La Gazette du Var n°6 15 jui 2016
La Gazette du Var n°6 15 jui 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°6 de 15 jui 2016

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 8,6 Mo

  • Dans ce numéro : un mechoui avec Nicolas Sarkozy.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
Édito La Gazette des plages Bon ben... il pleut sur le nord de la France (d’Avignon à Lille), les cigales se font un plaisir de gacher la sieste des 4 premiers touristes chanceux fraîchement débarqués sous les pinèdes varoises, les pompiers s’affairent à soigner les rougeurs anglo-saxones entre deux débuts de noyades, le prix de la garniture de salade a doublé dans les brasseries de bord de mer, les boutiques de maillots de bain affichent le centimètre carré de string au prix du vison, les marchés provençaux déballent leurs gadgets « made in china con ! » et la Gazette se distribue gratuitement sur tout le littoral... Cette fois c’est sur  : l’été est bien là ! la gazette cluVdr de la porte des maures à la medil-eriu.Lee Directeur de la publication Gilles Carvoyeur redaction@presseagence.fr Secrétaire de rédaction Marie Bruel redactionlalonde@presseagence.fr Rédacteurs Bernard Bertucco Van Damme Thierry Cari Emmanuel Faure André Goffin Morgan Maginot  : -) Chambres de ? Men et de ! Artisanat 0 UmeReenakeerMaterseree-A...nffluece-Abutateemur E FORMATION EN POUR UN N ACTE 1 BOB +1 DIPLÔME LAIRE +1 SA e DU ENCES DES DIZAINES D'EXPÉRI Chambres de Métiers et de l’Artisanat Région Provence-Alpes-Côte d’Azur Abonnez-vous ou offrez un abonnement ! Recevez la Gazette dans votre boite aux lettres #6 - juillet 2016 1 an (26 N°) = 50 € cmar-paca.fr Photographes Jean Michel Elophe Thomas Fenêtre Elvis Lacaze Olivier Lalanne Philippe Olivier Conception et réalisation intech6tem Adressez votre règlement par chèque à l’ordre de l’ADIM Impression La Provence Tiré à 11 000 ex. Régie publicitaire communication@presseagence.fr ADIM 2972 route de St Honoré - 83250 La Londe Les Maures ADIM 2972 route de St Honoré - 83250 La Londe Les Maures Région j Provence-Alpes-Côte d'Azur CAP AU BAC+4 Confiez-nous votre talent, nous en ferons un métier TENTE TA CHANCE urma-paca.fr 1 iPocket by intcchbtem l'appli 100% BONNES AFFAIRES TOUS les commerces et services de votre ville dans votre smartphone Ille APPLI GRATUIT Flashez [e OR code e e Android ou téléchargez sur riPocket, OT Bormes
Après le Conseil National des Républicains à la Maison de la Mutualité, à Paris, Nicolas Sarkozy était dans le Var pour le traditionnel méchoui, organisé à La Valette-du-Var, par Philippe Vitel, le député de la deuxième circonscription du Var. L’ancien président de la République s’est exprimé devant près de 900 personnes et quelques médias nationaux et régionaux dont La Gazette du Var. « Avec Hollande, on savait que cela ne serait pas génial, mais c’est catastrophique », a lancé le président des Républicains ! Avant d’entamer son discours devant des militants déchaînés, Nicolas Sarkozy a tenu à remercier les élus varois qui l’ont accueilli. Merci à Philippe Vitel, Hubert Falco et Christiane Hummel ! Nicolas Sarkozy  : « Je veux dire à Philippe Vitel que je suis reconnaissant de sa fidélité, de sa modernité car de nos jours la fidélité, c’est quelque chose de très rare. Je voudrais dire à Hubert Falco que je suis content qu’il soit là. Ce département sait ce qu’il te doit. C’est grâce à l’amour que tu lui portes. Hubert, on compte sur toi car tu incarnes le département du Var ! Je voudrais aussi embrasser Christiane Hummel et lui dire que j’ai bien reçu son parrainage (rires dans l’assistance). Je remercie également Maud Fontenoy et Daniel Fasquel. Comme les gens du Nord, son cœur est généreux mais comme trésorier il est radin (rires dans le public). Mais, on en avait besoin ». L’état pitoyable de l’UMP Nicolas Sarkozy a ajouté  : « Il y a dix-huit mois, j’avais promis de refonder notre famille politique. Notre famille était dans un état lamentable. Plus rien ne marchait ! On a remboursé une grande partie de nos dettes. Et, aujourd’hui, nous sommes le premier parti politique de France. Aux dernières élections départementales, on nous promettait la victoire du Front National. Mais, vous les militants et les adhérents, vous avez gagné ! Nous contrôlons 75% des Départements de France. Merci à Hubert Falco pour le travail remarquable qu’il a effectué ici dans le Var. Aux élections régionales, on nous promettait une déroute ! Christian Estrosi a mené un combat formidable. Et, on a gagné » ! Conseil national L’ancien président de la République a rappelé  : « Hier (samedi 2 juillet), on a fait un Conseil national pour adopter notre projet politique. J’ai voulu que l’on prenne des engagements clairs pour que nous nous engagions. Quand j’étais Président de la République, personne ne voulait quitter mon Gouvernement ! Je ne citerais pas de nom pour ne faire de la peine à personne ! Mais, il nous faut un socle pour montrer aux Français qu’on est capable de gouvernement le pays ». 50 milliards d’impôts nouveaux « François Hollande, c’est 50 milliards d’impôts nouveaux qui ont pesé sur les familles et les classes moyennes ! Il faudra engager la baisse des impôts dès juillet 2017. Et, je veux parler d’un mot  : celui d’héritage ! L’héritage, ce n’est pas du vol, c’est du travail, c’est du mérite, c’est de l’effort ! Quand on paye des impôts toute sa vie, de mon point de vue, on doit pouvoir laisser un héritage à ses enfants en franchise d’impôts. La propriété, ce n’est pas un gros mot ! Quand on a un héritage, c’est que ses parents ont travaillé toute leur vie. C’est le fruit de leur travail, de leur mérite, de leur effort ». La fierté d’être Français « Récemment, j’ai rencontré la ministre de l’Education Nationale (sifflets dans l’assistance). Je lui ai demandé  : Mais qu’est-ce qui vous est passé par la tête en supprimant les bourses d’excellence au mérite. Elle m’a répondu  : Que si l’on parle de mérite pour les uns, les autres se sentent frustrés ! Moi, je crois aux notes, aux classements. Les enfants se lèvent quand l’instituteur entre dans la classe car ils ne sont pas l’égal du maître. L’école, ce n’est pas le fait de s’ennuyer ou pas ! Ici, vous tous, vous avez fait des efforts. La vie n’était pas facile. Le but de l’école, ce n’est pas d’être facile ou pas. C’est de ACTUALITÉS 1 Reportage exclusif Nicolas Sarkozy  : «Je remercie Philippe Vitel de sa grande fidélité» comprendre que le bonheur est dans l’effort que l’on surmonte. L’école doit apporter la fierté de la France et la fierté d’être français ». C’est le dernier qui arrive qui s’adapte ! Le Président des Républicains déplore  : « Je ne supporte plus ces propos que nous assènent les médias  : la France est généreuse, la France est ouverte. Mais, c’est celui qui arrive le dernier qui s’adapte à nos lois et à nos coutumes et pas l’inverse. Pour les derniers arrivés, il faut leur apprendre l’histoire de la France, le langage de la France et pas leur apprendre l’histoire et la langue de leur pays d’origine ! Mon père était Hongrois et mon grandpère Grec. Je n’ai pas appris l’histoire et la langue de la Hongrie et de la Grèce mais celle de mon pays, La France. On a assez de la tyrannie des minorités. François Hollande ne parle qu’aux minorités ! Il n’existe qu’une seule communauté, la communauté nationale ! Quand tu es en France, tu adoptes le mode de vie français, la culture française, la langue française et tu deviens un Français comme les autres ». Les primaires Nicolas Sarkozy ajoute  : « J’ai voulu rester le Président de notre famille. A ceux qui me contestent, je voudrais rappeler que j’ai été élu ! Aujourd’hui, avec la pagaille dans la rue, le Brexit, que diraient de nous les Français s’il n’y avait plus de chef. Sauf qu’un chef, c’est fait pour cheffer ! Et, ce n’est pas tout le monde qui peut cheffer ! J’ai redresser la famille. A partir de septembre, il y a un autre rendez-vous. Mais ce qui m’importe, c’est l’unité de notre famille. On doit taper à gauche et à l’extrême droite. Mais on ne peut pas présenter le visage de la division ! Je ne vous demande qu’une seule chose  : balayer ceux qui diront du mal de leur famille politique » ! L’union des Républicains derrière le vainqueur de la primaire Pour Nicolas Sarkozy  : « Le 29 novembre, on devra tous rester unis derrière celui qui nous conduira à la bataille. Je veux que l’on respecte les militants et les adhérents. Et, si on a des choses à dire, on le dit dans la famille et pas sur un trottoir devant des journalistes qui n’attendent que cela ! Si on a tenu, c’est parce que vous les militants et les adhérents vous avaient été là. Grâce à vous, vous réalisez quelque chose qui vous dépasse, qui vous sublime et qui s’appelle la France. Carla m’a dit  : Tu ne vas pas faire le Nord le matin et le Sud l’après-midi ! Mais ce n’est pas tous les jours qu’on est accueilli par des amis comme Philippe Vitel. On se grandit de sa fidélité, de son amitié et on se grandit de ne pas trahir. On a deux mois pour gagner, pour redresser le pays. Ce qui nous attend va être passionnant ! Je m’en réjouis à l’avance. Si on réussit à redresser la France, on aura besoin de l’unité de notre pays. On ne peut pas laisser la France dans cet état. On ne peut pas laisser disparaître la France. Soit on pose son sac et on renonce, soit on relève le défi » ! Propos recueillis par Gilles Carvoyeur Photos André Goffin juillet 2016 - #6



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :