La Gazette du Var n°74 1er fév 2019
La Gazette du Var n°74 1er fév 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°74 de 1er fév 2019

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 16,8 Mo

  • Dans ce numéro : Hyères poursuite son embellissement.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
28 Méditerranée Porte des Maures La Londe-les-Maures Le goût et la qualité à l’honneur dans les assiettes des enfants En effet, en ce qui concerne la restauration scolaire, La Londe adore le bio ! Car, depuis une dizaine d’année, les restaurants scolaires de la commune proposent, une semaine par mois, des repas préparés par la ville 100% bio. Et, qui sont très appréciés par les enfants ! Bref, qu’on se le dise, le goût et la qualité sont toujours à l’honneur dans les assiettes des enfants ! 600 REPAS PAR JOUR Avec 600 repas préparés et servis chaque jour dans les cuisines municipales par une vingtaine d’agents, le bio s’est imposé presque naturellement. « Ainsi, la semaine bio a fait ses preuves. Elle plaît autant aux parents qu’aux enfants. Grâce à l’action du service des Affaires Scolaires, nos jeunes goûtent de tout lors des repas. Cela s’inscrit, en cohérence, avec la sensibilisation au bien manger que nous promouvons au travers du potager pédagogique de la Brûlade », rappelle, avec pertinence, François de Canson, le maire. Pour le premier magistrat communal  : « C’est un choix fort que nous avons pris pour permettre à nos enfants de manger plus sainement. Ainsi, 20% des repas servis aux enfants des écoles maternelles et primaires sont entièrement réalisés avec des produits bio certifiés ». Pour obtenir un tel résultat, le service des Affaires Janvier - Février 2019 - #74 Scolaires fait appel aux prestataires bio pour acheter l’ensemble des denrées nécessaires à la confection des repas de la semaine bio. SANS INCIDENCE FINANCIERE POUR LES FAMILLES « Nous achetons des légumes, des fruits, de la viande et du poisson mais aussi les pâtes, le fromage et les yaourts, les biscuits ou encore les huiles, le beurre et les condiments qui entrent dans la fabrication de ces repas » expliquent, d’une même voix, Charles Cirk chef de la cuisine de l’école Jean-Jaurès, et Nathalie Giraud, directrice du service. Concrètement, de l’entrée au dessert, tous les composants du repas sont bios. « Nous avons fait le choix de regrouper les menus bio sur une semaine car c’est plus simple à gérer sur le plan de l’approvisionnement et de la préparation mais c’est surtout plus lisible pour les familles. Si le coût d’un repas bio est d’environ 60% plus cher qu’un repas traditionnel, cela reste sans incidence sur le prix payé par les familles », conclut Nicole Schatzkine, adjointe au maire en charge des Affaires Scolaires, véritablement séduite par le succès de la démarche. Photo  : Michel ROBERT Résidence du Petit-Bois Les espaces-verts et un cadre de vie rénovés Un chantier d’entretien et de rénovation des espacesverts de la Résidence du Petit-Bois vient d’être mené à la plus grande satisfaction des riverains et des habitants du quartier. Ce chantier s’inscrit dans la lignée de la politique volontariste, engagée depuis dix ans par la ville de La Londe-les- Maures. Elle vise à l’amélioration constante du cadre de vie dans les quartiers, comme le souligne François de Canson, le maire  : « Depuis 2008, par le biais de la SEM, le Petit-Bois a bénéficié de la réfection des façades et des balcons, du changement des chaudières ». POUR LE BIEN-ETRE DES HABITANTS Le premier magistrat ajoute  : « Nous avons également repensé les espaces-verts, rénové les réseaux, la voirie ainsi que les parkings. Aujourd’hui, je constate que la SAGEM entend poursuivre dans cette voie pour le bien-être et le confort des habitants de ces immeubles, auxquels je suis tout particulièrement attaché ». En effet, conformément à un projet pensé initialement par la ville, les parterres ont été repensés et de nouveaux massifs ont été minéralisés et fleuris dans les jardins de la résidence par la SAGEM, la société gérant les habitations. « Les résidents de ces immeubles bénéficient, à l’instar des habitants des autres quartiers de La Londeles-Maures, d’un cadre de vie constamment entretenu et amélioré », insiste, de son côté, Nicole Schatzkine, première adjointe. Partout en ville, la municipalité reste attentive au cadre de vie des Londais et, plus particulièrement, à la Résidence du Petit-Bois, en collaboration avec la SAGEM, le nouveau bailleur. Photo  : Michel ROBERT
Méditerranée Porte des Maures La Londe-les-Maures François de Canson  : « Être rigoureux n’empêche pas d’être ambitieux » François de Canson revient sur le travail mené, avec énergie, sur le front de la lutte contre les inondations. En effet, le Programme d’Action de Protection contre les Inondations appelé « PAPI côtiers des Maures », prévoit la mise en œuvre de travaux pour un coût proche de 26 millions d’ € . CAPACITE COLLECTIVE À SE MOBILISER Le maire rappelle  : « En octobre 2018, nos partenaires financiers - État, Région, Département, Agence de l’Eau - ont signé une convention nous accordant 70% de subventions sur le montant des travaux. Ce niveau de subvention record est le signe de notre mobilisation, de la qualité des dossiers que nous portons, de nos bonnes relations avec nos partenaires institutionnels. La part restante, soit 30%, sera supportée par notre population communautaire, selon un prélèvement de 17  € par habitant en moyenne. Certains travaux, hors programme, seront pris en charge par le Conseil Départemental qui, s’est engagé sur le recalibrage du pont de la cave coopérative » (…). Le président de MPM ajoute  : « Cette démarche atteste de la volonté permanente de tous les acteurs du territoire d’unir leurs efforts, dans la prévention du risque inondation. Ainsi, après avoir obtenu dans un temps record, en moins de 2 ans, le financement des travaux, nous attendons, désormais, la délivrance des autorisations administratives qui permettront le début des travaux structurants. Nos six communes ont su construire une communauté de projets et d’actions au service des citoyens, se forger une identité collective, et développer un sentiment d’appartenance. J’ai confiance dans notre capacité collective à nous mobiliser, à travailler ensemble, à exprimer nos nuances, nos divergences parfois aussi, mais à travailler au service d’un avenir commun pour une Communauté de Communes juste, et durable ». RIGUEUR ET AMBITIONS, EN MEME TEMPS Sur le plan des finances locales, le premier magistrat précise  : « Nous avons impulsé une gestion pragmatique des finances locales. Rénovation urbaine, cadre de vie, sécurité, éducation, environnement, sport, solidarité sont autant de marqueurs de la politique conduite par la majorité municipale et qui se traduisent par la réalisation d’un nombre conséquent d’actions, répondant aux engagements pris devant les Londais. Priorité aux investissements, rationalisation du fonctionnement et stabilité des taux d’imposition ont caractérisé nos budgets successifs. Malgré un contexte économique contraint et une réduction drastique des moyens aux collectivités, il est possible de faire des choix ambitieux allant dans le sens de l’intérêt général, tout en préservant et en utilisant efficacement les deniers publics. C’est tout le sens de l’action que je conduis. Pour preuve  : Alors que l’État a réduit notre Dotation Globale de Fonctionnement de 50% entre 2011 et 2017, nos dépenses d’équipement n’ont cessé de progresser jusqu’à atteindre plus 135%. Être rigoureux n’empêche pas d’être ambitieux. Et le budget 2018 de la commune en fut, encore une fois la preuve, avec un niveau d’investissement sans précédent, la poursuite du désendettement et le maintien des taux communaux d’imposition, répondant ainsi, une nouvelle fois, à la promesse que nous vous avions faite en 2014. Notre gestion des finances locales est placée sous le signe de la rigueur bénéfique, pour protéger les usagers et les contribuables. Sa finalité n’est pas seulement comptable, elle est aussi et avant tout humaine, au service de tous. C’est en tout cas, notre conviction, la base de notre orthodoxie financière. Et jusqu’à la fin du mandat, il n’y aura pas d’augmentation d’impôt. Je m’y engage ». Cette identité londaise partagée, se retrouve dans chaque facette de la vie locale. Elle se retrouve dans la formidable dynamique associative. COEUR BATTANT DE LA COMMUNE Pour l’élu  : « Nos associations symbolisent cet élan vers l’autre, cette solidarité généreuse. Elles n’hésitent pas spontanément a dépassé l’objet strict de leur raison d’être pour contribuer à une animation sitôt qu’elles sont sollicitées, par exemple, à l’occasion du TELETHON, au cours duquel, à l’unisson, elles donnent toute la mesure de leurs talents. Je voudrais saluer leurs efforts permanents. Elles sont le cœur battant de notre commune et c’est, avec elles, que se façonnent des émotions partagées. Cette identité se retrouve aussi dans notre capacité à rassembler lors des événements festifs, à proposer une culture ouverte à tous, et des animations qui contribuent à l’âme de notre ville, été comme hiver. Aux rendez-vous traditionnels auxquels nous sommes tous attachés, de nouveaux sont venus nous ravir. Je pense au festival de LEGO qui a réuni plus de 10 000 visiteurs et qui est appelé à se pérenniser. Notre identité, c’est celle d’un territoire béni des Dieux que nous ne cessons de protéger, en créant de nouveaux espaces verts ou en encourageant les déplacements doux. La labellisation « Territoire Vélo » qui nous a été décernée cette année vient récompenser les efforts fournis en la matière. Notre identité, c’est cette qualité de vie, qui nous offre mille possibilités de nous épanouir, à laquelle nous nous sommes peut-être habitués, comme si elle nous était naturelle, comme si elle nous était due, mais qui revêt pourtant un caractère d’exception. Notre identité, c’est enfin celle qui se forge dans notre conviction que la protection de notre environnement passe par la sensibilisation des (U 29 jeunes générations. À l’heure des COP 24 et du Plan Climat initié par la Région Sud, à La Londe, nous apportons notre petite contribution. C’est ainsi que le 8 juin 2018, plus de 450 écoliers de notre intercommunalité ont participé à la Journée mondiale des Océans, en menant une action de dépollution des fonds marins, sous l’œil bienveillant du parrain de l’opération, Stéphane Mifsud. Ouvrir les yeux, les sens et le cœur de nos enfants, et des plus grands à la nature et à l’écologie reste notre objectif prioritaire. Nous nous y employons » ! Photos Jean-Michel ELOPHE LE GYMNASE LIVRE EN MARS Une nouvelle année de travail commence, une année qui porte en elle de grands rendez-vous. À commencer par le gymnase dont le chantier entre dans sa phase finale. Co-financé par la Ville et le Département du Var, le montant de cette réalisation est de 5,59 millions d’ € . Ce gymnase, tant attendu par les collégiens et les sportifs proposera sur plus de 1800m2, des installations de haut niveau permettant la pratique et la compétition de nombreux sports collectifs. De l’entrée aux vestiaires, en passant par les zones techniques et les salles de rangement, sans oublier l’aire de jeu, cet équipement commence à dévoiler ses atouts… Doté de tribunes de 250 places, d’un mur d’escalade et d’un plateau permettant d’accueillir des compétitions de niveau régional, ce gymnase répond aux dernières normes de constructions environnementales. Cet équipement concrétise le souhait de l’équipe municipale de maintenir et développer la pratique sportive, mais également, de conforter une réelle vie associative locale. Les lieux de sport constituent un excellent vecteur d’échanges et de rencontres. Dans le même état d’esprit, la municipalité va continuer à améliorer les structures à encourager l’activité sportive dans la ville. Janvier - Février 2019 - #74



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :