La Gazette du Var n°43 15 déc 2017
La Gazette du Var n°43 15 déc 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°43 de 15 déc 2017

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 14,7 Mo

  • Dans ce numéro : crêche de Noël, à Toulon, un spectacle unique en Europe.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 Édito Le Var, une destination golfique majeure Cette semaine, Var Tourisme fait la promotion de Visitvar - Golf (12,13 et 14 décembre). En effet, l’Agence de Développement Touristique du Var, part à la rencontre des quelques 400 tour-opérateurs et agences spécialisées du monde entier et de plus d’une centaine de représentants de la presse internationale au prochain Salon Mondial du Golf à Cannes. Une très belle initiative de Françoise Dumont, la présidente de l’institution. Du côté de la vie parlementaire, les élus varois font preuve d’un très rassurant activisme. Ainsi, Fabien Matras avoue se fier à son expérience d’élu local pour mener son travail. Après avoir rejoint Emmanuel Macron à la création du mouvement En Marche, il est aujourd’hui député de la huitième circonscription du Var (LREM). Sur le même plan, le député Jean-Louis Masson mène une vraie bataille pour l’emploi. Préoccupé par les questions d’emploi et d’insertion, il s’est rendu,à l’agence Pôle emploi de Hyères pour rencontrer ses agents ainsi que les demandeurs d’emploi. 1-1\I 1-1 ffM3 Epiphanie accueille la Magie 2018 1 escalefouvas Réservée aux ressortissants de la Défense aillai qu'a leurs familles - Réservations à la réception de l'Escale Louvois 04 22 43 74 00 - (731 37 400 OUVC- Dimanche 07 janvier 2018 dès 12h00 au restaurant ititi et- te.1110. décembre 2017 - #43 Au niveau de l’économie départementale, on a récompensé les acteurs de l’excellence. Ainsi, pour la quatrième édition, Pôle emploi Var, l’Union Patronale du Var et de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Var ont valorisé la mobilisation des entreprises pour favoriser l’emploi sur le territoire. Le jury de sélection des Trophées de l’emploi et des compétences était composé des principaux partenaires économiques du Var ; Et, la grande famille de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat était rassemblée au domaine de La Baratonne à La Garde, pour célébrer également l’excellence artisanale. Une excellence qui s’illustrait avec trois catégories mises à l’honneur  : les diplômés de la filière artisanale, les artisans qui ont choisi d’être accompagnés par la Chambre de Métiers pour développer leur activité et les artisans qui recevaient leur titre de Maître Artisans et Maître Artisan en Métiers d’Art. Gilles CARVOYEUR Au Menu  : Kir provençal et ses gourmandises Feuilleté de St-Jacques Filet de Boeuf, sauce aux cèpes Forestière du marché et petites pommes grenailles Sélection du fromager sur son lit de jeunes pousses. Duo des galettes frangipanes et briochées * coupe de cidre et cote Vin 3 couleurs à discrétion Menu Complet 29 IGESA la gazette DiVdr de la Pole des maures à la méditrranee Directeur de la publication Gilles Carvoyeur redaction@presseagence.fr Secrétaire de rédaction Marie Bruel redactionlalonde@presseagence.fr Chef de studio Laurent Monition studio@presseagence.fr Bureau de Toulon Thierry Cari - André Goffin Patrick Michel Louvois Bernard Mauroy TOITURE Florent iV11RALLES & Fils LA CHARPENTE DE MME DE FAÇADE ITIAITEMENT PRÉVENTIF El eurn ET REHOVMDIM 1lE MURÉ - PEINDRE ET RÉNOVATION FAÇADE pDsE DE moïs  : PVC 711IC El CUIVRE MAÇONNERIE - ÉTANCHÉITÉ am WB ! 9ES SKIS OE CHARPENTE DÉCAPAGE ET TRAITEMENT DES TUILES CHEMIN LEM COCïfilH 19 BUE GAMBETTA AZURTOITURE2604GMAILCOM WWW.AZLIR-TOITURE.FR Bureau de La Londe Francine Marie Bernard Bertucco Van Damme Pascal Jolliet Nicolas Tudort Photographes Jean Michel Elophe, Thomas Fenêtre, Elvis Lacaze, Olivier Lalanne Philippe Olivier Prix au numéro  : 1 € Éditeur et responsable de la publication ADIM 2972 route de St Honoré - 83250 La Londe Les Maures Dépot légal en cours Impression La Provence - tiré à 10 000 exemplaires Salut l’artiste... Merci Johnny... 06 28 46 79 71 photo Laurent Monition
—.1:7:2017 azERNI:161 R MIP Expert en solution Hygiène Découvrez en exclusivité notre nouveau catalogue RESTAURATION PROFESSIONNELLE Demandez-le dès maintenant au  : 04 98 00 00 02 ou contact@sanogia.com Parc d'activités de Signes, Allée d'Helsinki - BP 50774 - 83030 TOULON cedex I Ée:, [Mie www.sanogia.com Iso re 14001 Actualités 3 Vie parlementaire Fabien Matras, député  : « Je me fie à mon expérience d’élu local » Après avoir rejoint Emmanuel Macron à la création du mouvement En Marche et avoir assuré la responsabilité de référent politique dans le Var, il est aujourd’hui député de la huitième circonscription du Var (LREM) depuis les élections législatives des 11 et 18 juin 2017. Àl’Assemblée nationale, il travaille sur les sujets liés à la sécurité intérieure. Il est le porte-parole du groupe LREM sur la mission sécurité intérieure. Dans le cadre du projet de loi de fi nance 2018 il a participé à la mise en place de la gratuité des péages pour les véhicules d’urgence prioritaires. Mobilisé sur toutes ces questions, il a été désigné membre titulaire, représentant l’Assemblée nationale, à la Conférence Nationale des Services d’Incendie et de Secours. Le Ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, vient de lui confi er également une mission ministérielle en vue de rendre un rapport sur les avancées à apporter en faveur du volontariat chez les sapeurs-pompiers et sur l’avenir de la sécurité civile. Professeur à la Faculté de Droit de Toulon, il enseignait à Draguignan (Droit Public) à l’Assemblée Nationale il est Président et rapporteur de la Mission Éthique et Déontologie dans la fonction publique, mission d’information créée suite au vote de l’acte 1 de la loi de moralisation de la vie publique. RENCONTRE AVEC FABIEN MATRAS, À L’ESCALE LOUVOIS DE TOULON. Sur le projet de police de sécurité du quotidien, quel est votre avis en tant qu’ancien élu local ? FM. C’est la mise en œuvre d’une proposition du candidat Macron. Contrairement aux Gouvernements précédents, nous tenons nos engagements puisque le budget consacré à la police et à la gendarmerie augmente de 4%. Nous allons également créer 10 000 postes nets de policiers et gendarmes durant le quinquennat, ces postes venant s’ajouter aux 4 000 substitutions prévues qui consistent à remplacer des agents d’active affectés à des tâches administratives par des agents administratifs afi n de permettre aux premiers de revenir sur le terrain effectuer le cœur de leurs missions. Sur un plan pratique, quelles sont les objectifs visés et les traductions concrètes du budget mission sécurité intérieure voté ? FM. Il faut mutualiser les services qui le peuvent en les centralisant pour qu’ils puissent intervenir au-delà même de leur zone de compétence première. Cela peut être le cas notamment de la police scientifi que. Ce qui ressort des consultations, c’est que la demande première des policiers n’est pas forcément une augmentation des effectifs. Ils réclament plutôt une amélioration de leurs conditions de travail, notamment la réhabilitation des locaux comme cela devrait être le cas au commissariat de Toulon car le bâtiment a mal vieilli et n’est même pas doté de la climatisation pour les bureaux ! C’est pourquoi, le budget consacré à l’immobilier va être considérablement augmenté passant de 70 à 110 millions d’ € . Au niveau des équipements (armes et gilets pare-balles), le travail engagé par Bernard Cazeneuve, l’ancien premier Ministre, a porté ses fruits. Il reste, malgré tout, à régler le problème des véhicules qui parfois dépassent les 200 000 km ! Des pistes nouvelles peuvent être envisagées sur ce dernier point ? FM. On pourrait envisager de louer le parc automobile dédié à la police et à la gendarmerie, voire favoriser l’achat de voitures d’occasion récentes. Ce sont des pistes à creuser. La question reste posée, mais elle nécessite de sérieuses études et phase de consultation avant toutes décisions. Sur le plan pratique, comment voyez-vous cette police de sécurité du quotidien ? FM. À mon sens, l’objectif premier de la police de sécurité du quotidien doit s’entendre par un retour des forces de l’ordre au plus près de nos concitoyens, une disponibilité accrue dans le contact avec la population. Une meilleure prise en compte de leurs attentes et donc un sentiment retour des citoyens d’une plus grande réactivité et une effi cacité reconnue. Ce déploiement de la police de sécurité du quotidien doit dans le même temps permettre de réinvestir les quartiers et les campagnes par une présence hors interventions. Où en est-on de la concertation ? FM. Elle se poursuit et nous sommes dans l’attente de ses résultats. Je sais que la ville de La Seyne-sur-Mer s’est portée candidate pour expérimenter cette nouvelle police de sécurité au quotidien. Je soutiens cette candidature, mais je souhaite également pouvoir étendre cette expérimentation aux zones de gendarmerie qui sont très denses dans le Var. Je suis donc à priori, favorable à la mise en place de cette nouvelle forme de travail, une fois expérimentée. Qu’en est-il de la réforme de la procédure pénale ? FM. Je souhaite que l’on puisse alléger le travail des policiers qui perdent beaucoup de temps dans des procédures administratives, un temps qui n’est pas consacré aux enquêtes et au terrain. L’arsenal législatif autorise aujourd’hui les rappels à la loi, je souhaite pour les actes de la petite délinquance, que l’on puisse verbaliser, mais de manière dissuasive au niveau fi nancier, les consommateurs de drogue. En sanctionnant très lourdement les consommateurs de drogue, on assèche les trafi cs. C’est une manière qui pourrait être effi cace pour les enrayer. Cela déchargerait les policiers de toute une série de procédures administratives. J’ajoute que je suis favorable à la généralisation des travaux d’intérêt général. Sur quelle base, repose votre analyse ? FM. Je me fi e à mon expérience d’élu local. J’ai souvent constaté que les Travaux d’Intérêt Généraux et les rappels à la loi étaient plus effi caces qu’une procédure judiciaire longue, voire incertaine. Les petits délinquants ont perdu le respect de la justice. Vous êtes intervenu récemment à l’Assemblée Nationale à propos des sapeurs-pompiers ? FM. En effet, le 4 décembre était célébrée la fête des sapeurs-pompiers, la Sainte Barbe. En France, ce sont 247 000 femmes et hommes qui sont engagés, en tant que professionnels, volontaires ou militaires dans cette mission essentielle, celle de porter secours aux populations. En cette période anxiogène, meurtrie par les attentats, abîmée par les catastrophes naturelles, ils sont toujours en première ligne et leurs actions répondent chaque jour encore un peu plus aux besoins de notre société. Que peut faire un député ? FM. Notre responsabilité, c’est de préparer la sécurité civile du 21 siècle. Notre modèle basé sur le volontariat doit nous servir d’exemple. J’ai, notamment, participé au lancement du plan volontariat 2030. Selon les derniers chiffres publiés par la Direction générale de la sécurité civile et de la gestion des crises, les sapeurs-pompiers ont effectué en 2015 plus de 12.000 interventions par jour. Je veux rendre hommage à toutes les femmes et les hommes qui s’engagent au service de nos concitoyens et passent une partie de leurs vies à sauver les nôtres et nous devons les soutenir. Quel est le problème ? FM. Cet engagement devient de plus en plus risqué. Les conditions d’interventions des sapeurs-pompiers posent des questions que nous ne pouvons pas évacuer. Ainsi, l’Observatoire National de la Délinquance et des Réponses Pénales relève dans son dernier rapport plus de 2 200 agressions de sapeurs-pompiers au cours d’une intervention. On constate une très forte augmentation du nombre de déclarations d’agression par rapport à l’année précédente. Qu’il s’agisse de caillassages, de guet-apens ou d’agression au domicile des requérants, cette situation ne peut pas perdurer et il me semble capital de s’investir dans la recherche de solutions en ce domaine. A l’approche des fêtes de fi n d’année, période toujours sensible, j’ai demandé à Gérard Collomb, ce qu’il comptait mettre en œuvre pour faire face à cette situation. Proposition recueillis par Gilles CARVOYEUR dMa EFI NI 1=113119 décembre 2017 - #43



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :