La Gazette du Var n°56 1er jun 2018
La Gazette du Var n°56 1er jun 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°56 de 1er jun 2018

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 19,6 Mo

  • Dans ce numéro : Bormes-les-Mimosas, plus de 3000 personnes au rendez-vous de Sports en Lumière.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 Actualités Besse-sur-Issole Claude Ponzo, maire  : « La nouvelle mairie offre un espace de citoyenneté convivial » Ce 25 mai était une date importante pour Besse-sur-Issole avec l’inauguration de la nouvelle mairie, au terme de plus de trois ans de travaux et d’aménagements. Et, pour Claude Ponzo, le maire de la cité, c’était un immense honneur et une grande émotion d’accueillir une foule d’invités, avec son conseil municipal. Avec plus de 3 000 habitants au dernier recensement, la commune méritait un hôtel de ville digne de ce nom. Pour Claude Ponzo, « une mairie symbolise tout l’attachement que les élus et la population portent aux services de proximité. En milieu rural, elle est, sans conteste, un lieu privilégié, le premier, parfois le seul pour les habitants. C’est la maison commune qui accompagne chacun d’entre nous tout au long de la vie. Chacun vient y effectuer les formalités de la vie courante. On s’y rencontre, on s’y retrouve, on échange, on créé du lien social. Il était donc important d’offrir à nos administrés cet espace de citoyenneté agréable et convivial, la configuration des nouveaux locaux permettant un accueil de meilleure qualité ». Pour Marc Giraud, président du Conseil départemental  : « L’inauguration d’un bâtiment public, qui plus est une nouvelle mairie, est toujours un jour de fête pour le Var. Réhabiliter la mairie est un acte symbolique important. C’est notre maison commune. Reconstruire, c’est, parfois, oublier le passé. Le choix des élus de la commune a été le bon choix. Je note que le Conseil Départemental aide toutes les communes du Var. C’est tout à fait normal que nous soyons à vos côtés ». Juin 2018 - #56 UNE NOUVELLE MAISON COMMUNE Avec une surface de 800 m², ces locaux constituent une réalisation importante du mandat de l’équipe municipale, après la construction de la nouvelle école élémentaire de la commune, achevée à la rentrée 2014. En effet, l’ancienne école élémentaire communale a abrité des générations d’enfants, dont les parents et grands-parents de la plupart des villageois, et ce, depuis le début du siècle dernier jusqu’à juillet 2014. Claude Ponzo a expliqué les raisons de ces travaux  : « Les locaux qui abritaient l’ancien hôtel de ville, place Noël Blache depuis 1905, étaient devenus vétustes, exigus et ne répondaient plus aux normes de sécurité et d’accessibilité au public. Les planchers commençaient à s’affaisser. Pour la petite histoire, la mairie avait déjà déménagé, une première fois, car avant 1905, elle était installée dans un bâtiment voisin. Mais, dans le même temps, notre école élémentaire manquait de places (une des classes était logée dans l’enceinte de l’école maternelle, une autre dans un bâtiment modulaire). Nous devions fermer la rue entre l’ancienne école élémentaire et la maternelle, pour permettre aux enfants de profiter d’une cour de récréation réglementaire. Ce n’était en aucun cas pratique et un agrandissement n’était pas envisageable ». Le premier magistrat a ajouté  : « Construire à la fois une nouvelle école et une nouvelle mairie n’était pas raisonnable, sauf à augmenter les impôts de manière exagérée. Ainsi, ce projet a fait partie d’une réflexion d’ensemble. La commune a choisi de privilégier le bien-être des enfants en leur construisant des locaux neufs, d’architecture bioclimatique, lumineux, spacieux, avec des équipements modernes, sur un terrain acquis à cet effet face au collège, à l’entrée ouest du village ». AIDE DES COLLECTIVITES LOCALES ET DE L’ETAT Pour mener à bien ce projet d’envergure, la commune a pu compter, pour l’acquisition du terrain et la construction de la nouvelle école, sur les dotations de l’État, de la Région, du Département. Toutefois, aussi généreuses soient-elles, ces aides se sont révélées insuffisantes. La commune a dû recourir à l’emprunt. Pour ne pas endetter la commune de manière inconsidérée, la municipalité a proposé un terrain communal sur la colline de Thèmes, à l’entreprise GDF SUEZ, afin qu’elle puisse y implanter un parc photovoltaïque. Ce projet, mené de front avec la construction de la nouvelle école, a permis de générer des énergies renouvelables et de procurer une augmentation des recettes pour faire face aux annuités d’emprunt. Dès lors, les locaux de l’ancienne école pouvaient accueillir les services administratifs municipaux et permettre à la petite école communale d’avoir une deuxième vie. Un investissement qui ravit le maire  : « L’emplacement est, de plus idéal, à proximité de La Poste, de la perception, des services techniques. Ce qui permet de regrouper l’ensemble des services en un pôle administratif, dans un même périmètre, facilitant les démarches pour nos administrés, qui bénéficient également de parkings tout proches ». L’élu communal poursuit  : « Le facteur financier a été déterminant dans notre choix. Une réhabilitation de locaux s’est révélée bien moins coûteuse que ne l’aurait été une construction nouvelle, surtout de cette taille ». UN CHANTIER EN DEUX PHASES Concrètement, le chantier a été réalisé en deux tranches. Tout d’abord, les travaux de réhabilitation (468 075 € HT) ont démarré fin 2015-début 2016. L’extension dans la cour intérieure pour aménager une salle des mariages, un bâtiment plus moderne (253 324 € HT) a débuté début 2017 et a accueilli son premier mariage l’été dernier. Claude Ponzo ne peut cacher sa satisfaction  : « Je profite de l’occasion qui m’est donnée ici pour rappeler que la commune a bénéficié d’aides financières, sans lesquelles, rien n’aurait été possible et j’adresse pour cela mes plus chaleureux remerciements à nos fidèles partenaires. Sur un montant total de 721 399 € HT, le Conseil départemental a octroyé une subvention de 330 000 € HT. La Région nous a aidé à hauteur de 48 372 € et le FIPHFT pour un montant de 16 484 € . Le reste a été financé par les fonds propres de la commune à hauteur de 356 542 €  ». TROIS BATIMENTS Les résultats sont à la hauteur des espérances des élus. En effet, les bureaux de la partie administrative, opérationnels et ouverts au public, dès mi-octobre 2016, s’organisent dans trois bâtiments. Le savoir-faire des entreprises qui ont travaillé sur ce projet, sous la direction du conseiller municipal Didier Duval et avec l’aide de Bertrand Barrault, économiste de la construction. Le travail réalisé par la classe de ferronnerie du Centre de Formation des Apprentis des Arcs, à la demande de Dominique Lain, conseiller départemental. Sous la supervision de leurs professeurs, ces jeunes ont offert les belles lettres en fer forgé, qui forment la devise de la République et qui ornent si joliment la façade de l’hôtel de ville. Les élus qui n’ont pas ménagé leurs efforts des mois durant pour suivre les travaux ainsi que les personnes qui de près ou de loin ont participé à la réalisation de ce projet, tout comme les agents de la commune, administratifs et techniques. Gilles CARVOYEUR UN HOMMAGE À YVES FABRE Le maire a souhaité mettre à l’honneur celui qui a été son fidèle premier adjoint, des années durant. À ses côtés depuis le premier jour, Claude Ponzo savait qu’il pouvait compter sur lui au quotidien. Tous les Bessois s’accordent à voir en lui un homme serviable, dévoué, efficace et d’une probité sans pareil. Ils ont raison. Yves Fabre est un homme de terrain. Avant d’exercer ses fonctions de premier adjoint, il a été responsable des chemins, responsable des services techniques. Il connaît la commune comme sa poche. Il en est la mémoire. Guidé par l’amour profond qu’il porte à son village et par l’affection sincère qu’il éprouve pour ses concitoyens. Doté d’un sens inné du service public, il a consacré son temps aux Bessois. C’est pourquoi, le maire tenait à le remercier pour le travail accompli, pour l’amitié qui est née au fil des années passées ensemble au service de la commune. Et, pour symboliser la reconnaissance, pour le dévouement exceptionnel de cet homme qui se tient devant vous, il a été décidé, avec la bienveillance du Préfet, de lui remettre le diplôme de premier adjoint honoraire de la commune de Bessesur-Issole.
Actualités 5 Interview François de Canson, président du CRT  : « Le tourisme est la première industrie régionale » François de Canson, président du Comité Régional de Tourisme (CRT), maire de la Londe-les-Maures, détaille les nouvelles orientations du CRT. Il répond aux questions de La Gazette du Var. Nouveau Président du Comité Régional de Tourisme Provence Alpes Côte d’Azur dans quelle dynamique vous inscrivez-vous ? François de Canson. Renaud Muselier, après deux ans d’une présidence intense, m’a témoigné sa confi ance en me laissant ce magnifi que outil qu’est le CRT, qu’il a su rendre plus agile, avec la détermination qu’on lui connaît. Ma volonté est de faire rayonner notre région, écrin exceptionnel niché entre mer et montagne, tout en la protégeant. Il faut développer notre économie touristique tout en préservant notre environnement. Je le vis au quotidien dans ma commune de la Londe-les-Maures, j’en ai fait mon combat à l’échelle régionale. Conseiller régional délégué aux risques majeurs, je préside le comité de concertation régionale des risques, je connais la fragilité et les ressources exceptionnelles de nos territoires. Le mandat régional « avoir une COP d’avance », dans lequel je m’inscris, trouve son écho dans mon action que je veux pragmatique et positive au CRT. Le 24 mai, vous vous teniez devant 300 professionnels du tourisme de la région réunis à Aix-en-Provence. Ce sont vos interlocuteurs privilégiés ? FdC. Le CRT Provence Alpes Côte d’Azur est en charge de la promotion touristique de la région. Nous sommes un partenaire support, expert et fédérateur, pour l’ensemble des institutionnels et professionnels du tourisme que nous accompagnons et, ce principalement, sur les marchés européens et internationaux. Sans les professionnels, sans leur savoir-faire, sans leurs 660 000 lits, sans leurs offres de services, le tourisme dans notre région ne serait rien. Si je dois vous donner quelques chiffres, le tourisme dans notre région représente  : 31 millions de séjours touristiques 18,6 milliards d’euros de retombées économiques 13% de notre PIB 141 000 emplois associés … 9% des emplois salariés Le tourisme est la première industrie régionale, notre poumon économique. Et le Var dans tout ça me direz-vous ? Les enjeux sont de taille pour ce territoire à la fois provençal et azuréen. Nous sommes le 2ème département en termes de nombre de nuitées en France, grâce à l’hôtellerie de plein air notamment. Quels défis, quelles stratégies ? FdC. La puissance d’un territoire se mesure à l’excellence de son écosystème et à la force de ses liens. Nous sommes plus forts ensemble, l’idée de Renaud Muselier a été de « chasser en meute «. La démarche est simple  : elle consiste à décloisonner et à travailler non plus sur du découpage administratif pur mais sur des territoires cohérents et porteurs de sens. Notre destination est unique au monde porte en son sein 3 marques mondialement reconnues  : Provence, Alpes et Côte d’Azur. Chasser en meute, c’est unir les forces de tous les acteurs du tourisme sous nos trois marques monde fabuleuses pour obtenir les budgets suffi sants, peser à l’international et avoir un temps d’avance sur les destinations concurrentes qui, elles aussi, se structurent. Et les résultats sont là  : +5% en 2017. Simplement, car ces marques ne sont pas celles sorties d’un imaginaire de communicant hors sol, ce ne sont pas des marques d’institutionnels tout aussi dédiés qu’ils soient, ce ne sont pas celles du CRT de la Région ou d’un Département. Ces marques sont partagées par tous, parlées par tous, comprises par tous, touristes, habitants, professionnels, médias. Ces marques sont les nôtres, fonctionnent chacune avec leur propre écosystème et l’imaginaire qui leur est propre… leur force est qu’elles sont fondées sur une identité vivante avec un passé mais aussi un futur à inventer. C’est ici que le CRT a tout son rôle à jouer en se dotant tout à la fois d’une vision à long terme et d’un plan d’actions dynamique, réactif. Dès lors, quelles perspectives pour 2018, quels rendez-vous importants à venir ? FdC. A date, les prévisions 2018 pour le tourisme en région sont favorables avec de bons taux de réservation dans l’hôtellerie et des prévisions d’un carnet de commandes des réservations aériennes internationales sur le 1er semestre 2018 estimées à + 10%. Dans les Alpes, le bilan des vacances de février montre une progression de 2 points en taux d’occupation des hôtels (à 79%). En revanche, le calendrier des vacances scolaires françaises 2018 ainsi que des mouvements sociaux qui nous impactent depuis deux mois peuvent avoir des répercussions sur la fréquentation touristique en région. Rassemblés autour du Comité Régional de Tourisme, tous les acteurs du secteur en région restent à l’offensive pour que nos 3 marques de destinations, la Provence, la Côte d’Azur et les Alpes, soient toujours plus appréciées et plus attractives dans le monde. Trois rendez-vous clefs se profilent avec  : Du 21 au 24 juin, le Grand Prix de France de Formule 1, sur le Circuit Paul Ricard, sera un véritable événement. Rappelons que nous n’avions plus de Grand Prix de France depuis 10 ans, et que le dernier à s’être déroulé au Castellet était celui de la victoire d’Alain Prost sur Ferrari en 1990. Le 19 juin, le lancement du nouveau Golf Pass qui nous positionne comme leader national dans cette dynamique. Ce sont 25 golfs de la région qui sont nos partenaires, ce qui constitue une première nationale, avec une vente en ligne en français et en anglais. C’est un moyen d’attirer la clientèle étrangère avec un fort pouvoir d’achat et qui induit des nuitées supplémentaires non négligeables. En mars 2019, le 13ème « Rendez-vous en France « qui aura lieu à Marseille. Ce fut une grosse bataille pour attirer cet événement. Cela fait 10 ans que l’on essayait de l’obtenir. Organisé par ATOUT FRANCE, « Rendez-vous en France « est LE rendez-vous le plus convoité de toutes les destinations touristiques car il réunit, à chaque édition, près de 1000 tour-opérateurs du monde entier ainsi que de nombreux journalistes de la presse mondiale. Chaque année, les destinations françaises rivalisent donc d’arguments pour décrocher cet événement majeur de la promotion touristique. Et depuis plusieurs mois, tous les acteurs du territoire se sont regroupés pour défendre la candidature de la Provence et de Marseille pour accueillir l’édition 2019. Cette candidature, portée conjointement par le Comité Régional de Tourisme Provence-Alpes- Côte d’Azur, Provence Tourisme et l’Offi ce de Tourisme et des Congrès de Marseille est aussi celle d’un collectif regroupé autour de la marque de destination « PROVENCE ENJOY THE UNEXPECTED «, lancée en 2017, pour conquérir le marché touristique international. Outre un bénéfi ce direct sur l’économie touristique pendant l’événement, en mars 2019, « Rendez- Vous en France » donnera aux professionnels du tourisme du territoire Provence la possibilité de promouvoir leurs produits et de développer leur chiffre d’affaires lors de rendez-vous commerciaux préprogrammés. Deux jours avant l’événement, ce sont 450 tours opérateurs qui visiteront la Région avec l’aide des Départements pour découvrir, en avant-première, la beauté de notre région. En amont, cet automne, nous organiserons un méga-training afi n de mobiliser et de sensibiliser les professionnels de la Région pour qu’ils soient nos meilleurs ambassadeurs. Nous n’en sommes qu’au début. Ne confondons pas ligne d’arrivée et de départ. Nous avons toutes les cartes en main, un outil magnifi que et dimensionné. À nous d’exceller maintenant ! Juin 2018 - #56



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :