La Gazette du Var n°44 30 déc 2017
La Gazette du Var n°44 30 déc 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°44 de 30 déc 2017

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 13,4 Mo

  • Dans ce numéro : la Garde, la magie merveilleuse des Hivernales.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 Actualités décembre 2017 - janvier 2018 - #44 Aménagements portuaires de Toulon Un nouveau cap pour la rade Hubert Falco, président de l’agglomération Toulon Provence Méditerranée, future Métropole, l’a annoncé officiellement lors d’une conférence de presse qui s’est tenue, début décembre, au siège de TPM  : « Nous ne construirons pas le quai de 400 mètres dans le port de commerce de Toulon » Pour le maire de Toulon, une nouvelle option, hors périmètre portuaire, se présente avec la cession de foncier par l’État-Défense, sur l’ancien site DCNS de 36 000 m2, non utilisés au Mourillon. Le Président de TPM a déclaré  : « Nous occupons une fonction stratégique sur l’axe méditerranéen, premier port militaire d’Europe. Notre histoire portuaire a organisé notre rade qui nous a positionnés sur les plus belles routes maritimes d’Europe. Nous avons un environnement « terre et mer » complémentaire et exceptionnel et nous avons le devoir de trouver l’indispensable équilibre entre développement et préservation ». CONSTRUCTION DU QUAI DE 400 METRES ANNULÉE Il a ajouté  : Nous ne construirons pas le quai de 400 mètres dans le port de commerce, Darse Nord. Par conséquent, il n’y a plus de raison de maintenir la procédure de concertation et les réunions organisées dans ce cadre. Grâce, une fois encore, aux excellentes relations entre la ville et la Défense, un plan B et une nouvelle option hors périmètre portuaire, sans aucune habitation à proximité, et beaucoup moins contraignante, sera étudiée rapidement avec l’État et la Défense, à partir des 36 000 m² de la parcelle Nord non utilisée de l’ancien Arsenal du Mourillon. La mise à l’étude de cette option m’a été confirmée, le jeudi 30 novembre, par le Préfet Maritime que je remercie avec ses services pour l’appui déterminant qu’ils nous ont apportés sur ce dossier majeur ». UNE METROPOLE TOURNEE VERS LA MER Hubert Falco a poursuivi  : « Je n’ai jamais négocié avec la Défense 1 m2 stratégique, respectant ainsi la priorité des eaux défense. Cependant, je me bats pour disposer de foncier et répondant à mes demandes, le Préfet Maritime, m’a confirmé la mise à l’étude de l’option pour céder l’ancien site DCNS et la possible construction de deux quais dans les eaux-défense. Territoire, ville, métropole sont résolument tournés vers la mer ». Le Président de TPM a tenu à souligner les excellentes relations entre la ville et la Défense, notamment depuis 2002  : « Nous avons des relations au combien importantes avec la Marine Nationale qui occupe 40 ha de notre foncier territorial. Je remercie le Préfet Maritime, avec ses services, pour l’appui déterminant qu’il nous a apporté sur ce dossier majeur, une chance pour notre ville, notre métropole, notre département ». Pour l’élu, c’est donc une stratégie nouvelle qui présente un certain nombre d’avantages, avec des contraintes moindres et plus de mobilité. LA VILLE VA S’OUVRIR VERS LA MER « J’écoute, j’entends, je prends mes responsabilités », ajoute Hubert Falco, tout en rappelant que le dossier initial a rencontré nombre de détracteurs. Selon lui  : « Le site du Mourillon est exceptionnel car ces mètres carrés ne sont plus stratégiques pour la Défense Nationale. La ville va s’ouvrir vers la mer, comme à la Tour Royale et à la plage de Pipady, rendue publique. Des murs vont être abattus créant un vrai appel d’oxygène » ! Ainsi, la surface du terre-plein passe de 8 000 m2 à 36 000 m2, avec des travaux hors périmètre portuaire constituant une amélioration de l’accessibilité routière et maritime. Ce site ne concède pas les contraintes environnementales et d’habitabilité du précédent projet. L’abandon de la construction du quai de 400 mètres dans le port de commerce permet une économie de 3 millions  € , inscrits au budget pour le réaménagement du port de plaisance. Un concours international architectes-ingénieurs de très grande renommée va être lancé. CONCOURS INTERNATIONAL D’ARCHITECTES « Je souhaite proposer le lancement d’un concours international rassemblant architectes, ingénieurs de très grande renommée pour nous proposer un projet à la hauteur de notre rade et qui prendra en considération l’ensemble des paramètres qui sont posés par cette réalisation (environnementaux, architecturaux), et s’intégrant à la problématique de Défense nationale », annonce Hubert Falco. Cette emprise était déjà inscrite au PLU de Toulon est dans l’attente d’un programme d’intérêt métropolitain. En outre, le Président de TPM vise à une amélioration de la qualité de l’air dans le port de Toulon pour une métropole engagée et responsable  : « Concernant les pollutions liées aux activités économiques, j’ai demandé à notre concessionnaire, la Chambre de Commerce du Var de se rapprocher des armateurs de croisières et de ferries pour la mise en œuvre de l’utilisation de carburants propres, de nettoyeurs de fumée. Il existe des solutions conjuguées permettant aux activités portuaires de participer à la réduction des émissions atmosphériques polluantes ». André GOFFIN Manuel Fulchiron, nouveau directeur de l’ONF du Var Manuel Fulchiron a pris ses fonctions de directeur de l’agence territoriale de l’Office National des Forêts Alpes-Maritimes/Var, le 2 novembre. Il arrive de Suède où il était expert au sein d’une organisation internationale dédiée à la gestion intégrée des ressources en eau « Global Water Partnership Organization ». Passé successivement par l’IRSTEA, une DDAF, l’ONF Rhône-Alpes, la DREAL de bassin Rhône-Méditerranée, il connaît très bien les métiers et l’environnement institutionnel de l’établissement public ONF. L’agence gère 250 600 ha de forêts publiques (24% du territoire des 2 départements) soit 126 700 ha dans le Var et 123 900 ha dans les Alpes-Maritimes. « Ce territoire des Alpes-Maritimes et du Var est exceptionnel du point de vue forestier. Cette région, une des plus boisées de France, présente tous les enjeux de la gestion forestière à un niveau très élevé. L’attention doit porter sur l’économie de la filière bois (plusieurs centaines d’emplois locaux), sur l’accueil de qualité de tous les publics en forêt (plusieurs millions de visiteurs/an), sur la protection des paysages et de la biodiversité (d’innombrables labels de qualité) et sur le rôle de la forêt vis-à-vis des risques naturels comme le feu. J’aborde cette mission avec respect, devant le travail des générations précédentes de forestiers, et enthousiasme, pour continuer en synergie avec les collectivités à mener une gestion des forêts qui soit durable et répondre aux enjeux du 21ème siècle des forêts des Alpes-Maritimes et du Var », indique le nouveau directeur. TROIS GRANDS ENJEUX Pour assurer le renouvellement des forêts, pour approvisionner la filière et pour offrir à la société un matériau et une source d’énergie renouvelables, chaque année, l’ONF sélectionne et met sur le marché plus de 90.000 m3 de bois sur les 2 départements. Les forêts publiques, d’une diversité extrême, abritent des espèces et des équilibres écologiques rarissimes. 8 réserves biologiques dédiées prioritairement à la protection de la faune et de la flore côtoient les labels biodiversité et paysage. Pour répondre aux attentes des publics variés  : randonneurs, chasseurs, cavaliers, ramasseurs de champignons, cyclistes, l’ONF organise un accès et un usage partagés à ces espaces naturels. Sur les risques naturels, feu, chute de blocs, inondations, … le défi est la prévention au travers de la gestion des forêts et la mise en œuvre des dispositifs de surveillance et de lutte en période à haut risque ou de crise.
Chambres de Métiers et de l'Artisanat Université Régionale des Métiers et de lArtisanat Chambres de Métiers et de MrtIsanat Région Provence-Alpes-ated'Auff Provence-Alpes-Côte d'Azur 7 CFA en région 7 CFA en région rç e), 6000 jeunes en apprentissage Région 6000 jeunes en apprentissage Provence-Alpes-Côte d'Azur Ne dites plus «Taxe d’Apprentissage» mais «Placement d’avenir » 107 formations 107 formations ree, 86% d’apprentis en emploi durable 86% 431) rentis en emploi'durable Chefs d’entreprises, participez au développement de votre secteur et de votre territoire  : soutenez l’Université Régionale des Métiers et de l’Artisanat ProvenceAlpesCôte d’Azur ! 1 taxeapprentissage@cmar-paca.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :