La Gazette du Var n°45 1er jan 2018
La Gazette du Var n°45 1er jan 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°45 de 1er jan 2018

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 14,9 Mo

  • Dans ce numéro : inter faces, le meilleur du design.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
32 Actualités Vie parlementaire Jean-Louis Masson, député du Var  : « Le projet de police de sécurité du quotidien reste très flou » Fin décembre 2017, le député du Var Jean-Louis Masson est allé à la rencontre des policiers du commissariat d’Hyères dans le cadre de la mise en place de la future police de sécurité du quotidien, prônée par le gouvernement d’Emmanuel Macron. Le parlementaire s’est longuement entretenu avec Aurore Piana, commissaire de police, chef de la circonscription d’Hyères-Carqueiranne. Récemment, le parlementaire varois s’était inquiété des difficiles conditions d’emploi des personnels de la police nationale dans le Var. Pour Jean-Louis Masson, « les conditions de travail et le fort taux d’emploi dans le département sont responsables d’un absentéisme grandissant au sein de la police. Le stress qui en découle entraîne des problèmes de santé et des arrêts de travail, ce qui nuit à l’efficacité des unités. En période estivale, avec l’arrivée massive des touristes, ces phénomènes sont amplifiés. Les emplois prévus par la loi de finances ne se traduisent pas sur le terrain, par la création d’effectifs supplémentaires. Les personnels, déjà en poste, assument des horaires importants générateurs de mal-être. La réserve civile ne peut plus renforcer les effectifs de la police depuis la mi-juillet 2017. À ces problèmes humains viennent s’ajouter des problèmes matériels. Ainsi, l’indisponibilité de la vedette du CSP d’Hyères en panne depuis plus de deux ans. La police doit utiliser la navette publique lorsqu’elle intervient sur les îles de la côte. De même, les véhicules d’intervention, souvent en panne, obligent les personnels de la police nationale à restreindre leurs interventions alors que les nécessités du service, plus exigeantes du fait de la prolongation de l’état d’urgence, n’ont jamais été aussi importantes. Je souhaite connaître les mesures urgentes qui répondront aux difficultés d’organisation et aux problèmes matériels de la police dans le Var ». FAIRE REMONTER LES INFORMATIONS A PARIS Pour mieux se rendre compte des conditions de travail des policiers, le député est donc allé, ce jeudi 28 décembre 2017, à la rencontre des policiers du commissariat d’Hyères où il a pu, très longuement échanger, avec la commissaire de police, chef de la circonscription d’Hyères. La commissaire de police est à la tête d’un effectif théorique de 85 policiers, tous grades confondus. Jean-Louis Masson se veut très attentif à deux réformes engagées par le Gouvernement d’Édouard Philippe, d’une part la réforme du code de procédure pénale et, d’autre part, la mise en place, d’ici quelques mois de la police de sécurité du quotidien. Deux sujets législatifs pour lesquels l’ancien colonel de gendarmerie et ancien maire de La Garde sera très vigilant. « Je trouve parfaitement normal de m’informer en amont du vote du texte par le parlement des tenants et des aboutissants du dossier. Cela janvier 2018 - #45 me permettra de faire remonter à Paris, mes constations du terrain. A ce titre, j’ai déjà rencontré Henri Castet, le DDSP (police) du Var et Christophe Herrmann, le colonel de gendarmerie, commandant le Groupement du Var ». Sur la question de la réforme du code de procédure pénale, le parlementaire propose quelques pistes, de bon sens. « Il faut simplifier le traitement des procédures, en réalisant un seul procès-verbal au lieu de trois dans le cadre d’une interpellation (interpellation, audition, et notification au parquet). Cela permettra un gain de temps qui pourra être consacré au temps de l’enquête plutôt qu’au temps administratif », explique l’ancien colonel de gendarmerie. Il ajoute  : « Il faut élargir la procédure du timbreamende aux petits délits, comme les occupations de halls d’immeubles ou les tags. Et, élargir également le temps de l’enquête de flagrant délit, aujourd’hui limité à huit jours, ce qui est notoirement insuffisant pour que les policiers puissent boucler leur enquête. Il faut porter ce délai à un mois. Il faut laisser le temps de travailler aux enquêteurs ». DESENGORGER LES TRIBUNAUX Pour le député, ces propositions doivent permettre de désengorger la police et la justice de tâches administratives chronophages. Et, en choisissant la mise en place de sanctions immédiates, dès la constatation d’un délit, on redonne une autorité à la police et la justice, autorité parfois perdue dans certains quartiers. Autre sujet de préoccupation pour l’élu national  : la modernisation de l’enquête. « Il faut dématérialiser les procédures, notamment en facilitant le dépôt de plainte en ligne ou en ayant recours de manière plus systématique à la visio-conférence, notamment quand cela concerne des détenus éloignés à l’autre bout du territoire. Aujourd’hui, transporter les détenus d’un bout à l’autre de la France, c’est un vrai cinéma qui réclame beaucoup de personnel et cause une perte de temps considérable », constate, avec une certaine impuissance, le député ! Par ailleurs, il faut adapter le pouvoir des enquêteurs, notamment en donnant aux agents qui ne possèdent pas la qualification d’OPJ (Officier de Police Judiciaire), la possibilité de réaliser des actes de procédures simples puisqu’ils travailleraient sous la responsabilité des OPJ. Le parlementaire souhaite également que la qualification d’OPJ soit de niveau national et non plus territorial, c’est à dire limitée, actuellement, au périmètre d’une circonscription locale. « Actuellement, faute d’extension au niveau national de la qualité d’OPJ (sauf pour les directions nationales de la police), les enquêteurs perdent beaucoup de temps en procédure. Par ailleurs, je souhaite que l’on rétablisse un article du code (article 78) supprimé par la Loi Taubira qui permettait des perquisitions forcées, c’est à dire qu’il autorisait à pénétrer dans une habitation en cas de mandat d’amener en dehors des heures légales. Aujourd’hui, les policiers doivent attendre que le suspect soit sorti de son plein gré de chez lui pour procéder à son interpellation ! Avec la Loi Taubira, on a complexifié les procédures au lieu de les simplifier », s’indigne Jean- Louis Masson ! LE GRAND FLOU DE LA POLICE DE SECURITE DU QUOTIDIEN En ce qui concerne la mise en place de la police de sécurité du quotidien, le parlementaire varois s’interroge sur le contenu exact de ce concept. « Tout cela me paraît très flou ! La PSQ, ce n’est pas très clair pour moi ! La doctrine, à mes yeux, il n’y en pas ! Ou alors, je n’ai pas tout compris ! J’ai bien vu les objectifs qui consistent à sécuriser le quotidien, en mettant fin aux désordres du quotidien (rodéos, agressions, incivilités, petits délits, occupation des halls d’immeubles, dégradations, installation illicite de gens du voyage). Pour moi, la mise en place de la PSQ ne peut se faire qu’en même temps que la réforme du code de procédure pénale. Les deux sujets sont liés. Je suis d’accord pour rétablir une relation serrée avec la population. Cela permettra de faire remonter du renseignement en matière criminelle ou terroriste ». Mais le parlementaire s’interroge sur les moyens réels qui seront mis en œuvre. « J’estime qu’il faut créer des unités dédiées à la PSQ, sinon cela ne marchera pas ! En allégeant les procédures, les commissariats vont retrouver un peu d’oxygène mais cela ne sera pas suffisant pour renforcer les effectifs de la PSQ ! Je pense aussi qu’il faut donner une plus grande liberté aux territoires car la PSQ ne peut pas une et indivisible. Elle ne peut pas être identique partout en France, décidée dans les cabinets ministériels. Je préconise l’expérimentation la plus large et la plus décentralisée possible car les besoins ne sont pas les mêmes partout. Je pense également que dans le cadre de la PSQ, il ne faut pas oublier les polices municipales qui font de la PSQ au quotidien depuis très longtemps. Actuellement, la police est saturée. Elle est au taquet. Si on ne met pas en place des unités de police spécialisée, la PSQ sera bien vite une variable d’ajustement et dans quelques mois elle aura disparu ! Il faut des unités spécialisées donc des effectifs supplémentaires ». LES DEUX REFORMES EN MEME TEMPS Selon une phraséologie présidentielle désormais très célèbre, Jean-Louis Masson préconise que la réforme du code de procédure pénale et la mise en place de la PSQ soient réalisées en même temps. « L’une ne va pas sans l’autre. C’est pourquoi, je veux mener un vrai travail législatif sur ces deux réformes. J’ai rencontré le Préfet du Var, le patron des policiers et celui des gendarmes. C’est la première fois qu’il existe une vraie concertation. Les maires font également remonter leurs propositions. Les policiers ont été associés à la démarche. Nous sommes dans une démarche d’intérêt général, pas sur des questions dogmatiques ou politiciennes. Il faut aller très vite car le Gouvernement veut présenter ces projets au parlement à la mi-mars 2018 ». Propos recueillis par Gilles CARVOYEUR
- 1M 1 AlrO. 5771) En partenariat avec l’Afuzi L’AFUZI, association basée sur l’engagement des chefs d’entreprises, a su s’imposer auprès de ses partenaires et surtout faire entendre sa voix, toujours pleine de bon sens et souvent reprise en exemple au-delà du Var. Avec cette rubrique, Philippe Bartier, le président de l’AFUZI, tient à faire reconnaître ces valeurs qui donnent l’indépendance nécessaire à la réussite de la zone industrielle. Au fil des numéros de La Gazette du Var, les chefs d’entreprises se reconnaîtront. ET:i CO La Gazette du Var présente, rue par rue, l’ensemble des 610 entreprises de la zone. Un travail qui emmènera les lecteurs jusqu’en décembre 2018 ! Nous en profiterons également pour expliquer qui sont les hommes célèbres qui ont donné leur nom aux rues de la zone industrielle. Tous sont, en effet, d’éminents chercheurs, scientifiques ou médecins français. Avec cette présentation, l’AFUZI démontre l’investissement, année après année, des chefs d’entreprises pour le plus grand bien de l’économie du Var. MARCELLIN BERTHELOT Pierre Eugène Marcellin Berthelot (Paris, 25 octobre 1827 - Paris, 18 mars 1907) est un chimiste, physico-chimiste, biologiste, épistémologue et homme politique français. Après avoir étudié les explosifs et les moyens de les améliorer, Marcellin Berthelot est nommé président de la Société des explosifs. Dans ce domaine, il a notamment travaillé sur « le rôle des détonants par rapport à la force des explosions, et déterminer de façon précise quel sera l’effet produit par une quantité donnée d’un explosif, comment et pourquoi cet effet se produira ». Il a contribué à la mise au point et à la production d’explosifs sans fumée, qui seront très utilisés durant la Première Guerre mondiale et par la suite. Gilles CARVOYEUR BOULDER ZONE 0073 Rue Marcellin Berthelot ZI La Garde BP 10542 83042 TOULON CEDEX 9 Téléphone  : 04 89 29 18 28 Responsable  : Cyrille PARRINELLO paricy@icloud.com www.boulderzone.fr Activité  : Salle d’escalade et cours d’escalade L’AFUZI de A à Z... CROSS FIT LA GARDE 83 0073 Rue Marcellin Berthelot ZI La Garde BP 50140 83088 TOULON CEDEX 9 Téléphone  : 06 59 26 20 75 Responsable  : Guillaume MICHEL DE PIERRE- DON guillaumemdp83@gmail.com CS SYSTEMES D’INFORMATION 0230 Rue Marcellin Berthelot ZI La Garde BP 50068 83079 TOULON CEDEX 9 Téléphone  : 04 94 08 75 75 Responsable  : Denis CHAUMARTIN elisabeth.blondel@c-s.fr www.c-s.fr Activité  : Société de service et d’ingénierie informatique spécialisée en prestations de hautes technologies DIRECT ASIA FOOD 0125 Rue Marcellin Berthelot ZI La Garde BP 20383 83085 TOULON CEDEX 9 Téléphone  : 09 66 88 02 84 Responsable  : Johan WALBERT johan@directasiafood.fr www.directasiafood.fr Activité  : Grossiste épicerie du monde DIRECT EXPORT 0130 Rue Marcellin Berthelot ZI La Garde BP 40385 83085 TOULON CEDEX 9 Téléphone  : 04 94 20 01 39 Responsable  : Jacques HOSPITAL edition@direct-export.fr Activité  : Distributeur pharmaceutique PROVENCE ALIMENTAIRE DISTRIBUTION 0063 Rue Marcellin Berthelot ZI La Garde BP 40572 83042 TOULON CEDEX 9 Téléphone  : 06 59 68 59 66 Responsable  : Pascal SIGONNAUD entrepotmarket@hotmail.com Activité  : Commerce de produits alimentaires, viande, volaille, charcuterie salaisons et produits divers pour particuliers et professionnels FRANCE ROULEMENTS 0259 Rue Marcellin Berthelot ZI La Garde BP 50024 83087 TOULON CEDEX 9 Téléphone  : 04 98 01 26 50 Responsable  : William TOUSSAINT france.roulements@orange.fr Activité  : Vente de roulements à billes et à rouleaux - Butées – Manchons INSILIO 0130 Rue Marcellin Berthelot ZI LA GARDE BP 20525 83078 TOULON CEDEX 9 Téléphone  : 04 98 03 22 85 Responsable  : Richard SANTOURIAN contact@insilio.com www.insilio.com Activité  : Fourniture de solutions pour les ports, les aires pour gens du voyage, les campings KONTRON MODULAR COMPUTERS SAS 0150 Rue Marcellin Berthelot ZI LA GARDE BP 90244 83078 TOULON CEDEX 9 Téléphone  : 04 98 16 34 00 Responsable  : Philippe VINCENT philippe.vincent@kontron.com www.kontron.com Activité  : Constructeur de systèmes embarqués pour applications temps réel Certifié ISO 9001/14001/IRIS MEDIHANDTRACE 130 Rue Marcellin Berthelot ZI LA GARDE BP 70351 83077 TOULON CEDEX 9 Téléphone  : 04 94 14 48 70 Responsable  : Bernard DELORD patricia.sordi@micro-be.com www.medihandtrace.com Activité  : Traçabilité, Hygiène des mains MICRO BE 0130 Rue Marcellin Berthelot ZI La Garde BP 60387 83085 TOULON CEDEX 9 Téléphone  : 04 94 14 48 70 Responsable  : Serge TERNOIR micro-be@micro-be.com www.micro-be.com Activité  : Bureau d’études en électronique - Informatique spécialisé dans le développement autour de la carte à puce OCP REPARTITION 0262 Rue Marcellin Berthelot ZI La Garde BP 60230 83089 TOULON CEDEX 9 Téléphone  : 04 94 75 92 64 Responsable  : Delphine LANGisabelle.mosnier@ocp.fr www.ocp.fr Activité  : Grossiste en produits pharmaceutiques Actualités 33 SCOLA CONCEPT 0130 Rue Marcellin Berthelot ZI La Garde BP 20401 83085 TOULON CEDEX 9 Téléphone  : 04 98 01 27 52 Responsable  : Cédric NAMBLARD contact@scolaconcept.fr www.scolaconcept.fr Activité  : Fabricant et éditeur de solutions de contrôle d’accès par badge sans contact RFID Pilotage et contrôle des accès physiques, Gestion des accès SUD RECEPTIONS 0125 Rue Marcellin Berthelot ZI La Garde BP 70151 83088 TOULON CEDEX 9 Téléphone  : 06 18 07 11 93 Responsable  : Fabrice CORBI fabricecorbi@aol.fr RESTAURANT LA TONNELLE 0125 Rue Marcellin Berthelot ZI La Garde BP 80125 83088 TOULON CEDEX 9 Téléphone  : 04 94 27 65 07 Responsable  : Sylvie BENOTHMANE latonnelle83@gmail.com Activité  : Restauration traditionnelle - Repas d’affaires - Location de salles TMH TOOLS 0039 Rue Marcellin Berthelot ZI La Garde BP 20208 83089 TOULON CEDEX 9 Téléphone  : 04 94 01 71 80 Responsable  : Jean-Yves TABONI contact@tmh-tools.com www.techman-head.com Activité  : Matériels et outillages pour l’aéronautique USIVAR 0051 Rue Marcellin Berthelot ZI La Garde BP 80161 83088 TOULON CEDEX 9 Téléphone  : 04 94 21 87 46 Responsable  : Michèle GRAVELLE usivar@yahoo.fr Activité  : Travaux de tournage - Fraisage - Ajustage janvier 2018 - #45



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :