La Gazette du Var n°37 15 sep 2017
La Gazette du Var n°37 15 sep 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°37 de 15 sep 2017

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 11,5 Mo

  • Dans ce numéro : la très belle saison touristique de Toulon.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
28 La Londe-les-Maures Sa famille travaillait déjà dans la construction et lui-même, sorti ingénieur de l’Ecole Spéciale des Travaux Publics, a passé dix ans chez Bouygues International et Bouygues Immobilier avant de créer Aktimo, en 2000, à La Londe-les-Maures. C’est donc presque par atavisme que Jean-Michel Kesser a choisi de suivre la voie familiale de bâtisseur. Aujourd’hui, Aktimo développe un projet sur 14 hectares à La Londe-les-Maures, sur le Domaine de Valcros  : Le Country Club. DERNIER PROJET HORS LOTISSEMENT « C’est le dernier projet immobilier hors lotissement qui va voir le jour sur l’emprise de la rive gauche du golf de Valcros. Nous avons racheté cette parcelle de 14 hectares à une association de l’Est de la France qui souhaitait implanter à Valcros un centre de vacances. Mais, l’établissement n’a jamais pu voir le jour en raison des contraintes réglementaires trop fortes. Ensuite, c’est un promoteur immobilier national qui a tenté d’y construire environ cinquante villas. Mais, là encore, le projet n’a pas abouti ». Il ajoute  : « Comme je connaissais l’endroit, j’avais envie d’y faire quelque chose d’exceptionnel. J’ai rencontré le propriétaire et à force de négociations, nous avons pu racheter le terrain pour septembre - octobre 2017 - #37 Immobilier Jean-Michel Kesser a de qui tenir ! y construire 8 villas haut de gamme qui seront construites au pied de la colline sur une parcelle moyenne de 1 900 mètres carrés ». COMMERCIALISATION EN COURS Actuellement, alors que les travaux ont démarré en juin dernier avec la villa « Panorama », les 8 villas sont en voie de commercialisation. Les travaux de la villa « Les Iles d’Or » vont débuter en septembre. « Les villas se commercialisent à partir de 1,3 millions d’ € . A ce niveau d’achat, la clientèle est française et étrangère en recherche d’une maison de famille « dernière génération », c’est à dire connectée et disposant des dernières exigences en la matière. C’est un produit clé en main qui est habitable immédiatement », précise Jean-Michel Kesser. Il reprend  : « Ce terrain est une vraie pépite. Nos constructions ne ressemblent en rien à un lotissement classique car, avec Aktimo, nous réalisons des projets atypiques. En effet chaque villa est personnalisée dans une vraie cohérence architecturale avec le concours de l’architecte de l’opération, Odile Viel, et nous prenons en charge tout l’aménagement intérieur en lien avec un cabinet spécialisé basé à Paris. Il poursuit  : « À l’intérieur, tout est redessiné et le niveau d’équipement est au-dessus de ce qu’on propose ailleurs. C’est également une vraie domotique qui est mise en place avec une maison 100% connectée. La force du haut de gamme se cache dans le détail. C’est notre choix et notre force. » Pour plus d’infos  : http://country-club-aktimo.com/Propos recueillis par Gilles Carvoyeur - Photo  : Pascal Jolliet Rentrée scolaire Une cour d’école toute belle et toute neuve à Moulin-Vieux Après en avoir pris possession au cours de la journée de rentrée, les tout-petits de l’école Maternelle du Moulin-Vieux n’étaient pas peu fiers de faire découvrir leur cour d’école, totalement rénovée cet été, à leurs parents. En effet, les parents d’élèves étaient nombreux pour assister à l’inauguration de cette cour, repensée comme un vrai lieu de vie  : « Nous avons souhaité dès le départ, en pleine concertation avec l’équipe pédagogique de l’école, redonner un nouveau souffle à cette cour », rappelait François de Canson, qui a présidé cette cérémonie en présence de Nicole Schatzkine, sa première adjointe en charge des Affaires Scolaires, de Bénédicte Lesieur, Inspectrice de l’Education Nationale et de l’ensemble des directeurs d’école de La Londe. Le maire ajoutait  : « C’est pourquoi nous avons fait appel à un architecte-paysagiste pour repenser les espaces et penser un projet global associant aspect ludique et éducatif. » Parents et enfants se sont vite appropriés les lieux, découvrant l’amphithéâtre en bois, les cheminements qui relient les différentes zones de la cour où alternent jeux, espaces de détente mais aussi plantations. « Nous sommes pleinement satisfaits du résultat », insistait Karine Courtin, la directrice de la maternelle. « C’est un plaisir de voir les enfants évoluer dans cette nouvelle cour. » Comme l’a justement rappelé le premier magistrat devant les parents d’élèves, agréablement surpris par cette rénovation, « l’école est un lieu pour apprendre et cette cour, ainsi rénovée, permet de le faire en s’amusant, en se défoulant, en courant. Mais aussi, et c’était notre souhait, en respectant les autres et la beauté du lieu, en appréhendant ce qui est autorisé et ce qui ne l’est pas. En cela, cette nouvelle cour, va remplir pleinement son rôle  : celui de l’école de la vie ! ».
La Londe-les-Maures 29 Alimentation « Mangez cinq fruits et légumes par jour... du domaine des Myrtes » ! Le prix des fruits et légumes a baissé, la consommation aussi... Mais pas dans le Var ! Enfin, pas dans tous les points de vente ! Certains producteurs ont enregistré un très bel été. Comme à La Londe-les-Maures pour le domaine des Myrtes. C et été, le kilo de fruits a donc coûté en moyenne 3,76  € et celui des légumes 2,14  € , selon l’enquête annuelle de Familles rurales publié le 24 août dernier par le journal La Croix. Partout en France, la consommation de fruits et légumes est à la baisse. Pourtant à La Londe, la campagne de sensibilisation diffusée, pour une alimentation plus saine, depuis des années, « mangez cinq fruits et légumes par jour », porte enfin ses fruits. Il faut dire que la Provence a toujours eu une bonne réputation en termes d’alimentation, basée sur les fruits et légumes et l’huile d’olive. PRODUCTION MADE IN VAR Pour une cliente, assidue au rayon fruits et légumes  : « Rien de mieux que les fruits et légumes pour garder la ligne, à une époque où l’image devient extrêmement importante ». Elle ajoute  : « De plus, tous les scandales sanitaires, dont nous sommes victimes depuis des années, poussent les consommateurs à devenir plus exigeants, et à se tourner vers des fruits et légumes régionaux, plus chers, mais de meilleure qualité, que ceux de l’importation, produits à grande échelle, infestés de pesticides et autres produits chimiques. Une production qui se fait toujours au détriment de la planète ». Pour toutes ces bonnes raisons et pour bien d’autres encore, les producteurs de fruits et légumes « Made in Var » ont connu une fréquentation hors-norme durant tout l’été. Ainsi, au domaine des Myrtes à La Londe-les-Maures, ce sont plusieurs tonnes de produits qui ont été écoulées ces dernières semaines. Dans le hit-parade des fruits et légumes, les pêches et brugnons arrivent très nettement dans le haut du tableau devant le raisin de table (Cardinal, Muscat, Lavallée, Chasselas) et les melons... SITOT CUEILLIS, SITOT VENDUS... « Ce sont des produits que nous produisons nousmêmes et en grosse quantité. Nous possédons un verger de deux hectares, 1 500 mètres carrés dédiés à la production des tomates (Roma et Cœur de Bœuf notamment) et deux autres hectares consacrés à la production de notre raisin de table. Notre force, c’est de tout produire sur place et, bien sûr, la qualité de nos produits. Tous les jours, nous avons une cueillette de fruits et légumes (entre 7 heures et 12 heures et entre 13 heures et 16 heures), pour proposer des fruits et légumes frais à notre clientèle », détaille Marie-Hélène Barbaroux, la directrice commerciale du domaine des Myrtes. La commerçante ajoute  : « Notre second atout est de proposer un excellent rapport qualité-prix. En moyenne, cet été, le kilo de tomates était à 1,5  € , le kilo de raisin à 2  € , le kilo de pêche à 2,5  € et le kilo de courgettes à 2  € . Nous avons appliqué les mêmes prix qu’en 2015, sans augmentation. Résultat, nous avons enregistré une hausse de 10% de notre clientèle en juillet et en août ». Elle reprend  : « Nous avons eu une très belle récolte malgré la sécheresse et la canicule car nous bénéficions de l’irrigation du canal de Provence. La quantité et la qualité étaient au rendez-vous pour cet été 2017 » ! PRODUITS BIO PLUS CHER Pourtant, en règle générale dans les commerces, les produits biologiques sont presque deux fois plus chers. L’association Familles rurales a publié son 11e observatoire sur les produits de saison que La Croix a présenté en exclusivité. « Le kilo de fruits issus de l’agriculture conventionnelle a coûté en moyenne 3,76  € , soit une baisse de 8% par rapport à l’été 2016 », indiquait Dominique Marmier, le président de l’association de consommateurs. Les fruits et légumes estivaux sont-ils devenus trop chers pour que les familles françaises consomment les fameux 5 fruits et légumes par jour, soit environ 400 grammes, recommandés par le programme national nutrition santé (PNNS) » ? Gilles CARVOYEUR Domaine des Myrtes EARL BARBAROUX 04 94 66 83 00 contact@domainedesmyrtes.fr Horaires d’ouverture  : Du lundi au vendredi de 9h à midi et de 14h30 à 18h. Les samedis de 9h à midi. septembre - octobre 2017 - #37



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :