La Gazette du Var n°73 15 jan 2019
La Gazette du Var n°73 15 jan 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°73 de 15 jan 2019

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 11,3 Mo

  • Dans ce numéro : interview de Max Bauer.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
26 Voeux 2019 Janvier 2019 - #73 La Crau Christian Simon, maire  : « Les mesures du gouvernement seront-elles de nature à restaurer la paix sociale » ? Avant de se livrer au traditionnel exercice du bilan de l’année passée, puis des perspectives 2019, Christian Simon a souhaité revenir sur l’actualité. Et, notamment sur la crise sociale qui a marqué ces dernières semaines  : « La fin d’année 2018 aura incontestablement été marquée par la crise des « gilets jaunes », abondamment commentée par les médias, et par les utilisateurs des réseaux sociaux », rappelle-t-il. QUALITE DE VIE DEGRADEE Il ajoute  : « Les contestations ont engendré des dérives, bien évidemment intolérables, prenant la forme d’actes de violence, de destructions gratuites du patrimoine public, de violation de la propriété privée, et de pillage des biens d’autrui. On peut malgré tout entendre cette colère, et comprendre sa légitimité. Ce que nous révèle cette grogne sociale en toile de fond, est bien le mal-être et la qualité de vie dégradée. Les revendications sont protéiformes, et le public qui en est à l’origine, très hétéroclite. Ce qui s’est joué, et peut encore se jouer, est plus complexe qu’il n’y parait. Ces revendications sont en effet aussi louables qu’elles semblent être ambivalentes. L’intervention de la seule puissance publique pour les faire aboutir, est en effet génératrice de dépenses supplémentaires. Et, leur financement ne peut être assuré que par l’impôt, ou à défaut, par des choix budgétaires, opérés sur certains volets politiques, au détriment d’autres. Le président de la République a annoncé une série de décisions visant l’amélioration du pouvoir d’achat. Il y a le feu dans la maison, et il a ainsi déclaré vouloir renouer le dialogue avec les maires. J’en prends bonne note. Tout comme je rappelle aussi que jusqu’alors, les élus locaux ne trouvaient plus d’écoute auprès des représentants de l’État. J’ai à l’esprit les maintes et maintes tentatives de me faire entendre, auprès des services de la préfecture, du 1er ministre, et de l’Élysée, au sujet de l’incapacité technique, et de cette folie, d’obliger notre ville, à construire 1 600 logements sociaux d’ici 2025. Rien n’y a fait pour le moment. Les Crauroises et les Craurois règlent en attendant l’amende de 850 000  € par an, pour non-respect de cette obligation. 850 000  € que nous préférerions mettre au profit de l’enfance, de l’animation, de la sécurité, ou de la qualité de vie de notre commune ». TOUR DE PASSE-PASSE POLITICIEN L’élu local s’interroge  : « L’avenir proche nous dira, d’une part, si les mesures prises sont de nature à restaurer la paix sociale. Et, d’autre part, si derrière cette tentative de restauration du dialogue, il n’est pas question d’un tour de passe-passe purement politicien. Un tour de passe-passe qui tendrait à faire croire que les élus locaux seraient désormais associés aux décisions du gouvernement, en usant d’un prétendu pouvoir qu’ils ne possèdent pas. Et ce, de façon à faire porter l’impopularité des mesures les plus délicates, sur les épaules des élus de proximité. J’ai bien peur que la volonté affichée du président, d’organiser dans les mairies, la grande concertation nationale annoncée, ne me donne raison. Cette concertation ne nous pose aucun souci. D’ailleurs, afin qu’il organise des débats apaisés, c’est bien volontiers, que nous mettrons à disposition une salle municipale à M. le Préfet. Et, je serai assis dans l’assistance, pour faire valoir les intérêts des Craurois, et obtenir des réponses » ! « ENSEMBLE, ON VA PLUS LOIN » Le vice-président de la Métropole reprend  : « Vous l’avez constaté, l’actualité plus locale, c’est aussi la réorganisation administrative de nos territoires. Depuis plusieurs années, la loi impose le regroupement des communes françaises au sein d’Établissements Publics de Coopération Intercommunale, ce qu’on appelle plus couramment l’intercommunalité. Nous concernant, il s’agit de Toulon Provence Méditerranée, devenu Métropole de plein droit depuis le 1er janvier. Des missions auparavant assurées par la commune lui ont été ainsi confiées, et les agents communaux correspondants, transférés. Le maire reste cependant l’interlocuteur privilégié des Crauroises et des Craurois, par l’intermédiaire de l’antenne locale de la Métropole, délocalisée dans la commune. Dans une conjoncture où les marges de manœuvres en matière d’utilisation des dépenses publiques, sont minces, la naissance de la Métropole Toulon Provence Méditerranée, relève plus d’une évolution que d’une révolution. Je conclurais ce chapitre par cette image bien connue  : seul on va plus vite, ensemble on va plus loin. C’est là toute l’ambition de notre Métropole ». ATTRACTIVITE DU CENTRE-VILLE Le premier magistrat se félicite de l’attractivité économique de la ville  : « Autre ambition que mon équipe et moi-même avons, je veux parler du maintien et du développement, du commerce de proximité. Vous le savez, je l’écris et je le répète assez souvent, j’en fais un cheval de bataille, tant il est un facteur de lien social, et de bien vivre dans nos villes. Sans contribution des pouvoirs publics, nos commerces sont malheureusement menacés à ce jour, c’est une réalité. C’est en ce sens que notre municipalité a axé un des aspects de sa politique sur l’attractivité du centre-ville. Cette dernière passe par son embellissement, sa modernisation, et la facilitation du stationnement. La phase trois de requalification du cœur de ville a concerné la réfection d’une partie de l’avenue Jean Toucas. Le deuxième tronçon sera réalisé avant fin 2019, dans le même esprit. Malgré l’impact économique indéniable et les nuisances occasionnées, et même s’ils ont été concertés en amont, les commerçants ont fait preuve d’un état d’esprit remarquable, dans l’intérêt général. Je tenais à le souligner. Je tenais, de plus, à chaleureusement féliciter pour leur dynamisme, les deux associations locales de commerçants  : « Les Vitrines de La Crau », et « les Petits Commerces de La Crau. » Avec cette avenue Jean Toucas toute neuve, les Crauroises et les Craurois bénéficient, dorénavant, d’une artère commerçante plus agréable. Elle permet également de donner une nouvelle disposition, plus adaptée à nos marchés hebdomadaires. Les riverains peuvent profiter d’un nouvel enrobé phonique, qui diminue considérablement les bruits de roulements des véhicules. Dans le même registre, un parking d’une trentaine de places a été réalisé à l’Ouest de l’avenue Jean Toucas. 50 places de stationnement supplémentaires, entre la bibliothèque et l’école Jean Giono, ont été réalisées, portant la capacité des parkings Jean Natte et Jean Moulin, à 240 places. Cette année, 15 places verront le jour, toujours à l’Ouest de l’avenue Jean Toucas, au niveau de l’îlot des Fauvettes. Sans fierté démesurée, La Crau peut maintenant légitimement s’enorgueillir de voir son centre-ville, offrir 1 200 places de parking gratuites, dont la plus excentrée se trouve à 500 mètres à pieds. L’ensemble de ces travaux fait partie intégrante d’une seule et même opération globale de restructuration du cœur de ville. Opération pour laquelle le concours financier de la Région a avoisiné les 700 000  €  ». UN NOUVEAU PARKING À LA MOUTONNE Pour le maire  : « L’attractivité d’un territoire est aussi tributaire de son animation. Aussi, outre notre programmation événementielle habituelle, sans égrainer la liste exhaustive des manifestations, j’en retiendrais trois pour 2018. La première, toute nouvelle, aura été la magnifique exposition de camions anciens, proposée par l’entreprise Bonifay, connue et reconnue dans le monde économique varois. La seconde aura marqué l’été  : Il s’agit de la deuxième édition, du concours national de jeu de boules provençal. Avec près de 200 équipes, et en présence de pointures de la discipline, celuici s’impose dans le paysage bouliste national, et propose un moment de pur spectacle pour les amateurs. Enfin, je me dois de m’y arrêter, en raison de sa fréquentation qui fût incroyable  : Je parle de notre huitième festival des Arts de la Rue. Avec 53 représentations et 22 compagnies, il aura attiré durant trois jours, 20 000 spectateurs, pour l’immense majorité, venus en famille. Ce qui de mémoire est du jamais vu. La Crau qui a la particularité d’être une cité bicéphale, possède un autre centre-ville, celui de La Moutonne. Depuis peu, les clients de ses commerces ont la possibilité de stationner sur l’extension du parking Maréchal Leclerc, pourvue de 55 places supplémentaires. Ce n’est pas un commerce. Mais au-delà de son importance pour la gestion des carrières des fonctionnaires territoriaux, avec 70 employés, le Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale du Var, situé quartier de Gavarry et inauguré le 6 juillet, génère une activité précieuse pour notre ville » (...). Christian SIMON, Maire de La Crau, Vice-président de TPM, Conseiller régional.
Métropole 27 Le Pradet Hervé Stassinos, maire  : « Nous n’augmenterons pas les impôts en 2019 » Avec son enthousiasme habituel, Hervé Stassinos, maire du Pradet et vice-président de la Métropole TPM, a présenté ses vœux 2019, à l’Espace des Arts, le 17 janvier, dans une salle comble. Et, comme à son habitude, c’est à partir de quelques notes manuscrites que le maire a égrené les réalisations municipales 2018 et les projets 2019. Pour le maire, la cérémonie des vœux est un moment particulier entre les élus et la population car les élus sont des personnes qui sont très proches des habitants  : « Le rôle du maire, c’est d’être très proche de ses administrés. C’est pour cela que nous organisons des permanences 1 vendredi sur 2 au cours desquelles nous répondons à vos questions. Et, c’est dans le même esprit que nous effectuons des visites dans les quartiers, ce qui nous permet d’échanger sur les problèmes du quartier ». PAS BESOIN D’UNE GRANDE MESSE ! Le maire constate qu’au Pradet le tissu associatif est extrêmement dynamique avec plus de 200 associations. Il ajoute  : « Certains lancent des grands débats nationaux. Nous le grand débat est local, direct, quotidien et permanent. Le débat avec les citoyens, nous le menons tous les jours et nous n’avons pas besoin de grande messe » ! Ainsi, illustration de cette proximité avec les Pradétans, la mise en place des budgets participatifs  : « Le premier a été lancé en 2018. Nous laissons aux Pradétans et Pradétanes le soin de choisir les projets à mettre en œuvre. L’an dernier, 5 projets ont été retenus. Cette politique permet de renforcer la proximité avec les administrés ». Il explique, en faisant référence au Grand Débat National, lancé par Emmanuel Macron  : « Le débat doit permettre de dire les choses telles qu’elles sont et de trouver des solutions. Au Pradet, les décisions sont immédiates avec un impact direct sur le quotidien des habitants ». Puis, le maire évoque le passage de TPM en Métropole au 1er janvier dernier  : « Avec le passage en Métropole, le maire est toujours présent même si je suis vice-président de la Métropole. Un mot sur le Département qui est toujours à nos côtés. Avec Marc Giraud, on parle subventions mais notre relation va bien au-delà ! C’est la même chose avec la Région, représentée ce soir par Christian Simon ». SITUATION FINANCIERE SATISFAISANTE « Pour en revenir au Département, c’est grâce au Département que nous avons aménagé les ronds-points à l’entrée Nord et Ouest de la ville et bientôt également à l’entrée Sud ». Hervé Stassinos évoque longuement le rapport de la Chambre Régionale des Comptes, rappelant que la Chambre passe tout à la moulinette ! Mais, cette épreuve valait le coup, selon le maire. Il explique  : « La situation fi nancière est globalement satisfaisante, la Chambre ayant constaté nos efforts de rationalisation de nos dépenses, un effort que nous avons réalisé malgré la baisse des dotations de l’État, tout en menant en même temps une politique de désendettement depuis 2014. Ce rapport est bon pour la commune et donc bon pour les Pradétans. Ainsi, la dette a été divisée par 2 en cinq ans. Au niveau régional, le taux moyen d’endettement par habitant s’élève à 647 € contre 893 € pour les villes de la même strate au niveau national. Et, je vous l’annonce, on n’augmentera pas les taux des impôts locaux en 2019 ». Bref, le maire envisage l’avenir de sa commune avec sérénité  : « Pour 2019, le cap est fi xé et nous continuerons de gérer la commune en bon père de famille. Tout en gérant bien la commune, nous améliorerons la qualité des services publics, comme le montre notre investissement dans notre nouveau Centre Technique Municipal (CTM). Assainissement - Fosse septique - Bacs à graisses - Cuves à fioul Entretien, Nettoyage et Vidange – Une intervention dans les règles de l’art TCP 04 94 27 53 42 - La Farlède Le rôle d’un maire est aussi de protéger les citoyens en coordonnant les forces de l’ordre (Police nationale et municipale). Le maire estime qu’il faut soutenir les forces de l’ordre car « sans respect de l’ordre, il n’y a plus de démocratie ». Il rappelle les efforts consentis en direction de la police municipale qui va déménager dans de nouveaux locaux, sous La Poste. Elle sera dotée d’outils plus effi caces. Restaurants et collectivités  : Entretien et nettoyage - Remise d’un bordereau de suivi de déchets, Attestation du suivi légal de vos graisses, suivi règlementaire de vos matières de vidanges, en conformité avec les exigences du SPANC (Service d’Assainissement Non collectif) Nettoyage et dégazage de cuves à fioul par notre entreprise agréée Agrément préfectoral  : 2010NSNO 083 0007- Agrément transport de matières dangereuses  : 83 T 2018-04 Préfecture du Var www.tcpsun.fr Janvier 2019 - #73



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :