La Gazette du Var n°72 1er jan 2019
La Gazette du Var n°72 1er jan 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°72 de 1er jan 2019

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 14,5 Mo

  • Dans ce numéro : F1, grand prix de France.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 Métropole Janvier 2019 - #72 les 1k Républicains du Var
Métropole La Garde Jean-Louis Masson  : « LR est le 1er parti d’opposition de France » À l’initiative de Jean-Louis Masson, député LR du Var, une délégation de députés LR, conduite par Christian Jacob, le président du groupe à l’Assemblée Nationale, s’est rendue dans le Var, les 12 et 13 décembre. Cette visite s’inscrivait dans une démarche initiée par LR, à savoir « La France des territoires «, qui consiste pour les élus nationaux à s’informer sur la situation des quartiers prioritaires ou en veille active. Pour être en prise directe avec les préoccupations des habitants, la délégation de parlementaires s’est rendue au commissariat de police de La Garde où elle a pu échanger avec les policiers sur les difficultés de leur travail au quotidien et les problèmes de moyens matériels. Outre ces visites et rencontres avec les acteurs de terrain, une réunion s’est tenue le mercredi 12 décembre, au Domaine de la Baratonne, à La Garde, devant près de 500 personnes. LE VAR, 5EME FEDERATION LR DE FRANCE Lors de ce meeting, Jean-Louis Masson est revenu sur l’actualité sociale et politique qui anime le pays, actuellement, et sur la vie du parti Les Républicains. On apprend, ainsi, que la fédération LR du Var est la 5ème fédération de France, et que c’est une fédération qui compte au niveau des instances nationales. À ce titre, elle compte des figures emblématiques, telles Hubert Falco et Jean- Pierre Giran. Au niveau de la circonscription, les LR sont représentés par Édith Audibert, suppléante de Jean-Louis Masson. « Ni Hubert Falco, ni Jean-Pierre Giran n’ont quitté notre famille politique puisqu’ils font, même, partie du bureau départemental LR », a insisté Jean-Louis Masson. Pourtant, après l’élection d’Emmanuel Macron, les LR ont vécu des moments difficiles car c’était la première fois que le parti était absent au second tour d’une élection présidentielle. « Évidemment, on l’a tous mal vécu. Comment s’imaginer que le représentant de notre famille politique ne soit pas présent au second tour de l’élection présidentielle », s’est interrogé le député varois. Dans la foulée, l’élection législative a accentué les résultats de l’élection présidentielle. « Malgré ces résultats, je constate que vous êtes nombreux ce soir. Notre but, c’est de vous donner nos arguments », a expliqué l’élu. Il a ajouté  : « Nous tenons tous à nos convictions et nous en sommes fiers ». LE CONCOURS LEPINE DES TAXES Face à la montée de l’anti-parlementarisme, le député s’est justifié  : « Ainsi, la France des territoires montre que les députés ne sont pas loin du peuple. C’est pourquoi nous faisons le tour de France pour aller à la rencontre de la population. Cette année, nous avons décidé de faire le tour de France de la France urbaine et de la vie dans les quartiers ». Puis, il est longuement intervenu sur l’élection d’Emmanuel Macron  : « On nous prédisait une extravagante réussite. Face à lui, on a tenu bon. On s’est battu pied à pied. Aujourd’hui, la grogne qui s’exprime en France est alimentée par la politique d’Emmanuel Macron, avec la hausse de la CSG, qui est vécue comme une injustice, le blocage des retraites et des allocations familiales. On s’est également opposés à la mise en place des 80 km/h. On s’est opposés fermement à Emmanuel Macron, avec conviction, tandis que LaREM présentait un véritable concours Lépine des taxes ! On n’a jamais courbé l’échine, même contre la hausse brutale des carburants » ! LR, 1ER PARTI D’OPPOSITION DE FRANCE Poursuivant sur le même registre, il ajoutait  : « On s’est insurgé contre l’injustice. Et dans ce combat, les LR ont toujours été unis. Il existe des diviseurs mais les députés LR sont tous rassemblés derrière Christian Jacob, le président du groupe. Avec lui, on a alerté, on a dénoncé, on a « cranté » pour reprendre la formule de Christian Jacob. Certes, le chemin va être long et on n’est pas au bout. Mais, aujourd’hui, LR est le 1er parti d’opposition. Nous n’avons jamais connu une telle agressivité de la part de la majorité dans le passé ! LaREM le sait car LR est le danger pour le président de la République. Alors, on subit les foudres de la majorité » ! Même Selon Jean-Louis Masson  : « Emmanuel Macron fait une sur-communication. Mais, il n’a pas chuté dans les sondages à cause de cela. Ce n’est pas non plus à cause de ses postures. Aurions-nous vu le général de Gaulle pris en photo avec un délinquant torse nu ? Même François Hollande ne nous a pas fait cela ! Si Emmanuel Macron chute, c’est qu’il ne répond pas à ce qui est important pour les Français. Jamais le peuple de France n’a donné autant de temps à un président de la République. Si Emmanuel Macron chute, c’est parce que le pouvoir d’achat est en régression, que le chômage est omniprésent et même supérieur à certains pays en Europe, que la sécurité dans les quartiers n’est pas assurée. On le voit, dans l’agglomération où c’est compliqué ». François Hollande ne nous a pas fait cela ! UNE POLITIQUE D’IMMGRATION LAXISTE Le parlementaire varois a également évoqué la politique migratoire de la majorité  : « L’immigration maîtrisée, affichée par Emmanuel Macron, n’est, en réalité, nullement maîtrisée ! Ce titre du texte, voté par LaREM, ne correspond en rien au corpus de la loi. En réalité, son objectif est d’ouvrir les vannes de l’immigration, notamment par la politique du rapprochement familial. C’est un texte laxiste comme le montre aussi la signature du Pacte de Marrakech ». En colère, il ajoute  : « Emmanuel Macron s’empresse d’aller signer sans débat national, ni au parlement ni avec le peuple, nouvelle 13 preuve de déni démocratique sur un sujet fondamental, le pacte de l’ONU sur les migrations. Or, ce document comporte, à tout le moins, une contradiction fondamentale  : quel intérêt revêt sa signature si cela n’entraîne aucune conséquence contraignante ? À quoi cela sert-il si cela ne change vraiment rien ? En réalité, n’est-il pas la première étape d’une grande entreprise de défausse qui consistera à dépouiller davantage les États d’une partie de leur souveraineté ? Ce flou inquiète à juste titre nos concitoyens. Il verrouille le débat en ne permettant que la confrontation de deux démagogies dommageables à la France  : celle des extrêmes et celle des mondialistes ! Dans tous les cas, il s’agit d’une nouvelle preuve de déphasage flagrant entre les préférences multiculturalistes du Président et l’attachement profond des français à leurs valeurs, leur volonté de demeurer eux-mêmes. Emmanuel Macron s’apprête, par entêtement idéologique, à renforcer l’insécurité culturelle qui préoccupe légitimement nos concitoyens et, ce faisant, à diviser le pays au lieu de le rassembler ». Concrètement, sur cette question, LR est pour une immigration contenue. « Que ceux qui n’ont pas de titre de séjour soient renvoyés chez eux. LR défend une politique de quotas, pour savoir quel est le nombre de migrants que la France peut accepter chaque année. Ainsi, la France donne 350 millions d’ € par an au Mali et envoie ses soldats pour faire la guerre au Mali. Pendant ce temps, des milliers de Maliens sont en situation irrégulière en France. C’est inacceptable », s’insurge le député du Var ! QUEL PROGRAMME POUR LR ? Pour autant, LR ne manque pas d’idées, comme l’a rappelé Jean-Louis Masson  : « Je ne vais pas vous donner le programme électoral de LR pour 2020. Ce serait faire un tour de prestidigitateur. Mais, nous avons, bien sûr, des idées. Ainsi, sur le pouvoir d’achat. Depuis 30 ans on se fait voler nos idées sur le pouvoir d’achat par la gauche et l’extrême droite. Notre credo  : Il faut réduire la dépense publique qui représente 60% du PIB. On ne peut pas continuer comme cela ! Notre économie n’est pas compétitive, le chômage est important, et il faudra toujours augmenter les taxes et les impôts, sans pouvoir renverser la tendance et continuer à voir régresser le pouvoir d’achat. C’est mon message politique depuis mon élection et aujourd’hui, tout le monde a compris que j’avais raison. Croyez-moi, lors de son allocution, Emmanuel Macron a dépensé 13 milliards d’ € en 13 minutes ! Et, ce sont, nous, les Français qui allons payer ces 13 milliards ! C’est pourquoi, il faut revoir notre stratégie budgétaire. Il faut une véritable restructuration de l’État. Et, pour cela, il faut s’appuyer sur les collectivités locales, les communes, les Départements et les Régions. Il faut un véritable partage des responsabilités,et ainsi, il y aura des pistes d’économies ». Propos recueillis par Gilles CARVOYEUR Janvier 2019 - #72



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :