La Gazette du Var n°66 15 oct 2018
La Gazette du Var n°66 15 oct 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°66 de 15 oct 2018

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 19,5 Mo

  • Dans ce numéro : sapeurs-pompiers, un plan pour le volontariat.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 Actualités La République En Marche Appel à candidature pour les élections européennes 2019 Un an après le discours de la Sorbonne, La République En Marche lance son appel à candidature pour les élections européennes 2019. Ainsi, toute personne, issue du milieu politique ou de la société civile, adhérent aux valeurs de La République En Marche et voulant refonder l’Europe avec et pour les citoyens pourra candidater à l’investiture pour les prochaines élections européennes jusqu’au 15 novembre 2018 sur le site enmarche.fr/je-candidate. Toutes les candidatures Octobre 2018 - #66 seront traitées par la commission nationale d’investiture des élections européennes. Par ailleurs, La République En Marche a présenté les conclusions de la Grande Marche pour l’Europe. Aux côtés des militants, réunis à Paris le 26 septembre pour présenter les résultats de la Grande Marche pour l’Europe, Christophe Castaner, délégué général, a précisé l’ambition du mouvement pour les prochaines échéances européennes, et a annoncé l’ouverture de l’appel à candidature pour les élections européennes. AMELIORER L’UNION EUROPEENNE Selon LAREM, plus de 8 Français sur 10 sont prêts à se battre pour améliorer l’Union européenne comme en témoigne les résultats de cette Grande Marche. « Menée du 7 avril au 14 mai, la Grande Marche pour l’Europe a été un succès militant avec plus de 5000 événements organisés par plusieurs milliers de marcheurs, partis à la rencontre des Françaises et des Français dans toute la France pour leur demander leur avis sur l’Europe », explicite Sereine Mauborgne, député de la 4ème circonscription du Var. Elle ajoute  : « Après plus de 230 000 portes frappées et 80 000 questionnaires recueillis puis analysés, La République En Marche tire trois enseignements clés  : Les Français sont attachés au projet européen puisque 69% d’entre eux pensent que l’Europe a un impact concret sur leur quotidien. De plus, les Français portent un jugement très positif sur l’Euro, la libre circulation et le programme ERASMUS. Les Français sont, également, attachés à un projet européen fidèle aux valeurs fondatrices et au respect de l’état de droit. Enfin, ils rejettent une Europe gestionnaire et inefficace, focalisée sur les enjeux secondaires au détriment de son grand dessein et manquant de convergence où ses pays membres se retrouvent en concurrence les uns par rapport aux autres ». DYSFONCTIONNEMENT DE L’UNION EUROPEENNE Le regard des français sur l’Europe n’est pas tendre puisque pour 85% des Français consultés, le dysfonctionnement des institutions européennes est considéré comme un point négatif. Pour autant, selon LAREM, les Français ne sont pas résignés puisque 82% des personnes consultées déclarent que « ça vaut la peine de se battre pour améliorer l’Union Européenne ». 75% estiment que « l’Europe est plus efficace que l’échelon national sur certains sujets », et notamment 81% estime « que l’on a besoin de l’Europe pour faire face aux défis globaux et réussir dans la mondialisation ». Au final, pour Sereine Mauborgne  : « Les Français ont beaucoup d’ambition pour l’Europe et en particulier vis-à-vis de 4 thèmes vus comme des urgences majeures  : l’écologie, l’économie, la sécurité et la défense, la question migratoire ». Europe Déjà « En marche » vers les élections européennes ! À l’occasion de sa rentrée nationale, La République En Marche a organisé le 29 septembre, au Palais des Congrès Neptune de Toulon, un salon ouvert au public, conçu et animé par les Marcheurs du Var. Cette action bénévole a attiré de nombreux visiteurs tout au long de l’après-midi qui sont venus échanger sur les actions concrètes que l’Europe finance et encourage au quotidien dans notre département. « Mieux connaître l’Europe pour comprendre en quoi il sera déterminant de voter aux prochaines élections européennes, tel était l’objectif que nous nous étions fixés et que nous pensons avoir atteint lors de cette journée d’échanges et de convivialité », expliquait Reynald Cadoret, référent territorial du parti politique. Ainsi, les 6 députés de la majorité présidentielle (Cécile Muschotti, Valérie Gomez-Bassac, Émilie Guérel, Sereine Mauborgne, Fabien Matras et Philippe Michel- Kleisbauer) ainsi que le député européen, Thierry Cornillet ont animé table-ronde sur l’Europe de la Défense dans le Var. Puis chaque parlementaire a fait le tour des stands, allant à la rencontre de leurs militants et supporters.
Plateau d’activités de Signes Jacques Bianchi  : « À Signes, il nous faut des solutions pérennes de circulation » Pour l’ensemble des acteurs économiques concernés par l’avenir du plateau de Signes, il faut optimiser la desserte routière du parc d’activités, condition nécessaire à son développement au cœur d’un Parc Naturel Régional. Ainsi, le président de la CCI du Var, a lancé un véritable cri d’alarme, appelant à la mobilisation générale avec l’espoir de parvenir à l’amélioration de la desserte routière du parc d’activités de Signes, tout le long de l’année. CONSEQUENCES DRAMATIQUES SUR L’EMPLOI Pour Jacques Bianchi qui s’inquiète des conséquences sur l’emploi  : « Il a y urgence à mettre en place des solutions de mobilité autour du plateau de Signes, en optimisant la desserte routière tout au long de l’année. Pour cela, nous devons mobiliser les acteurs, décideurs, infl uenceurs régionaux et nationaux pour trouver des solutions pérennes de circulation vers et depuis le parc d’activités de Signes et, plus particulièrement, s’agissant des déplacements de poids lourds ». Le président de la CCI ajoute  : « Plusieurs arrêtés municipaux interdisant la circulation des poids lourds ont été pris ou sont envisagés par les communes autour du parc d’activés du plateau de Signes. Ces décisions, dont il ne s’agit pas de discuter le bien-fondé pour les communes concernées, risquent d’avoir des conséquences économiquement dramatiques pour les entreprises de la zone. Ces entreprises, certaines de renommée internationale (COCA COLA, IPSEN, Circuit Paul Ricard, ORECA…), ont une activité qui dépasse le territoire. Elles concourent à l’économie régionale. Par ailleurs, pour avoir la possibilité de continuer à organiser le Grand Prix de Formule 1 au-delà des 5 ans contractualisés, il convient d’avoir des solutions pérennes de circulation. Une réunion à la préfecture de Toulon, le 26 mars dernier, en présence d’élus, de collectivités territoriales et des services de l’État sur la thématique « Sécurité routière – Plateau de Signes «, a émis plusieurs solutions afi n d’améliorer la circulation des poids lourds vers le parc d’activités du plateau de Signes, tout en alliant la sécurité sur les routes ». Toutefois, il reste la question des arrêtés de circulation qui pénalisent, déjà, l’activité du plateau. Mais pour Bernard Destrost, maire de Cuges-les-Pins, l’un des élus signataire, il n’est pas question de revenir en arrière  : « J’ai pris l’arrêté municipal interdisant la circulation des poids lourds de + 19 tonnes en août 2017. C’est une solution sage de sécurité pour mes administrés. Aujourd’hui, 4 fois moins de poids lourds traversent la commune. Je ne représente aucune opposition, et ne souhaite créer aucune nuisance aux activités du plateau de Signes. Je me félicite que mon initiative adresse un message à nos gouvernants car il y a urgence » ! IMPACT ECONOMIQUE DU GRAND PRIX DE FRANCE De toute évidence, Jacques Bianchi acquiesce  : « En effet, n’occultons pas les nuisances pour les riverains, étudions la sécurisation globale des parcours, mobilisons-nous pour régulariser les problèmes de dessertes du plateau, un barreau entre La Ciotat et le rond-point du Camp appartient à ces solutions ! Le politique doit prendre le pas de l’économie ». De son côté, Basil Gertis, élu à la CCI du Var, précise  : « 2 000 personnes se déplacent dans cette zone. Chaque commune est concernée, pas seulement par les poids lourds. Construire, investir dans l’avenir ! Le fameux barreau aurait un coût estimé de 30 M € quand l’impact économique du GP de France est de 66 M € , les infrastructures routières concernent les élus et l’État ». Stéphane Clair, directeur du circuit du Castellet, ajoute  : « Aujourd’hui, nous avons 2 000 emplois, avec une perspective à 6 000 et des chiffres d’affaires considérables, une logique d’investissement, sans oublier le foncier disponible de la CCI, il est urgent de dégager les horizons, les clés de développement de ce secteur sont concentrées dans une volonté politique ». NE PAS PRENDRE LES ENTREPRISES EN OTAGE Raphaël de Chaunac, directeur général d’ORECA, rappelle  : « Il est nécessaire d’appréhender la sécurité routière pour créer l’attractivité de la zone. Il y a nécessité à réagir. En tant que chef d’entreprise, je souhaite que se dégage un chef de projet pour coordonner les concertations entre État, Région, départements, communes et CCIV ». Actualités Assainissement - Fosse septique - Bacs à graisses - Cuves à fioul Entretien, Nettoyage et Vidange – Une intervention dans les règles de l’art TCP 04 94 27 53 42 - La Farlède 7 Pour Fatiha El Bayed, cheffe de cabinet de Valérie Gomez-Bassac, député de la 6ème circonscription du Var  : « Il est inadmissible de prendre en otage des entreprises et leurs salariés. Il faut ouvrir les discussions aux départements, Bouches-du-Rhône et Var. Il s’agit d’une responsabilité politique globale. Cette zone irrigue sur les deux départements ». Pour Jacques Bianchi  : « Le préfet de Région, déjà alerté en octobre 2017, doit être à nouveau sensibilisé par une action commune des maires concernés par le projet de barreau qui s’adosserait à l’autoroute À 50, entre les Bouches-du-Rhône et le Var ». Bernard Destrost termine  : « Le Plan Local d’Urbanisme (PLU) des communes est adaptable, l’État obligeant de prévoir un emplacement réservé pour les aménagements et pour créer un contournement, par exemple ». Texte et photos André GOFFIN LES PERSONNALITES PRESENTES Basil GERTIS, élu de la CCI VAR, conseiller territorial Six-Fours/Ouest Var – Plateau de Signes, Marc LAURIOL, conseiller départemental, Alban PARDON, conseiller en prévention à la mairie du Beausset, Joseph ALBUS, adjoint au maire du Castellet, Bernard DESTROT, maire de Cugesles-Pins, Jean-Mathieu MICHEL, maire de Signes, Fatiha El BAYED, cheffe de cabinet de la député de la 6ème circonscription du Var, Stéphane CLAIR, directeur du circuit Paul Ricard, Raphaël de CHAUNAC, directeur général d’ORECA. Restaurants et collectivités  : Entretien et nettoyage - Remise d’un bordereau de suivi de déchets, Attestation du suivi légal de vos graisses, suivi règlementaire de vos matières de vidanges, en conformité avec les exigences du SPANC (Service d’Assainissement Non collectif) Nettoyage et dégazage de cuves à fioul par notre entreprise agréée Agrément préfectoral  : 2010NSNO 083 0007- Agrément transport de matières dangereuses  : 83 T 2018-04 Préfecture du Var www.tcpsun.fr Octobre 2018 - #66



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :