La Gazette du Var n°50 15 mar 2018
La Gazette du Var n°50 15 mar 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°50 de 15 mar 2018

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 13,7 Mo

  • Dans ce numéro : marbrerie de la Crau, un investissement dans une machine révolutionnaire.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
26 Hyères mars 2018 - #50 Mécénat Château Léoube, partenaire de la Fête du Livre de Hyères En avril prochain, Château Léoube est partenaire de la prochaine Fête du Livre, organisée à Hyères, sous les auspices de la municipalité de Hyères. Niché dans une frange littorale, bénie des dieux, au cœur de l’un des plus beaux sites protégés d’Europe, le Cap Bénat, Château Léoube est l’un des plus éblouissants domaines du sud de la France. CHATEAU LEOUBE, MECENE CULTUREL Depuis quelques années, Château Léoube démontre son implication locale en soutenant des événements culturels phares tels Londe Jazz Festival (en juillet) et la Fête du Livre de Hyères. Au-delà de son action en faveur de la culture, Château Léoube est associé dans de nombreuses organisations sportives ou caritatives. « Parallèlement, en 2015, la ville d’Hyères lançait une opération permettant à des mécènes de l’accompagner dans certaines de ses réalisations. Dans ce cadre, 10 projets ont été soutenus par 14 mécènes et 85 000  € de dons ont été collectés. Parmi ces projets 6 concernaient la culture dont la Fête du Livre avec le soutien du Groupe Boucau, de Belambra, du Groupe JPV, d’Engie et de Château Léoube », rappelle Jean-Pierre Giran, le maire d’Hyères. « En effet, c’est tout naturellement que nous avons choisi de nous associer à la Fête du Livre de la Ville de Hyères, parce que cette manifestation, en plein développement, correspond à nos objectifs d’ouverture vers des partenariats de qualité et contribue au rayonnement de notre territoire », explique Jean Dubille, directeur général du domaine qui fait partie des mécènes de la ville. Jean Dubille ajoute  : « C’est le choix du cœur. Nous ne faisons pas du mécénat, uniquement pour faire du mécénat. Loin de là ! Notre objectif est ailleurs  : Nous nous impliquons dans un projet qui nous correspond avec des partenaires qui nous correspondent ». Gilles CARVOYEUR ête du Livre UN PARADIS FACE AUX ILES D’OR Avec ses airs de Toscane, la propriété est un vrai paradis au cœur de la Provence. C’est même l’une des rares en France qui s’étend sur 4 km de côtes. Situé sur la commune de Bormes-les-Mimosas, en bordure de mer, face aux îles d’Or, le terroir de Léoube est unique en son genre  : pas moins de 560 hectares baignés par le soleil de la Méditerranée et bercés par une brise marine où s’épanouissent vignes, arbres fruitiers et oliviers. Le vignoble, cultivé en mode biologique, est certifié par le label Ecocert depuis 2012. Alliant l’élégance, le style et la douceur de vivre, Château Léoube incarne incontestablement l’art de vivre méditerranéen, si cher aux écrivains. Nul doute que le domaine ne manquerait pas d’inspirer beaucoup d’entre eux ! Vallée des Borrels Le CCFF, l’indispensable protecteur de la forêt À cheval sur les communes de La Londe-les-Maures et de Hyères, la forêt des Borrels est au centre de l’attention permanente des patrouilles des Comités Communaux contre les Feux de Forêts (CCFF) des deux communes. Récemment, les CCFF de toute la région étaient en formation à la mairie des Borrels. Au programme, une journée tournée vers les transmissions et la cartographie, deux éléments clés de l’intervention rapide des hommes en orange. Pierre Thefenne, le président du CCFF d’Hyères, et toute son équipe ont donc planché durement sur la thématique retenue. Au-delà, les actions des CCFF sont nombreuses  : surveillance de l’état des équipements, des citernes implantées le long des pistes DFCI, aide aux sinistrés, guidage des secours, soutien logistique et formation. « Le patrimoine forestier des communes de Hyères et de La Londe-les-Maures, ce sont aussi des paysages qui font la diversité et l’attractivité de nos communes. Pour protéger nos massifs forestiers, nous avons besoin des CCFF car ces hommes et ces femmes remplissent une mission de service public et démontre, au quotidien, leur implication citoyenne », rappelle François de Canson, maire et conseiller régional en charge des risques majeurs. Comme le rappelle le président des CCFF de Hyères  : « Nous sommes un rassemblement de bénévoles qui œuvrent pour la préservation de nos forêts et la prévention des incendies ». En effet, toute l’année, les patrouilles sillonnent les massifs forestiers avec une seule passion  : l’amour de la nature et l’attachement à la sauvegarde du patrimoine forestier. Pour Elie di Russo, adjoint spécial des Borrels, « Hyères est une commune à la fois insulaire, littorale, urbaine, agricole mais aussi forestière. En effet, la forêt recouvre 4 500 hectares du territoire de notre commune, soit un tiers de sa superficie, ce qui fait de Hyères une des premières communes forestières du Var. Bref, Hyères, c’est bleu mais aussi vert » ! Gilles CARVOYEUR
Hyères Budget municipal Jean-Pierre Giran, maire  : « En 2018, nous baisserons les impôts de 2,5% » Pour le premier magistrat d’Hyères, c ‘est le budget que rêveraient de réaliser de nombreux élus du Var, voire de France. Bref, le budget rêvé qui repose sur une chasse au gaspillage raisonnée avec à la clé une baisse des impôts ! Une exception régionale ! Pour Jean-Pierre Giran, « il est important de faire un point au moment où se met en place le 4ème budget de ma mandature (2015, 2016, 2017, 2018), même si le budget supplémentaire de 2014 avait déjà mis en place de fortes inflexions ». Pour le maire, « il s’agit du dernier budget communal avant le transfert effectif de compétences à la Métropole. Une comparaison sur les années antérieures à 2018 y est donc encore possible à périmètre constat ». Il note que cet excellent résultat n’a été possible que par le travail acharné de l’équipe du service des finances. UNE SANTE BUDGETAIRE RETROUVEE Après 3 ans de mandat, quel est le bilan et les principaux enseignements que l’on peut tirer objectivement ? Le maire constate un autofinancement record avec 17, 6 millions d’ € , soit un doublement depuis 2014. Il précise  : « Nous avons réalisé des investissements importants (38, 6 millions d’ € ), et je note que ce financement des investissements a été fait sans emprunts, comme c’est le cas depuis 2015. J’enregistre, aussi, un ratio de désendettement très faible de 2, 4 années tandis que le ration de bonne santé financière se situe, d’ordinaire, à moins de 10 ans ». Enfin, Jean-Pierre Giran se félicite d’une nouvelle baisse des dépenses de fonctionnement (moins 1, 8 millions d’ € entre 2017 et 2018). Le maire ajoute, avec une certaine satisfaction  : « Tout cela va conduire à une baisse des taux d’imposition de 2, 5% en 2018, opération qui sera vraisemblablement reconduite en 2019 ! Et, si comme on le peut le penser, la Métropole reconnaît plusieurs investissements de Hyères comme étant d’intérêt métropolitain en les finançant directement, la situation devrait encore s’améliorer par rapport aux prévisions. En outre, j’escompte également une bonne exécution du budget qui permettra, d’une part, une baisse des impôts locaux en 2018, suivie très probablement d’une seconde en 2019. Il est naturel d’en rendre une partie aux Hyèrois. Ce qui est relativement rare ! Au moment où nous intégrons la Métropole, c’est un signe de bonne santé. Nous entrons dans la Métropole sans contrainte et sans inquiétude ». UNE SITUATION FINANCIERE FRAGILE EN 2014 Auparavant, Jean-Pierre Giran avait rappelé le contexte  : « Nous avons trouvé une situation financière très fragile qui avait d’ailleurs valu à la commune, d’entrer dans un processus de vigilance de la part de la Direction Générale des Finances Publiques ». Ce diagnostic, alarmant, avait été établi par le service des finances de la commune, puis confirmé par un audit et approuvé, enfin, par le rapport de la Chambre Régionale des Comptes. Pour l’ancien député  : « Cette fragilité devait être traitée d’autant plus que la commune a connu une baisse drastique des dotations de l’État entre 2014 et 2017, soit une somme de 13,7 millions d’ € cumulés. Cette baisse des dotations correspond une part d’impôt de 30% ! C’est colossal » ! Avant de voir repasser les comptes municipaux dans le vert, la politique fiscale de la ville a dû passer par une augmentation des taux d’imposition de 4, 3% en 2015, ce que le maire appelle « un appel à la solidarité des Hyèrois ». Il fait remarquer que cette hausse a été contenue, compte tenu de celles qu’avaient effectué ses prédécesseurs (Jacques Politi et Léopold Ritondale). En 2016, la ville a engagé la réduction du taux d’abattement sur la taxe d’habitation (passant de 15% à 8%). Dans le même temps, la commune a augmenté de 20% le taux d’imposition des résidences secondaires, tout en sachant qu’une partie non négligeable des habitants est non-imposable. BAISSE DES DEPENSES DE FONCTIONNEMENT Pour rétablir les comptes, le maire a engagé une baisse drastique des dépenses de fonctionnement. Et, au niveau du personnel, en décidant le non remplacement d’une partie importante du personnel partant à la retraite de façon à faire baisser les effectifs. En 2018, cela se traduira par une baisse de 20 personnes sur un effectif de 1 066 fonctionnaires. Et, pour les charges courantes et les opérations à caractère général, il y a eu une réduction systématique de ces dépenses. « Nous avons regardé systématiquement ces dépenses et je note que tous les personnels ont fait des efforts, sauf certains services qui sont contraints par des dépenses obligatoires ». Des actions qui ont porté leurs fruits. « Les personnels sont, aujourd’hui, dans une bonne pratique et dépensent uniquement ce dont ils ont besoin. Le niveau des services n’a pas baissé et on a mis fin au gaspillage puisqu’on se base sur le budget réalisé ». Le maire l’assure  : « L’objectif de ces mesures était de retrouver, au bout de 3 à 4 ans, une épargne significative, alors que celle-ci, d’après tous les audits, risquait de devenir négative et d’hypothéquer l’avenir de la commune. Je constate que le diagnostic de la CRC était bon et qu’il fallait poursuivre dans la voie engagée ». Ainsi, le rapport de la Chambre Régionale des Comptes a confirmé la pertinence du diagnostic initial, et a constaté, également, les progrès accomplis en 2014 et 2015, encourageant même les élus à les poursuivre au-delà. Résultat, en 2015, la commune est sortie du processus de vigilance de la DGFIP. 27 Sur la période 2016 – 2017, la politique de maîtrise des dépenses de fonctionnement a été poursuivie et les résultats n’ont pas cessé de s’améliorer. Ainsi, l’épargne brute a connu une évolution positive (2014 avec 6 519 788  € et 2017 avec 10 309 756  € ). En 2018, le projet de budget traduit la bonne santé financière retrouvée de la commune dans un contexte extrêmement difficile depuis 4 ans à la suite de la baisse des dotations de l’État. EXCELLENTE STRATEGIE BUDGETAIRE La rigueur dans la gestion a été le maître mot de Jean-Pierre Giran qui a rappelé qu’elle était sa stratégie en matière budgétaire  : « Tout d’abord, ma politique est basée sur la rigueur dans la gestion. La baisse des dépenses de fonctionnement et notamment la réduction de l’appel aux services extérieurs au profit de travaux en régie et la suppression des dépenses ostentatoires (Festival d’Hyères, Pôle Jeune Public), dont l’intérêt n’était pas démontré ». Autre point  : l’organisation des services avec parfois la mutualisation du personnel. « Je tiens à saluer la parfaite collaboration de tous les services municipaux et l’efficacité de la procédure de contrôle de l’exécution budgétaire mis en place par le service financier. Cela concerne la réorganisation des services, notamment techniques, permettant grâce à une mutualisation renforcée de maintenir la qualité du service à moindre coût ». Le maire a poursuivi  : « Cette réussite repose sur des règles de bonne conduite permettant de ne pas avoir à payer d’amendes pour une insuffisance de logements sociaux. La ville n’est pas en carence de logements sociaux tandis que des communes de TPM le sont. Enfin, notre délibération sur les baux emphytéotiques a semblé équitable et rentable pour la commune ». PARTENARIATS FINANCIERS MULTIPLES Cette politique fiscale repose, aussi, sur des partenariats avec des collectivités ou l’État, et de nombreux financements en provenance de TPM, dans le cadre du CRET Régional. En outre, la ville a multiplié les partenariats publics-privés qui ont permis de développer une politique événementielle de haut niveau grâce à des opérations de mécénat et de collaboration. On peut citer la Fête du Livre avec CHARLE- MAGNE ou CHATEAU LEOUBE, GALATHEA, le circuit des arts et les nuits blanches avec les commerçants et l’Office de Tourisme. Enfin, le dynamisme de la commune s’est traduit par des droits de mutations en forte augmentation (de 25% de 2015 à 2016 et de 29, 4% de 2016 à 2017). Toutefois, le maire met en garde  : Si la ville doit intégrer une nouvelle baisse des dépenses de fonctionnement, cela sera difficile, à terme. Car, elle est au bord de la compression et elle ne pourra aller au-delà raisonnablement. Gilles CARVOYEUR mars 2018 - #50



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :