il s’agisse d’études préalables, d’équipements ou d’installations nécessaires. Si pour l’instant, un seul projet à la Métropole de Nice-Côte d’Azur a été soutenu, deux autres projets devraient voir le jour en 2019. La région souhaite accompagner le Parc National de Port- Cros et la commune du Rayol-Canadel » (...). Photo Franck PENNANT Février 2019 - #75



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :