La Gazette du Var n°75 15 fév 2019
La Gazette du Var n°75 15 fév 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°75 de 15 fév 2019

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 19,7 Mo

  • Dans ce numéro : le Sud et Toulon sont créateurs d'emplois.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
28 Méditerranée Porte des Maures Pierrefeu-du-Var Patrick Martinelli, maire  : « Quel avenir pour le site de Roumagayrol » ? Le maire de Pierrefeu-du-Var revient sur la situation de l’ISDND de Roumagayrol, car le site sera saturé en 2019. Pour mémoire, un bail a été signé en 1998 pour 45 ans renouvelable tous les 15 ans, jusqu’en 2043. Le bail actuel court jusqu’en 2028. Patrick Martinelli revient sur le contexte  : « Le renouvellement s’effectue à la demande de l’exploitant. En cas de non renouvellement de la part du propriétaire, à savoir la commune, ce dernier devra verser une indemnité estimée à plusieurs millions d’ € à l’exploitant. 2 possibilités s’offrent à la commune. La premiere consiste à une mise en balles sur site, avec le même trafic poids lourds, mais occasionnant une perte de recette importante pour la commune. Ces dernières années, cette recette était de 700 000 € . Mais, cela se traduira également par une augmentation de la taxe pour les contribuables car le traitement ne serait plus gratuit. À cela, il faut noter la fermeture de la déchetterie et la perte d’emplois pour de nombreux Pierrefeucains. La deuxième solution prévoit un bail en 2 étapes, une première étape en 2028, date de fin du bail actuel ». REALISATION DU CONTOURNEMENT EN QUESTION Le maire poursuit  : « La seconde hypothèse consiste à conditionner la poursuite de l’activité à la réalisation du contournement. Sur ce point, notre position, actée dans la délibération de 2018, ne change pas. Si le contournement est réalisé ou en voie de réalisation, le bail continuera avec la construction d’une usine de tri-valorisation afin d’optimiser le tri. Par contre, si le contournement ne connaît pas une issue favorable, à la vue des procédures contentieuses en cours, le bail cessera de plein droit, sans contrepartie financière de la part de la commune, contrairement à ce qui existe dans la précédente version du bail en cours. Par cette nouvelle rédaction du bail, nous maintenons le bénéfice d’un taux de taxe TEOM modérée pour les Pierrefeucains, dépendant des besoins du service. En outre, la continuité du service de la déchetterie est assurée, le maintien des emplois sur site peut se faire, et une recette importante pour la commune est garantie ». Patrick Martinelli évoque, également, le projet Février 2019 - #75 d’extension du réseau d’irrigation des vignobles par la SCP, pour plus de 200 exploitants. Selon l’élu  : « C’est une opportunité à saisir pour tous car les travaux pourraient débuter d’ici 2020 pour un aménagement complet de la plaine agricole vers 2023. Cet aménagement sera indispensable pour les années à venir compte tenu des prévisions climatiques ». UN FORT TISSU ASSOCIATIF Le maire se félicite de l’importance du secteur associatif, la ville possédant un tissu dense comme l’a montré, en septembre 2018, le forum des associations qui a rassemblé 60 associations. « La salle de remise en forme, devenue municipale en 2017, compte 205 adhérents. En 2018, de nouvelles machines ont été installées. L’associatif, c’est aussi le soutien au devoir de mémoire avec l’inauguration, en présence du Consul d’Amérique, d’une stèle en mémoire de 3 aviateurs américains morts en service sur notre commune le 27 janvier 1944. C’est également un finaliste aux championnats du monde d’auto modélisme en Australie et le succès pour les drailles de Pierrefeu. Sans oublier les animations du comité des fêtes  : les vide-greniers, la nuitée du rosé avec près de 600 repas servis, le Noël des enfants, le merveilleux gala de danse pour le TELETHON ». Le premier magistrat ajoute  : « Dans le domaine culturel, je veux citer nos partenariats avec les pôles culturels que sont le FJC, Téou Théâtre ou le théâtre de l’Éclipse, les Amis de l’Orgue, Nouvelles mémoires. Les Roucas du Barry  : Ce ne sont pas 10 ans mais déjà 20 ans d’existence avec une manifestation par mois en 2018 ! Je note également les expositions de tout un art à la Galerie, où les artistes se succèdent, la fête de la musique au jardin de la Liberté, un lieu de rencontre toujours très apprécié ». LE TOURISME AVEC COEUR DE TERROIR Le vice-président de MPM reprend  : « Côté tourisme, c’est une complémentarité efficace au sein de l’OTI. C’est la très active association locale « Cœur de Terroir » dont la présidente a reçu le diplôme de femme bénévole en milieu rural. Elle était accompagnée de deux jeunes diplômés pour leur bénévolats associatifs. Comment ne pas évoquer le camping qui ne sera désormais plus communal. Il va faire peau neuve car un permis d’aménager par la société SG2I a été déposé, fin 2018, pour améliorer l’espace piscine, la partie restauration avec salle de séminaire et des modules d’hôtellerie. Un projet ambitieux mais adapté et surtout positif pour l’économie locale » (…). Le maire insiste  : « Une commune, c’est un service public, c’est un lieu de vie ou chacun doit se sentir bien, en sécurité et un de nos rôles d’élu est de rendre la vie le plus agréable possible. Une commune, c’est un coup de pouce au pouvoir d’achat des ménages avec le transport scolaire gratuit pour nos écoles, la participation de 25 € par élève pour le collège ou lycée, le ramassage gratuit des encombrants et déchets verts, le soutien au milieu associatif avec 220 000 € de subventions, c’est le prix de 2,50 € pour la cantine ». DE NOMBREUX INVESTISSEMENTS Mais, la vie d’une commune, ce sont aussi des investissements comme le rappelle le viceprésident de MPM  : « En 2018, nous avons investi dans l’amélioration des conditions de travail au sein du restaurant scolaire et des services techniques avec la création de vestiaires et d’un magasin pour 400 000 € , dans l’achat d’une mini-pelle de 25 000 € . Nous avons effectué des travaux au cimetière pour 10 000 € et des travaux de voirie et d’aménagements divers pour 350 000 €  ». Pour clôturer ce chapitre, le maire évoque un dossier qui lui tient à cœur, celui de l’environnement et du développement durable  : « Il y a un an et demi, la commune recevait la Marianne d’or. Une distinction qui fait toujours plaisir, pour des actions réalisées ou en cours. Où en sommes-nous aujourd’hui et surtout dans quelle dynamique ? Il y a les actions que nous avons souhaité mettre en place mais aussi celles qui appartiennent aux administrés à mettre en oeuvre. Je citerai la mise en place du tri en sortie de plateau au self-service de la cantine avec l’emploi d’un contrat civique en ce début 2019, l’augmentation des repas Bio dans les menus de la cantine, la mise en place du ramassage des cartons et verres chez les commerçants, la création d’une ombrière photovoltaïque sur le site du CTM, la mise en place de bornes électriques avec le SYMIELEC VAR, l’achat d’une voiture électrique pour nos services, des actions administratives telles que la rationalisation des envois papier, l’envoi par mail privilégié, le schéma directeur d’assainissement pour améliorer nos réseaux, le choix de la maîtrise d’œuvre pour la création, la création d’une station phytosanitaire ».
Méditerranée Porte des Maures Pierrefeu-du-Var Jean-Luc Battista  : « Cuers-Pierrefeu possède un potentiel de développement » En partenariat avec la CCI du Var, l’association Aéro Développement Industrie (ADI) tenait son assemblée générale, le 1er février à Pierrefeu-du-Var. Née le 8 août 2017, sous l’impulsion de Jean-Luc Battista et de Michel Lloret, deux ingénieurs de l’Atelier Industriel de l’Aéronautique de Cers-Pierrefeu (AIA-CP), motivés par une volonté d’œuvrer pour le bassin d’emplois varois, l’Association Aéro Développement Industrie (ADI) a pour objet de promouvoir le développement d’une activité industrielle aéronautique civile dans le Var et en particulier sur le site de Cuers-Pierrefeu. À ce jour, l’association compte 66 adhérents. Pour l’ADI, « le Var a besoin d’un projet générateur de croissance économique et créateur d’emplois ». POLE DE COMPETITIVITE « C’est dans ce cadre qu’elle porte le projet d’implanter un pôle de compétitivité aéronautique qui rassemblerait sur le site de Cuers-Pierrefeu, des entreprises, petites et grandes, un centre de recherches et un centre de formation », a rappelé Jean-Luc Battista, président de l’ADI, en souhaitant la bienvenue aux élus de MPM. Pour François de Canson, président de Méditerranée Porte des Maures  : « Avec la mise en place d’un Comité de pilotage, mon objectif est de mettre tous les acteurs autour d’une même table. Je rappelle que ce projet remonte à une dizaine d’années. Et, que rien ne se passait ! L’État voulait nous vendre le site pour 7 millions d’ €  ! Nous avons répondu, qu’à ce prix, il pouvait le garder ! Et, depuis, tout était en sommeil. Puis, on s’est de nouveau porté acquéreur et on a, enfin, senti une volonté de discuter avec nous. Vous avez un savoir-faire exemplaire, des ateliers en parfait état. Ce qu’on souhaite mettre en place, ce sont des projets cohérents, compatibles avec le territoire. Mais, on ne peut réussir que si on apporte une plus-value et des emplois. Nous sommes déterminés à aller jusqu’au bout. Si nous créons des emplois, c’est le bassin de vie qui en profi tera ». Gilbert Perrugini, maire de Cuers, constatait simplement  : « Ce site a, assurément, des possibilités de développement ». Et, Patrick Martinelli, maire de Pierrefeu-du-Var, reprenait  : « Les carnets de commandes du site sont remplis pour les 10 ou 15 prochaines années. Mais le site est appelé à se développer grâce au projet cohérent et commun que nous allons mettre en place ». Enfin, Jean-Luc Battista développait les atouts du site  : « Cette initiative collective débute bien avant la date de création de l’association ADI. Cela repose sur un constat, une réfl exion collective et de nombreuses rencontres. Tout d’abord un constat, à savoir que ce lieu, sa situation géographique, ses cent ans d’histoire aéronautique, sa piste de 2 km de long et son socle de compétences à hautes valeurs ajoutées, porté aujourd’hui pour l’essentiel par l’Atelier Industriel de l’Aéronautique de Cuers-Pierrefeu (AIA), possède des atouts permettant de garantir la pérennité de son activité industrielle. Et, je dirais même mieux, des atouts pour son développement. Ce constat est le point de départ à de nombreux échanges et débats entre des femmes et des hommes de bonne volonté, très Assainissement - Fosse septique - Bacs à graisses - Cuves à fioul Entretien, Nettoyage et Vidange – Une intervention dans les règles de l’art TCP 04 94 27 53 42 - La Farlède29 attachés à ce territoire et qui vivent et travaillent dans ce bassin d’emplois. Ces femmes et ces hommes sont à ce jour pour la plupart membres d’ADI ». ETRE UN FACILITATEUR AVEC LES ELUS Ainsi, le projet d’implanter un pôle de compétitivité est mené par un Comité de pilotage, constitué de membres du conseil d’administration, de Philippe Gnaldi, ingénieur-expert aéronautique et de Richard de Rosas, chargé de communication. « L’ADI est impliquée sur tous les fronts. Les membres de l’association sont convaincus que le site, compte tenu notamment de sa situation géographique, possède un potentiel de développement. Dans ce cadre, l’ADI souhaite être un facilitateur et une force de propositions. C’est dans cet esprit que nous nous sommes rapprochés de la CCI du Var et que nous avons également rencontré François de Canson, le président de Méditerranée Porte des Maures. Nous souhaitons être associés à la collectivité dans la perspective d’un développement du site », insistait le président de l’association. À la suite d’une rencontre fructueuse avec François de Canson, Jean-Luc Battista se montre confi ant dans la suite des événements. « Concrètement, les planètes se sont alignées à la fi n des années 2010. Nous sommes reconnaissants à François de Canson de nous avoir intégrés au Comité de pilotage. Notre travail, c’est d’aider les élus dans leurs démarches ». Propos recueillis par Gilles CARVOYEUR Aéro Développement Industrie (ADI) Impasse Sainte Madeleine Quartier des Amoureux 83 000 TOULON aero.developpement.industrie@gmail.com Restaurants et collectivités  : Entretien et nettoyage - Remise d’un bordereau de suivi de déchets, Attestation du suivi légal de vos graisses, suivi règlementaire de vos matières de vidanges, en conformité avec les exigences du SPANC (Service d’Assainissement Non collectif) Nettoyage et dégazage de cuves à fioul par notre entreprise agréée Agrément préfectoral  : 2010NSNO 083 0007- Agrément transport de matières dangereuses  : 83 T 2018-04 Préfecture du Var www.tcpsun.fr Février 2019 - #75



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :