La Gazette du Var n°41 15 nov 2017
La Gazette du Var n°41 15 nov 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°41 de 15 nov 2017

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 6,2 Mo

  • Dans ce numéro : le Var, le grand jardin de la Méditerranée.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
26 La Londe-les-Maures novembre 2017 - #41 Départ en retraite Serge Bouygues  : « Continuez à faire preuve de courage et dévouement » ! Avec le départ du lieutenant Serge Bouygues, c’est une page qui se tourne au centre de secours de La Londe-les-Maures que l’officier commandait depuis 10 ans. Après 43 ans passés dans la grande famille des sapeurs-pompiers, tout d’abord comme sapeur-pompier volontaire puis comme professionnel, dont 10 ans comme chef de centre, il était temps pour Serge Bouygues de passer la main et de faire valoir ses droits à la retraite (11 juin 2017). Non sans émotion, lors d’une cérémonie qui s’est déroulée en présence de nombreuses autorités civiles et militaires (1), il a déclaré  : « Durant toutes ces années, j’ai pu m’épanouir dans cette profession. Je tiens, à cette occasion, remercier personnellement toutes les personnalités civiles et militaires avec qui j’ai travaillé (…) ainsi que les effectifs, hommes et femmes, qui ont composé le centre de secours de La Londeles-Maures. Certains sont devenus des collaborateurs avec des postes à responsabilités. Je pense à Michel Milesi, mon adjoint durant 9 ans, Alain de Blasi (chef de garde), Jean-Marie Massimo (également chef de garde) et Martial Pillon qui m’a fait l’honneur de porter le drapeau du centre de La Londe. Et bien d’autres encore ». A l’heure de la retraite, Serge Bouygues a félicité François de Canson pour l’entente qu’ils ont eu pendant toutes ces années, notamment dans les périodes difficiles touchant la commune comme lors des inondations de janvier et novembre 2014. Il a terminé en félicitant le lieutenant Thierry Chertier, son successeur et nouveau chef de centre, pour ses nouvelles fonctions, lui souhaitant tous ses vœux de réussite. « Enfin, je n’oublie pas les sapeurs de La Londe et leur amicale. Continuez à faire preuve de courage et dévouement, comme lors des récents incendies » ! a conclu Serge Bouygues, avec un pincement au cœur. Photos Gilles CARVOYEUR (1) Emmanuel Cayron, directeur de cabinet du préfet du Var, Jean-Louis Masson, député du Var, François de Canson, maire et conseiller régionale, Françoise Dumont, vice-présidente du Conseil Départementale et présidente du Conseil d’administration du SDIS du Var, Patricia Arnould, conseillère départementale, Patrick Paolinetti, officier au SRDT, Eric Martin, contrôleur général, chef de corps départemental des sapeurs-pompiers du Var, Jean-Christophe Martini et Jean Selzer, chefs de groupement centre, Michel Seitz, commandant le centre de secours de Hyères, Michel Audier, les chefs de centre officiers professionnels du CIS de la Londe, les capitaines Alain Delattre, Maurice Gola, Frédéric Pialat, le major Vincent Paris, commandant la gendarmerie de La Londe, les représentants des services de la mairie, de la police municipale, de la capitainerie et des CCFF. il
Consommation Marie Hélène Barbaroux  : « Chaque hiver, c’est la folie des Cucurbitacées » ! Depuis quelques années, on voit revenir sur nos étals des légumes venus du passé. Exemple au domaine des Myrtes. En effet, la tendance remonte à une quinzaine d’années avec la réapparition sur les étals de nos marchés d’une variété de légumes un peu oubliés  : les Cucurbitacées, redevenue tendance, grâce à la fête d’Halloween. Originaires pour la plupart des régions tropicales et subtropicales, ils comprennent environ 800 espèces réparties en 130 genres ! A PARTIR DE 1  € LE KILO Marie-Hélène Barbaroux, directrice commerciale du domaine, explique  : « Chaque année, nous produisons plusieurs centaines de kilos de différentes sortes de courge que nous vendons au domaine au prix de 1 € le kilo. Nous les récoltons à maturité au début de l’automne, leur conservation facile dans un local frais, permet de les vendre jusqu’au printemps ». Elle ajoute  : « Les plus vendues sont la courge musquée de Provence que l’on coupe en tranche, le butternut et la courge longue de Nice. Nous avons aussi le potimarron qui se vend plus cher car il est très recherché pour son goût caractéristique de marron et sa chair épaisse et crémeuse ». « J’ai toujours beaucoup de plaisir à faire découvrir ces variétés de courge à mes clients, en leur rappelant que c’est un légume pauvre en calories et riche en oligo-éléments, vitamine et carotène ! Un légume de saison à consommer sans modération tout l’hiver en soupe, velouté, gratin, purée ou tarte selon les envies », reprend-elle. SAVEUR INCOMPARABLE Jacqueline, une consommatrice explique, en parfaite connaisseuse  : « On compte parmi les variétés les plus connues, le Potimarron, la Butternut, mais aussi la courge Musquée de Provence, la Sucrine du Berry, la Longue de Nice, qui ressemble à une grosse courgette et dont la chair a une saveur incomparable. Plus étrange, la Futtsu black, à l’épiderme vert très foncé, presque noir, protégeant une chair jaune orangé au goût de noisette. Le potiron regroupe de nombreuses variétés dont la célèbre citrouille d’Halloween. La courge spaghetti de forme ovoïde se cuisine comme les fameux spaghettis, et le pâtisson, appelé la soucoupe volante, dont la chair délicate rappelle le goût de l’artichaut. Mais, il faut savoir comparer les prix car dans les grandes surfaces de la région, le prix du kilo peut aller jusqu’à près de 6 € pour certaines variétés (notre photo) ». CUISINES A TOUTES LES SAUCES Jacqueline ajoute, en nous mettant l’eau à la bouche  : « On les cuisine à toutes les sauces. En soupe, elles se prêtent aux veloutés, relevés de crème fraîche, lardons, oignons, châtaignes. A servir dans la coque récupérée pour faire de l’effet ! En purées, gratins et tartes salées, on y ajoute du fromage de chèvre, de la feta, du parmesan ou un fromage type Comté, Beaufort, Cantal. Faciles à farcir aussi, la chair cuit lentement en s’imprégnant des saveurs de la farce. En dessert, elles s’utilisent en tartes sucrées, gâteaux, gaufres, beignets, confitures ». Mme Barbaroux conclut  : « Par exemple, nous proposons la courge spaghetti, toute jaune, qui surprend beaucoup ceux qui ne la connaissent pas ! Après cuisson, la chair se défait en filament et forme des spaghettis, d’où son nom. Cela permet de faire manger ce légume plus facilement aux enfants et de manière ludique ». Bref, un régal pour petits et grands, que l’on peut déguster, tout au long de l’hiver et permet de réchauffer nos froides journées. Sans jamais nous lasser ! Gilles CARVOYEUR Dans les grandes surfaces de la région, les prix peuvent grimper jusqu’à 6  € le kilo La Londe-les-Maures 27 chaque hiver, c’est la folie des courges des produits à l’aspect parfait et attirant novembre 2017 - #41



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :