La Gazette du Var n°36 1er sep 2017
La Gazette du Var n°36 1er sep 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°36 de 1er sep 2017

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 53,8 Mo

  • Dans ce numéro : la grande plaisance est en péril.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
20 Supplément Riviera Yachting NETWORK Conseil régional de PACA « Construire une politique maritime régionale répondant aux enjeux du territoire » Conseiller régional, vice-président de la commission environnement, mer et forêt, conseiller régional délégué en charge de la sécurité civile et des risques majeurs, François de Canson participe à la structure dédiée à la politique maritime. Installée depuis le 24 mars dernier et présidée par Maud Fontenoy, conseillère régionale, l’Assemblée Maritime pour la Croissance Régionale et l’Environnement (A.M.C.R.E.) a pour but de fédérer tous les acteurs du monde maritime au sein d’une structure créée sur mesure afin de leur permettre de disposer d’un lieu propice aux échanges et à la mise en synergie des activités de ses membres. « Il s’agit de faire émerger des projets répondant à des besoins partagés et d’accompagner leur mise en œuvre, en vue de construire une politique maritime régionale répondant aux enjeux du territoire et d’affirmer ainsi l’identité maritime de Provence-Alpes-Côte d’Azur », explique François de Canson. DEFENDRE LA PLACE DE LA MEDITERRANEE Il ajoute  : « Pour reprendre les propos tenus par Maud Fontenoy, lors de l’installation de l’AMCRE, l’assemblée maritime a deux rôles majeurs  : le premier de défendre la place de septembre 2017 - #36 la Méditerranée et de la Région PACA dans les enjeux nationaux et le second de construire en son sein un laboratoire d’idées et une nouvelle politique pour la croissance bleue ancrée dans le XXIème siècle ». Ainsi, l’AMCRE est composée de 4 commissions dont les thèmes répondent aux actions prioritaires mises en exergue lors des Assises régionales de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer  : commission Pêche – Aquaculture, commission Sensibilisation des publics, commission énergies marines, commission génie écologique côtier, commission qui est présidée par François de Canson. COMMISSION GENIE ECOLOGIQUE COTIER Cette commission aborde les problématiques de l’érosion des plages, des mouillages organisés, des restaurations écologiques des ports. Pour François de Canson  : « Pour présider cette commission thématique, je suis entouré de Véronique Tourrel, Déléguée générale de l’Union des Ports de Plaisance de Provence Alpes Côte d’Azur et Gaëlle Berthaud, Directrice régionale de l’Agence de l’Eau Rhône-Méditerranée-Corse. Dans le cadre des ateliers de travail des Assises régionales de l’Environnement de l’Énergie et de la mer, plusieurs pistes de travail ont été proposées pour lutter contre l’érosion des plages et améliorer la gestion environnementale des ports et des petits fonds côtiers. La lutte contre l’érosion des plages est considérée par la Région comme prioritaire. La préservation de l’herbier de posidonie a un lien direct avec la lutte contre l’érosion puisqu’il permet d’atténuer la houle. Il est donc logique de travailler à la création d’un dispositif unique liant maintien de la biodiversité et lutte contre l’érosion des plages, qui permettrait d’avoir un champ d’intervention large et cohérent ». REFLEXIONS SUR LES MOUILLAGES ORGANISES Dans un premier temps, cette commission se préoccupe de rédiger une stratégie régionale de lutte contre l’érosion des plages pour identifier les secteurs prioritaires, d’identifier et préconiser des méthodes respectueuses de l’environnement marin pour éviter les erreurs du passé et mobiliser les fonds nécessaires. La révision du FEDER pourrait permettre d’afficher cette priorité. Enfin, les réflexions sur les mouillages organisés, qu’ils soient dédiés à la plaisance, la plongée ou la croisière, ont montré l’intérêt de travailler au cas par cas pour identifier les enjeux écologiques, économiques et sociaux de chaque secteur. Une réflexion approfondie doit donc être conduite à travers une concertation élargie avec l’ensemble des parties prenantes car les points de vue peuvent être divergents. Il est certain néanmoins que les mouillages peuvent être considérés comme des atouts pour le développement durable des activités maritimes et la préservation de la biodiversité marine. Quant à la restauration écologique dans les ports de plaisance, il a été confirmé la volonté d’inciter la Région à poursuivre et développer les orientations de la Charte des ports de plaisance et de pêche de Provence-Alpes-Côte d’Azur. Le Comité de pilotage de la Charte des Ports, présidé par Roger Roux, étudiera cette question. Propos recueillis par Gilles Carvoyeur Syndicat des Communes du Littoral Varois Le décret-plage, toujours dans le collimateur des élus Lors de l’assemblée générale annuelle du Syndicat des Communes du Littoral Varois, Gil Bernardi, maire du Lavandou et président de la structure, a rappelé les enjeux de l’économie du sable. Parmi les dossiers présentés par le SCLV, Gil Bernardi a évoqué celui de l’économie du sable et notamment les réactions suite à la mise en place du décret-plage. En effet, le maire du Lavandou a rappelé « les craintes suscitées par la concession de la plage du Royan à un exploitant privé, mais celles aussi suscitées par les déclarations du Préfet des Alpes-Maritimes. Sans oublier l’émotion soulevée lors des 2ème assises de l’économie balnéaire varoise, le 22 juin dernier, par le projet d’aménagement de la plage de Pampelonne ». Il a fait également état du dossier de la démolition des restaurants de la plage des Catalans à Marseille. DECRET-PLAGE Bref, le décret-plage n’en finit plus de soulever la polémique. Mais, pour autant, ces craintes sont-elles réellement justifiées ? Ainsi, l’étude réalisée par la CCI sur l’économie du sable prend en compte les 80% de plage publique dont on n’évoque que rarement le rôle économique premier. « Et si, finalement, l’adaptation à la marge du décret-plage permettrait d’apaiser le débat par la prise en compte de la spécificité de façade… Bref, si le danger était ailleurs », s’est interrogé le président du SCLV ? RISQUES NOUVEAUX Lors des débats, les élus ont également abordé la question de la prise en compte des « porter à connaissance » de l’État relatifs aux risques de submersions marines liés aux changements climatiques. Ils ont enfin débattu de l’évolution jurisprudentielle de la sécurité des baignades, tout en faisant ce constat  : aujourd’hui, une donne nouvelle s’impose pour la responsabilité des élus littoraux.
Le Pradet fef Ville d. I,raclet ek.k4 BIBLIOTHEQUE municipale Pauline Roland EXPOSITION DE PEINTURES par l'Association ALBA Les aeirnau.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :