La Gazette du Var n°38 1er oct 2017
La Gazette du Var n°38 1er oct 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°38 de 1er oct 2017

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 5,7 Mo

  • Dans ce numéro : Gil Bernadisur le Lavandou, une commune à taille humaine.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
18 Pierrefeu Journées du patrimoine Nicolas Moulin  : « Un peuple qui n’enseigne pas son histoire perd son identité » Créées en 1984 par Jack Lang, alors ministre de la culture, les journées européennes du patrimoine ont lieu chaque année, le troisième week-end de septembre. Ainsi, la thématique « jeunesse et patrimoine » avait été choisie pour 2017. Mais, comme on pouvait le constater octobre 2017 - #38 avec les membres de l’ACSPMG, la jeunesse est de tout âge puisqu’elle est aussi un état d’esprit. SAUVEGARDE DU PATRIMOINE Comme l’a rappelé Nicolas Moulin, président de l’ACSPMG, « événement culturel incontournable de la rentrée, tout comme les forums des associations, les journées européennes du patrimoine témoignent, depuis 34 ans, de l’intérêt du public pour l’histoire et les richesses patrimoniales de notre pays. Grâce aux très nombreuses initiatives publiques, institutionnelles, privées ou associatives, ces journées sont l’occasion pour le public et les nombreux visiteurs, d’aller à la rencontre de toutes les personnes qui œuvrent au quotidien pour la mise en valeur la reconnaissance et la sauvegarde du patrimoine ». Bref, deux jours pour tenter de voir un maximum de trésors, c’est très court, d’autant plus que la journée est nationale et qu’il est difficile de faire son choix. Pour l’ACSPMG, c’est déjà la dixième année de participation. LARGE SUCCES DES EXPOSITIONS Nicolas Moulin a ajouté  : « Toutes les actions initiées par l’ACSPMG, avec l’appui et le soutien de ses nombreux partenaires, se veulent sans prétention. Les dernières expositions ont connu un large succès, telle celle réalisée au mois d’août à Forum des associations Le rendez-vous incontournable de la rentrée Pour la population et le tissu associatif, le forum des associations est le rendez-vous qu’il ne faut pas manquer. Pour cette 2ème édition, les caprices de la météo ont joué, au final, en faveur des participants pour leur plus grande satisfaction ainsi que celle des élus. Comme quoi la pluie a des avantages, et pas seulement pour la nature… L’initiative de délocaliser le forum, compte-tenu des conditions météorologiques, a été très bien accueillie par les participants, lesquels étaient installés dans l’enceinte du complexe sportif de la Garenne, inauguré en décembre 2016. En visitant chaque stand, le maire, Patrick Martinelli, accompagné de Jean Bernard Kiston, premier adjoint, Marc Benintendi, adjoint en charge de la communication, des associations et du Collobrières sur les animaux et la grande guerre et la gendarmerie en 14/18. Partenaires institutionnels parmi lesquels la Direction de la Gendarmerie Nationale, puisque nous sommes depuis peu, signataire de la charte des associations, aux côtés d’autres associations en lien avec la gendarmerie, comme les Étoiles Bleues, présidée par mon ami Gilles Bidaut ». NOMBREUX PARTENAIRES Partenaires également  : les pépinières VALLEE, avec son dynamique patron Frédéric, qui a réalisé l’ornement botanique du vernissage, la municipalité de Pierrefeu-du-Var (élus, personnels administratifs et techniques), les associations patriotiques et mémorielles (Souvenir Français, Médaille Militaire, Anciens Combattants), l’UNPRG (Union Nationale des Personnels Retraités de la Gendarmerie), les Amis de la Gendarmerie, RES- GEND, avec la réserve citoyenne, sans oublier les musées (Musée de la gendarmerie et du cinéma de Saint-Tropez et Musée de la Gendarmerie nationale de Melun). Comme le conclut Nicolas Moulin  : « Un peuple qui n’enseigne pas son histoire, est un peuple qui perd son identité ». Nicolas Tudort sport, a constaté le dynamisme des intervenants. Ainsi, Patrick Martinelli a salué le travail des associations, lesquelles ont présenté leur activité, sous l’œil attentif de Philippe Dho et de son équipe. Qu’elles soient culturelles, mémorielles, patrimoniales, sportives, classiques, ludiques, sportives et bien d’autres encore, toutes les associations, ont échangé entres elles. Il faut dire que la commune ne compte pas moins de 60 associations, qui font rayonner le village de Pierrefeu. Bref, tous ont été unanimes pour dire que cette 2eme édition a été une réussite. Nicolas Tudort
Hyères Vallée des Borrels Inauguration du chemin des hommes aux petits pas Dans le cadre des Journées du patrimoine, Elie di Russo, adjoint au maire de la ville d’Hyères, adjoint spécial des Borrels, a inauguré le chemin des petits pas, créé à l’initiative de Gilbert Jourdan et Jean-Claude Boissonie, deux anciens employés municipaux. Les deux hommes ont travaillé de nombreuses matinées pour rénover le sentier qui va de l’entrée du CRAPA jusqu’au pont du 1er Borrel. Au moment de découvrir la plaque qui marque officiellement le début du chemin, Elie di Russo a salué leur travail magnifique  : « C’est une démarche exemplaire faite avec amour pour l’environnement exceptionnel de notre commune. Ils ont voulu l’appeler chemin des hommes aux petits pas car à partir d’un certain moment, il faut s’économiser. J’ai été touché par leur geste. Merci pour l’exemple que vous donnez à tous ! C’est particulièrement important pour nos jeunes, car préserver le patrimoine naturel, c’est préparer l’avenir ». Pour mémoire, le CRAPA est un parc naturel de 20 hectares proposant des sentiers sportifs, une piste bleue et une piste rouge. Il compte 11 domaines viticoles classés AOC Côtes de Provence, une école communale, une mairie annexe, une maison commune et la Chapelle Saint-Lambert. Photo  : Gilles Cavoyeur Toi qui ne fais que passer... Journées du Patrimoine aux Borrels Liberté, éducation et laïcité au programme Lors des dernières Journées du Patrimoine, Elie di Russo, adjoint spécial des Borrels, a raconté l’histoire de l’école primaire de la fraction. Pourquoi a-t-on construit l’école des Borrels ? Elie di Russo  : La deuxième république a abordé les aspects de l’éducation et la liberté de l’enseignement sur la base de la loi Falloux qui a été votée en 1850. Malgré les critiques de Victor Hugo contre l’influence trop grande de l’église (1849), cette loi a laissé une ample place à l’enseignement confessionnel (le clergé ayant formé les maîtres) et en rendant une éducation morale et religieuse obligatoire. Et aux Borrels ? EDR. Aux Borrels en 1868, Mlle Roccas a fait valoir que le quartier était très éloigné du centre d’Hyères et qu’il était dépourvu de toute ressource d’instruction. Elle a, donc, demandé une école et obtenu un vote de 200 francs du Conseil municipal. Puis, elle a été autorisée par l’Inspecteur d’Académie à ouvrir une école. Au départ, elle n’avait que 16 élèves qui payaient une faible rétribution. Malgré la subvention de 200 francs, l’école avait du mal à vivre. Que se passe-t-il ensuite ? EDR. En 1869, cette institutrice a été remplacée par Mlle Henriette Chaplant, qui, elle, était pourvue du brevet de capacités. Puis, en 1871, l’institutrice est Mlle Bron. Elle s’est plainte de vexations de certains habitants du quartier et de la vétusté des locaux (Maison Reboul et Maison Ventre). Elle a demandé d’installer l’école à la Jeannette, demande appuyée par l’Abbé David de Beauregard. Mais, l’abbé a essuyé un refus de la part de son cousin, car ce dernier estimait qu’il n’y avait plus assez de locaux pour les récoltes. Il faut noter que, durant cette période, la troisième république a dans l’esprit d’affranchir l’école de l’emprise de l’église en formant des maîtres « laïcs ». C’est ainsi que sont créées les Ecoles normales 1879, puis, en formant les citoyens, toutes classes confondues sur les mêmes bancs pour fortifier la patrie. Enfin, les Journées du Patrimoine se sont conclues par une visite de la chapelle Saint-Lambert (avec des œuvres de Guilio Vittini, Grand Prix de Rome). Photo  : Gilles Cavoyeur 19 Tu ne sais pas Que le CRAPA n’est pas le prophète Mais qu’il est une terre d’accueil et d’amitié Tu ne sais pas Que ces oiseaux ne tombent plus de leur nid Par faute du vivant qu’un simple regard naïf a séduit Tu ne sais pas Que son ciel transforme dans le cœur d’une rose Et qu’au petit matin son azur en bouquet se compose Tu ne sais pas Qu’il a une âme de fraternité Mettant en joie l’esprit d’être censé Tu ne sais pas Que le CRAPA est un symbole de renouveau Parce que son cœur parabole en lettre d’or sur tout drapeau Alors, maintenant que tu sais D’où que tu viennes quelle que soit ta nationalité Ta couleur de peau Respectes le, aime le, comme il t’aime mais à petit petit pas Pour le découvrir fragile comme un fil de soie. Gilbert JOURDAN octobre 2017 - #38



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :