La Gazette du Var n°74 1er fév 2019
La Gazette du Var n°74 1er fév 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°74 de 1er fév 2019

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 16,8 Mo

  • Dans ce numéro : Hyères poursuite son embellissement.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
24 Vallée du Gapeau La Farlède Pratiquer la sophrologie, c’est réapprendre à se recentrer Dans un premier temps, formée à la sociologie, Angélique Calles, a poursuivi ses études dans le management et la communication, avant d’investir le monde du travail. Mais c’est finalement le cap des sciences humaines qu’elle a repris depuis quatre ans. « Mes expériences de vie m’ont ramené à ce qui est pour moi l’essentiel  : l’humain et le partage », précise-t-elle. Sophrologue diplômée, son accompagnement se base sur une approche humaniste et une vision positive de l’être humain  : « La sophrologie s’appuie sur ce modèle, selon lequel chaque personne à une tendance innée à vouloir se réaliser, c’est-àdire à mobiliser ses forces de croissance et à développer son potentiel » ajoute-t-elle. « Une conception globale et moderne tout comme la discipline elle-même ». UN MOYEN POUR MIEUX SE CONNAITRE Créée dans les années soixante par le neuropsychiatre Alfonso Caycedo, la sophrologie se veut un moyen actif et pratique pour mieux se LA VILLE DE LA FARLÈDE LA MÉDIATHÈQUE EURÊKA & L'ÉCOMUSÉE DE LA VALLÉE DU GAPEAU INAUGURATION VENDREDI 8 FÉVRIER A 18H30 Program me disponible sur  : www.lafarlerie.fr Service culture Médiathèque Eurêka 04 94 20 77 30 Hardi  : 14V18h Mem et vend.  : 9h112h-1erlieh Jeudi  : 16h118h Samedi 10W16h Écomusée de ta Vallée du Gapeau  : 07 78 51 29 84 www.ecomuseestapeau,org Janvier - Février 2019 - #74 connaître et accroître ses capacités d’adaptation, afin de dépasser les difficultés rencontrées. Grâce à différentes techniques de visualisation, de respiration et de relaxation, elle conduit l’individu dans un espace de connexion à soi et lui permet de dynamiser ses ressources positives. À l’air du stress et du zapping, le bonheur du lâcher prise a tout son intérêt  : « Pratiquer la sophrologie, c’est réapprendre à se recentrer et s’apaiser par soi-même pour faire redescendre la pression » affirme Angélique Calles. Elle explique  : « Ce qui entraîne inexorablement une amplification de l’estime de soi et une meilleure gestion des émotions, pour finalement gagner en efficacité, en motivation, en créativité et en écoute ». da,6cia23 AgefeApateue ADULTES & ENFANTS) Emika « Le panel d’interventions de la sophrologie est vaste. Quel que soit l’âge ou le sujet chacun peut la pratiquer dans une démarche personnelle d’épanouissement ou en vue d’un objectif plus précis  : se préparer à la parentalité ou encore, à un examen ou à une compétition sportive, au sevrage, améliorer le sommeil, gérer la douleur, réduire le stress dû à une opération, gagner en efficacité et en bien-être chez les salariés », conclut la jeune sophrologue. Souvent l’action de l’accompagnement sophrologique se ressent au-delà d’un mieuxêtre, la personne renforce son sentiment d’exister pleinement. Le mieux-vivre laisse, alors, place à un réel art de vivre. Séance de découverte en groupe gratuite pour les lecteurs de la Gazette du Var  : le samedi 9 février à 10h30 à La Bastide Toulon – 697 avenue de la Résistance, 83000 Toulon www.angeliquecalles.com 06 26 92 08 91 Membre de la Chambre syndicale de sophrologie LA FARLÈDE
Méditerranée Porte des Maures 25 Pierrefeu-du-Var François de Canson  : « Une formidable opportunité pour notre territoire » « J’avais pris l’engagement de tous vous réunir. Vous avez répondu présents et j’y vois le signe d’une volonté commune de faire aboutir un projet cohérent pour notre territoire et porteur d’emplois ». C’est par ces mots que François de Canson, président de Méditerranée Porte des Maures (MPM) a lancé le premier Comité de pilotage de l’étude sur le développement aéronautique de l’aérodrome Cuers-Pierrefeu. En effet, dans le cadre de leur compétence «Développement économique«, le président et les vice-présidents de MPM (Patrick Martinelli, maire de Pierrefeu-du-Var et Gilbert Perrugini, maire de Cuers) ont affirmé leur volonté de développer une économie aéronautique sur le site afin de créer de nouveaux emplois sur le territoire. PREMIER COMITE DE PILOTAGE Ainsi, le 31 janvier, en mairie de Pierrefeudu-Var, le Comité de pilotage de lancement s’est réuni en présence des élus et acteurs concernés par le dossier. François de Canson a souligné l’importance de porter le projet en transparence et concertation. Le président du cabinet CEIS, mandaté par la Communauté de communes, a présenté les grandes lignes de la méthodologie qui sera adoptée pour aboutir, d’ici quelques mois, à l’écriture d’un scénario de développement. « Le projet devra être à la fois ambitieux, équilibré et réaliste, et en bonne coordination avec l’activité militaire de l’Atelier Industriel Aéronautique, implantée sur la partie sud du site ». Car, il existe une possibilité pour la Communauté de communes d’acquérir ce site pour y développer un projet économique est une grande chance pour l’avenir du territoire. ENJEU ESSENTIEL ET PRIORITAIRE À ce titre, le cabinet CEIS œuvre en liaison avec les entités militaires, s’appuyant sur des compétences en développement économique, et ayant déjà travaillé pour des dossiers similaires. Depuis plusieurs années, les élus de MPM sont largement mobilisés car, pour eux, cette zone aéroportuaire est un enjeu essentiel et prioritaire du développement économique de l’intercommunalité, réfléchissant au développement de ce lieu. François de Canson a rappelé  : « Cette zone constitue une grande opportunité de développement économique mais l’État ne souhaitait pas vendre les terrains qui lui appartient. Depuis, MPM a confirmé son intérêt en proposant de les racheter ». MPM réfléchit à un projet d’activités aéronautiques sur les 20 hectares situés au nord du site, actuellement, en partie occupés par l’Association de la Zone Civile de Cuers- Pierrefeu (AZCCP). Un développement qui se fera en respectant les activités présentes sur le site. CREER DES EMPLOIS Selon Patrick Martinelli, « cette première réunion du Comité de pilotage permet d’ouvrir le débat sur ce projet qui se veut, avant tout, économique, à une période où nous avons besoin de créer de l’emploi. Cela reste notre objectif primordial en cherchant à être efficace et utile à tous. Seul, on ne peut rien faire, mais, ensemble on pourra faire beaucoup de choses ». François de Canson se souvenait  : « J’ai fait un rêve depuis 2012 et ce rêve est en train de se concrétiser ! Depuis 2012, j’ai perçu l’intérêt économique de ce site. J’avais promis que personne ne serait laissé au bord de la route et le travail que va mener le bureau d’études le démontrera. Nous allons jouer la transparence. Tout doit être mis en place pour que ce projet réussisse ! Le cabinet CEIS est un spécialiste de la reconversion des sites aéroportuaires. Son dirigeant possède un parcours exemplaire dans le milieu aéronautique ». METTRE LES FORCES EN COMMUN Déterminé, le président de MPM poursuivait  : « Notre volonté, c’est de créer des emplois d’autant que le site possède des opportunités et aussi des contraintes, notamment le prix des terrains, un élément capital. Mais, on avancera sur ce dossier comme sur les autres. Mon vœu est que projet aille vite. Nous sommes décidés à ce que dossier soit mené rapidement, malgré les contraintes de la présence militaire sur le site ». Sur le territoire de MPM, François de Canson estime qu’il est important de créer de l’activité économique, d’autant qu’il n’existe plus beaucoup de terrains dans le Var qui recèlent autant de potentialités. « Je compte sur la détermination de chacun pour que ce projet réussisse. Nous travaillons à installer sur la zone des activités pérennes et qui correspondent au bassin de vie. Mettre nos forces en commun, c’est l’objectif de ce Comité de pilotage. À vous, maintenant, de vous engager », a lancé, avec enthousiasme, le président de l’intercommunalité. ECOUTER, CONNAITRE ET COMPRENDRE Pour le cabinet CEIS, l’acquisition de cet espace est une grande chance pour les élus. Sa mission est de développer de nouvelles activités et celles qui sont déjà en place sur le site. Sa démarche repose sur un triptyque  : écouter, connaître et comprendre, avec beaucoup de modestie et d’humilité. Sa mission consiste en la réalisation d’un diagnostic technique et socio-économique du site, l’élaboration d’un scénario de développement et d’un schéma d’aménagement, l’animation de réunions de concertation avec les élus et acteurs locaux, l’accompagnement de la procédure d’acquisition auprès des services de l’État, la définition d’un programme opérationnel de mise en œuvre du projet, et l’accompagnement pour la mise en œuvre du projet. Les activités qui s’implanteront devront avoir un caractère pérenne, dans le cadre d’un projet équilibré et réaliste avec une approche qui devra tenir compte de l’offre concurrentielle et de l’aménagement urbanistique. Propos recueillis par Gilles CARVOYEUR La réunion s’est tenue en présence de Bernard Martinez et Cécile Augé, élus de MPM, du représentant du commandant de la BAN de Hyères, du directeur de l’AIA, du délégué de la MRAI, du représentant de la DGAC de Paris et son homologue pour la zone du Sud-Est, de Caroline Pétroni de la CCI du Var, accompagné de Patrick Reygades, responsable des antennes de proximité de la CCI, du président de l’AZCCP, de l’ADI, du représentant du Groupement de défense du patrimoine aéronautique de la plateforme Cuers-Pierrefeu-du-Var, et de M. Jacquet, conseil auprès de la communauté de communes. Janvier - Février 2019 - #74



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :