La Gazette du Var n°52 15 avr 2018
La Gazette du Var n°52 15 avr 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°52 de 15 avr 2018

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 12 Mo

  • Dans ce numéro : escale de l'Hermione, après Toulon, le Lavandou.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 Actualités Le Cannet des Maures Jean-Luc Longour, maire : « Le stockage des ordures ménagères en décharge est obsolète » Pour Jean-Luc Longour, « Il est temps désormais de considérer le déchet comme une ressource et de l’intégrer, comme le souhaite le plan régional de traitement des déchets, dans une économie circulaire ». La Gazette du Var. Les élus et l’administration s’accordent à reconnaître une situation d’urgence pour le traitement des déchets dans le département, due notamment à la saturation des centres de stockage, quelles solutions préconisez-vous ? Jean-Luc Longour. Le stockage des ordures ménagères en décharge sans ou avec peu de tri est obsolète car c’est en soi un gaspillage de matières premières. Il est temps désormais de avril 2018 - #52 considérer le déchet comme une ressource et de l’intégrer, comme le souhaite le plan régional de traitement des déchets, dans une économie circulaire, depuis la production économe en énergie et matière jusqu’au recyclage en passant par le réemploi. Économie circulaire, circuits courts, permaculture, lutte contre l’obsolescence programmée, préservation des ressources naturelles, transition écologique, il est temps de changer de logiciels. Vous avez à plusieurs reprises mis en avant la protection des générations futures pour justifier votre choix de refuser la poursuite de l’exploitation du Balançan, en quoi le projet de centre de stockage de Bagnols-en-Forêt, que vous semblez défendre, est-il différent ? JLL. En effet, les quelques 12 millions de tonnes de déchets déjà entassées au Balançan sont un héritage très lourd pour nos enfants qui ne sauront qu’en faire. Le projet de centre de stockage de Bagnols-en-Forêt sera d’une toute autre génération avec accueil de déchets ultimes, c’est-à-dire après tri intense et diminution de la quantité de déchets à la source. Votre PLU vous protège de la poursuite de l’exploitation du Balançan. Face à ce blocage, le Préfet avance la possibilité d’exporter les déchets varois vers des régions voisines, mettre des milliers de camions sur les routes n’est-il pas un non-sens écologique pour la santé des varois ? JLL. Il me semble utile de rappeler que ce site est ouvert depuis 45 ans et que la dernière autorisation émise en 2009 puis reprise en 2014, contre l’avis des élus du Cannet des Maures, donnait aux élus du Var, 10 ans pour mettre en œuvre des solutions alternatives. Ils ne peuvent donc pas dire qu’on les prend au dépourvu. Nous avons toujours dit que cette décharge du Balançan avait une capacité de stockage limitée d’autant qu’elle se trouve en plein milieu de la Réserve Naturelle Nationale de la Plaine des p Maures. Nous aurions pu régler une partie des difficultés par la mise en place de déchetteries en plus grand nombre. Dans la communauté de communes Cœur du Var, nous en avons 4 pour 40 000 habitants. Les collectivités ne trient et ne recyclent pas assez. Avec Cœur du Var, nous avons, en cinq ans, diminué de 25 à 30% les déchets enfouis malgré l’augmentation démographique. La remise en cause des TMB, les difficultés de débouchés des CSR, l’effondrement des cours de produits recyclés, mettent à mal les projets d’unité de valorisation multi-filière. La proposition de limiter à 5 ans la poursuite du Balançan pour permettre aux technologies plus abouties d’émerger ne semble-t-elle pas être une solution raisonnable ? JLL. Certes les technologies sont évolutives mais il faut bien se lancer à un moment donné. Le projet TECHNOVAR sera un centre de valorisation matière qui s’appuiera sur des techniques éprouvées et des filières connues pour aboutir à seulement 20% de déchets ultimes. Vous évoquez l’incinération qui pourrait apparaître comme une solution mais les pollutions induites par les techniques utilisées par le passé ont provoqué des levées de bouclier qu’il sera difficile de combattre. Ce n’est pas l’option que prend Cœur du Var. Pourtant, l’incinération est une piste intéressante car elle est liée à la cogénération qui produit de la chaleur pour chauffer des bâtiments. Mais, à mon avis, il sera difficile d’imposer la solution de l’incinération. Je pense à d’autres solutions comme il en existe à travers l’Europe. Elles ne sont pas toutes adaptables à notre région. Mais, ce sont des pistes à creuser comme la création de carburant à partir des plastiques. Il faut exploiter ces pistes et ne pas se contenter de dire que rien ne marche à part l’enfouissement. Il faut accompagner cette transition énergétique autant qu’écologique. Il n’y a donc ni posture ni imposture mais plutôt une approche moderne digne du 21ème siècle et de ses technologies innovantes qui soit à la hauteur des responsabilités des acteurs du présent, élus et population, afin de ne pas condamner l’avenir. Nul ne peut nier l’impact désastreux de l’homme sur la planète : réchauffement climatique, altération grave de la biodiversité, pollution de l’air, des sols et de l’eau. Il est temps d’agir en espérant qu’il ne soit pas trop tard… •
Hyères Pierre Politano gagne une Peugeot 108 au casino Fin mars, le casino PARTOUCHE organisait une grande soirée qui venait couronner un début d’année démarré sur les chapeaux de roues. Après un long moment de suspense, le bulletin gagnant est sorti de l’urne du « Grand Jeu de Printemps ». Et, aussitôt, un large sourire a éclairé le visage de Pierre Politano, l’heureux gagnant qui a reçu les clés d’une Peugeot 108. Auparavant, de nombreux familiers, joueurs ou simples gourmets qui avaient déposé un bulletin de participation attendaient le tirage au sort des 13 000 € de cadeaux à remporter, dont cette voiture. Sur la scène, le public s’enfl ammait au rythme du DJ, accompagné par deux superbes danseuses. DES JEUX INNOVANTS Lieu de divertissement privilégié, le casino propose des animations musicales, des spectacles et toujours plus de jeux dans un espace design et contemporain. Laurence Schneider, responsable événementiel, explique : « Côté machines à sous, le casino propose des jeux innovants. Depuis le 1er avril, nous mettons en jeu un scooter, à gagner sur une sélection de machines à sous. Le principe est simple ! Si le client fait la combinaison liée au jackpot, il gagne le scooter, en plus de son gain. De plus, le MEGAPOT, le jeu phare du groupe PARTOUCHE, permet d’atteindre des montants de jackpot records grâce à des machines sous reliées entre elles dans tous les casinos du groupe ! Au casino des palmiers, il est tombé déjà 3 fois pour un total de plus de 5 500 000 € ! À noter encore, l’arrivée régulière de nouvelles machines à sous (les prochaines le 22 mai) et 20 postes de roulette électronique, jeux très prisés par les jeunes ». Elle ajoute : « Côté divertissement, nous avons des animations diverses, fête calendaire, dîner spectacle et de nombreux spectacles avec des artistes de grande notoriété. En général, le casino se voit comme un pôle d’activités grâce à ses nombreuses annexes abritées par une superbe bâtisse, classée bâtiment de France (Casino - Hôtel****, brasserie, salle de spectacle et salle polyvalente exploitée par un service commercial) ». Enfi n pour les entreprises et les associations, le casino est un lieu idéal pour organiser des réunions, séminaires, événements et réceptions.• Bernard BERTUCCO VAN DAMME (Texte et photos) DINER SPECTACLE Le vendredi 4 mai à 20h, humour, imitation et chansons, 1h30 de rire et de plaisir, avec « Thibault Choplin » et ses 4 musiciens, avec un menu (apéritif, entrée, plat et dessert) à 28 € Casino-Hôtel**** 1, avenue Ambroise Thomas Hyères Actualités 7 avril 2018 - #52



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :