La Gazette du Var n°29 30 mai 2017
La Gazette du Var n°29 30 mai 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°29 de 30 mai 2017

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 54,8 Mo

  • Dans ce numéro : résidence Beach à Cavalaire, profitez d'un romantisme actif !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
20 Législatives – 3 ème circonscription MON mAfioN Mai/Juin 2017 - #29 Jean-Louis Masson  : « L’âge n’est pas une tare et l’expérience n’est pas une infirmité » ! Vice-président du Conseil départemental, vice-président de TPM, maire de La Garde, depuis plusieurs semaines, Jean Louis Masson est en campagne sur le terrain à la rencontre des habitants du territoire de la 3 ème circonscription. Cette relation particulière qu’il entretient avec les acteurs locaux démontre un ancrage territorial fondamental pour un député car les électeurs doivent savoir à qui ils s’adressent. Comme le répète Jean-Pierre Giran, député-maire sortant  : « Avec Jean-Louis Masson, vous aurez un député présent et totalement disponible ». Pour Christian Simon, maire de La Crau  : « Rythmes scolaires, baisse des dotations, logements sociaux  : Aujourd’hui, l’État se finance dans les poches des collectivités territoriales. Certes, les élus locaux sont prêts à se serrer la ceinture mais pas au point de couper le lien avec la population. Il faut à tout prix gagner cette élection législative, car Emmanuel Macron trompe son électorat » ! Rencontre avec Jean-Louis Masson qui se livre, en exclusivité, pour La Gazette du Var. Comment cela se passe-t-il sur le terrain ? Jean-Louis Masson  : Au niveau national, Emmanuel Macron est président de la République et propose de gouverner avec la gauche, le centre et la droite. Pourquoi pas ? A condition qu’il y ait un véritable contrat de gouvernement avec Les Républicains et l’UDI qui afficheront une même majorité à l’Assemblée Nationale. Au plan local, notre territoire compte de forts enjeux  : l’agriculture et notamment l’horticulture qui est une spécificité de la 3ème circonscription du Var. Mais, il y a aussi le tourisme et la mer, les zones d’activités, nos centres-villes respectifs, la sécurité de nos quartiers, la forte présence de la Défense Nationale. UNE VRAIE POLITIQUE PENALE Justement, que proposez-vous au niveau de la sécurité ? JLM. Au niveau de la sécurité, en tant qu’ancien colonel de gendarmerie, je pense pouvoir être un apporteur d’idées. A cet égard, cela me paraît essentiel de créer dans ce pays une véritable politique pénale, en associant tous les acteurs et notamment la Justice. Je déplore que, pour de multiples raisons, les délinquants rentrent chez eux plus vite que les policiers qui en sont encore à finaliser les procédures judiciaires comme cela a été le cas récemment à La Garde avec des cambrioleurs. La politique qui consiste à sanctionner les délinquants, dès la première infraction, me paraît indispensable ! C’est la raison pour laquelle j’appelle de mes vœux la constitution d’une majorité conforme à nos valeurs et à nos convictions qui se sont de droite. Mais, le message n’est-il pas brouillé avec l’entrée dans le Gouvernement d’élus en provenance des Républicains ? JLM. L’entrée de quelques ministres de droite et du centre dans le Gouvernement de M. Macron correspond à des décisions individuelles et n’ont aucun sens sans un véritable accord de gouvernement. Celui-ci me pourra être établi qu’à l’issue des élections législatives. DEFENSE DE L’HORTICULTURE Comme les électeurs réagissent-ils sur le terrain ? JLM. Concernant ma campagne, j’ai fait le choix de rencontrer des socio-professionnels, des responsables d’associations ou des citoyens, autour principalement des questions de défense d’un territoire, celui que j’aime, dans lequel je suis né et où j’ai grandi. Je tente d’apporter des réponses plus locales par rapport à ce que j’entends. Par exemple, les horticulteurs m’ont fait part de leurs contraintes réglementaires nationales qui sont souvent peu compatibles avec le côté économique de la filière. Dans ce domaine particulier, le député peut, sans doute, influer sur les textes qui sont plus rédigés par des technocrates que par des professionnels. Je défendrai l’horticulture qui est un pôle d’excellence sur nos communes. Et, comment vous positionnez-vous par rapport notamment au candidat d’En Marche ? JLM. Je ne souhaite pas parler de mes concurrents. Mais, la France d’en bas souffre de beaucoup trop d’« Enarchie » parisienne qui impose à nos territoires des règles bien éloignées des réalités. Je regrette donc cet intellectualisme parisien et tous ceux qui sont amenés à le porter. Je suis convaincu qu’un parlementaire pour être efficace doit être profondément ancré et en harmonie avec son territoire ! Un député pour bien défendre son territoire doit être en harmonie avec les autres élus du département (communes, TPM, Conseil Départemental, Conseil Régional). Par exemple, l’emploi est un thème qui intéresse les élus des différentes collectivités (Région, Département, communes, Métropole) dans le cadre des dispositifs publics. C’est aussi un thème qui démontre que l’État travaille avec le député et les collectivités locales. Sur ce sujet, mon expérience d’élu, en tant que président de la Maison de l’Emploi TPM est assurément un plus pour nos concitoyens. L’ancrage local et l’expérience ne sont pas des défauts, l’âge n’est pas une tare et l’expérience n’est pas une infirmité ! Quel que soient les candidats, on a tous une part d’humanité ! Comment jugez-vous les premières semaines du nouveau Président ? JLM. Emmanuel Macron est un homme intelligent mais son Gouvernement penche à gauche. Il a réussi un dosage attrape-nigaud, en concoctant un accord avec la gauche et avec François Bayrou. Mais, il n’y a pas d’accord avec la droite. Ceux qui sont au Gouvernement n’ont fait que des ralliements individuels. Le vrai Gouvernement apparaîtra après le 18 juin. JE VOTERAI DES LOIS CONFORMES À MES CONVICTIONS Si vous êtes élu, voterez-vous des projets d’Emmanuel Macron ? JLM. Quelque soient les situations, je ne voterai que des lois conformes à ce que je considère dans l’intérêt général du Pays et de notre territoire. Existe-t-il des points de convergences avec le Gouvernement ? JLM. Sur les questions de moralisation de la vie politique, je souhaite même qu’on aille plus loin que ce qui est proposé. Sur l’emploi, je réclame encore plus de souplesse, plus de flexibilité qu’on allège plus encore le code du travail. Je souhaite aussi qu’on augmente les salaires des employés. Il faut aller plus loin que ce propose le Gouvernement Macron. Il faut que celui travaille gagne plus que celui qui est au chômage. Mais, je vois surtout aussi de nombreuses divergences. Tout d’abord, sur la question de la taxe d’habitation. En tant qu’élu, je sais très bien que l’État ne compense jamais à l’euro près ! L’augmentation de la CSG touchera en priorité les retraités et les fonctionnaires. Je suis contre. Sur la question de l’Europe fédérale, je suis pour une Europe des nations. Sur la question de la sécurité, rien n’est clair dans ce que propose Emmanuel Macron. A mes yeux, nous n’avons qu’un seul choix  : le choix de la raison et du cœur ! Propos recueillis par Gilles CARVOYEUR
MISrn HYEREF s ICCI Proâre,-.. àR Sur le marché du Pradet mr 21 Mai/Juin 2017 - #29



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :