La Gazette du Var n°47 1er fév 2018
La Gazette du Var n°47 1er fév 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°47 de 1er fév 2018

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 11,2 Mo

  • Dans ce numéro : déchets, un enjeu capital pour les Varois.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
38 Cogolin février 2018 - #47 Voeux UPV du Golfe de Saint-Tropez Jean-Michel Abeille, vice-président  : « L’entreprise est un lieu de stabilité » C’est au Château Saint-Maur que Jean-Michel Abeille, vice-président de l’UPV, a présenté ses veux au monde économique et politique du golfe de Saint-Tropez. Tout naturellement, Jean-Michel Abeille a tenu à remercier Marc Monrose et l’équipe du château Saint-Maur qui, une fois encore, accueillaient les invités de l’UPV dans ce lieu d’exception. LES ENTREPRISES SONT DES LIEUX D’ESPOIR Le vice-président de l’UPV a, notamment, déclaré  : « Pour cette année 2018, pour nos entreprises comme pour chacun d’entre nous, compte tenu des changements qui se profilent, je vous souhaite d’avoir le plaisir, l’envie, l’énergie d’imaginer des plans stratégiques nouveaux ! Nos entreprises sont des lieux de vision et d’espoir. Nos vœux sont toujours l’occasion de rappeler simplement que l’entreprise est au cœur de nos dynamiques économiques, sociales et sociétales ». Pour Jean-Michel Abeille, l’entreprise est le seul lieu de création de richesse collective durable. Il a ajouté  : « C’est aussi un acteur fort dans les changements sociétaux, de protection de l’environnement, d’inclusion sociale, etc. ». En effet, pour lui  : « L’entreprise, en perpétuel mouvement, est un lieu de stabilité. Le mouvement pour l’entreprise est nécessaire tel le cycliste qui doit être toujours en déséquilibre d’avancement sinon il tombe...Par essence, l’action de l’entreprise est intégrée dans la société et il n’y a pas besoin de lois pour nous le rappeler comme c’est en projet de rajouter des lois sur son objet ! Au-delà des risques juridiques de contentieux... Vouloir changer les règles de l’entreprise par la loi telle que l’on en parle actuellement comporte un danger évident de la figer au détriment de l’agilité, vertu indispensable. Nos entreprises ont besoin de simplification et non pas de complexification législative pour assurer leur compétitivité. Savoir rester compétitif au milieu des turbulences permanentes, savoir repérer les innovations les nouveaux courants et les ruptures, savoir être souple et agile, tout en éloignant la rigidité et l’anarchie. Telles sont les réalités quotidiennes de nos entreprises » ! PRESSION FISCALE LA PLUS ELEVEE D’EUROPE ! Jean-Michel Abeille a fait, encore, ce constat  : « 2017 laisse notre beau pays dans le hit-parade fou, des prélèvements sociaux et fiscaux européens, première place invaincue depuis de nombreuses années. Les réformes sont donc indispensables car les statistiques sont constantes. En 2016 encore, la pression fiscale et sociale de la France est la plus élevée de l’Union Européenne à 40%. Avec 47,6% du PIB, nous avons sur ce point constamment la première place intenable du podium ! C’est un taux qui évidemment anesthésie l’économie. Mais fin 2017 marque aussi la mise en place de réformes importantes fiscales, sociales et autres, qui devrait nous permettre petit à petit de quitter cette première place des prélèvements, peu enviable. Certes, derrière l’effet d’annonce politico-médiatique de trois pas en avant de ces réformes de survie, il y a toujours un pas en arrière, lié aux détails des textes et les blocages d’état d’esprit administratifs. Mais l’important est d’avancer et il est annoncé que ces réformes ne sont qu’un début... On ne va donc pas bouder notre plaisir » ! Sur le plan national, il a rappelé la liste importante de ces annonces  : La suppression de l’ISF et la création de l’IFI, la généralisation de baisse de l’impôt des sociétés qui passe de 33 à 28 pour atteindre progressivement 25%, la flattaxe, c’est-à-dire un impôt forfaitaire, englobant CSG et impôts sur le revenu, de 30% sur la distribution des entreprises et les plus-values sur titres, le prélèvement à la source sur l’impôt sur le revenu qui consistera à exempter définitivement les revenus du travail 2018, la suppression de la taxe d’habitation, qui selon le Premier ministre, serait un impôt stupide ! PENSER À TRANSMETTRE SON OUTIL DE TRAVAIL Il s’est interrogé  : « N’y en a-t-il pas d’autres ? Les accords d’entreprise, la clarification des indemnités de licenciement, des réformes en cours sur la formation et l’apprentissage. Notre délégation UPV du golfe de Saint-Tropez, va mettre en place une série de réunions autour de ces thématiques visant à vous permettre d’y voir plus clair et de faire évoluer des stratégies concernant vos entreprises et vos intérêts de dirigeants. Les chefs d’entreprise doivent aussi penser à transmettre leur outil de travail et aussi intégrer l’immobilier qui, chez nous, peut représenter des frais de transmission catastrophiques et qu’il faut donc anticiper. Sur un plan plus local, je ne parlerai pas pour la énième année, de plages, d’hélicoptères, d’aéroport qui sont, pourtant, nos poumons économiques magnifiques ! Enfin, 2018 et 2019 verront l’aboutissement de la réforme du décret plage. Nous suivrons l’actualité »... SUPPRESSION DU TGI DE DRAGUIGNAN EN QUESTION Jean-Michel Abeille a montré quelques inquiétudes sur un projet du Garde des Sceaux sur les chantiers de la justice qui conduirait, à court terme, à la suppression du TGI de Draguignan  : « Rappelons-nous la suppression du tribunal de commerce » ! Il a précisé son action  : « Votre Union Patronale du Var est au service de vos entreprises, et plus près de vous, la délégation du golfe de Saint-Tropez, avec sa petite équipe, Liliane Maillard et Nathalie Peridont. Nous poursuivrons nos actions afin de répondre aux enjeux liés à la vie et au développement de vos entreprises, de l’animation territoriale classique au travers de réunions d’information juridiques, économiques ou fiscales évoquées précédemment. Et toujours, dans un esprit convivial de réseau et d’échanges interentreprises, les Happy Hour Business, sur nos différentes communes ». Enfin, le vice-président de l’UPV a conclu son propos en annonçant les 4èmes Rencontres des acteurs économiques du Golfe de Saint-Tropez, organisées le jeudi 19 avril, en partenariat et à l’aéroport du Golfe de Saint-Tropez à la Mole, marquant, ainsi, le début de saison estivale... Photos André GOFFIN
ité Départemental Olyrn enaires Comité Départemental J Olympique e Sponit du Comité Départemental Olympique et Sportif du Var filiMugEZZI Sport CDOS Lucienne Roques, présidente  : « En juin prochain, 1er Var Olympic Tour » En 2017, Lucienne Roques, présidente du CDOS du Var, avait formulé le vœu que le comité directeur, élu en mars dernier, se montre solidaire et efficace. Objectif tenu ! Pour ses vœux 2018, Lucienne Roques a rappelé les difficultés de l’institution  : « Face à la menace de division par deux du budget national du CNDS, je remercie tous ceux qui ont signé la pétition lancée sur Internet avec nos collègues des CDOS et CROS PACA et qui nous ont aidé à alerter tous nos parlementaires et la presse. La baisse sera moindre, mais les aides plus ciblées. En y ajoutant la diminution importante des emplois aidés et l’augmentation des frais de déplacement des sportifs dans le cadre des nouvelles régions, cela augmente les difficultés financières, même si la plupart des collectivités fait des efforts pour reconnaître l’apport irremplaçable de l’implication des bénévoles, notamment dans le monde sportif. Et tous les élus de terrain savent combien les clubs sportifs apportent non seulement à l’animation du territoire, mais aussi au maintien du lien social et à la pratique de la solidarité qui représentent une valeur inestimable dans notre société. Sans compter la fonction économique au quotidien, que l’on a tendance à trop sous-estimer. Alors, mon seul vœu pour 2018, sera que nos recherches d’une part et les aides accordées d’autre part, permettent de mener à bien notre mission d’intérêt général au service du sport et de la population. Pour tout le reste, on peut nous faire confiance ». Pour autant, le CDOS a dû élaborer un projet de mandature qui sera validé, lors de la prochaine assemblée générale. NE PAS SE RETROUVER À LA RUE ! Lucienne Roques a ajouté  : « L’année dernière, j’avais souhaité que nous puissions terminer les travaux dans le temps imparti pour ne pas nous trouver à la rue avec 20 comités, alors que nous étions déjà en train de camper à 3 ou 4 par bureau depuis le 1er janvier. Cela a pu être réalisé grâce à une solidarité sans faille de tous, qui nous a permis de déménager fin mars comme prévu et même mettre en place l’ascenseur pour les personnes à mobilité réduite grâce à un financement participatif. Remercions tous les acteurs, en commençant par notre architecte et les artisans qui nous ont donné la priorité de leurs travaux pour le gros œuvre, Pierre Mousain, notre expert-comptable, pour ses conseils précieux et son efficacité, les élus des communes qui nous ont apportés leurs soutiens notamment Michel Bonnus et Christian Simon. Pour les finitions, nous avons pu compter sur le personnel salarié même si cela n’était pas prévu dans leur contrat de travail et la mobilisation des nouveaux élus du CDOS, même s’ils n’avaient pas non plus prévu cela dans les missions qui les attendaient ». SOLIDARITE DU MONDE SPORTIF La présidente du CDOS a repris  : « Voilà le vœu d’avoir de nouveaux élus solidaires également exaucé et bien au-delà. Nous avons eu l’occasion de mesurer la solidarité du monde sportif tout entier, à travers les dons, la patience et les encouragements. Je dois attribuer une mention spéciale à mon mari qui depuis plus de 50 ans, a toujours accepté et respecté ma liberté et mon engagement et qui a consacré un certain temps au suivi du chantier et à la réalisation de quelques travaux en prime. Ainsi, malgré tous les aléas, nous avons pu inaugurer officiellement nos locaux le 29 juin, en présence de nombreuses personnalités, tout en ayant pu mettre à bien en parallèle l’essentiel de nos projets, grâce également à l’aide et au soutien de nos divers partenaires. Nous pouvons nous réjouir aussi de la naissance du CROS PACA, en novembre dernier à Saint-Maximin. Pour les JO PARIS 2024, nous remercions la mobilisation des comités et clubs varois, mais aussi celle des communes, en faveur de cette candidature. Nous apprécions la coopération permanente des services de la DDCS, fructueuse et en bonne entente ». 39 MISE EN PLACE DU 1er VAR OLYMPIC TOUR En juin prochain, ce tour, en 4 étapes d’une journée, organisé en partenariat avec des communes du département, offrira des pratiques sportives diversifiées pour tout public, ainsi que la promotion des valeurs du sport et de l’olympisme. Lucienne Roques a expliqué  : « Nous maintenons la mobilisation de la population autour des bienfaits du sport et développons l’esprit sportif, pour faire œuvre d’éducation. Nous ferons ainsi connaître les richesses de notre département au travers de cette opération. Des parcours citoyens avec pratiques sportives mixées à la sensibilisation aux valeurs portées par le sport  : fraternité, solidarité, respect, courage… Et, une journée finale dans la toute nouvelle Métropole. Chaque année, les lieux varieront en fonction des demandes et des perspectives ». REFERENTS DE TERRITOIRE « Pour répondre aux demandes et sollicitations et nous adapter aux nouvelles collectivités crées, nous mettons en place un réseau de référents de territoires. Leurs missions seront de transmettre les informations les services du CDOS mis à disposition du monde sportif et des collectivités ; d’informer le CDOS des besoins spécifiques et autres événements sportifs. Soit 3 par communautés, représentant une diversité de disciplines sportives. À l’heure actuelle, 15 volontaires engagés dans 8 communautés sont en formation », a conclu la responsable de l’institution. Photos André GOFFIN La cérémonie des vœux s’est déroulée en présence de Robert Masson, maire de Carqueiranne, Arnaud Pouly, directeur départemental de la DDCS, Philippe Vitel, vice-président de la Région, Francis Roux, adjoint au maire de Hyères, représentant Marc Giraud, président du Conseil Départemental, Christian Simon, vice-président à la Métropole TPM, maire de La Crau. février 2018 - #47



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :