La Gazette du Var n°69 30 nov 2018
La Gazette du Var n°69 30 nov 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°69 de 30 nov 2018

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 20,4 Mo

  • Dans ce numéro : Charles de Gaulle, c'est reparti pour 25 ans !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
36 Histoire d’entreprises Journée de l’Économie Circulaire de SOMECA Frédéric Soulié, DG de SOMECA  : « Nous sommes tous concernés » Le 19 octobre dernier, la Journée de l’Économie Circulaire, organisée au sein de la carrière de Chibron, à Signes, à l’initiative de SOMECA, première du genre et à vocation annuelle, a rassemblé une centaine d’acteurs varois. Des intervenants qui étaient, prioritairement, concernés par la thématique, autour de tables rondes, d’un village dédié à l’économie circulaire, des témoignages emblématiques et des démonstrations. Et, en ouverture du colloque, le président de la Fondation SOME- CA a rappelé combien il était important pour SOMECA d’inscrire son développement dans un avenir respectueux des hommes et de l’environnement. En effet, les débats ont symbolisé les valeurs clés que l’entreprise conjugue avec force et efficacité depuis 30 ans, à savoir, le respect, la vision, l’innovation et l’engagement territorial. Frédéric Soulié, directeur général de l’entreprise, répond aux questions de La Gazette du Var. Pourquoi une telle initiative ? Frédéric SOULIE. Cette première journée de l’économie circulaire SOMECA a été conçue comme un rendez-vous annuel, et est née de plusieurs constats simples. Aujourd’hui, on ne peut plus se contenter de produire et de vendre des matériaux, on doit de s’occuper de leur seconde vie. En nous basant sur plusieurs constats Novembre - Décembre 2018 - #69  : l’épuisement des ressources, le dérèglement climatique qui nous imposent de revoir nos habitudes et nos pratiques de production, et de consommation. Dans le Var, plusieurs initiatives réussies intégrant les principes de l’économie circulaire fonctionnent de manière exemplaire et vertueuse mais elles sont encore trop rares ! Or, nous pensons que le changement de pratique à l’échelle locale est possible et souhaitable ! Pour y parvenir, il nous appartient de créer l’envie d’agir. C’est l’ambition modeste mais résolue de cette journée. Notre parti pris est le partage d’expériences positives orientées solutions  : priorité à la sensibilisation, la pédagogie et la démonstration par l’exemple. Avec un angle particulier pour ce premier colloque ? FS. En effet. Avec un plateau d’intervenants et de témoignages de grande qualité, pour cette première année, nous avons choisi de faire un focus sur la valorisation des déchets inertes de chantiers. La gestion des déchets de chantier pose problème. Tous les acteurs concernés le déplorent - élus, entrepreneurs, consommateurs. Les médias trop souvent, décrivent une réalité plus sombre qu’il n’y parait. Notre objectif est de contribuer à trouver ensemble des solutions vertueuses pour mettre Le BTP varois produit 2,8 millions de tonnes de déchets chaque année dont 80 à 90% inertes ! en place un système économique et industriel plus sobre en carbone et en énergie, plus sobre en consommation de ressources naturelles. En résumé  : démontrer que nous pouvons encore être plus respectueux de notre environnement et de l’avenir de nos enfants. Nous sommes tous concernés ! Et, votre apport à l’économie circulaire ? FS. Les carriers depuis la nuit des temps font de l’économie circulaire. Ils ont toujours été à proximité de leur marché. En effet au-delà de 30 km le prix du transport est supérieur au prix de la matière transportée. En achetant des matériaux de carrière chez SOMECA, vous achetez local, je dirais même mieux vous achetez provençal. Quel est l’intérêt d’une Fondation ? FS. SOMECA a créé sa Fondation en 2012. Elle a pour objectif de soutenir des actions visant la protection de l’environnement, du patrimoine et des espaces naturels sensibles par des actions de mécénats de projet liées du développement durable sous toutes ses formes. Les enjeux sont majeurs et planétaires et s’imposent à chacun d’entre nous  : Quelles solutions pour faire face à l’épuisement des ressources, au réchauffement climatique et à l’explosion démographique ? Nous croyons qu’il appartient à chacun d’entre nous, localement et collectivement, de contribuer à changer le cours des choses, et de parvenir à maîtriser nos destins individuels et collectifs. Un enjeu colossal Un enjeu dommageable pour l’environnement mais aussi un déficit d’image pour un département du Var, stigmatisé pour ses décharges sauvages. Cependant, ces stocks illégaux ne représentent que 16% des déchets de chantiers. Même si la presse et plusieurs reportages à des heures de grande écoute, s’en sont fait l’écho ces dernières années. Bref, il faut que ça cesse. Des experts du GIEC aux associations locales, la pression s’accentue, avec à la clé des exigences environnementales, réglementaires, de santé publique et de plus en plus d’exigences économiques car, polluer, pourrait coûter de plus en plus cher et recycler rapporter de plus en plus gros. Dans le bâtiment, la diversité des matériaux et la dangerosité de certains d’entre-eux rendent la problématique plus complexe encore, notamment en raison de la difficulté de créer des filières de traitement rentables. DU FONCIER POUR LA GESTION DES DECHETS Des solutions existent. Elles sont assorties d’une volonté à la fois politique et économique. Le 19 octobre, les organisateurs de cette journée, à commencer par la SOMECA, avaient le sens de l’actualité puisque le plan régional de prévention et de gestion des déchets (PRPGD) était arrêté, le même jour, par le Conseil régional Sud – Provence-Alpes-Côte d’Azur. Puis, il sera soumis à enquête publique au printemps. Ainsi, la région sera la première en France à valider un PRPGD avec des objectifs conformes à la loi sur la transition énergétique, qui impose 70% de SOMECA EN CHIFFRES SOMECA est le leader varois des granulats et présent sur les 5 marchés économiques du Var. Elle représente plus d’une centaine de collaborateurs (9 établissements), 60 chauffeurs de GAR- RASSIN Transport travaillant tous les jours pour SOMECA, 5 carrières classées ICPE. L’entreprise est exemplaire en termes de concertation, de démarche de biodiversité et écologique volontariste (présence d’une écologue salariée de l’entreprise depuis 2012). Elle a une éco responsabilité permanente, du commerce, des produits, et surtout une volonté farouche d’intégrer l’économie circulaire. En effet, sa politique RSE, initiée depuis une dizaine d’année, a été récompensée par le trophée RSE PACA en 2012 des PME de plus de 50 salariés, illustrant son implication et son engagement sur le territoire. valorisation des déchets de chantier d’ici à 2020. Ce plan préconise, notamment, de réserver du foncier pour les installations de gestion des déchets dans les documents d’urbanisme et de les valoriser comme matières secondaires dans une logique d’économie circulaire. Valoriser ses déchets suppose de pouvoir les suivre à la trace. Le bon sens, la volonté et l’exigence environnementale tentent à faire sortir ces déchets de leur inertie pour leur donner une rentabilité, une valeur économique et écoresponsable.
-1= cci vaR emmutzirma f PQ-QHÉES. tEL,. e k.1.,4.01 ET'DE S,'ENCES DU -.. 20 1 8 TRÔPRÉES E L'EM Pl 01 ET CDIPE, Eri CES 4L, U V A 20i8.PlatIon Histoire d’entreprises Trophées de l’Emploi Mettre l’humain au cœur du processus de recrutement La 5ème édition des Trophées de l’emploi et des compétences se déroulait à Toulon ! La 5ème édition des Trophées de l’emploi et des compétences a eu lieu le 8 novembre dernier, au Palais du Commerce et de la Mer à Toulon. Chaque année, Pôle Emploi, l’Union Patronale, la Chambre de Commerce et de l’Industrie et la Délégation Var de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat récompensent six entreprises pour l’exemplarité de leur approche de l’emploi et des compétences. Cette soirée affirme l’engagement des acteurs économiques pour mettre l’humain au cœur du processus de recrutement. Six entreprises ont été valorisées  : Catégorie Création d’entreprise  : la Butinerie de Bormes-les-Mimosas Catégorie Diversité  : la Brasserie du parc de La Valette-du-Var Catégorie Proximité  : le Domaine du Jas d’Esclans de la Motte Catégorie Innovation  : Modul’Home de Fréjus Catégorie Adaptation  : Concept Aromatique de Montauroux Catégorie Alternance  : Comptabilité gestion CGFE du Plan de la Tour 37 Novembre - Décembre 2018 - #69



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :