La Gazette du Var n°63 15 sep 2018
La Gazette du Var n°63 15 sep 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°63 de 15 sep 2018

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 24,9 Mo

  • Dans ce numéro : François de Canson, la clientèle internationale dope le tourisme.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
10 Actualités Bilan touristique 1er semestre et tendances été 2018 François de Canson  : « Les clientèles internationales dopent le tourisme dans la région » Avec près de 5,2 millions d’arrivées et plus de 10,1 millions de nuitées enregistrées dans l’hôtellerie, au cours du 1er semestre 2018 la Région Sud signe le meilleur niveau de fréquentation touristique jamais enregistré depuis 10 ans (+ 74 000 nuitées par rapport au 1er semestre 2017). Ces performances sont notamment portées par l’accentuation de la poussée des clientèles internationales qui. Après le fort rebond de 2017, elles confirment l’attractivité de la région et récompensent les efforts déployés par le Comité Régional de Tourisme et ses partenaires pour inscrire les 3 destinations Monde Provence, Alpes et Côte d’Azur dans la compétition internationale. Ainsi, l’été 2018 semble satisfaisant, tout comme les mois de septembre et d’octobre qui s’annoncent à la hausse. De quoi impacter sensiblement les retombées économiques et l’emploi dans la région Sud qui reste une destination prisée, à l’offre particulièrement variée. Pour François de Canson, président du CRT  : « Il n’y a pas de secret... Ce sont bien ces entrepreneurs et investisseurs qui se battent au quotidien dans l’amélioration de leur offre, et dans la création de nouveaux produits qui bénéficient le plus de l’économie touristique (…). Aujourd’hui, avec l’exposition médiatique et sa demande d’immédiateté, il est tentant pour quelques-uns d’énoncer au plus grand nombre Septembre 2018 - #63 2, 5 millions d’ € de fonds européens pour le Var 2,5 millions d’euros de fonds européens ont été engagés par la Région pour le département du Var. Bonne nouvelle pour la commune d’Hyères  : grâce à l’entregent et à l’action de Renaud Muselier, président de la Région et député européen, l’Europe a dégagé une somme de plus d’un million d’ € pour aider au financement de la réhabilitation de la vieille ville, et plus particulièrement le centre ancien. les chiffres de leur propre activité comme s’ils représentaient l’ensemble de tout un secteur, et comme s’ils détenaient la vérité pourtant issue de quelques témoignages d’un cercle restreint de confrères ou d’amis. On en tire les gros titres qui ne donnent qu’une vision tronquée de la réalité ». 2EME DESTINATION TOURISTIQUE FRANCAISE Le président du CRT ajoute  : « N’oublions jamais que nous sommes la 2ème destination française pour l’accueil des touristes internationaux, que le tourisme représente 12,5% du PIB de la région soit près de 20 milliards d’ € et plus de 140 000 emplois. Cette réalité nous honore et nous oblige. Nous avons donc une réelle responsabilité quant à l’évaluation de notre activité touristique qui doit accompagner la réflexion même du CRT mais aussi de tous nos partenaires et professionnels. Pour cette raison, en tant que président du CRT, j’ai décidé de ne pas communiquer cet été sur des tendances, sur des rumeurs ou encore commenter une saison alors même qu’elle n’était pas terminée. Elle ne l’est toujours pas d’ailleurs ». En effet, les trois quarts des nuitées touristiques s’étalent de mai à octobre, loin de la fourchette exclusive 21 juillet 15 août. Pour François de Canson  : « L’été est une période qui compte beaucoup, c’est indiscutable, mais elle ne fait pas tout. Nous assistons à une véritable surmédiatisation de la période juilletaoût qui cantonne ces deux mois au redondant abus de langage « saison touristique ». Parler de saisonnalité est dépassé, beaucoup de territoires comme la Région Sud fonctionnent sur l’année et ont comme objectif de désaisonnaliser leur fréquentation (...) ». Il reprend  : « Les seuls chiffres de fréquentation ne suffisent pas à qualifier une saison de bonne ou mauvaise. Nous devons tous avoir une vision plus large, l’économie touristique, c’est tout un écosystème qui doit aussi prendre en compte l’environnement, l’impact des origines des clientèles, la diversité des territoires » (...). UN EXCELLENT 1er SEMESTRE 2018 C’est la fréquentation des clientèles internationales qui porte le plus les bonnes performances du 1er semestre dans les hôtels de la région  : 3,8 millions de nuitées, soit une augmentation de 3,3%, bien supérieure au +1% de 2017 (versus 2016). « Ce record sur les clientèles internationales, cibles principales du CRT, illustre une réelle attractivité de la région. Grâce au travail des professionnels du tourisme, du CRT et de ses partenaires, nous avons rattrapé et dépassé le niveau record de 2015 qui avait chuté en 2016 en raison des attentats » insiste, encore, François de Canson. La fréquentation de la clientèle française enregistre une certaine stabilité (6,2 millions de nuitées, soit -1%), freinée par la L’HOTELLERIE EN RÉGION SUD L’économie touristique représente 12,5% du PIB et 7,5% des emplois salariés de la région. C’est la deuxième région de France pour le poids du tourisme dans son économie. 10,1 millions de nuitées + 1% pour le total des nuitées + 3,3% pour les nuitées internationales + 21% pour les nuitées internationales entre 2010 et 2018 (taux annuel d’accroissement moyen +2,4%) Meilleur résultat depuis 10 ans En effet, à l’occasion de la session estivale d’attribution des fonds européens par la Région SUD - Provence-Alpes-Côte d’Azur, ce sont 2,5 millions d’euros qui ont été accordés au territoire du Var. Parmi les projets retenus, il faut noter une somme de 153 000  € pour la création d’une maison de la mobilité dans la métropole de Toulon, 1,1 million d’ € pour la réhabilitation des pieds d’immeubles mauvaise météo, les grèves du printemps et le regain d’attractivité de certaines destinations à bas prix en Méditerranée. UN IMPACT ÉCONOMIQUE POSITIF Sur le plan des recettes touristiques, la région enregistre l’une des meilleures performances en France avec une activité hôtelière urbaine qui a enregistré une hausse de 4,4% à fin juin (contre 2,9% en moyenne sur la France hors Paris) et de 7,8% pour le mois de juillet 2018 (par rapport à 2017). « Ce résultat s’explique par la forte présence de la clientèle internationale, qui dépense deux fois plus que la clientèle française notamment sur les postes hôtellerie et restauration, ainsi que par une hausse soutenue des prix moyens. Il récompense une montée en gamme des établissements régionaux qui permet de garantir le niveau de qualité des standards internationaux face à des clientèles de plus en plus exigeantes », se félicite, en conclusion, François de Canson. Photos André GOFFIN, envoyé spécial à Marseille. LES CHIFFRES CLÉS DU TOURISME EN RÉGION SUD 31 millions de séjours touristiques dans la région (1 million de plus VS.2016), dont plus de 6 millions sont issus de touristes internationaux. 218,2 millions de nuitées touristiques en 2017 (10 millions de plus VS.2016). 2ème région de France pour le tourisme international après Paris-Île de France. 2ème région de France pour le poids économique touristique 18,9 milliards d’ € de recettes annuelles liées aux dépenses des touristes (900 millions de plus que la dernière estimation) dont plus de 5 milliards proviennent des dépenses des touristes internationaux. 143 300 emplois dans 25 000 entreprises TPE/PME. 1,5 milliard d’ € d’investissements dans le secteur du tourisme en 2015. 2 800  € de revenu annuel du tourisme par habitant. Source INSEE & CRT du centre ancien de Hyères et 43 000  € pour la restauration de la chapelle de Châteauvieux à Signes. Renaud Muselier, président de la Région, s’est félicité de cet investissement pour le territoire  : « L’Europe sert quand on sait s’en servir ! Avec cette nouvelle vague de fonds européens, ce sont des projets structurants que nous soutenons en fonction des besoins. C’est un 13ème mois pour tous nos territoires ».
u2-1,1alipuJ saJnew sap apodei ap p An aueze2 Pi MAX BAUER  : « Le loup, ça suffit » ! Pourquoi autant d’incompréhension, de mépris, de suspicion sur notre agriculture ? À en croire les sondages les Français sont encore attachés à leurs agriculteurs, et plus de 60% d’entre eux sont prêts à payer plus cher des produits français. REPROCHES AUX AGRICULTEURS Quels sont les reproches faits à nos agriculteurs ? De percevoir trop d’aides fi nancières de l’État et de l’Union européenne. En France, les situations et les gestions de ces aides sont irrégulières selon les productions et les régions. On ne cesse d’entendre que notre agriculture est continuellement sous perfusion. Nous tenons à rappeler que tous les secteurs de l’économie et de la vie sociale de la société française touchent des aides. Malgré ces aides une grande partie des agriculteurs, notamment les éleveurs, n’arrivent pas à vivre parce que leurs produits sont achetés à des prix trop bas et souvent vendus à perte (ce qui est interdit par la loi). Plus de 30% des agriculteurs gagnent moins de 350  € par mois, aides PAC comprises ! « Je t’aime moi non plus » ! DES PRIX, PAS DES PRIMES ! Depuis des années, la CR demande des prix rémunérateurs. Des prix, pas des primes ! Les États généraux de l’alimentation devaient nous apporter des solutions, pour que nous puissions dégager des revenus. Nous les attendons avec impatience. Mais, nous craignons que cette loi n’apporte aucune amélioration sur le revenu, seulement davantage de contraintes pour les paysans. Un grand nombre d’entre-eux ne pourront pas s’adapter et disparaîtront, leurs exploitations seront gommées du paysage. Peut-on encore laisser dire que nous sommes des pollueurs et des mauvais gestionnaires d’environnement alors que nous vivons avec nos proches en contact direct avec la nature ? Nous réaffirmons, à chaque scandale sanitaire que nos productions ne sont pas mises en cause, que les responsabilités sont issues souvent de la transformation, de la distribution, voire de l’industrie de l’agroalimentaire. LES PAYSANS MEURENT EN SILENCE ! Nos paysans meurent en silence, de solitude et de manque de considération. En France un paysan se donne la mort tous les deux jours. Oui, les causes sont économiques mais aussi morales, culturelles et spirituelles. La crise du monde agricole est due en grande partie à tous les accords de libre-échange renforçant les distorsions de concurrence. La CR ne cesse de répéter que la logique ultralibérale est délétère pour l’agriculture. Pourquoi ne pas favoriser les produits français durables et vertueux quand l’on sait que les consommateurs sont à la recherche de produits locaux et de qualité ? Donnons aux consommateurs les moyens de devenir des consom’acteurs. Alors que nous importons toujours plus de produits alimentaires qui ne répondent pas à nos normes sociales, environnementales ou sanitaires, il est inadmissible qu’en 2018 nous ne puissions pas savoir exactement d’où provient ce que nous mangeons. Tétierre #63 #31 Cahier Spécial Coordination Rurale - Gratuit C’est pourquoi la Coordination Rurale milite pour que soit rendue obligatoire la mention du pays de provenance pour chaque ingrédient des produits frais et transformés. LE TEMPS DE L’URGENCE ! Il y a urgence à ce que les agriculteurs retrouvent leur fi erté et leur dignité, ils doivent prendre leur destin en main, mettre fi n au désespoir et à la résignation. Ne soyons plus les esclaves d’un système qui nous mène à notre perte. Soyons fi ers de représenter une partie du patrimoine français dans nos belles campagnes. Il est temps de se lever et de sauter le pas vers un avenir meilleur en mettant en place un système basé sur l’exception agriculturelle. Il est temps de rendre l’agriculture aux agriculteurs. « Il est temps que le monde se réveille, il est temps d’avancer maintenant », disait Frédéric Lerner, Il est temps, en effet ! Max Bauer, Président de la Coordination Rurale Var et PACA



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :