La Gazette du Var n°39 15 oct 2017
La Gazette du Var n°39 15 oct 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°39 de 15 oct 2017

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 11,9 Mo

  • Dans ce numéro : Philippe Leonelli à propos de Cavalaire, une ville qui bouge.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 Actualités Réforme de l’ISF et grande plaisance Laurent Falaize  : « L’industrie française ne fabrique pratiquement pas de yachts ou super yachts » ! La Fédération des Industries Nautiques (FIN) met en garde contre les retombées économiques négatives liée à une surenchère politico-médiatique largement injustifiée qui pourrait nuire à la filière française de la grande plaisance. D’ailleurs pour Laurent Falaize, président du cluster Riviera Yachting NETWORK,  : « L’industrie française ne fabrique pratiquement pas de yachts ou super yachts de plus de 30 mètres. Elle domine en revanche le marché mondial de la voile et du catamaran, dont elle exporte plus de 80% de sa production et est leader européen dans le petit bateau à moteur ». Ainsi, plus de 40 000 salariés et 7000 entreprises contribuent directement à cette réussite qui profite pleinement aux économies locales. Si l’industrie française ne fabrique pas de yachts, ses entreprises de réparation, d’entretien et de services y sont très actives. octobre 2017 - #39 La Fédération des Industries Nautiques ne peut donc rester silencieuse quand est, à nouveau, évoquée la taxation des yachts comme signes extérieurs de richesse. Depuis l’annonce de la réforme de l’actuel dispositif de l’ISF, l’émotion génère une série de déclarations susceptibles de nuire durablement aux économies locales françaises dépendantes du yachting professionnel. LES SUPER YACHTS DEGAGENT PRES DE 2 MILLIARDS d’ € DE CHIFFRE D’AFFAIRES Laurent Falaize tient à faire quelques mises au point devant un tel déchaînement de mauvaise foi. Il explique  : « Tout d’abord, on nous assène qu’un yacht ce n’est pas productif pour l’économie. C’est strictement l’inverse. En France, les yachts de plus de 30 mètres dégagent un niveau d’activité supérieur à 1.7 milliard d’ € et donnent de l’emploi à près de 20 000 personnes. Deuxièmement, j’entends également que vivre dans un yacht, ça coûte moins cher. L’actuel projet de réforme n’impacte en rien la réalité de l’imposition des yachts. Sur une flotte mondiale de 5600 yachts de plus de 30 mètres, on estime que 99% d’entre eux sont la propriété de personnes morales qui les exploitent commercialement ou battent pavillons étrangers. De facto, les yachts ne sont donc pas concernés par l’ISF. Troisième argument avancé  : Pour les yachts, les droits d’amarrage dans les ports seront surtaxés. Cette intention, si elle est poursuivie, aura des conséquences importantes sur les économies locales, notamment en PACA et en Corse ». 50% DE LA FLOTTE MONDIALE NAVIGUE EN MEDITERRANEE Le président de Riviera Yachting NETWORK poursuit sa démonstration  : « 50% de la flotte mondiale, soit 2 800 yachts de plus de 30 mètres, naviguent en Méditerranée et un tiers d’entre eux évoluent, en période estivale, en Méditerranée française. Un yacht amarré dans un port de plaisance azuréen engendre plusieurs milliers d’euros d’activité par jour pour l’économie locale (taxes, carburants, avitaillements, entretien, etc.) mais aussi de dépenses diverses des passagers et des équipages (restauration, shopping, frais de vie, etc.) ». Frédéric Verrons, administrateur de la FIN, ajoute  : « Dans les ports méditerranéens, en saison, l’escale d’une nuit est, en moyenne, facturée 1000  € pour un yacht entre 30 et 40 mètres, 2000  € entre 50 et 60 mètres et 4000  € au-delà de 70 mètres. Nous sommes là aux limites de l’acceptable, surtaxer les ports aurait immédiatement pour conséquences l’exode des yachts dans les pays voisins et donc l’effondrement de l’économie et de la fiscalité induite en France ». Laurent Falaize reprend  : « Il existe plus de 750 anneaux pour les yachts en Région PACA, c’est devenu une industrie pour le territoire avec plus de 8 000 emplois dont 2 500 pour les pôles de refit. En dix ans, ce sont près de 100 millions d’ € qui ont été investis dans l’outil de travail. Taxer davantage engendrera à moyen terme un recul global des recettes fiscales indirectes. Le yachting professionnel est une réalité pour les TPE et PME en recherche de développement et une niche pour les emplois manuels qualifiés, qu’il faut préserver absolument ». MOINS DE 1% DE PAVILLONS FRANCAIS « Alors que moins de 1% de la flotte mondiale de yachts bat pavillon français, de telles mesures prises au nom du symbole altéreraient profondément l’image et l’attrait des côtes françaises », estime Yves Lyon- Caen, Président de la FIN. Depuis plusieurs années, la Fédération des Industries Nautiques travaille au côté de l’État Français pour relancer le secteur du yachting professionnel, impacté par plusieurs mesures fiscales et sociales. Ainsi, la FIN a présenté il y a un an un nouveau contrat de croisière qu’elle a mis à disposition, gratuitement pour tous les professionnels, membres ou non de la FIN. Il a été le fruit d’un travail mené avec la DLF (Direction de la Législation Fiscale) et la DGDDI (Direction Générale des Douanes et Droits Indirects) pour rendre toute sa compétitivité à la filière yachting française et enrayer le dumping fiscal pratiqué par les autres pays méditerranéens. « La quasi-totalité de ces yachts ne sont pas la propriété de personne physique et encore moins de résidents français. L’enjeu n’est pas de faire des cadeaux aux riches mais celui de préserver l’emploi et le savoir-faire Français. Il ne faut pas se tromper de combat », rappelle Yves Lyon Caen. Gilles CARVOYEUR Focus sur la plaisance Muriel di Martino  : « Le nautisme varois rapporte 1 milliard d’ €  » ! Alors que la polémique bat son plein, c’est le moment choisi par le bureau de l’UMRT pour réunir un parterre de compétences locales, régionales et nationales sur le thème « Focus sur la plaisance ». Philippe Garo, le président, a rappelé le dynamisme du nautisme, pour la location de bateaux, et l’arrivée d’une nouvelle clientèle. Avec un renouvellement de la gamme, l’emploi se développe. D’ailleurs, la filière a embauché en 2017 et les prévisions 2018 sont optimistes. Muriel Di Martino, représentante de la filière nautisme au MEDEF PACA, a exposé les chiffres  : « Suite à l’énorme crise de 2008 et quatre années difficiles, la vente de bateaux neufs progresse de plus de 10% cette année. Ainsi, la région Provence-Alpes-Côte d’Azur pèse 25% du marché français. Dans le Var, la filière génère 500 millions d’ € . Ainsi, selon le constat de la FIN, 1  € dépensé dans la filière produit 1  € de recette connexe. Concrètement, le nautisme varois rapporte 1 milliard d’ €  » ! LE NAUTISME RATTRAPE LA CROISIERE Ainsi encore, dans les ports, le nautisme rattrape la croisière. « Sur 24 500 postes d’amarrages dans le Var, on en comptabilise plus de 3 000 dans la rade de Toulon. Quand le maritime et la croisière apportent 7 millions d’ € à la CCI du Var, concessionnaire des ports, la plaisance pèse 6 millions d’ €  », a révélé Muriel di Martino, citant une source consulaire. En évoquant l’ambition de l’UMRT, elle a conclu  : « C’est pourquoi, l’objectif pour les acteurs de la filière reste de faire de Toulon, d’ici le 1er janvier 2019, une destination nautisme reconnue en France. Institutionnels et collectivités, mobilisez-vous autour du nautisme ! Ce milliard d’euros, où voulez-vous qu’il soit dépensé ? Ailleurs qu’à Toulon. Évidemment non » ! De son côté, Vincent di Martino, fondateur de LO- CASAIL et premier vendeur en France de voiliers de la marque Jeanneau, a fait cette comparaison  : « Ce milliard d’ € , c’est exactement le chiffre d’affaires mondial du groupe Bénéteau-Jeanneau, numéro 2 mondial de la plaisance » ! Dans un second temps, le président Garo, a rappelé la présence de Laurent Falaize, le dynamique président du cluster Riviera Yachting NETWORK qui ne ménage pas ses efforts et son temps pour demander un moratoire d’application du décret de mars 2017 imposant la soumission aux cotisations ENIM des marins étrangers sur les yachts battant pavillon étranger, quand ils ont plus de six mois de présence en France ainsi que sur le dossier de la TICPE. CONCURRENCE DELOYALE EN EUROPE Laurent Falaize a expliqué son action  : « Il s’agit de prendre le temps de la concertation et du dialogue pour étudier les solutions d’harmonisation sur la situation du grand yachting, et sa conséquence, c’est à dire la désertion par les grands yachts de nos ports et chantiers navals à cause de l’application de la TICPE (taxe sur les soutes de navires), mesure européenne appliquée par la France mais pas par l’Espagne, ni l’Italie, ce qui crée une véritable distorsion dans la zone de l’UE et entraîne une concurrence déloyale des ports espagnols et italiens où les armateurs vont faire le plein pour échapper aux taxes en toute légalité » ! La réunion s’est tenue notamment en présence de  : Jean-Luc Monteil, président du MEDEF PACA, Laurent Falaize, président du cluster Riviera Yachting NETWORK, Sandra Rossi, présidente du FEDEREC, Emmanuel Aragon, vice-président de l’université de Toulon, Eric Mabo, DGA de la Fédération des Industries du Nautisme (FIN), Jacques Verdino, vice-président de la CCI du Var, Raphaëlle Le Guen, chargée des ports, du littoral, de l’économie maritime à la ville de La Seyne-sur-Mer, Audrey Pigaglio, attachée parlementaire de Emilie Guerel, député de la 7è circonscription du Var, Ali Gharbi, collaborateur de Jean-Pierre Colin, conseiller régional chargé tourisme en PACA et de l’Amiral (ER) Yves Joly.
/I Prix COMPÉTITIF idk. 3X SANS FRAIS 6 Jours sur 7 Facilité de paiement Livraison créneau 2H.AMIEMPrAmii 04 94 35 10 35 Fiouls chauffage Granulés de bois www.fioul83.fr Par chèques* www.delta-crea.com - * Contactez Fioul 83 pour les modalités de paiement.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :