La Gazette du Var n°74 1er fév 2019
La Gazette du Var n°74 1er fév 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°74 de 1er fév 2019

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 16,8 Mo

  • Dans ce numéro : Hyères poursuite son embellissement.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
10 Département Janvier - Février 2019 - #74 Marc Giraud, président  : « La Métropole est une chance pour le Var » ! Depuis le 1er janvier 2018, Toulon Provence Méditerranée est devenue une Métropole. Et, le président du Département insiste  : « La Métropole est une chance pour le Var ! Il fallait exister entre Marseille et Nice ou se voir partagé et, à terme, disparaître. La Métropole, c’est 12 communes, 40% de la population varoise, des atouts économiques, touristiques, culturels et sportifs réels. C’est la locomotive nécessaire à l’émergence du Var et il faut l’accompagner et la soutenir autant que l’on peut. Nos destins sont liés. Nous discuterons avec le président Falco, au cours de 2019, des compétences à transférer au 1er janvier 2020 et des modalités de ces transferts sur le territoire des 12 communes de TPM. Nous resterons partenaire et soutien de la Métropole, comme nous le sommes des autres agglomérations et communautés de communes, et des 141 villes et villages qui ne sont pas dans TPM ». LE DEPARTEMENT POURSUIT SA MUTATION Toutefois, pour le président du Conseil Départemental  : « 2019 sera faite de beaucoup de projets, beaucoup de nouveautés et de beaucoup de réflexions propres à positionner la collectivité à la place qui lui revient ». En effet, année après année, la collectivité départementale poursuit sa mutation, bénéficiant de locaux et d’outils de plus en plus performants. Ainsi, près de 400 agents se sont installés dans les locaux du site de La Loubière et 220 dans le nouveau Pôle Social de Draguignan. Le président rappelle  : « Les nouveaux collèges de Carcès, de Saint-Raphaël et de la Seyne-sur- Mer offrent aux équipes des cuisines, d’accueil, de maintenance et d’entretiens, des conditions de travail modernes et adaptées. Le futur Pôle départemental du Golfe de Saint-Tropez, à Sainte-Maxime, regroupera le pôle technique de Fayence - Estérel et l’UTS du Golfe de Saint-Tropez et contribuera à l’amélioration des conditions de travail des agents du Département, sujet qui me préoccupe constamment ». Privilégiant l’échange et le dialogue constructif, en 2018, Marc Giraud a poursuivi ses visites de terrain. « Elles nous ont permis de mieux nous connaître. Et me connaître, c’est savoir que j’aime le mouvement, aller de l’avant et réformer là où je l’estime utile. Je ne changerai pas de cap car on ne me changera pas. Je voudrais dire deux mots sur les finances départementales, sujet sensible à la fois pour l’ensemble de nos concitoyens et pour vous, qui mettez en œuvre les politiques publiques du Département ». EXCEDENT BUDGETAIRE DE 50 MILLIONS D’ € Il ajoute  : « Le budget de la collectivité a présenté un excédent de 50 millions d’ € , lors du dernier compte administratif ainsi qu’un désendettement notable, tout en apportant une parfaite réponse aux besoins des Varoises et des Varois, dans tous les domaines. C’est le reflet d’une gestion saine, caractérisée par des dépenses maîtrisées et une pression fiscale stabilisée par la non augmentation des taux départementaux. C’est le fruit d’une politique réfléchie et volontariste, mise en œuvre par moi-même et mes collègues de la majorité départementale dont je voudrais saluer le travail, l’investissement personnel et le soutien indéfectible ». Dans cette politique volontariste, le président du Conseil Départemental associe le personnel à tous ces efforts, car il n’est pas toujours simple, dans les services, de pratiquer l’économie. Marc Giraud, lors de la cérémonie de présentation des vœux au Centre Départemental de l’Enfance, le 17 janvier dernier « Mais, c’est un exercice obligatoire si l’on ne veut pas que la collectivité soit obligée d’accroître la pression fiscale de façon inconsidérée ou, pire, que l’on se trouve dans l’impossibilité d’honorer nos charges sociales, comme ce fut le cas de certains départements en 2018 ». Il poursuit  : « L’année 2019 sera, comme la précédente, faite de rigueur, de sérieux et d’exigence, car, hélas, les contraintes budgétaires demeurent fortes. L’État subordonne le versement de l’intégralité de sa Dotation à une augmentation maximale d’1,2% des dépenses de fonctionnement, sous peine d’amende. Voilà comment l’État fait des économies sur le dos des collectivités locales et nous oblige à des efforts constants, tandis que, lui, ouvre les vannes (les mannes ?) au détriment de la santé financière de la France et celle de ses contribuables » … UN PILOTE À LA TETE DE L’INSTITUTION « J’en profite pour insister sur le caractère maîtrisé de mes décisions, et celles de ma majorité. Il y a bien un pilote à la tête de notre Institution, c’est moi, soutenu par des élus qui mettent en œuvre ce que le groupe majoritaire décide. Avec toujours en tête, le sens de l’intérêt général, soyez-en certain ! Je parle là de démocratie locale, tout simplement, car on oublie trop souvent que ce sont aux élus de décider. C’est à ça que servent les élections (...) ». « Les rencontres hebdomadaires que j’ai instaurées avec les maires varois ont fortifié le lien entre le Département et les communes. Nous sommes parvenus à soutenir les équilibres territoriaux et l’importance des projets structurants des communes varoises en réaffirmant la présence du Département aux côtés de tous ceux qui ont besoin de lui. Que ce soit au travers de l’aide aux communes, maintenue à hauteur de 30 millions, de nos investissements routiers, pour 40 millions, ou lorsque le Département imprime sa présence culturelle sur l’ensemble des territoires avec des expositions annuelles, des conférences hivernales ou des concerts d’été ». LIVRAISON DU GYMNASE DE LA LONDE EN MARS Pour le Département, l’année 2019 s’annonce sous les meilleurs auspices. De nombreux rendez-vous illustreront cette volonté de proximité, essence même de la collectivité. « J’inaugurerai la Maison de l’Espace Nature Départemental du Plan, à la fin du 1er semestre, pour qu’elle devienne le fer de lance de notre politique environnementale en matière d’ENS. Le gymnase de La Londe-les-Maures sera livré en mars prochain. Le collège Raimu à Bandol en septembre. L’espace d’exposition de 600 m² que nous aménageons à Draguignan, en cœur de ville, sera livré à la fin de l’année. Cet équipement devrait permettre au Var d’accueillir des expositions d’envergure nationale dans les meilleures conditions, dès 2020. Un atout supplémentaire pour notre territoire ! Comme le plan de rénovation des collèges qui verra le jour dans le 1er semestre, l’une de mes priorités 2019. Côté service à la population, outre le travail quotidien et difficile des équipes qui œuvrent auprès des publics les plus fragilisés, le pass’« sport découverte » est reconduit en 2019 tout comme l’aide aux séjours vacances, gérée en direct par le Département depuis 2017 (…) ». LE RÔLE DU DÉPARTEMENT L’élu départemental termine en parlant des relations qu’entretient le Département avec les établissements publics intercommunaux du territoire  : « La loi a imposé aux communes de se regrouper, et, aujourd’hui, le Var est constitué de 7 communautés de communes, 4 communautés d’agglomération et d’1 métropole. Ce nouvel échelon administratif et politique a redessiné le paysage public tout en faisant naître des inquiétudes sur le devenir du Département. Je le réaffirme aujourd’hui, comme je l’ai fait l’an dernier  : les départements ne sont plus menacés de disparition ! Ce n’est pas pour autant que leur rôle ne doit pas être redéfini, retravaillé, repensé. C’est ce que nous faisons ». « Et, concernant le tourisme (le Var est le 1er département touristique de France hors Paris), la structuration intercommunale est achevée sur le Département. J’ai demandé à Françoise Dumont, présidente de l’Agence Départementale du Tourisme de travailler aux missions futures de coopération et de promotion de ce magnifique outil, partant du principe que sa vocation départementale sera confortée et son siège laissé à Toulon, la capitale du Var (...) ».
Département Service Départemental d’Incendie et de Secours Le colonel hors classe Eric Grohin, nouveau directeur départemental du SDIS 83 La prise de commandement d’un directeur départemental d’incendie et de secours compte parmi les événements les plus marquants de la vie d’un SDIS. Ainsi, le 26 janvier, le colonel hors-classe Éric Grohin a reçu de Jean-Luc Videlaine, préfet du Var, le commandement du corps départemental, en présence de Françoise Dumont, présidente du conseil d’administration du SDIS et de François de Canson, conseiller régional en charge des risques majeurs, lors d’une cérémonie à Draguignan. PRES DE 120 000 INTERVENTIONS EN 2018 Pour bien comprendre le rôle du SDIS du Var, quelques chiffres suffisent  : 116 558 interventions ayant nécessité 145 115 sorties de véhicules de secours, cela représente 319 interventions par jour en moyenne soit 1 intervention toutes les 5 minutes ! C’est également une augmentation de 34% de l’activité, liée au secours à personnes en 6 ans, soit 24 000 interventions de plus et parfois pour des missions qui ne sont pas liées à l’urgence. Comme l’indique le nouveau directeur départemental  : « Nous travaillons à des solutions avec l’ARS, le SAMU mais cela demeure une vraie problématique ». Le corps départemental, c’est aussi un dispositif estival très important à la hauteur de la qualité d’accueil touristique du département. Le colonel Grohin explique ce fonctionnement  : « En plus des 514 sapeurs-pompiers et 45 cadres de garde qui sont répartis dans les 67 centres de secours et des 5 salles opérationnelles (soit 30 sapeurs-pompiers) pour recevoir les appels, gérer et coordonner les interventions, il faut ajouter 125 personnels de garde, dédiés pour le feu de forêt. Enfin, s’ajoutent à ce dispositif 65 postes de surveillance des plages, soit 159 pompiers, chaque jour. Concrètement, ce sont au quotidien 873 sapeurs-pompiers, présents pendant l’été au service des varoises et des varois et de la population touristique ». Il ajoute  : « Pour cela, nous pouvons compter sur 902 sapeurs-pompiers professionnels, 4 157 sapeurs-pompiers volontaires et 213 personnels administratifs et techniques. Vous comprenez l’importance et la complexité de nos missions et de notre organisation. C’est en cela que le challenge de prendre les commandes de ce corps départemental est à la fois grisant et honorifique (…). Prendre le commandement d’un tel SDIS demande, avant tout, de l’humilité car chacun d’entre nous sait ici que derrière ce département magnifique peut se cacher des catastrophes liés aux nombreux risques naturels. Les feux de forêts de 2003 et 2017 mais aussi les inondations et nous sommes, ici, dans un lieu qui a payé en 2010 un lourd tribu. Notre force  : Le professionnalisme et la motivation des femmes et des hommes qui composent ce SDIS. Sapeurs-pompiers professionnels, volontaires et personnels administratifs et techniques ». FACONNER LE SDIS DE DEMAIN Le nouveau patron des sapeurs-pompiers du Var se félicite de son équipe de direction, citant notamment le colonel Frédéric Gosse, directeur adjoint, les chefs de pole (colonels Farcy et Lambert) ainsi que les chefs de groupements avec qui il travaille à construire l’avenir. « En effet, c’est avec la motivation de l’ensemble de nos cadres et de nos personnels que nous pourrons façonner le SDIS de demain. Il nous appartient en fonction des missions qui sont les nôtres et avec les contraintes notamment financières qui touchent toutes les collectivités et établissement de nous adapter et d’inventer. (…). Le Var a toujours inventé, construit, innové. Nous devons nous inscrire dans le pas de ces grands noms. J’ai confiance dans la synergie qui émanera Le blanc Vieilles Vires 2018, sera mis en bouteilles le jour de la Saint-Valentin À citie-l'ecaïibn, le caveau est Ouver, exceptionnellement le 14 février de 16 h el 9-h. - Venez nombreux ; il n'y en aura pas pour tout le monde 11 de notre solidarité, de notre esprit de corps. Notre méthode sera liée à une organisation basée sur une approche humaine avec l’objectif d’une administration moderne et agile que nous devons à la population, sur l’efficience des opérations que nous avons à conduire et j’y suis très attaché, sur la confiance avec les élus avec qui je souhaite travailler au quotidien » (...). Initialement prévu en fin d’année 2018, mais reportée suite aux intempéries, cette cérémonie, organisée au sein de la direction départementale, a été également l’occasion de remettre des décorations et galons à certains sapeurspompiers varois, l’insigne aux chefs de centre, et des casques à une trentaine de sapeurspompiers, récemment diplômés. Photo  : SDIS 83 LE PARCOURS DU COLONEL ERIC GROHIN Né le 30 janvier 1966 Commandement des opérations de secours lors des feux de forêts de 2003 et 2010 1999 Chef du CSP de Draguignan 2001 Chef du CSP Fréjus - Saint Raphaël 2002 Chef du groupement territorial nord-est 2010 Chef du pôle « opération » 2012 Directeur adjoint au SDIS du Gard 2016 Chef du bureau organisation et missions des services d’incendie et de secours à la DDSCGC Formations 2013 Master 2 d’étude politique, management de l’information stratégique à science po Aix-en-Provence 2017-2018 Auditeur de la 29ème session nationale de l’Institut des Hautes Études de Sécurité et Justice Distinctions Chevalier de la légion d’honneur Médaille de la défense nationale Janvier - Février 2019 - #74



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :