La Gazette du Var n°65 1er oct 2018
La Gazette du Var n°65 1er oct 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°65 de 1er oct 2018

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 19,8 Mo

  • Dans ce numéro : les meilleures comédies musicales avec les Stentors.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
18 Métropole Hyères FO alerte sur la situation de l’hôpital psychiatrique de Pierrefeu À la suite de la visite à Hyères d’Agnès Buzyn, ministre de la Santé, une délégation du syndicat FO a été reçue par le chef-adjoint de cabinet de la ministre. Le syndicat a attiré l’attention de la ministre sur la situation budgétaire du Centre Hospitalier Henri Guérin de Pierrefeu-du-Var. Selon Mme Gaugain, secrétaire du syndicat FO et référente régionale FO sur la psychiatrie au centre hospitalier Henri Guérin  : « Nous avons reçu un accueil très attentif à nos revendications et sur la psychiatrie notamment. L’adjoint au chef de cabinet nous a dit que nous avions été très convaincant et que ce sujet l’intéressait particulièrement comme pour Mme la ministre ! Il nous a promis de s’occuper de ces deux dossiers. On verra le résultat ». Car, le dossier de cet établissement hospitalier spécialisé n’est pas simple. Loin de là ! Le syndicat avait alerté Agnès Buzyn sur la situation de l’établissement et de l’impact négatif tant sur le prise en charge de la population que sur la qualité de vie au travail des agents hospitaliers. Octobre 2018 - #65 PLAN DE REDRESSEMENT DEPUIS 2010 Pour mémoire, depuis 2010, l’hôpital subit un plan de redressement. D’ici fin 2018, un contrat de retour à l’équilibre financier devrait être finalisé, compte-tenu de la mise en place de la péréquation régionale établie par l’ARS PACA depuis mai 2015. Mais, le syndicat conteste cette décision, qui, selon lui, a agravé la situation de l’établissement. « En effet, depuis 2015, l’établissement subit, chaque année, une baisse importante de dotation globale, à cause de ces modalités budgétaires. Le modèle de financement, adopté par l’ARS PACA, est celui qui est allé le plus loin, comparativement au plan national. Les baisses de dotations annuelles ont impacté, principalement les hôpitaux psychiatriques de la région. Proportionnellement, c’est l’établissement de Pierrefeu-du-Var qui a été le plus touché. Par ailleurs, la prévision pour les 8 années à venir vise une baisse de 19.47% », ajoute la secrétaire du syndicat FO. Ainsi des spécificités liées à l’établissement n’ont pas été prises en compte  : longs séjours pour des patients polyhandicapés qui ne relèvent pas que des secteurs de psychiatrie, unité de patients présentant des troubles envahissants du comportement, unité de géronto-psychiatrie. Le budget compense le budget médico-social du CSAPPA qui ne s’autofinance pas (moins 450 000  € ). « Ces activités auraient dû être sanctuarisées. Vu ces difficultés budgétaires, l’ARS a diminué de 50% l’effet péréquation, soit moins 358 826  € pour 2018 », assure le syndicaliste. SUPPRESSION DE 148 POSTES Selon la référente régionale FO sur la psychiatrie  : « Les efforts qui ont été faits sur les emplois du personnel non médical depuis 2008, y compris en tenant compte des effectifs ciblés présentés au CTE le 5 juillet dernier dans le cadre de l’élaboration du CREF, représentent une diminution de 130 emplois. Durant cette même période, nous avons obtenu 18 postes au titre de crédits supplémentaire. Parallèlement, ces postes ont été supprimés sur d’autres activités ce qui représente, au final, une suppression de 148 postes (...) ». Seul espoir pour FO, l’intérêt de la ministre pour les questions de santé mentale. « Dernièrement, nous avons pu prendre connaissance de votre implication dans le domaine de la santé mentale et de la psychiatrie dans le cadre de la feuille de route que vous avez instauré  : « La problématique de la santé mentale est insuffisamment prise en compte dans notre pays. La psychiatrie a été laissée à l’écart des différentes réformes. Je veux donc remettre la santé mentale au cœur de mon projet. J’ai demandé aux ARS de sanctuariser les budgets. Il y aura une augmentation des budgets si on me montre que cela améliorerait la prise Droit commercial/des sociétés Droit pénal spécial/des affaires Droit de la famille/des personnes Indemnisation du dommage corporel en charge des patients ». Effectivement, FO partage les propos d’Agnès Buzyn et sa volonté. Cependant, le syndicat précise  : « L’ARS PACA n’a pas sanctuarisé les budgets, notamment pour notre établissement. En psychiatrie, le plateau technique, c’est le personnel. Mais, aujourd’hui, il n’est pas assez nombreux pour assurer un soin de qualité. Par ailleurs, les différents rapports du contrôleur général des lieux de privation de liberté font état régulièrement de ce même constat ». À ce jour, le directeur général de l’ARS a attribué une aide à l’investissement de 3 500 000  € , dans le cadre de la rénovation du service de gérontopsychiatrie, unité qui va devenir territoriale. Toutefois, l’hôpital aura encore besoin des soutiens financiers de l’ARS dans le cadre de l’aide à l’investissement afin d’améliorer la prise en charge des patients en soins et en hébergement dans un établissement qui a ouvert il y a 130 ans ! Photos Gilles CARVOYEUR) 18, Rue Anatole France, 83000 Toulon 06.28.01.13.71 contact'emarnaginot-avocat.fr
310905n3 M ive71a04 eamavomq 1/0110 Métropole 19 Hyères Jean-Pierre Giran  : « Une commune qui ne progresse pas est une commune qui recule » Le 18 septembre, à l’occasion de la réception des travaux d’aménagement et de réfection de voirie de la ZAE du Palyvestre, Jean-Pierre Giran, maire d’Hyères et vice-président de la Métropole TPM, a rappelé ses ambitions économiques pour la ville. À ce jour, la zone du Palyvestre regroupe 150 entreprises et plus de 1000 employés, ce qui démontre sa réelle importance et sa vitalité dans le tissu économique hyérois. La zone couvre le secteur du rond-point Picoche jusqu’au rond-point Arromanches. Autant dire que ces travaux, attendus depuis de longues années, étaient les bienvenus. Un dossier qui a été bouclé grâce à la détermination sans faille de Jean-François Mauté, le président de la zone industrielle. En effet, le maire a souligné «la pugnacité de Jean-François Mauté«, sans qui effectivement, les travaux n’auraient pas abouti. Selon Jean-François Mauté  : « L’aménagement des voiries de la ZAE Nord représente trois années de négociations et huit mois de travaux. Je remercie la Métropole, Jean-Pierre Giran et son équipe pour leur aide dans la concrétisation de cette opération ». Vendanges 2018 Laurent Oddera, vigneron  : « La vigne, c’est du vivant » ! Pour les viticulteurs de la vallée des Borrels, les années se suivent mais ne se ressemblent pas ! Que ce soit pour la production, la qualité ou la météo. Ainsi, l’année 2018 n’a pas épargné les vignerons, avec un printemps pluvieux qui a amené de la maladie dans les vignes. « Le mildiou a été très présent toute la saison. La grêle n’a pas non plus ménagé les exploitations », décrypte Laurent Oddera, viticulteur dans la vallée. Bref, une récolte qui s’annonçait compliquée... Le viticulteur ajoute  : « Toutefois, grâce à l’aide de techniciens spécialisés dans la viticulture, des stratégies ont pu être mises en place rapidement, des traitements partagés entre l’agriculture conventionnelle raisonnée et les produits bio (à base d’écorce d’orange), du matériel efficace et surtout beaucoup de présence humaine, de travail fourni, la production a pu être sauvée ». Laurent Oddera conclut  : « Restons vigilants, car, cette année, un nouveau ravageur, venu d’Afrique, une pyrale du nom de «Cryptobables « a fait son apparition dans certaines propriétés, la chaleur favorisant sa croissance ». Résultat, un peu de gel cet hiver sera le bienvenu dans les vignes. Texte et photo Caroline LEBAUD UN RESULTAT TRES CONVENABLE Malgré la lenteur administrative, Jean-Pierre Giran a montré sa satisfaction  : « C’est un résultat qui me paraît convenable et qui, visiblement, donne satisfaction aux chefs d’entreprise de la zone. Le dilemme était de garder suffisamment de places de parking même si nous avons dû en supprimer quelques-unes. Pour y parvenir, nous avons fait le choix de supprimer, à certains endroits, les trottoirs car il me paraît essentiel dans une zone d’activités qu’on puisse s’y arrêter ». Puis, le maire d’Hyères s’est attardé sur ses ambitions économiques pour la ville  : « La zone du Palyvestre et la zone de Saint-Martin ont, naturellement, vocation à se développer. La zone du Roubaud est également en devenir. J’ai convaincu les responsables des grandes surfaces CASINO et LECLERC que l’avenir de Hyères passait par les nouvelles technologies LES TRAVAUX Branchements d’eau à neuf par SUEZ, Une partie des canalisations d’écoulement des eaux usées et pluviales, - Éclairage public, - Nouveaux palmiers, Deux nouvelles caméras, Deux panneaux de zones avec le nom de toutes les entreprises, Goudronnage des voiries avec le marquage au sol et les panneaux de signalisation, Passage de la zone à 30 km/h et marquage du sens interdit, Mise en place définitive de la boite postale et d’un conteneur à verre usagés. et la santé. Elle sera une zone complémentaire aux zones d’activités existantes même si elle ne sera pas la plus importante. Je note que sur ce dossier, la CCI nous apporte sa contribution ». LA BONNE SANTE ECONOMIQUE DE LA VILLE Enfin, le maire a dressé un bilan de la santé économique de la ville  : « Finalement, l’économie de Hyères ne se porte pas si mal. Nous sommes dans un bassin où le taux de chômage est plus bas que la moyenne nationale. Cela démontre une résistance liée à votre activité ce qui permet à Hyères de connaître une activité commerciale meilleure que dans les villes de la même strate. Croyez-moi, on se bat pour lutter contre les aléas conjoncturels. Cela justifie notre politique municipale de création de logements pour attirer des jeunes actifs à Hyères plutôt que de les voir migrer dans les communes voisines. Pour moi, une commune qui ne progresse pas est une commune qui recule ». Propos recueillis par Gilles CARVOYEUR LES PERSONNALITES PRESENTES Francis ROUX, maire adjoint de Hyères, vice-président de la Métropole TPM, Alexandre ROCHAND, président de Hyères Entreprendre, Eric GIRARDO, vice-président de la zone du Palyvestre, Serge TERNOIR, président de l’AFUZI, Sabine GOTTI, secrétaire générale de l’AFUZI, Patrick RAYGALD, chef d’antenne de la CCI à Hyères Jean-Louis PICOCHE, directeur de la SODETRAV. Octobre 2018 - #65



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :