La Gazette du Var n°74 1er fév 2019
La Gazette du Var n°74 1er fév 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°74 de 1er fév 2019

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 16,8 Mo

  • Dans ce numéro : Hyères poursuite son embellissement.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 Actualités Janvier - Février 2019 - #74 Institut de Formation des Professions de Santé Hubert Falco  : « L’îlot Montéty, un projet en totale cohérence avec Chalucet » Fin janvier, à l’Hôtel de la Métropole, Hubert Falco, président de TPM et Renaud Muselier, président de la Région, ont présenté le projet de l’Institut de Formation des Professions de Santé qui va s’installer dans l’îlot Montety à Toulon. Cette future école des métiers paramédicaux sera implantée à proximité des grands hôpitaux publics civils et militaires de Sainte-Anne et de Sainte- Musse (+ 1000 lits, 800 médecins et 4 000 personnels) et de leurs plateaux techniques de grandes qualités. Aujourd’hui, l’Institut de Formation Public Varois des Professions de Santé est composé de 5 sites sur le bassin de l’ouest varois, à La Garde et irradie dans tout le Var avec des formations à Brignoles, Draguignan et Saint-Raphaël, au plus près des bassins d’emploi. Cette implantation en centre-ville de Toulon répond à un double objectif  : installer le pôle public de formation aux métiers de la santé au plus près des hôpitaux et regrouper en un seul et même lieu la plus grande diversité des filières en plein cœur de la 14ème Métropole de France. QUARTIER EMBLEMATIQUE DE TOULON Avec un brin de nostalgie, Hubert Falco, président de Toulon Provence Méditerranée, maire de Toulon, a rappelé ses souvenirs d’enfance  : « Quartier emblématique de Toulon, la cité Montéty représente beaucoup pour moi puisque j’ai vécu chez ma tante, au numéro 7 de la cité, de 1962 à 1964, alors que j’étais élève au Lycée Tessé. Cette cité ouvrière abritait alors des familles de cheminots. C’est Paulin de Montéty, Ingénieur du Génie Maritime, qui fut à l’origine de la création de cette cité ouvrière dans un XIXème siècle marqué par l’industrialisation. Paulin de Montéty, qui faisait partie des conférences de Saint Vincent de Paul, commença par fonder un patronage pour accueillir les enfants d’ouvriers italiens employés à Toulon et entassés dans la vieille ville. Les enfants y étaient nourris, vêtus, recevaient soutien scolaire et instruction religieuse, et apprenaient un métier. C’est autour de ce patronage, puis d’une nouvelle église, inaugurée en 1864, que débuta la construction d’un ensemble de logements sociaux pour les familles d’ouvriers. Il s’agissait de donner des conditions de vie et d’éducation dignes aux ouvriers de l’époque. L’église, qui était à l’origine une chapelle, fut érigée en 1960 en église paroissiale sous le nom de Saint Vincent de Paul ». UNE ATTENTE DE 18 ANS Puis, il a ajouté  : « J’ai souhaité préserver cette église, à laquelle les habitants de tout le quartier sont très attachés, et je m’en étais ouvert à Monseigneur l’Évêque. Lorsqu’on s’occupe de l’intérêt public et de la vie des gens, on se doit de ne pas avoir qu’une pure logique comptable. L’humain doit être privilégié. À partir de 1990, l’état de la Cité Montéty s’était fortement dégradé avec le temps. À notre arrivée en 2001, il restait dans la Cité Montéty une vingtaine de familles. Nous n’avons pas voulu les brusquer par une démarche autoritaire, et nous avons attendu 18 ans avant d’engager une procédure d’utilité publique. Je voulais respecter cette histoire. Aujourd’hui Montéty est vide. La ville en est devenue entièrement propriétaire. En matière publique, il faut du temps long, il faut savoir attendre l’opportunité. Il faut savoir attendre le rétablissement de la confiance, gage de crédibilité qui ouvre à de nouvelles opportunités. Avec la création de cet Institut de Formation des Professions de Santé, et grâce à la Région, nous installons des centaines de jeunes sur ce site. Nous ne dénaturons pas l’esprit d’humanisme de ceux qui avaient construit cette cité. Car en offrant une formation, un métier noble à notre jeunesse, nous sommes totalement dans cet esprit de solidarité et de développement qui était celui du fondateur de la Cité Montéty ». Optimiste, le maire de Toulon a conclu  : « Cette renaissance du quartier de Montéty, accompagnée par la construction du Pont des Arts, va permettre de créer un lien nouveau entre le Quartier des Lices et celui de la Gare. Cette mise en cohérence des quartiers de Montéty, Sainte-Anne et Claret est le gage d’une meilleure qualité de vie pour tous. Elle rapproche les quartiers et va permettre de rendre la ville plus accessible, plus apaisée, plus praticable. Ce nouveau projet est totalement cohérent avec le projet Chalucet que nous inaugurons dans le dernier trimestre de l’année 2019 ». 28 MILLIONS D’ € D’INVESTISSEMENT De son côté, Renaud Muselier apportait quelques précisions sur l’engagement de la Région  : « Il s’agit ici de 28 millions d’ € d’investissement, engagés pour l’avenir de nos professionnels de santé. Et, c’est sur la base d’un accord politique, dans le cadre d’un accord technique de haut niveau, que nous y parvenons. Je veux rappeler tout notre engagement au service des formations paramédicales, une compétence forte de la Région issue de la loi de 2004  : 17 000 étudiants sur l’ensemble du territoire régional, 80 sites de formation, 75 millions d’ € de budget annuel au service de la formation, 25 millions d’ € d’aides individuelles complémentaires pour les étudiants. Cet engagement n’est pas dû au hasard. Ce secteur représente le premier employeur de la région, avec 280 000 personnes, soit 15% de la population active, c’est le secteur avec le plus faible taux de demandeurs d’emplois, c’est aussi un secteur où tous les niveaux de qualification sont représentés (…). De manière générale, nous avons engagé un effort généralisé en faveur de l’insertion professionnelle et de la qualité de la formation  : les résultats sont incontestables. En 2015, seules 48% des personnes dont la Région finançait la formation revenaient à l’emploi 6 mois après. Nous avons posé, pendant la campagne des régionales, l’objectif de 70%. En 2018, nous enregistrons déjà un taux record de 69% ! Les formations paramédicales sont au cœur de ce succès avec 91% d’insertion 1 200 ETUDIANTS ATTENDUS EN 2020 Le site de Montéty accueillera environ 1 200 étudiants et élèves soit  : 2 promotions de formations d’infirmiers (IDE), soit 570 infirmiers 1 promotion d’aides-soignants (AS), soit 170 aides-soignants 1 promotion d’auxiliaires de puériculture (AP), soit 100 auxiliaires 2 promotions de psychomotriciens, soit 120 psychomotriciens 2 promotions d’ergothérapeutes, soit 90 ergothérapeutes et 150 élèves de formation continue pour les professionnels de la santé et des préparations aux concours d’entrée préparatoire. L’IFPVPS emploie 115 personnes assurant la gestion administrative et logistique, la formation des étudiants, l’entretien et la maintenance des équipements dont 87 agents sur le bassin de l’ouest varois. professionnelle pour les infirmiers, 90% pour les aides-soignants, 79% pour les auxiliaires de puériculture, 86% pour les psychomotriciens, 96% pour les ergothérapeutes. On voit bien à quel point, dans une région comme la nôtre, l’impact du secteur de la santé sur l’emploi et sur l’activité pèse lourd ». Propos recueillis par Gilles CARVOYEUR Lors de cette présentation, nous avons également noté la présence de Philippe Vitel, vice-président de la Région et François de Canson, président de Méditerranée Porte des Maures et maire de La Londe-les-Maures. COUT La Région Sud est la tutelle financière de l’IFPVPS. Sa dotation annuelle de fonctionnement, de près de 800 000  € , est la principale source de financement de l’Institut. Le projet global évalué à 28 millions d’ € est sous maîtrise d’ouvrage TPM, avec une convention de mandat de maîtrise d’ouvrage sous forme d’appels d’offres, pour désigner le mandataire de l’opération. Apport initial de 10 millions d’ € financés par  : La Région Sud  : 7,5 millions d’ € L’IFPVPS (fonds de concours)  : 2,5 millions d’ € La Ville de Toulon  : mise à disposition du terrain à TPM Financement complémentaire de 18 millions d’ € , porté par la Métropole TPM, qui touchera un loyer annuel de 749 000  € , correspondant à l’annuité d’emprunt. Superficie (surface plancher)  : 8000 m2 Maîtrise d’ouvrage  : Métropole Toulon Provence Méditerranée CALENDRIER Premier trimestre 2019  : Lancement de la consultation pour le mandat de la maîtrise d’ouvrage Juin 2019  : Choix du prestataire Deuxième semestre 2020  : Démarrage prévisionnel des travaux Rentrée septembre 2022  : Ouverture prévisionnelle de l’IFPVPS
Actualités La Garde Un enseignement de « haut-vol » pour une meilleure mise en pratique des acquisitions Sur le campus de La Grande Tourrache, dans le cadre du cours « Intelligence situationnelle et prise de décision », KEDGE BUSINESS SCHOOL proposait de découvrir une expérience pédagogique innovante, à savoir la réalité augmentée à partir d’une simulation de vol en avion de chasse pour favoriser la prise de décision managériale. En effet, l’école supérieure de commerce propose à ses étudiants en Master 1 et 2, dans le cadre de son cours sur l’« Intelligence situationnelle et de décision », un exercice de gestion de crise qui s’appuie sur la réalité virtuelle. Dirigé par Laurence Le Poder, professeure en économie et gestion de crise, et Guillaume Laurie, ingénieur pédagogique en charge de l’innovation, cet enseignement exceptionnel en management permet la mise en application immédiate des principes théoriques, vus en cours, grâce à la réalité virtuelle. « Il s’agit d’un exercice de gestion de crise qui s’appuie donc sur la réalité virtuelle et la simulation d’une mission de reconnaissance et d’aide humanitaire en avion de chasse afin d’illustrer les processus de décision en entreprise », décrypte l’enseignante. PRISE DE DECISION ACCELEREE « Cet exercice part du constat que la prise décision au sein d’une entreprise peut prendre plusieurs semaines et souvent plusieurs mois », explique Laurence Le Poder qui a imaginé une pratique innovante à enseigner à ces étudiants pour tenter de répondre à cette problématique. En collaboration avec Pierre-Henri Chuet, consultant pour la société «Mach 3 Management« et ancien pilote de Rafale au sein de la Marine nationale, la professeure a pensé une mise en pratique très concrète de la prise de décision accélérée et des conséquences qui en découlent. C’est ainsi qu’une des salles de classe de l’école a pris des allures de centre de contrôle aérien avec la mise en place et la mise à disposition des étudiants de cockpits et des casques de réalité virtuelle. « Par cette innovation pédagogique où la technologie est au service de l’apprentissage, l’objectif est d’optimiser la prise de décision 5 managériale en situation complexe, savoir faire des choix avisés et rapides, pouvoir mesurer quasi instantanément les conséquences, les effets d’une décision mais aussi de comprendre les conséquences de l’absence de décision », poursuit la jeune femme. Concrètement, la charge mentale en plein vol rend l’individu beaucoup plus attentif. Selon Mme Le Poder, « au plus on agit sur l’affect, les émotions, au plus l’apprentissage est rapide et efficace ». Elle détaille le parcours de ces étudiants dans ce processus d’apprentissage expérimental  : « Il s’agit de récolter l’information, l’analyser, la traiter et enfin pouvoir la transmettre. Ces différentes étapes conduiront les étudiants à donner l’information la plus pertinente lors du débriefing et la mise en commun de tous ces éléments leur permettra de produire un travail en équipe de qualité ». Manifestement, cette présentation a séduit les étudiants et ce cours de mise en pratique les a, définitivement, conquis. Émilie CARDINALE-BOTTERO (Texte et photos) EcoQuartier ! Un label pour le quartier de la créativité et de la connaissance Chalucet Le 13 décembre dernier, le quartier de la créativité et de la connaissance Chalucet à Toulon, a été labellisé EcoQuartier. Ce label, décerné par le ministère de la Cohésion des Territoires et des Relations avec les Collectivités Territoriales et le ministère de la Transition écologique et Solidaire, vient récompenser ce projet car il représente, par son exemplarité environnementale, la volonté de développement urbain durable et la transition écologique du territoire métropolitain. « Quartier emblématique en plein cœur de ville, Chalucet bénéficiera d’un environnement dense, tourné vers le développement numérique, les nouvelles technologies, la transmission du savoir, l’accueil d’activité d’enseignements supérieurs et d’entreprises », explique Hubert Falco, maire de Toulon et président de la Métropole. Il ajoute  : « Ce sera un nouveau cadre de vie agréable, composé d’espaces publics et récréatifs de proximité, ainsi qu’un lieu de vie qui ouvrira dès la rentrée universitaire 2019. La création de ce nouveau quartier a été confiée à l’architecte Corinne Vezzoni du cabinet Corinne Vezzoni et associés ». LABELLISE ECOQUARTIER ETAPE 2 Le projet a obtenu la labellisation EcoQuartier grâce à plusieurs critères et notamment un cadre de vie agréable situé en plein cœur de ville, à proximité immédiate de la gare multimodale, une mixité de fonctions (habitat, équipements publics et équipements d’enseignement supérieur), la présence d’espaces naturels de qualité avec le Jardin Alexandre 1er, inscrit à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques, une biodiversité préservée ainsi qu’une forte présence d’eau et le prolongement du projet dans «la Promenade Verte des remparts«. Enfin, le projet Chalucet a obtenu le label étape 2, correspondant à l’expertise et la labellisation du chantier. Il fait partie des 158 chantiers labellisés EcoQuartiers étape 2 au plan national depuis 2013, et des 25 chantiers étape 2 labellisés en 2018. Photo  : GolemImages LA DEMARCHE ECOQUARTIER EN FRANCE Portée conjointement par le ministère de la Cohésion des Territoires et le ministère de la Transition écologique et Solidaire, la démarche vise à favoriser l’émergence d’une nouvelle façon de concevoir, de construire et de gérer la ville durablement. Un ÉcoQuartier est un projet d’aménagement multifacettes qui intègre tous les enjeux et principes de la ville et des territoires durables. Le label ÉcoQuartier se fonde sur 20 engagements rassemblés dans la Charte ÉcoQuartier, qui peuvent s’appliquer à toute opération d’aménagement durable. Le label EcoQuartier est une démarche qui accompagne les collectivités tout au long du cycle de vie du projet  : de la conception jusqu’à la vie du quartier, en 4 étapes. Janvier - Février 2019 - #74



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :