La Gazette du Var n°71 15 déc 2018
La Gazette du Var n°71 15 déc 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°71 de 15 déc 2018

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 11,6 Mo

  • Dans ce numéro : noël, symbole d'émotions et de partages.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
24 Métropole Décembre 2018 - #71 Hyères Jean-Louis Masson, député  : « Les Français s’ingurgent contre le poids de la fiscalité » Mi-novembre au restaurant de l’aéroport, Jean-Louis Masson, député LR du Var, avait convié ses sympathisants et les élus de la Métropole à un tour d’horizon politique sur les questions d’actualités qui agitent le pays. Et, comme à son habitude, le parlementaire varois n’a pas été très tendre pour le gouvernement et le Président de la République. Ainsi, sur la question de la baisse des dépenses publiques, Jean-Louis Masson rappelle que le gouvernement ne va pas dans la bonne direction  : « Sourd à nos propositions de baisse des dépenses publiques et de réforme de l’État, le gouvernement se retrouve sans marge de manœuvre face au problème du pouvoir d’achat sauf à creuser une dette déjà abyssale. Par ailleurs, les Français se sont insurgés, à juste titre, contre le poids de la fiscalité. Beaucoup estiment qu’ils paient de plus en plus pour obtenir moins. Les cas des retraites et de la ruralité sont flagrants à ce sujet. Or, avoir de meilleurs services publics sans dépenser plus, c’est possible. Les collectivités territoriales l’ont démontré ». Il lançait à un public conquis par ses thèses  : « Nous faisons face à une double incompétence grave, c’est à dire l’incapacité de gouverner intelligemment les femmes et les hommes de notre pays et l’incapacité de maintenir l’ordre ou de protéger les symboles de la Nation. Les deux sont intolérables pour l’esprit républicain qui doit présider à la conduite de la France. Cette situation doit prendre fin » ! Photos Gilles CARVOYEUR
Carnoules Valérie Gomez-Bassac  : « Pour une réhabilitation de la ligne ferroviaire Carnoules – Gardanne » Pour Valérie Gomez-Bassac, député de la 6ème circonscription du Var, « il faut proposer de nouvelles solutions de mobilité pour le Centre Var ». Maintenue active dans la plus simple expression possible à des fins militaires, la ligne Gardanne – Carnoules, est l’une des infrastructures ferroviaires oubliées de longue date, quoique l’association du Train Touristique du Centre-Var fasse vivre cette ligne à des fins touristiques. Longue de 79 km, elle dessert notamment Saint- Maximin et Brignoles, au cœur du Centre Var. DOSSIER PRIORITAIRE « Les études de réouverture de cette ligne figurent dans le Contrat de Projet État-Région, mais compte tenu de la longueur de l’axe et de la conjoncture économique régionale déjà bien occupée sur le plan ferroviaire, la réouverture de la ligne n’est plus évoquée. Toutefois, consciente des difficultés de transport sur notre territoire, ce dossier retient toute mon attention. Ainsi, après avoir rencontré les différents acteurs concernés afin de voir les solutions envisageables, après avoir interpellé Élisabeth Borne, Ministre auprès du ministre d’état, ministre de la transition écologique et solidaire, chargée des transports, afin de porter à sa connaissance ces enjeux fondamentaux pour notre territoire, je sollicite les élus locaux pour se saisir de ce dossier prioritaire pour le développement de notre territoire », rappelle la député. Aujourd’hui, cette ligne ferroviaire est inscrite au réseau stratégique de défense mais sans aucun budget pour la maintenance. Considérant le statut de cette ligne, unique en France, et compte tenu de l’investissement réalisé, il parait indispensable d’envisager une réouverture au service voyageurs de la ligne, tant souhaitée par les élus locaux. DESENCLAVER LES TERRITOIRES « En effet, l’exploitation touristique de la ligne contribue à sa préservation et ne s’oppose pas au classement au titre du réseau stratégique de défense. Mais, il est aussi clair qu’en appliquant les référentiels SNCF sans contribution au titre de la Défense Nationale, la ligne pourrait être fermée rapidement. Or, les Assises de la mobilité ont bien défini comme priorité la mobilité du quotidien, qui permet à nos concitoyens d’aller travailler, de vivre, d’avoir des loisirs au cœur de leur territoire. Cette priorité vient d’être confirmée par le projet de loi d’orientation des mobilités (LOM), présenté le 26 novembre par le Gouvernement. Un texte qui vise à désenclaver les territoires et proposer des alternatives à la voiture. Le projet de loi se structure autour de quatre grands objectifs  : apporter à tous et partout des solutions alternatives à la voiture individuelle ; développer l’innovation et les nouvelles solutions de mobilité ; réduire l’empreinte environnementale des transports et investir davantage dans les infrastructures qui améliorent les déplacements du quotidien », ajoute l’élue de LaREM (En Marche). Ainsi le désenclavement de certains territoires, dont celui du Centre Var, représente une priorité qui répond aux objectifs dressés par le projet de loi d’orientation des mobilités (LOM). DESSERTE FERROVIAIRE INSUFFISANTE La parlementaire varoise ajoute  : « Nous ne pouvons que constater que la desserte ferroviaire du Var est difficile et saturée, et le mot est faible. En effet, la dorsale du réseau, Marseille - Nice, étant constituée d’une seule ligne, l’alternance de trains rapides et de trains à arrêts fréquents en occupe toute la capacité et empêche tout développement de l’offre de transport. En outre, la ligne Marseille - Vintimille est la ligne la plus fréquentée de France (hors Île-de-France). Cette configuration perturbe fortement le trafic dès qu’un incident survient, d’autant qu’il n’y a pas de tracé de secours, avec des répercussions sur le plan régional et national. L’infrastructure existante, constituée d’une seule ligne, ne peut répondre à la demande actuelle de transport ferroviaire local. L’infrastructure actuelle ne sera pas en mesure de drainer le flux de voyageurs amené à augmenter dans les années à venir ». RESEAU FERROVIAIRE OBSOLETE « Aujourd’hui, la situation du réseau ferroviaire est difficile dans le département du Var. Elle provoque désagréments, retards, difficultés pour les usagers, en particulier dans les déplacements du quotidien. La ligne Carnoules - Gardanne, AUCUN INVESTISSEMENT DEPUIS 1980 Des solutions pour améliorer les conditions de transport existent, comme moderniser le matériel roulant et étendre les plages horaires de pointe. Toutefois, les plus efficaces de ces mesures ont déjà été prises (allongement des quais, mise en place de rames à 2 niveaux). Sans renforcement de l’infrastructure, la desserte du territoire risque de se dégrader. Non seulement, il ne sera pas possible de créer de nouvelles haltes, mais certaines pourraient même être fermées pour accroître la capacité de la ligne. En raison de l’absence de maillage du réseau régional, le moindre incident a des répercussions sur l’ensemble du réseau local, régional voire national. En effet, depuis la modernisation de la ligne avec l’arrivée du TGV dans les années 80, très peu d’investissements ont été réalisés. pour des raisons évidentes de sécurité, n’est actuellement pas en mesure de recevoir des trains. Un tel projet est envisageable, sa réalisation et son financement ont été étudiés par des études préliminaires de réouverture au service voyageurs de la ligne par un Comité de pilotage de réseau Ferré de France et le Conseil Régional, publié en janvier 2014 ». Dans le centre-Var, près de 150 000 habitants, en constante croissance (plus de 30% en vingt ans), n’ont d’autre choix que d’utiliser leurs véhicules automobiles pour se déplacer. En effet, le centre Var est dépourvu de toute ligne ferroviaire, le train ne desservant que le littoral. Une desserte ferroviaire permettrait un développement économique et touristique tout en proposant un mode de déplacement alternatif pour une transition énergique raisonnée. Car, en effet, la ligne Carnoules - Brignoles – Gardanne offre des possibilités de connexions vers Marseille, Nice et Toulon. INTERDICTION DE CIRCULATION LE 1ER JANVIER 2019 Une interdiction de circulation sur la ligne Carnoules – Brignoles - Gardanne à compter du 1er janvier 2019 a été transmise, le jeudi 22 novembre, par le directeur d’établissement de l’Infrapôle PACA à l’Association du Train Touristique du Centre-Var. Elle est motivée par un défaut de maintenance ne permettant plus de garantir la sécurité des circulations ferroviaires. Cette interdiction intervient avant le terme de l’avenant à l’actuel convention. Face à cette situation Valérie Gomez-Bassac émet une proposition  : « Je rappelle que l’Association du Train Touristique du Centre-Var verse les frais de mise à disposition. J’ai donc demandé à Patrick Jeantet, Président Directeur Général de SNCF Réseau, qu’avant de prononcer une interdiction de circulation définitive, l’Association du Train Touristique du Centre- Var puisse être couverte jusqu’au 30 juin afin de pouvoir effectuer les mutations nécessaires quant à la gestion de cette ligne, en concertation avec les collectivités territoriales. Et, je souhaite porter toute initiative territoriale pour appuyer ce projet de nécessaire Coeur du Var 25 réhabilitation de la ligne ferroviaire Carnoules – Gardanne, projet inscrit dans le Contrat de Projet État - Région, et qui semble indispensable à réaliser pour permettre le désenclavement du Centre Var. Aujourd’hui, l’État prévoit d’investir un total de 13,4 milliards d’ € dans les transports entre 2018 et 2022. Un budget en hausse de 40% par rapport à la période 2013-2017, qui sera largement consacré à deux grandes mesures  : l’amélioration des transports du quotidien et la rénovation des réseaux routiers et ferroviaires. Face à l’urgence environnementale et climatique, nous devons ainsi agir aujourd’hui pour proposer des nouvelles solutions de mobilité pour le Centre Var ». La député de la 6ème circonscription ajoute  : « Nous devons faire face à ce défis de manque de solutions de mobilité, qui est vécu comme une source d’inégalités et d’injustice entre les citoyens et de fractures entre les territoires. Quand sur 80% du territoire, aucune autorité organisatrice ne met en place de services de mobilité, laissant la population sans autre réponse que la dépendance à la voiture individuelle, c’est le sentiment d’une assignation à résidence qui s’installe, et même d’abandon pour beaucoup de territoires, dont celui du Centre Var. Notre système de mobilité ne doit plus être un frein à l’autonomie des personnes, à la cohésion des territoires, au développement économique ou au retour à l’emploi. Nous devons réduire les fractures sociales et territoriales ». « C’est ainsi, que j’en appelle à tous les élus et acteurs du territoire pour convenir d’une concertation afin d’envisager collectivement l’avenir et la réhabilitation de cette infrastructure ferroviaire », conclut Valérie Gomez-Bassac. COUVRIR LES BESOINS DE MOBILITE Le projet de loi d’orientation des mobilités permet de donner les outils pour couvrir rapidement l’ensemble des besoins de mobilité du territoire. La politique d’infrastructures appliquée depuis des décennies a atteint aujourd’hui ses limites. L’accumulation de promesses non financées ou d’investissements trop concentrés sur les liaisons entre métropoles alors que les besoins en matière d’entretien et de régénération des réseaux existants, ou de désenclavement des territoires s’imposent comme des urgences. Il faut donc revoir les priorités et leur financement. La ligne Gardanne – Carnoules présente l’opportunité de mieux faire répondre les politiques aux besoins des citoyens sur le territoire du Centre Var, avec la priorité d’offrir une alternative crédible, dès que cela est possible, à l’usage individuel de la voiture, et sortir ainsi de la dépendance au pétrole et de l’exposition à l’évolution de son cours. Décembre 2018 - #71



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :