La Gazette du Var n°37 15 sep 2017
La Gazette du Var n°37 15 sep 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°37 de 15 sep 2017

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 11,5 Mo

  • Dans ce numéro : la très belle saison touristique de Toulon.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 Actualités septembre - octobre 2017 - #37 27ème Édition de la Fête de l’Olivier à Ollioules Une fête haute en couleurs ! Les 30 septembre et 1er octobre, cette manifestation, haute en couleurs, est devenue la fierté de la ville et de ses habitants. Grâce à son succès populaire, elle rassemble chaque année sur deux jours près de 30 000 visiteurs. Les trois partenaires, qui ont uni leur force et leur volonté en 1991, sont plus que jamais associés. Ainsi, depuis la création de la fête, le Comité Officiel des Fêtes, l’Association des Amis de l’Olivier et la ville œuvrent toute l’année. Chaque 1er week-end d’octobre, la fête permet aux visiteurs de compléter leurs connaissances en matière de culture et de taille des oliviers ou d’apprendre à reconnaître les différentes variétés d’huiles. A cela, s’ajoutent de nombreuses animations et un marché gourmand et artisanal qui font de cette fête un rendez-vous très attendu. VECTEUR ECONOMIQUE « Au-delà de l’intérêt qu’elle représente pour la mise en valeur de la filière oléicole, la fête de l’olivier est aussi un vecteur économique important pour le commerce local. La ville travaille aussi avec les autocaristes et un partenariat a été mis en place depuis de nombreuses années avec l’office de tourisme intercommunal de TPM », insiste le maire Robert Bénéventi. Conseils sur la taille, l’entretien, l’irrigation, conférence de médecins sur les bienfaits de l’huile d’olive, présence de techniciens oléicoles, séances de dégustation et de reconnaissance des huiles d’olives, démonstrations culinaires, exposition-vente de matériel oléicole… Rien n’a été oublié pour que chaque propriétaire d’olivier devienne un « gentleman oléiculteur ». Sur le plan festif, de nombreux groupes musicaux sont présents pendant les deux jours ainsi que la Lyre Provençale d’Ollioules pour son concert traditionnel, sous la direction de Thomas Righi. Dans les rues et les salles communales les expositions sont nombreuses, comme à l’accoutumée, peintures, sculptures, mosaïques, clés et serrures, matériel ancien, photographies… ATELIERS DES METIERS D’ART Toutes les générations sont les bienvenues pour découvrir les ateliers des métiers d’art, l’espace découverte de la nature et le festival des oiseaux avec l’Amicale Ornithologique la Provençale, l’exposition « Trésors d’archives », au Couvent des Observantins, visites commentées du Moulin à Huile du Canton d’Ollioules mais aussi promenades en calèches accueilleront petits et grands. Les visiteurs pourront aussi découvrir le Moulin Zanni, un magnifique moulin à huile situé en centre-ville et dont les structures en pierres témoignent de sa splendeur passée. De nombreuses animations sont réservées aux enfants  : Atelier vannerie, atelier nature, atelier peinture, atelier cuisine, promenade en calèches, manège à pédales, cinéma à 360°… Les amateurs de cuisine seront aussi à la fête avec un restaurateur professionnel qui cuisinera en direct, place Jean Jaurès, et fera déguster ses plats. Depuis les origines de la fête, l’Association des Commerçants, Artisans et Entreprises d’Ollioules, participe au concours d’aïoli, qui a lieu le dimanche et qui est ouvert à tous. CONCOURS D’AIOLI Pour l’édition 2017, ses responsables vont cuire le double de légumes et d’œufs. Dans une ambiance survoltée, dès le samedi 30 septembre à 17h30 place Jean Jaurès, tous les élus présents à la fête sont invités à monter l’aïoli, en respectant les règles de l’art. Le dimanche 1er octobre à 17h30, toujours place Jean Jaurès, un concours, ouvert à tous les visiteurs, accueille les mordus de l’ail et de l’huile d’olive. Le samedi 30 septembre à 16h30 place Jean Jaurès, les enfants jusqu’à 14 ans ont aussi leur concours d’aïoli, en partenariat avec les Immortelles d’Ollioules. Puis, dès que le jury aura désigné les vainqueurs, chacun pourra déguster l’aïoli du gagnant ou du perdant et tous les participants seront récompensés. PLANTATION DE L’OLIVIER DE LA FETE Il sera planté le dimanche 1er octobre à 11 heures sur le giratoire de la Coopérative au quartier Quiez. ENTRÉE, NAVETTES BUS ET PARKINGS GRATUITS Comme chaque année tout est mis en œuvre pour faciliter l’accès des visiteurs au cœur de la fête  : parkings de proximité ouverts Espace Orlandi, navettes bus gratuites en partenariat avec Toulon Provence Méditerranée pour les parkings de périphérie. Tous les parkings sont gratuits et gardés. Le samedi et le dimanche de 9h à 19h30, le centre-ville sera réservé aux piétons et des déviations sont mises en place pour les riverains. RESTAURATION Tous les restaurants de la commune se mettront à l’heure de la fête pour vous faire découvrir la cuisine Provençale. De nombreux stands proposeront aussi des produits du terroir à déguster sur place. Des tables en accès libre permettront aux visiteurs de se restaurer tout au long de la journée. Entre patrimoine et traditions, la fête de l’olivier a choisi de faire la part belle aux produits du terroir et aux accents de vérité que l’on trouve dans l’or de l’huile d’olive. Alors, d’ores et déjà, vous pouvez noter sur votre agenda ce rendez-vous incontournable les 30 septembre et 1er octobre.
h a _e."elip ï Actualités 9 Rentrée des collèges 2017 Valérie Rialland  : « Un budget constant, malgré la baisse des dotations » Depuis 40 ans et les lois de décentralisation, les compétences en matière d’enseignement public sont réparties selon les 4 niveaux d’apprentissage  : l’État qui a en charge l’enseignement supérieur, la Région qui a en charge les lycées, les Départements qui ont les collèges et les communes qui gèrent les écoles primaires. À l’occasion de la visite de rentrée au collège Cousteau à La Garde, Valérie Rialland, Présidente de la commission collège et Éducation au Conseil Départemental, a répondu à nos questions. Comment s’opère la répartition des compétences ? Valérie Rialland. Le Département a aujourd’hui en charge la construction, l’aménagement, l’entretien, la fourniture des équipements, qu’il soit mobilier ou informatique, l’installation et l’entretien des infrastructures sportives, la restauration. Pouvez-vous nous détailler cette compétence ? VR. Voici quelques chiffres qui illustrent cette compétence  : 48000 collégiens, 71 collèges (Carcès y compris), une moyenne de 600 élèves par collège, 29 gymnases construits depuis 2000 dont 3 en cours (La Londe-les-Maures qui est construction, Les Arcs-sur-Argens et Barjols pour un commencement avant 2021). Tout cela demande beaucoup d’argent, beaucoup de temps et beaucoup d’investissement humain. Un collège, c’est entre 20 et 25 millions pour sa construction, le coût d’un gymnase se situe entre 3 et 5 millions et le Département emploie 850 agents affectés à l’entretien et la cuisine. Sans oublier qu’il verse, chaque année, près de 6 millions. Que représente cette somme ? VR. Tout d’abord, cette somme, consacrée aux collèges, n’a pas été baissée depuis 2015, c’est à dire depuis l’arrivée de la nouvelle majorité malgré le contexte budgétaire très contraint. Elle demande un suivi quotidien en termes de sécurité, d’entretien des bâtiments, de dotations pédagogiques… une vraie proximité du département avec nos jeunes… Nos élus sont présents dans tous les établissements puisqu’ils siègent dans les conseils d’administration des collèges avec les représentants de l’éducation nationale et des familles pour suivre de près les besoins affectés à la réussite de nos élèves. Si jusqu’à la dernière rentrée scolaire, le CD avait aussi en charge l’ensemble du transport scolaire, depuis la rentrée prochaine, c’est la Région qui a pris en charge cette compétence. Le Département a-t-il gardé une partie de cette prérogative ? VR. Tout à fait puisque nous avons conservé le soin d’organiser le transport des élèves en situation de handicap. Et, cette compétence n’est pas des moindre car elle s’inscrit dans notre politique de solidarité. L’effort du département pour les 810 élèves en situation de handicap c’est 3 millions d’ € /an. Qu’en est-il de la restauration scolaire ? VR. Le département s’est engagé en faveur d’une vraie restauration scolaire de qualité. Une alimentation saine, dont l’approvisionnement est basé en partie sur des circuits courts… donc impliquant les producteurs locaux. Pour cela, chaque collège a signé une charte avec le département qui s’articule autour de la sécurité alimentaire et la nutrition. Le département s’occupe des 31 000 demi-pensionnaires accueillis tous les jours. Près de 4 200 000 repas sont servis au cours d’une année et 67 collèges sur les 70 collèges publics cuisinent les repas sur place. Il faut savoir que le repas payé par les collégiens est en moyenne de 3 euros. Cependant, il coûte en réalité près de 7 euros. La différence est entièrement assumée par le Département. Un autre exemple ? VR. Je vais parler de la sécurité des élèves et des enseignants. C’est une priorité pour nous. Dans le cadre de notre compétence dans l’entretien et de la rénovation des collèges, le président du Département a proposé et les élus ont voté un plan d’investissement en faveur de la sécurité des collégiens et des personnels qui prévoit notamment l’installation de la vidéosurveillance et la mise en sécurité des entrées/sorties dans tous les collèges du Var. NUMERIQUE DANS LES COLLEGES Le Département s’inscrit pleinement dans le 21ème siècle ? VR. En effet, le Département porte une politique volontariste en matière d’informatique et de numérique dans les collèges. Pour vous donner une idée le département a mis à disposition des collégiens  : 12 000 ordinateurs, le département du Var est un des premiers départements de France en termes d’équipement par élève. Tout cela implique également des moyens humains conséquents  : Une trentaine de techniciens informatiques sont sur le terrain pour accompagner la communauté éducative dans le développement du numérique. Après avoir équipé les classes de 5ème du collège Pierre Puget à Toulon en tablettes numériques, dans le cadre d’une expérimentation pédagogique le CD a décidé de soutenir la communauté d’agglomération Sud Sainte-Baume, pour équiper en tablettes et tableaux numériques. Il nous apparaît indispensable d’offrir une chance et donc un enseignement adapté aux élèves en situation de handicap, c’est pourquoi le Département a déployé des tablettes dans les classes spécialisées qu’on appelle les classes ULIS = Unité Localisée pour l’Inclusion Scolaire (ULIS) des collèges (Troubles sensoriels ou moteurs). Pourquoi ce choix ? VR. Des études ont prouvé que la prise en main rapide de la tablette et son caractère intuitif facilite la compréhension des enfants et les aide à acquérir davantage d’autonomie. En conclusion, cette politique ambitieuse repose sur la conviction que la révolution numérique est une chance pour l’école et c’est un devoir pour le département de l’assumer, car elle offre un potentiel de renouveau pédagogique important, pouvant améliorer l’efficacité du système éducatif. Propos recueillis par Gilles CARVOYEUR septembre - octobre 2017 - #37



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :