La Gazette du Var n°48 15 fév 2018
La Gazette du Var n°48 15 fév 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°48 de 15 fév 2018

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 12 Mo

  • Dans ce numéro : château Léoube, courage et efficacité face aux incendies.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
18 La Garde Sécurité Jean-Pierre Haslin  : « Optimiser la protection des biens et des personnes » La ville de La Garde a investi dans la vidéosurveillance et dans de nouveaux outils technologiques (caméras piétons et boîtiers de PV électroniques) pour assurer la tranquillité maximale de la cité du Rocher. En 2016, la ville a décidé de mettre en place des caméras de vidéo-protection. Pour Jean-Pierre Haslin, adjoint au maire en charge des questions de sécurité, « cet outil contribue à optimiser la protection des biens et des personnes. C’est un dispositif non négligeable, notamment dans la résolution d’enquête ou tout simplement pour augmenter le sentiment de sécurité publique ». février 2018 - #48 Concrètement, la mise en place de la vidéo surveillance, sur la totalité du territoire communal, a coûté 1, 4 millions d’ € aux finances municipales auquel il faut ajouter l’achat de 4 caméras piétons (5 000  € ) et l’achat de boîtiers PVE (18 000  € ). Ainsi, dernièrement, en présence du directeur de la police municipale, Jean-Claude Charlois, le maire, a visité le PC de la police municipale. Jean-Pierre Haslin, maire adjoint en charge des questions de sécurité, a détaillé le fonctionnement du poste de police municipal, particulièrement satisfait que « cet outil n’ait jamais aussi bien fonctionné » ! COUPLE AGENTS DE POLICE CAMERAS VIDEO La meilleure preuve concerne la baisse des incivilités de stationnement. Depuis que la ville dispose de la vidéo-verbalisation, le nombre d’infractions a spectaculairement chuté  : « Nous avions, en permanence, les mêmes personnes qui ne respectaient pas les interdictions de stationner ». Au moment même où l’adjoint au maire rappelait ces faits, le policier placé devant les écrans constatait la présence d’un véhicule arrêté sur un passage piéton et qui était aussitôt verbalisé ! Ainsi, le couple agents de police sur le terrain – caméras de vidéo- protection permet d’appréhender encore mieux les désordres de la voie publique. Le Centre de Protection Urbaine, implanté dans les locaux de la police municipale, permet de centraliser les images qui peuvent être utilisées dans la résolution d’affaires administratives, disciplinaires et judiciaires. Mais pour les élus, la vidéo surveillance n’a pas que pour seul objectif la répression des infractions à la circulation. « Du poste de police, nous constatons en direct les moindres difficultés, de jour comme de nuit, grâce à l’ensemble des caméras ». Seul bémol  : pour une exploitation judiciaire des images, la police municipale a besoin de la réquisition d’un Officier de Police Judiciaire (OPJ), seul habilité à utiliser les images stockées à des fins d’enquête. Une procédure qui est assez courante, tout autant de la part du commissariat de police de La Garde que de la brigade de gendarmerie de La Farlède. Ainsi, le matin de cette visite, les gendarmes de La Farlède ont effectué une réquisition judiciaire suite à un incident survenu sur la zone de l’AFUZI. PV ELECTRONIQUE Dans d’autres villes, comme à Toulon, les images des postes de sécurité municipaux sont envoyées directement au commissariat central. À noter que sur l’ensemble des 12 communes de la Métropole, seule la ville de La Valette-du- Var ne dispose pas, à ce jour, de système avec des caméras. Et, la ville du Pradet a comblé son retard en investissant dans un système performant. Autre technologie qui vient en renfort des policiers municipaux  : la procédure des PV électroniques. « La police municipale de La Garde dispose de 10 boîtiers, connectés directement au centre de traitement des amendes à Rennes. Désormais tout est géré là-bas et il n’y a plus de gestion administrative assurée par les agents de police », se félicite Jean-Pierre Haslin. Nouvelle technologie La Garde, connectée au 21ème siècle Pour répondre aux attentes des habitants, la ville développe son offre de services en ligne. Ainsi, sur le site www.ville-lagarde.fr, il est possible de prendre rendez-vous avec le service population, de payer sa facture d’eau ou d’acheter ses places de spectacles. PRISES DE RENDEZ-VOUS EN LIGNE À noter que vous avez la possibilité de prendre rendez-vous pour des démarches concernant les passeports ou les cartes nationales d’identité. Autre service en ligne  : le règlement des factures d’eau. Ce service concerne les Gardéens possédant un compteur individuel. Pour effectuer votre paiement, vous devez vous munir de votre facture afin d’avoir les éléments nécessaires à votre connexion. La démarche est très simple puisque votre code d’accès correspond à votre numéro d’abonné. Et, le mot de passe, c ‘est les 6 premiers caractères de votre nom en majuscule. « Ce service vient compléter ceux déjà existant  : historique des relevés et des factures d’eau, suivi de l’évolution de sa consommation », explique Jean-Claude Charlois, le maire. CAMERAS PIETONS Second dispositif  : les caméras-piétons dont sont équipés les agents durant leurs patrouilles. « La ville compte 4 caméras en fonction depuis avril 2017. Elles dotent les équipages par équipe de 2, ce qui signifie que 8 agents de police travaillent, chaque jour, avec cet outil. Pour déclencher l’enregistrement des images, l’agent est seul maître à bord. C’est un outil qui a déclenché des réticences au début de sa mise en œuvre, tant du côté de la population que de certains agents. Mais, il exige d’être carré, c’est à dire sans reproches, d’un côté comme de l’autre. Tout est dans la boîte et cela marche dans les deux sens. Effectivement, c’est une évolution des mentalités, mais, c’est un outil performant », détaille le directeur de la police municipale. Pour le maire, « On n’est pas là pour emmerder les gens. Le recours à ces boîtiers permet de faire la chasse à l’incivisme. Grosso modo, on avait toujours les mêmes qui mettaient le Bronx dans la ville. Avec les PV électroniques, cela les a calmés. Cette procédure doit leur permettre de réfléchir à leurs actes. Cela ne nous enchante pas de verbaliser les gens, mais le message doit passer  : il faut arrêter de faire des bêtises » ! Le directeur de police municipale ajoute  : « Dans le processus réglementaire, nous sommes obligés de stocker les images sur un terminal dédié. Dès qu’une personne visionne les images, son nom est répertorié avec le numéro de la caméra. Ces images deviennent des éléments de preuve. Récemment, elles ont servi à arrêter un homme qui avait fait des menaces de destruction du commissariat de police de La Garde. Elles ne sont pas stockées et sont effacées à mesure de l’enregistrement, selon un délai qui est fixé réglementairement par le préfet du Var ». En 2017, la police municipale a répondu à 37 réquisitions judiciaires. SECURISER LES AGENTS Comme le souligne Jean-Claude Charlois, « le but est de rendre les gens plus intelligents. On leur passe ce message  : faites attention ! Ces technologies permettent de les décourager à recommencer et sécurisent les agents durant leur mission. Elles sont des preuves irréfutables, notamment en cas de conflit. Avec la mise en place de ces outils, nous avons noté une baisse de plus de 60% des outrages, en neuf mois » ! Pour Jean-Claude Charlois, « nous sommes des précurseurs » et Jean-Pierre Haslin se félicite « de la qualité exceptionnelle des images ». Pour faire le bilan de l’utilisation des caméras-piétons, la police municipale rendra un rapport au Préfet du Var, avant le 3 juin prochain. Gilles CARVOYEUR DES CENTAINES D’APPELS TELEPHONIQUES PAR JOUR Il ajoute  : « Ce qu’il faut retenir, c’est qu’il faut se rendre directement sur le site pour s’inscrire. Si le service rencontre le succès que nous escomptons, on réfléchira à mettre en place un espace de stockage en ligne, notamment pour rediriger les appels du standard de la mairie ». Actuellement, le service est assuré par l’accueil de la mairie mais, le personnel dédié semble pléthorique. Il y a donc peut-être matière « à dégraisser le mammouth » comme aurait dit l’ancien Ministre socialiste Claude Allègre. Jean-Louis Masson précise  : « Il faut savoir que la mairie reçoit plusieurs centaines d’appels téléphoniques par jour. L’avantage du site Internet est d’élargir l’amplitude horaires des services. Il permet également un adressage plus clair des demandes ». Le député conclut  : « Pour l’instant, la ville a conservé le logiciel historique du site mais si les demandes en ligne venaient à exploser, elle investirait dans un logiciel plus puissant pour augmenter la capacité de traitement. Je crois beaucoup en cet outil qui représente beaucoup plus de réactivité et une meilleure adaptabilité de l’offre de services ». Gilles CARVOYEUR
H ORAIRES DU MAGASIN Lundi et mardi  : fermé Mercredi  : 9h à 12h 30. 15h à 18h Jeudi 9h à12h 30 - Fermé Vendredi  : 9h à 12h 30. 1511 a 18h 30 Samedi  : 9h à 12h 30. 15h à 18h 30 Dimanche 9h à 12h Entrepôt Market stekket Entrepôt Market - 63, rue Marcellin Berthelot ZI Toulon Est - 83 LA GARDE 04 94 31 46 82 La Garde 19 Entrepôt Market Pascal Sigonnaud  : « Satisfaire le client en vendant moins cher » Créateur de l’entreprise Entrepôt Market, Pascal Sigonnaud a mis au point un concept de ventes relativement inédit. Et, qui marche très fort ! Son crédo  : « Notre mission, vous satisfaire » ! Installée dans un entrepôt sur la zone de l’AFUZI, dans la rue Marcellin Bertelot, non loin du garage Best Drive, la société Entrepôt Market séduit, chaque semaine, une clientèle intéressée par des produits de bonne qualité et moins chers que chez les concurrents de la place de Toulon. « Nous avons ouvert l’entrepôt le 10 novembre dernier. Mon objectif est clair  : vendre moins cher grâce, notamment, à une mise en place sur palettes et non en rayons. Les produits font l’objet d’un arrivage permanent (épicerie, charcuterie, surgelés) ». EN DIRECT DU PRODUCTEUR AU CONSOMMATEUR Pour vendre le moins cher possible, le gérant mise également sur des achats effectués directement auprès des industriels. « La formule est simple  : du producteur au consommateur, en direct ! En moyenne, le client fait une économie d’au moins 10% par rapport à un produit acheté ailleurs. Mais, sur certains produits, la réduction peut monter jusqu’à 20%, ce qui n’est nullement négligeable quand on sait que la question du pouvoir d’achat est essentielle dans l’esprit des consommateurs », ajoute le dynamique patron. À l’intérieur, le client se retrouve comme dans une épicerie classique, sauf avec un peu de décorum tape à l’œil. UNE GRANDE EXPERIENCE DE BOUCHER Avant de créer cette entreprise, Pascal Sigonnaud n’a pas mal roulé sa bosse. Diplômé de l’Ecole Supérieure de Boucherie de Paris, un établissement scolaire de haut niveau qui fait référence dans la profession, il a longtemps travaillé à Paris, notamment pour la célèbre chaîne Boucherie Bernard, avant de tenir trois boucheries en nom propre. Ensuite, il a travaillé pour les enseignes PROMODES, en tant que boucher, INTERMARCHE et LECLERC où il intervenait en tant que consultant. Gilles CARVOYEUR MilMCHIR ! vx.. ir l9)nre* fini Offerts Valable sur tous vos achats du 21 février au 28 février Validité immédiate en caisse dès 60 € d'achats sur présentation de ce bon février 2018 - #48



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :