La Gazette du Var n°61 15 aoû 2018
La Gazette du Var n°61 15 aoû 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°61 de 15 aoû 2018

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 23,9 Mo

  • Dans ce numéro : immobilier, Toulon station balnéaire abordable.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 Supplément été La Croix-Valmer Jardins du Train des Pignes Un cœur battant en centre-ville ! Mi-juillet, la foule se pressait salle Charles Voli. Au terme d’une efficace procédure de marché public, le projet architectural, retenu pour les jardins du Train des Pignes, était présenté aux Croisiens, en réunion publique. Un parking de 120 places sur 3 niveaux, chapeauté par deux jardins d’agrément dont un pour enfants, de nouvelles liaisons plus fluides au cœur de l’espace public en centre-ville…Voilà résumé ce joli projet, nommé « jardins du Train des Pignes ». Première étape de restructuration du centreville de La Croix-Valmer, le réaménagement de l’actuel parking de la gare n’est pas qu’un projet d’urbanisme majeur pour la commune, c’est aussi la première concrétisation d’un large processus de consultation citoyenne qui, depuis 2016, a marqué le premier mandat de Bernard Jobert, le maire. REMARQUABLE ESPRIT DE CONCORDE D’où la présence à cette réunion publique de quelque 120 personnes, déjà informées par le journal municipal, et qui ont pu entendre les explications éclairantes des acteurs de cette présentation et dialoguer avec eux lors d’un questions-réponses. Animée par Bruno Quivy, directeur de cabinet, l’assemblée réunissait les différents urbanistes, architectes, ingénieurs et techniciens impliqués dans la genèse et le À COUPE 1 Août - Septembre 2018 - #61 rendu du projet et, bien sûr, les élus concernés. Achevé en deux heures, ponctué d’une collation conviviale, ce temps démocratique s’est déroulé dans un remarquable esprit de concorde, signe de la qualité du projet lauréat. COUPE 2 COUPE 3 UN PARKING GRATUIT Bernard Jobert, le maire, a resitué l’enjeu  : « Améliorer le stationnement au centre du village était une promesse de campagne. Nous allons la tenir, sans retard sur le timing prévu ni impact sur les finances communales que nous nous sommes également engagés à redresser. Nous poursuivons notre politique de désendettement et cette réalisation est menée sans emprunt ». Rires dans la salle, quand Bernard Jobert glisse, avec humour, que ce projet coûtera bien quelques euros. De fait, l’enveloppe du projet s’élève à 2,2 millions d’ € , qui seront financés grâce aux économies réalisées par la commune et par la vente d’une habitation du domaine de Barbigoua, revenue par dation à la ville. Une br in popi 1.1 : pi'tel I lir impir 1 111111 inipini IL t iiW 1 i 1111111 111.1.1111WIII1 I1111111 1111111 assise financière qui permet de ne pas envisager une utilisation payante du futur parking. UNE VASTE CONSULTATION À l’été 2016, conjointement à l’élaboration du Plan Local d’Urbanisme (PLU), la municipalité a lancé une concertation publique autour de possibles aménagements dans cette zone, vaste d’un hectare, située au centre de la commune. Baptisée «Un Cœur pour notre de village«, l’opération a cumulé divers moyens d’expressions pour faire émerger les besoins, les idées, les priorités des citoyens, associations, commerçants  : réunions, consultations numériques (via les réseaux sociaux et minisite dédié), urne à idées en mairie. Puis, des COUPES 1/250° TXPQXV
ateliers citoyens thématiques, toutes générations confondues, ont permis d’aborder les questions de mobilité, d’espaces publics, d’habitat et modes de vie, de paysages et d’environnement. Cette vaste consultation a généré de nombreuses idées et souligné, en particulier, le manque de stationnement dans le centre-ville, l’importance des circulations piétonnes dans l’espace public comme un fort défi cit d’espaces publics d’agrément, l’ancien parvis de la salle des fêtes ayant par exemple disparu avec la création de l’actuel forum. RETOUR DE LA COULEE VERTE Selon Claire Poutaraud, urbaniste du cabinet marseillais «Agir en Ville«, missionné pour une étude initiale et l’animation de la consultation publique  : « Ce programme va permettre, tout en doublant la disponibilité de places de parking en centre-ville, de recréer la coulée verte qui existait avec l’ancien Train des Pignes et de relier les différents espaces publics traversant le village par des zones piétonnes végétalisées ». Cerise sur le gâteau, par sa hauteur, le futur ensemble va contribuer à masquer l’imposant fronton bétonné de L’Odyssée 80, gros ensemble résidentiel surplombant la tranchée de l’ancien Train des Pignes. UN PROJET UNANIME Sur la base des premières études, en lien avec le CAUE (Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement du Var) et l’Établissement Public Foncier Régional (EPFR), une équipe AMO (Assistance à Maître d’Ouvrage) a été constituée pour préciser le cahier des charges du marché public à venir. Et, en traduisant fi nement les intentions de la ville, l’équipe AMO, associant un bureau d’études techniques (Guillaume Ginoux, GNX-Corp, Le Luc), un paysagiste (Vertigo Paysage, du Rayol) et un architecte (Marine Cheviet du cabinet antibois Anthracite), a esquissé, sur de très bonnes bases, le projet. Double avantage du programme  : Répondre aux priorités d’aménagement et pouvoir être rapidement mis en chantier, car non grevé par des questions foncières. L’appel d’offres, Supplément été La Croix-Valmer Focus Cœur de village, et maintenant ? David Castello, élu en charge de l’urbanisme à La Croix -Valmer, répond aux questions de La Gazette du Var. Pouvez-vous nous détailler les prochains développements en matière d’urbanisme ? David CASTELLO. Cœur de Village est une opération de restructuration qui va s’inscrire dans le temps, certainement sur plusieurs mandats. Cette première réalisation tangible va permettre d’enclencher la programmation de la suite, par des remaniements de plus ou moins grande envergure (voiries, parvis de l’Odyssée 80). La réfl exion et les études continuent. Bien entendu, tout ceci reste dépendant de nécessaires acquisitions foncières, gérées par l’EPFR car, pour l’heure, le foncier public est un peu dispersé et il est diffi cile de créer des continuités d’aménagement. Plusieurs propriétaires privés concernés ont été approchés pour négocier des cessions de terrains. La commune n’étant pas dans une démarche forcée, type préemption ou D.U.P., les discussions seront sur un temps long, juridiquement complexe. Mais, elles devraient aboutir à des opérations de construction sur le prochain mandat. Quel sera l’avenir de la Poste ? DC. Poste Immo, propriétaire des bâtiments, pratique une stricte politique de rentabilité, les Postes étant maintenues en activité suivant lancé en décembre 2017, a été dévolu en mode conceptionréalisation afi n que, dès le départ, le groupement choisi, architecte et entreprise de BTP, travaille de concert et plus rapidement sur un projet commun. Sur six réponses à l’appel d’offres, trois ont été retenues pour soumettre esquisses et montage de projet, dès mars 2018. Parmi ces candidats, le groupement associant le cabinet d’architecture Marcoux & Mathern (Cannes) et l’entreprise ERGC (Fréjus) s’est rapidement démarqué. Nettement mieux disant en termes fi nanciers, ce projet répond parfaitement aux attentes de la municipalité avec un programme de parking (voitures, y compris électriques, et deux-roues) harmonieusement inséré dans le bâti existant, la création d’espaces publics verts, propices aux échanges piétons. PARKING ET ESPACES PUBLICS Pierre-Guillaume Mathern, architecte, a détaillé sa conception du projet. « Il était intéressant de marier les exigences techniques et paysagères dans un projet combinant parking et espaces publics végétalisés. Ce mariage a accouché d’un concept organique, privilégiant les courbes dans les déplacements de piétons et de voitures, proposant une structure extérieure servant de support aux plantations qui viendront, sous la houlette des spécialistes du Domaine du Rayol, partenaire du projet, agrémenter les façades en ventelles métalliques verticales (qui serviront à la fois de tuteurs et de garde-corps) et ombrager les jardins en colonisant les câbles et poteaux dressés autour d’un mobilier urbain. Ce dernier sera en béton brossé esthétique, économique, pérenne et fl exible à la fois ». (illustration page 13) CONTAINERS ENTERRES L’architecte a poursuivi  : « Deux circulations verticales (ascenseurs et cages d’escaliers) distribuent l’ensemble du projet et ses différents espaces, qui peuvent être utilisées à partir du parking et indépendamment, par tous les types d’utilisateurs. Le long du projet, une ruelle nouvellement créée fera la liaison entre la place de la Fontaine et le poste de police, on y trouvera des panneaux pédagogiques valorisant, notamment, les essences l’importance des flux d’usagers. La ville est au-dessus du seuil de fermeture, mais de très peu. La création de 120 logements nouveaux, occupés par des actifs, va nous permettre de sortir de cette zone de fréquentation à risque. Maintenant, l’espace que cette activité occupe, central mais pas forcément judicieux en termes de fonctionnement, peut sans doute être déplacé dans de nouveaux bâtiments créés, dans l’îlot Mandin ou ailleurs. Donc, on va garder la Poste, mais peut-être pas au même endroit, ce qui permettrait de mieux réaménager cet îlot administratif autour de la mairie. Hors opération «Cœur de village«, l’extension de l’Office de Tourisme est également programmée... DC. L’extension est programmée dans un calendrier parallèle aux jardins du Train des Pignes. Station classée Tourisme, le plus haut niveau d’accueil, La Croix-Valmer a un Offi ce de Tourisme, érigé il y a une vingtaine d’années. Aujourd’hui, les agents, plus nombreux, sont très à l’étroit. Cet agrandissement est une nécessité pour travailler dans de bonnes conditions. 13 méditerranéennes déployées pour paysager l’ensemble ». Par ailleurs, l’architecte s’est félicité que le projet règle effi cacement le problème des bacs à déchets, nombreux sur l’actuel parking et, hélas, visibles de l’Offi ce de Tourisme. « En lien avec la Communauté de communes, la pose de containers enterrés (de 5m 3 chacun), a été intégrée au programme pour réduire cette nuisance ». Enfin, les jardins du Train des Pignes intégreront quelques notes rappelant le passé ferroviaire du lieu avec des bandes métalliques fi gurant des rails, intégrées dans le dallage et, bien sûr, un joli train en bois, prévu dans le jardin d’enfants ! NOUVELLE REGLEMENTATION En réunion publique, les questions de la présidente du conseil syndical de L’Odyssée 80 ou celles sur la gestion de l’eau (arrosage, ruissellements) ont reçu des réponses précises et satisfaisantes. Seule inquiétude, livrée par David Castello, maire-adjoint, délégué à l’urbanisme  : « La réglementation sécurité pour ce type d’ouvrage a été modifiée. Examiné en commission par le Service Départemental d’Incendie et de Secours (SDIS), le permis de construire, déposé le 6 juin dernier, pourrait être retoqué, nécessitant des modifi cations de structure, du retard et des coûts additionnels ». Verdict avant le début des travaux, prévu dès septembre 2018. Frédéric RIDEAU, envoyé spécial à La Croix-Valmer Entre mi-septembre et le printemps 2019, les travaux vont permettre d’offrir 80 m2 supplémentaires, d’aménager des accès PMR et d’apporter diverses améliorations (création d’un toit-terrasse avec accès WIFI), pour un budget d’environ 300 000  € . Août - Septembre 2018 - #61



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :