La Gazette du Var n°69 30 nov 2018
La Gazette du Var n°69 30 nov 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°69 de 30 nov 2018

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 20,4 Mo

  • Dans ce numéro : Charles de Gaulle, c'est reparti pour 25 ans !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 Actualités Novembre - Décembre 2018 - #69 Marine nationale Une école pour former les officiers mariniers Le 8 novembre, la ministre des Armées, Florence Parly, était à Saint- Mandrier-sur-Mer pour inaugurer l’antenne de l’école de Maistrance au Pôle École Méditerranée. Un nouveau site qui répond à de nouveaux besoins de formation. Depuis 1988, l’École de Maistrance forme l’ossature des équipages de la Marine nationale  : les officiers mariniers (équivalent niveau cadres de maîtrise). C’est une école de formation initiale, chargée d’inculquer aux jeunes âgés de 17 à 30 ans les compétences nécessaires et indispensables aux fonctions d’encadrement dans leur métier de marin militaire. CONTRAT D’ENGAGEMENT DE 10 ANS À leur arrivée à l’École de Maistrance, les nouveaux incorporés signent un contrat d’engagement de 10 ans. Durant leurs quatre mois de formation, les élèves vont recevoir une instruction militaire et maritime commune à tous les officiers mariniers, dispensée par des marins et une formation académique assurée par des professeurs détachés de l’Éducation nationale. Après cette formation initiale qui fait d’eux de futurs cadres chefs d’équipe, les élèves de Maistrance suivent leur formation technique en école de spécialité. Allant de 3 à 18 mois, cette spécialisation, possible dans 26 branches différentes, leur permet d’acquérir une expertise dans un domaine bien déterminé. Déployant des systèmes d’armes à la pointe de la technologie sur des bâtiments optimisés et des moyens d’actions modernes qui requièrent des marins hautement qualifiés pour leur mise en œuvre, il est primordial pour la Marine nationale de se doter d’un corps d’officiers mariniers à la formation solide, assurant ainsi la robustesse des équipages. RÉPONDRE AUX NOUVEAUX BESOINS DE FORMATION La Marine nationale emploie aujourd’hui près de 42 000 marins et renouvelle chaque année plus de 10% de ses effectifs en recrutant et formant près de 3500 personnes. Historiquement, l’École de Maistrance forme 900 élèves maistranciers par an. À l’horizon 2023, ce sont 1200 maistranciers qui devront être formés chaque année. Ces volumes importants d’élèves doivent être formés sans que la qualité de l’enseignement en pâtisse. Les besoins de formations sont aussi Le prix Encre Marine 2018 a été décerné à « En dérivant avec Ulysse » de Jean Paul Mari, paru aux éditions Jean-Claude Lattès. Créé en 1991, le prix «Encre Marine«, seul prix littéraire de la Marine nationale, récompense un ouvrage mettant en valeur les thèmes liés à la mer et au monde maritime, civil ou militaire. Le prix 2018 a été remis, le 16 novembre, lors de l’inauguration de la Fête du livre du Var. Cette année, le jury intégrait des marins qui avaient lu les ouvrages sélectionnés pendant leur déploiement à bord d’une frégate ou d’un sous-marin d’attaque. qualitatifs pour répondre aux besoins spécifiques des nouveaux bâtiments de la Marine nationale, à la pointe de la technologie et plus automatisés qu’avant. Pour répondre à cette évolution, l’École de Maistrance, historiquement basée au Centre d’Instruction Naval (CIN) de Brest, s’agrandit et a ouvert une antenne à Saint-Mandrier-sur-Mer sur le site du Pôle École Méditerranée (PEM) en juin 2018. Elle accueille actuellement 148 élèves. AUGMENTER LE NOMBRE D’OFFICIERS MARINIERS Agir sur deux sites permet de former plus sans amoindrir la qualité de l’enseignement, l’objectif restant de fournir des officiers-mariniers compétents sachant par exemple mettre en oeuvre des systèmes d’armes complexes sur des bâtiments optimisés. La création de cette antenne permettra aussi la mise en place d’autres formations stratégiques pour la Marine nationale dans les années à venir. Le Lycée naval du Centre d’instruction naval de Brest est précurseur en ce sens avec l’expérimentation de partenariat avec des BTS du lycée Vauban qui se destinent à intégrer l’École de Maistrance par la suite. Ce nouveau site permet d’augmenter le flux de formation attendu dans les prochaines années tout en répondant au problème de saturation de l’École de Maistrance au Centre d’instruction naval de Brest qui accueille déjà près de 1200 élèves par an, toutes écoles confondues. Prix Encre Marine 2018 Lu à la mer par des marins... «En dérivant avec Ulysse«, le roman de Jean- Paul Mary est un voyage dans le temps et l’espace où l’auteur, grand reporter, marche dans les pas d’Ulysse. Le jury a été sensible à ce livre de voyageur, voire de navigateur, d’observateur attentif, expérimenté, curieux et amoureux de la Méditerranée. L’auteur aborde les drames de cette mer et les atteintes qu’elle subit. Il reste optimiste car « la Méditerranée n’est pas un mur d’eau mais un point de rendez-vous ». LE JURY Second-maître Morane, de la frégate Chevallier Paul, ayant lu les ouvrages pendant sa mission en Méditerranée orientale, Capitaine de corvette Julien, commandant en second d’un sous-marin d’attaque, ayant lu les ouvrages pendant une patrouille, Christina Baron, conservatrice du musée de la Marine de Toulon, Julie Bourgois, journaliste au magazine Voiles et Voiliers, Amiral (2S) Laurent Merer, écrivain du monde maritime, Vice - amiral d’escadre Charles-Henri du Ché, préfet maritime de la Méditerranée, président du jury. L’antenne de Maistrance à Saint-Mandrier-sur- Mer est aussi un moyen d’élargir l’empreinte de cette école historique au niveau national et de cibler plus de jeunes du bassin d’emploi du sud de la France. UNE ÉCOLE, DEUX SITES Depuis la mi-septembre 2017, un groupe de travail, placé sous l’égide du bureau formation du personnel militaire de la Direction de Personnel Militaire de la Marine (DPMM), a défini les besoins de cette antenne jusqu’à la phase de conception. Fin janvier 2018, un élément précurseur constitué de sept personnes, a ensuite permis au groupe de travail d’entrer dans une phase concrète, avec le déroulement des étapes du projet. Officiellement créée le 1er juin dernier, l’antenne de l’Ecole de Maistrance à Saint-Mandrier-sur- Mer a pu mettre en place aussi bien les moyens dédiés à l’enseignement que la programmation des cours. Elle compte aujourd’hui un effectif de 29 personnels militaires et sept personnels de l’Éducation nationale, avec le concours de onze personnels militaires et deux personnels civils du Pôle École Méditerranée, lieu d’implantation de l’antenne. Photos Marine Nationale POUR INTÉGRER L’ÉCOLE DE MAISTRANCE Tous les jeunes âgés de 17 à 30 ans, titulaires d’un baccalauréat, peuvent prétendre à intégrer l’École de Maistrance. Pour postuler, ils peuvent se rendre en CIRFA ou sur www.etremarin.fr.
Actualités Marine nationale Charles de Gaulle, c’est reparti pour 25 ans ! Le chantier de refonte à mi-vie du porte-avions Charles de Gaulle, véritable défi industriel, est terminé. En effet, après 15 ans d’existence, le Charles-de-Gaulle a connu une rénovation en profondeur destinée à maintenir ses performances opérationnelles jusqu’à son retrait du service actif autour de 2038. CYCLE OPERATIONNEL Maître d’œuvre unique d’ensemble du chantier de refonte à mi-vie du porte-avions Charles de Gaulle, Naval Group a remis le navire à la disposition de la Marine nationale. Le bâtiment va désormais entamer sa remontée en puissance avant de retrouver son cycle opérationnel. Ce programme hors norme a été mené par une «équipe France« alliant la Direction générale de l’armement, la Marine nationale, le service de soutien de la flotte, l’équipage du porte-avions et les acteurs de l’industrie française. Naval Group a travaillé avec de grands équipementiers du secteur de la Défense comme Technicatome, Thales ou Safran, des entreprises généralistes mais aussi avec des PME issues majoritairement du tissu industriel local et régional. Pour mémoire, le porte-avions est entré en bassin en février 2017. Il en est sorti en mai 2018 et, fin juillet 2018, il a rejoint son quai d’opérations pour des essais à quai. Il a ensuite effectué des sorties en mer pour les essais qui doivent être réalisés en opération, avec le concours d’autres entités de la Marine. La date de fin de mise à disposition du bâtiment avait été fixée au 16 octobre 2018, une fois la requalification complète des systèmes effectuée. RENOVATIONS SANS PRECEDENT Conçu et construit par Naval Group et mis en service en 2001, le porte-avions Charles de Gaulle, suite à sa modernisation, s’inscrit dans l’ère technologique du XXIème siècle. Cette refonte à mi-vie a comporté des rénovations sans précédent et une densité de travaux qui ont donné au chantier une complexité inédite. Ce véritable défi industriel a nécessité une organisation exceptionnelle afin de réaliser la coordination d’ensemble en temps réel, cœur de métier de Naval Group. « Nous sommes fiers d’avoir mené dans les délais impartis ce chantier d’exception au service de la Marine nationale. Je tiens à remercier en particulier nos clients maîtres d’ouvrage, la Direction Générale de l’Armement et le Service du Soutien de la Flotte, qui nous ont confié la maîtrise d’œuvre d’ensemble. Cette réussite est le fruit d’un travail collectif rendu possible par l’engagement de l’équipage du porte-avions, des équipes Naval Group, celles de grands équipementiers du secteur de la Défense comme Technicatome, Thales ou Safran, des entreprises généralistes ainsi que des PME issues majoritairement du tissu industriel local et régional », soulignait Nathalie Smirnov, directrice des Services de Naval Group. RENOVATION EN PROFONDEUR La rénovation en profondeur du porte-avions Charles de Gaulle a été effectuée afin de maintenir les performances opérationnelles du navire pour les 25 prochaines années et lui conserver une avance technologique au service des intérêts de la France. Cette refonte s’est concentrée sur trois enjeux majeurs. En premier lieu, la modernisation du système de combat avec notamment la modernisation du système tactique, le cœur qui gère les senseurs et l’armement, la mise en place de nouveaux réseaux numériques, le changement complet du Central Opérations, la rénovation des systèmes de télécommunications, le changement de radars de veille aérienne et de navigation. En deuxième lieu, la modernisation des installations aviation a couvert toutes les modifications nécessaires pour le passage au «tout Rafale«  : modification et rénovation de locaux aviation, rénovation ou remplacement de dispositifs liés à l’appontage... Le troisième enjeu de cette refonte a concerné la rénovation de la plateforme c’est-à-dire, entre autres, la modernisation d’automates de conduite du navire, la rénovation du système automatique de tranquillisation et de pilotage, le remplacement de deux unités du système de réfrigération du bâtiment, mais aussi la refonte du simulateur de conduite ou encore celle d’une cuisine. 4231..\1 5 CONDITION OPERATIONNELLE Outre cette rénovation, la refonte à mivie du porte-avions Charles de Gaulle a comporté également des travaux de maintien en condition opérationnelle. Cet aspect du chantier a porté essentiellement sur l’entretien d’installations majeures  : la visite des deux chaufferies nucléaires et le remplacement de leur combustible, la maintenance de l’usine électrique, la maintenance de l’appareil propulsif, la visite des catapultes, lignes d’arbre, et ailerons de stabilisation et la peinture des œuvres vives et mortes. Photos NAVAL GROUP et Marine Nationale APRES FLORENCE PARLY, EMMANUEL MACRON... Avant la visite présidentielle, le 14 novembre, sur le navire basé à Toulon, la ministre des Armées Florence Parly s’est rendue, le 8 novembre, sur le porte-avions Charles-de-Gaulle. « Notre porte-avions poursuit sa phase de remontée en puissance dans la perspective d’un déploiement opérationnel début 2019. Dès le premier trimestre 2019, il pourra repartir en mission opérationnelle avec l’ensemble de son groupe aéronaval », a indiqué la ministre lors de son passage dans le Var. LES CHIFFRES CLES 18 mois de chantier (à titre de comparaison  : 4 ans pour un porteavions américain) plus de 200.000 tâches réalisées dont 50% par l’équipage plus de 4 millions d’heures de travail en moyenne 2100 personnes à l’œuvre chaque jour  : 1100 membres de l’équipage, 1000 collaborateurs de Naval Group et de ses 160 entreprises sous-traitantes 2 000 essais menés 5 ans de préparation un budget de 1.3 milliard d’euros (à titre de comparaison  : 4.7 milliards d’euros pour un porte-avions américain). Novembre - Décembre 2018 - #69



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :