La Gazette du Var n°68 15 nov 2018
La Gazette du Var n°68 15 nov 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°68 de 15 nov 2018

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 10,4 Mo

  • Dans ce numéro : Maurice, Bernard, Pierre et Gérard... la très belle saga Grech continue !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 Métropole see, se 0‘,ifeeee Autres tailles disponibles en ma Coopazur Nordnian c m çle in ans la limite des stocks disponibles 141 Av de Toulon - 83260 La Crau - 04 94 66 73 23 www.jordicasfr Novembre 2018 - #68 Toulon Jackie Matheron  : « L’AVAL, c’est un engagement permanent auprès des locataires » Dans la perspective des élections au conseil d’administration de Toulon Habitat Méditerranée (THM,) qui se déroulent du 20 novembre au 2 décembre, Jackie Matheron, la présidente de l’Association Varoise d’Action des Locataires HLM (AVAL), rappelle le combat mené depuis plus de 25 ans au service des locataires HLM de Toulon. Dans les quartiers de Toulon, on connaît bien Jackie Matheron, autant pour sa gouaille provençale que pour ses actions au quotidien. « L’AVAL, c’est une volonté permanente. Notre association ne se mobilise pas uniquement au moment des élections. Des pseudo-associations font mine de découvrir la vie en HLM, mais, en dehors du temps électoral, elles sont complètement absentes des quartiers », prévient la présidente de l’association et administratrice de THM. LUTTER CONTRE L’INSECURITE Elle poursuit  : « Comme beaucoup de toulonnais qui vivent en HLM, nous constatons que les cités se dégradent. Pourtant, de nombreuses interventions ont été réalisées. Mais, il reste tant à faire ! C’est pourquoi, nous avons besoin du soutien des locataires dans nos combats auprès des institutions, des autorités et des élus ». Car, l’AVAL, c’est plus de 25 ans d’expérience sur le terrain et l’investissement personnel d’une équipe, notamment avec Igor Markovic et Marie- Jo Biever, également administrateurs de THM. « C’est aussi plus de 25 ans de bénévolat, d’implication, par conviction et par choix. Enfin, c’est plus de 25 ans de présence pour défendre les droits des locataires », ajoute Marie-Jo Biever. Aujourd’hui, le grand combat de l’AVAL, mais pas le seul, c’est la lutte contre les incivilités et contre toutes les formes d’insécurité et d’insalubrité, car elle constate une recrudescence des actes de délinquance. « L’association est donc présente pour que les droits et les libertés de chacun soient respectés. Nous exigeons l’expulsion des fauteurs de troubles et des squatteurs, face à l’inertie des autorités, car il n’est pas question de banaliser ces actes. Il faut aussi recruter des gardiens assermentés. Aucune zone de non droit ne doit être tolérée. Il faut que l’État mette encore plus de moyens sécuritaires dans les quartiers, en renforçant les effectifs de la police. Nous exigeons une vraie police de proximité afin que les locataires puissent vivre dans le calme », insiste la présidente de l’AVAL. Elle ajoute  : « Le logement social ne doit pas être en proie à l’insécurité et l’incivisme mais au contraire un lieu de tranquillité. C’est le but essentiel de la présence de l’AVAL à ces élections ». FAVORISER LE BIEN-VIVRE ENSEMBLE Pour l’association de locataires, il est primordial de favoriser le bien-vivre ensemble dans les quartiers. Pour cela, elle préconise le développement des liens entre les locataires, en encourageant par exemple, les projets de solidarité et d’entre-aide. Selon elle, il faut aussi favoriser les moments de convivialité pour lutter contre l’isolement, notamment des personnes âgées ou handicapées. Bref, l’objectif est de proposer des animations accessibles à toutes les générations. Mais pour atteindre ces nobles objectifs, l’AVAL réclame, également, le bon entretien des logements, sans pour autant que la rénovation des bâtiments ne se traduise, obligatoirement, par une hausse des loyers ! « Il faut défendre un budget qui répond aux besoins des locataires et lutter contre l’augmentation des charges locatives. Nous demandons que THM construise de nouveaux logements et favorise l’accès à la propriété. Pour cela, THM doit pouvoir négocier avec les autorités de tutelle pour construire de nouveaux logements et répondre à une demande croissante de logements sociaux. Enfin, nous réclamons l’abrogation de la loi Boutin qui a mis en place les sur-loyers, car elle pénalise les bons locataires, obligés de partir dans le secteur privé », détaille Jackie Matheron. Enfin, l’AVAL rappelle que ses candidats ont l’expérience du terrain puisqu’ils habitent en HLM et rencontrent les mêmes difficultés que tous les autres locataires. Propos recueillis par Gilles CARVOYEUR
Métropole La Valette-du-Var Thierry Albertini, maire  : « Priorité à la sécurité des Valettois » Même si la sécurité des citoyens relève du devoir régalien, c’est à dire de l’État, « la sûreté du territoire communal et de ses habitants est une préoccupation majeure », assure Thierry Albertini, le maire de La Valette-du-Var. Ainsi, dès son élection, il a clairement dit sa volonté de travailler dans ce sens et de veiller à la sécurité des Valettois. « Dès mon arrivée, j’ai pris des mesures importantes  : l’accroissement de notre brigade municipale avec l’arrivée de quatre policiers, l’installation d’un réseau de vidéo surveillance d’ici la fin de l’année, le réarmement de nos policiers municipaux et la mise à niveau de leur équipement de protection », explique Thierry Albertini. Pour le premier magistrat communal  : « L’ensemble de ce dispositif, mûrement réfléchi, répond au besoin de sécurisation fréquemment exprimé par nos concitoyens et par les Français en général. Je ne doute pas qu’il produise des effets notoires sur la tranquillité de vie quotidienne, contribuant, ainsi, au bien-vivre à La Valette ». LE VOLET SECURITE ACTIVE Priorité affirmée du maire dès sa prise de fonction, la sécurité publique a fait l’objet de décisions importantes. Tout d’abord, les effectifs de la police municipale ont donc été renforcés. « À ce jour, cela représente deux nouvelles recrues (un homme et une femme) et deux autres qui arriveront à partir de l’année prochaine. Ces 4 policiers municipaux supplémentaires portent les effectifs à 18 personnels, sous l’autorité d’un directeur de la police municipale. Les deux nouveaux policiers sont immédiatement opérationnels, l’un arrivant de La Farlède et l’autre de Cogolin. En effet, j’ai voulu qu’ils soient opérationnels immédiatement afin qu’ils puissent participer aux patrouilles ». Le maire ajoute  : « Concrètement, ces effectifs supplémentaires permettent d’allonger les plages horaires des patrouilles, notamment la nuit (jusqu’à 2 heures du matin du lundi au vendredi) ». VIDEO PROTECTION De plus, les moyens mis à la disposition de la police municipale ont été renforcés considérablement. « La mise à niveau ne pouvait s’arrêter aux effectifs. Il fallait également assurer la sécurité des policiers municipaux en les dotant de matériel moderne, notamment en remplaçant le pistolet 38 SPECIAL à 6 coups par une arme semi-automatique à 15 coups avec un chargeur, soit 30 coups. Nous avons également doté le personnel de gilets pare-balles renforcés. Les policiers disposent également d’une matraque télescopique et les voitures seront, prochainement équipées d’un flash-ball. Pour l’utilisation de ces armes non létales, les policiers suivent des formations. Les agents sont, désormais, mieux protégés et aptes à répondre aux situations les plus tendues. Qu’on se rassure, ce ne sera pas « Règlement de comptes à OK La Valette « ! Enfin, tout cela s’articule avec les caméras de vidéo protection. Nous sommes encore à la phase des appels d’offres. Nous espérons une mise en place pour les premières caméras d’ici fin 2018 voire janvier – février 2019 ». En ce qui concerne le réseau de vidéo surveillance, La Valette veut un système à large couverture pour une réactivité maximale. Ce maillage vidéo sera donc prochainement opérationnel et mis en service en deux phases. La première phase représente un investissement de 300 000 € et la seconde autour de 150 000 € . Un tel dispositif devrait décourager nombre d’agissements délictueux, en permettant aux forces de police d’intervenir quasi instantanément et en fournissant des éléments d’enquête essentiels pour la condamnation des auteurs. PATROUILLES DANS TOUS LES QUARTIERS « Même si la sécurité est un enjeu majeur, ce n’est pas le cheval de bataille majeur de ma mandature. La Valette-du-Var n’est pas une zone de non-droit. Mais, il y avait une attente pour des moyens modernes. Nous étions l’une des 9 seules villes de la Métropole à ne pas disposer d’un système de vidéo-surveillance. Les petites bandes qui agissent à La Valette le savaient. Ce ne sera plus le cas. En effet, la police municipale fait des rondes dans tous les quartiers, notamment à l’occasion de l’opération tranquillité vacance, dont nous disposons d’excellents retours de la part de la population ». COLLABORATION ACTIVE AVEC LA POLICE NATIONALE Le travail de la police municipale s’articule en collaboration avec la police nationale et notamment le commissariat de La Garde puisque la ville ne compte qu’un bureau de police, fermé le week-end. « En effet, il existe une collaboration active et étroite avec la police nationale et la BAC. Nous avons des réunions régulières (police - police) où nous confrontons nos statistiques et nos interventions. Certes, pour 23 500 habitants, La Valette pourrait compter jusqu’à 23 policiers municipaux. Mais, à 18 personnels, nous avons déjà une belle brigade d’autant que la ville est préservée de la grande délinquance. À La Valette, il n’y a pas de zone de droit, seulement de la petite délinquance comme dans toutes les villes, quelques cambriolages ou vols de voiture. Cela ne va pas plus loin ! Sur la ville, nous avons, actuellement, deux personnes qui posent un problème à la tranquillité publique. Mais, nous ne sommes pas dans la répression. Nous travaillons avec la Ligue Varoise de Prévention, notamment aux abords du collège et la nuit », conclut, optimiste, Thierry Albertini. Gilles CARVOYEUR – Photos Ville de La Valette-du-Var Novembre 2018 - #68



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :