La Gazette du Var n°52 15 avr 2018
La Gazette du Var n°52 15 avr 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°52 de 15 avr 2018

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 12 Mo

  • Dans ce numéro : escale de l'Hermione, après Toulon, le Lavandou.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
20 Métropole Hyères Max Bauer : « La Chambre au service de tous les agriculteurs » La Coordination Rurale du Var tenait son assemblée générale le 6 avril, à la brasserie du marché aux fleurs. Question centrale abordée lors de cette assemblée générale : « Qu’est-ce qu’une chambre « CR » ? Selon Max Bauer, « pour la CR, une Chambre d’agriculture est une chambre au service des agriculteurs. C’est une chambre qui valorise la proximité (physique, service, idées), l’impartialité (pluralisme syndical et indépendance) et qui est équitable c’est-à-dire au service de tous. C’est une chambre qui nous représente et nous défend ». avril 2018 - #52 AU SERVICE DE TOUS LES AGRICULTEURS Actuellement, la CR possède 4 Chambres d’agriculture (Calvados, Charente, Lot-et-Garonne et Puy-de-Dôme, cette dernière étant gérée en union avec la Confédération paysanne). « Leurs points communs sont d’être au service de tous, proches des agriculteurs, des services efficaces et concurrentiels, dotées de salariés au service des agriculteurs, dans une démarche active de défense de l’agriculture, gérée avec une augmentation faible de l’impôt foncier », insiste, encore, Max Bauer. Le président de la CR a donc fait deux propositions. Tout d’abord, mettre en place un service d’écoute de la Chambre d’agriculture pour l’ensemble des agriculteurs. « L’objectif est de créer un lien de confiance et de proximité entre un conseiller et un exploitant par des échanges personnalisés avec un caractère non obligatoire. Ainsi, l’agriculteur donne la réalité, les besoins et les attentes de son métier et le conseiller fait connaître les actions que mènent la Chambre d’agriculture », explique-t-il. Ensuite, il s’est prononcé pour un principe de financement participatif pour accompagner par la Chambre d’agriculture des porteurs de projets d’installation. Il décrypte cette deuxième proposition : « Cela pourrait passer par la création d’une page Internet sur le site de la Chambre d’agriculture. Ainsi, l’internaute pourrait participer au démarrage du projet avec une contrepartie à définir ». LA QUESTION DES BAUX RURAUX De son côté, Élie di Russo, maire adjoint de la ville d’Hyères, en charge des questions agricoles, a rendu hommage au travail de la Coordination rurale, sous la houlette de son président hyper actif Max Bauer. « J’ai souligné le travail de terrain, réalisé par la Coordination Rurale, et de proximité au service des agriculteurs. J’ai souligné également l’altruisme du président, qui est toujours prêt à monter au créneau pour défendre l’agriculture et les agriculteurs ». Au passage, l’élu a rappelé le soutien de la municipalité de Hyères et notamment la subvention de 50 000 € versée par la ville aux organisations professionnelles et syndicales. « J’ai rappelé la mise à disposition de terrains pour la Chambre d’Agriculture et le SCRADH et la gratuité de la déchetterie pour les agriculteurs, ce qui représente une aide indirecte de 150 000 € ! La ville finance le SCRADH à hauteur de 17 000 € dont le travail de recherches est important pour l’agriculture, la ville de Hyères étant la seule commune du bassin à le financer ». Le maire adjoint a rassuré les agriculteurs sur la pérennité des terres agricoles, dans la perspective du PLU de la ville, actuellement en cours de révision. Il a regretté que la voix des agriculteurs ne soit pas suffisamment entendue dans les organes professionnels et syndicaux. Il a interpellé Max Bauer sur la question des baux ruraux qui freinent l’installation de jeunes exploitants. • Gilles CARVOYEUR Agriculture Élie di Russo : « Le SCRADH, outil d’excellence » Le SCRADH reste un outil exclusivement dédié à l’expérimentation, sans superflu administratif. Mi-mars, le Syndicat du Centre Régional d’Application et de Démonstration Horticole (SCRADH), station de l’Institut Technique de l’Horticulture, tenait son assemblée générale. ACCOMPAGNEMENT DE L’INNOVATION « D’après l’étude de travaux du personnel de la station, l’activité directement affectée à la conduite stricte des études est estimée à 66% en 2017. Ce temps ne tient pas compte de l’entretien de l’outil d’expérimentation (7% en 2017), ni du travail de publication/ diffusion des résultats obtenus (5%). En outre, il faut noter la poursuite de l’activité d’accompagnement de l’innovation directement en entreprise, notamment par les programmes DEPHY FERME, ISAM », a détaillé Philippe Courbon, le président du SCRADH, toujours aussi passionné et passionnant. Laurent Ronco, directeur de la station, a ajouté : « Liée à l’expérimentation sur le terrain qui constitue l’activité principale du centre, on note une activité intense de diffusion, une part indispensable de gestion opérationnelle des expérimentations et du personnel ainsi qu’une représentation extérieure. En effet, au niveau local, la station participe activement à la grappe d’entreprises FLORISUD Var Méditerranée dans le cadre de Hyères HORTIPOLE ». Ainsi, au niveau national, le SCRADH est également très fortement impliqué dans ASTREDHOR avec sa participation dans ASTREDHOR Méditerranée. IMPORTANT TRAVAIL DE RECHERCHE Comme l’a rappelé Élie di Russo, adjoint au maire à la ville d’Hyères, en charge des questions agricoles, « l’assemblée générale est un moment important qui permet de mettre en exergue le travail réalisé par la station au service de la filière horticole. C’est un travail important d’innovation et de recherche pour les horticulteurs. Une filière sans recherche est une filière qui se meurt ». L’élu a tenu à saluer et remercier l’équipe du SCRADH. En effet, le SCRADH a acquis une renommée internationale, et fait rayonner la ville d’Hyères. Il poursuivait son propos : « La ville tient à garder cet institut d’excellence et à participer à sa modernisation avec une extension sur les terrains du lycée car Hyères reste la capitale nationale de la fleur coupée. Je sais qu’une solution est en cours d’élaboration entre la Chambre d’agriculture, le lycée, le Conseil régional et la mairie ». SOUTIEN DE LA VILLE D’HYERES Enfin, Élie di Russo a rappelé le soutien concret de la ville au SCRADH, notamment par le versement d’une somme de 17 000 € de subvention. Hyères est la seule commune à participer. « Le travail du SCRADH se répercute sur toutes les communes du bassin de Hyères ! La ville met des terrains à disposition et il existe un fort partenariat avec le service des espaces verts de la ville. La ville a également versé une somme de 100 000 € pour les sinistrés de la tornade marine », a conclu l’adjoint à l’agriculture. • Gilles CARVOYEUR
I f Ige !Tt, tt? r L Ne manquez rien à notre actualité SUIVEZ-NOUS ! +1 tweete PARTAGEONS meenti3/ sud.mutualite.fr facebook.com/mutualitefrancaisesud twitter.com/mutualitesud pinterest.com/mutsud flickr.com/photos/mutsud youtube.com/mutualitefrancaiseprovencealpescotedazur (\g5 MUTUALITÉ FRANÇAISE PROVENCE-ALPES-COTE D:AZLO2



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :