La Gazette du Var n°74 1er fév 2019
La Gazette du Var n°74 1er fév 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°74 de 1er fév 2019

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 16,8 Mo

  • Dans ce numéro : Hyères poursuite son embellissement.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 Actualités Janvier - Février 2019 - #74 Revendications sociales Les Gilets Jaunes décrètent la grève générale Les Gilets Jaunes de France déplorent que le pouvoir exécutif s’obstine à ne rien entendre des revendications qu’ils portent depuis bientôt trois mois. Ils appellent à une grève générale illimitée à partir du 5 février. La colère des Gilets Jaunes ne baisse pas d’un cran. Et, malgré les semaines qui passent, la fatigue et la lassitude ne prennent pas le dessus sur leurs motivations originelles. Rencontrés chez Pierre, l’un des leurs, la détermination de ces Gilets Jaunes du Var reste intacte car ils constatent que la politique d’Emmanuel Macron est rejetée par 75% des Français. Seul élu à les recevoir, François de Canson, maire de La Londe-les-Maures et conseiller régional, a proposé de mettre des salles à leur disposition, au niveau de l’intercommunalité, dans le cadre du Grand Débat National. « Il nous a demandé de nous structurer, ce fut une rencontre très positive. C’est un élu qui nous est favorable », reconnaît Kristen, commerçante en textile. « Nos réunions permettront de collecter les doléances de nos concitoyens que nous remettrons en main-propre au préfet ». AUCUNE MESURE CONCRETE Florent explique  : « Chacun a compris que le Grand Débat National ne constitue qu’une nouvelle stratégie de communication visant à anesthésier l’opinion publique sans qu’aucune mesure concrète ne soit adoptée à son issue. Le président de la République se refuse, catégoriquement, à remettre en cause les dispositifs fiscaux adoptés au début de son mandat au bénéfice des 1% les plus riches, je veux parler de la réforme de l’ISF, de l’impôt à taux unique (Flat Tax), de l’évasion fiscale (Exit Tax) et du CICE. Il propose ces mesures fiscales tout en confirmant sa volonté de réduction des dépenses publiques dont nous savons qu’elle concernera nos services publics essentiels  : santé, éducation, police et justice ». De son côté, Pierre ajoute  : « Plutôt que tenter d’apaiser et d’écouter le peuple, le président de la République et le gouvernement n’ont fait que jeter de l’huile sur le feu par des déclarations irresponsables (« foule haineuse », « agitateurs », « sens de l’effort »). Cette stratégie du chaos a engendré 1000 blessés parmi nos policiers et gendarmes, 12 décès et 2 000 blessés parmi les manifestants, dont près d’une centaine ont été mutilés, défigurés ou éborgnés. Pas un seul mot d’empathie à l’intention des victimes n’a été prononcé à ce jour par ceux qui portent la parole institutionnelle. Les violences que connaît notre pays, doivent cesser et nos revendications enfin accueillies ». Florent reprend  : « Le Grand Débat est un enfumage ! C’est une campagne de communication menée par l’Élysée et financée par le peuple. Les maires sont triés sur le volet et des élus, issus du Rassemblement National, ont été exclus des réunions. Nous sommes également contre la constitution d’une liste Gilets Jaunes aux élections européennes car elle favorisera, à terme, la liste de la République en Marche et lui permettra de rester en tête » ! Propos recueillis par Gilles CARVOYEUR Au Zénith de Toulon Plus de 1000 gilets jaunes pour écouter Étienne Chouard Le 18 janvier dernier, plus de 1000 gilets jaunes du Var et de la région s’étaient donnés rendez-vous, au Zénith de Toulon, pour écouter l’un des théoriciens du mouvement, à savoir Étienne Chouard. Depuis le début du mouvement des gilets jaunes, Étienne Chouard, 62 ans, professeur de droit et d’économie au lycée Marcel Pagnol de Marseille, multiplie les conférences et les interventions, parfois dans de très grandes enceintes comme ce fut le cas, en janvier dernier, au Zénith de Toulon, accompagné par Régis Chamagne, ancien colonel de l’Armée de l’Air. Très populaire sur Internet, il compte 140 000 abonnés sur FACEBOOK et 30 000 sur TWITTER. L’enseignant déroule, à chaque fois, un discours qui fait l’admiration de ses auditeurs. « JE NE SUIS QU’UN ELECTEUR » Son credo politique est simple  : « Je ne suis pas un citoyen ! Un citoyen est autonome, il vote lui-même ses lois. Je ne suis qu’un électeur, un enfant politique qui subit la loi votée par un autre que moi. Notre régime représentatif est un projet antidémocratique, délibéré, volontaire, depuis le début, et l’impuissance politique populaire qu’il verrouille est la cause première des injustices économiques et sociales ». Cette idée est inspirée de Rousseau, et Étienne Chouard souhaiterait la voir inscrite dans la Constitution, remplaçant celle de 1958. Pour lui, l’avènement d’une nouvelle démocratie est une question de mois. Son combat principal reste la mise en place du RIC. Un outil institutionnel qu’il a théorisé dans un livre «Notre cause commune, 2019«, à paraître aux éditions Max Milo. « Avec le référendum d’initiative citoyenne (le RIC), le peuple monte la première marche APPEL À LA GREVE GENERALE ILLIMITEE L’ensemble des Gilet Jaunes Français appelle tous ceux qui voudront se joindre à eux à compter du 5 février, à diffuser cet appel auprès de la population sur tous les réseaux sociaux et sur le terrain (ronds-points, entreprises, université, lycées, établissements publics …). Chaque citoyen est appelé à boycotter les grandes enseignes commerciales au profit des petits commerces de proximité afin de les soutenir en cette période de crise. Selon leur argumentaire, chacun devra s’interroger sur ces points  : Doit-on continuer à se soumettre aux injonctions d’un pouvoir devenu illégitime, dès lors qu’en abandonnant la poursuite de l’intérêt général, il a perdu de vue l’essence même de son mandat. Ou, doit-on reprendre en main notre destin commun. C’est un sacrifice à faire aujourd’hui, pour notre avenir et celui de nos enfants et petits-enfants. Ce moment est et doit être historique. Il est temps que la résignation change de camp et d’en revenir au respect de l’article 2 de notre Constitution selon lequel le principe de la République est  : Gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple. Les Gilets Jaunes de France. d’un processus constituant populaire. Il écrit lui-même les règles de la représentation. Les humains, donc les gilets jaunes et bientôt les autres, ceux qui les regardent et qui voient que ça marche, sont en train de se trouver une cause commune  : instituer nous-mêmes la puissance politique qui nous manque. Dans un peuple devenu constituant, donc vigilant, il n’y a plus de place pour les tyrans ». Chaque conférence se compose d’un exposé théorique suivi d’un atelier constituant où le spectateur est invité à contribuer à la rédaction d’une future constitution. Devant ses partisans, Étienne Chouard engage un vrai débat, incitant le public à s’occuper de lui-même de la chose politique, à faire remonter ses doléances vers les élus. Propos recueillis par Gilles CARVOYEUR « Notre cause commune, instituer nous-mêmes la puissance politique qui nous manque », d’Étienne Chouard parait aux éditions Max Milo.
Actualités 7 Grand Débat Grand Débat National, comment participer ? À l’initiative du président de la République, le Gouvernement a engagé un Grand Débat National jusqu’au 15 mars sur quatre thèmes qui couvrent des grands enjeux de la nation  : la fiscalité et les dépenses publiques, l’organisation des services publics, la transition écologique, la démocratie et la citoyenneté. Pour aider les français dans leur participation, la plateforme en ligne granddebat.fr a été lancée ! Concrètement, le site présente les grands enjeux du débat, les informations et ressources pour organiser des débats locaux  : kit méthodologique et fiches thématiques des 4 thèmes du débat et une cartographie des débats et un espace pour enregistrer les réunions. Une première phase a déjà été ouverte à travers la mobilisation des maires, pour que les citoyens puissent commencer à exprimer leurs attentes. Une phase plus ample s’ouvre maintenant à travers un grand dialogue national auquel chaque citoyen pourra contribuer. COMMENT S’ORGANISE LE GRAND DEBAT NATIONAL ? Le Gouvernement a mis en place une palette d’outils à disposition des citoyens qui souhaitent prendre part au Grand Débat National. Ces outils sont multiples, pratiques et ouverts puisque le grand débat national se déploie à partir des réunions d’initiatives locales. Ces réunions permettent à chacun de débattre au cours de réunions publiques, de se faire entendre et de convaincre. Depuis le 21 janvier, les contributions des Françaises et des Français peuvent être déposées sur le site www.granddebat.fr ou envoyées par courrier postal (Mission grand débat national – 244, boulevard Saint-Germain, 75 007 Paris). Des stands de proximité sont installés dans des lieux de passage du quotidien, permettant à ceux qui le souhaitent de donner leur avis sur les thématiques mises au débat. Depuis le 15 janvier, chacun peut avoir accès à la liste des débats organisés dans la région Sud sur le site internet du Grand Débat National. Ce site permet à ceux qui le souhaitent de s’enregistrer afin de déclarer un débat qu’il souhaite organiser. CHOISIR UN THÈME Les thèmes du Grand Débat National  : La transition écologique La fiscalité et les dépenses publiques La démocratie et la citoyenneté L’organisation de l’État et des services publics Compte tenu de l’ampleur de chaque sujet, il est conseillé de consacrer chaque débat à une seule thématique – si jamais vous souhaitez couvrir tous les sujets, il est plus indiqué de le faire en plusieurs fois. Quelle que soit l’option choisie, le compte-rendu de la réunion devra s’effectuer par thème en utilisant le modèle intégré dans la Fiche de Présentation. Un numéro vert France Métropolitaine 0 800 97 11 11 et le 01 82 71 03 39 pour l’Outre- Mer complète le lancement de la plateforme numérique. À partir du 1er mars, des conférences citoyennes régionales vont être organisées, associant des Français tirés au sort dans chaque région à des représentants de diverses parties prenantes. Ils pourront participer à l’élaboration de pistes concrètes, donner leur avis sur ce qui ressort des premières semaines du grand débat national et nourriront ainsi la réflexion sur les suites à donner. QUI PEUT PARTICIPER ? Citoyens, élus et institutions, organisations à but lucratif ou non lucratif  : le Gouvernement souhaite que le plus grand nombre participe et organise des débats. Il compte sur chacun des concitoyens pour prendre l’initiative et permettre la discussion la plus large et la plus représentative possible. Tous les maires qui le souhaitent pourront contribuer au Grand Débat National en organisant, ou en facilitant l’organisation d’un ou plusieurs débats dans leur commune. Ce Grand Débat National est une priorité du Gouvernement. Pour piloter son animation, deux ministres ont été désignés par le Premier ministre  : Sébastien Lecornu et Emmanuelle Wargon sont chargés de faire vivre le débat, en suivre l’évolution et d’organiser la mobilisation de tous pour faire de ce grand débat un succès démocratique. Une Mission du Grand Débat National est créée. Placée sous l’autorité du Premier ministre, cette mission interministérielle organise la logistique du grand débat et se met à la disposition de tous ceux qui souhaitent participer à son organisation. Pour garantir l’indépendance du grand débat, un collège de garants a été désigné. Indépendants du Gouvernement et reconnus pour leur engagement au service de l’intérêt général, ils s’assurent de l’impartialité et de la transparence de la démarche. Ils veillent à la régularité de la méthode et à celle des travaux d’analyse et de synthèse des contributions recueillies. Ils formuleront toutes les recommandations qu’ils jugent nécessaires pour satisfaire aux exigences de transparence et d’impartialité. Ce collège des garants est composé de cinq membres – deux désignés par le Gouvernement et trois désignés respectivement par le président de l’Assemblée nationale, le président du Sénat et le président du Conseil économique, social et environnemental. RESPECT DU PLURALISME En outre, le Gouvernement propose à toutes les formations politiques représentées à l’Assemblée nationale ou au Sénat de participer à un comité de suivi, chargé de veiller au plein INSCRIRE UNE RÉUNION SUR LA PLATEFORME NUMÉRIQUE Vous devez inscrire en ligne votre réunion d’initiative locale. Les éléments à remplir sont les suivants  : vos coordonnées et votre identité, le lieu, la date, l’heure, le ou les thème(s) du débat que vous souhaitez organiser. Il faudra également indiquer si votre réunion sera ouverte à tout public ou si elle sera à caractère réservé (exemple  : réservée aux membres d’une association, d’un syndicat, d’une entreprise, etc.). Si vous en faites le choix, votre réunion sera mentionnée sur la plateforme www.granddebat.fr dans un délais de 2 jours ouvrés (48h). respect du principe de pluralisme. La Mission du Grand Débat National et les ministres en charge réuniront régulièrement les partenaires sociaux, acteurs associatifs, et les associations d’élus, pour évoquer le déroulement de ce grand débat. Le Gouvernement prendra en compte tous les avis et propositions exprimés dans le respect de la méthode et des règles du Grand Débat National, selon les principes de transparence, de pluralisme et d’inclusion, de neutralité, d’égalité, de respect de la parole de chacun. Sous le contrôle des garants, toutes les contributions seront rendues publiques, analysées et restituées au président de la République et au Gouvernement. Sur le terrain, une réunion d’initiative locale est un temps d’échange imaginé dans le cadre du grand débat national pour que tous les citoyens puissent échanger, s’exprimer et faire remonter leurs solutions sur les thèmes proposés par le Gouvernement. Cette réunion donne la priorité à l’expression citoyenne. Elle est transparente et participative. Une réunion d’initiative locale vise à partager les constats et les diagnostics de la situation. Elle permet d’identifier les objectifs et les solutions pour les atteindre selon les participants et de formaliser un compte-rendu de la réunion lisible, fidèle et exploitable, respectant les principes du débat, et structuré selon les modèles disponibles, dans les Fiches de Présentation des thèmes proposés aux débats. Ces Fiches sont téléchargeables sur la plateforme numérique du grand débat national. Elle vise à produire des propositions et des solutions aux problèmes posés. Gilles CARVOYEUR LE GRAND DÉBAT NATIONAL À BORMES-LES-MIMOSAS Une réunion pour chacun des quatre thèmes est organisée afin de permettre aux citoyens d’échanger, de s’exprimer et de faire remonter leurs solutions sur les thématiques proposées par le Gouvernement. La fiscalité et les dépenses publiques  : mardi 5 février, salle des fêtes. De 18h à 21h. La transition écologique  : mardi 12 février, salle des fêtes. De 18h à 21h. L’organisation de l’État et des services publics  : mardi 19 février, salle des fêtes. De 18h à 21h. La démocratie et de la citoyenneté  : mardi 26 février, salle des fêtes. De 18h à 21h. Ces réunions se déroulent sous forme d’échanges et de tables rondes entre les participants, puis d’une synthèse des propositions et conclusions des habitants. Les places étant limitées à 100 personnes, les inscriptions sont obligatoires par mail auprès du secretariatdumaire@villebormes.fr Janvier - Février 2019 - #74



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :