La Gazette du Var n°29 30 mai 2017
La Gazette du Var n°29 30 mai 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°29 de 30 mai 2017

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 54,8 Mo

  • Dans ce numéro : résidence Beach à Cavalaire, profitez d'un romantisme actif !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
18 Supplément coordination rurale Dégâts de gibier La tension à son comble ! La dernière commission dégâts de gibier du Var était très tendue. Jeudi 23 mars, l’ordre du jour de la commission chasse et faune sauvage, tenue en présence de Jean-Luc Videlaine, le préfet du Var, portait sur la gestion de la population des sangliers et sur les mesures pour limiter les dégâts aux cultures. Lors de ces réunions, la tension entre les agriculteurs et la Fédération de chasse a été très palpable… Au préalable, la Coordination Rurale du Var et la Confédération Paysanne ont travaillé sur une motion commune visant à réclamer l’adoption de mesures pour limiter la prolifération des sangliers. Cette motion a par la suite été cosignée par les Jeunes Agriculteurs, la FDSEA et la chambre d’agriculture du Var. Lors de la réunion, le préfet a rappelé que le sanglier représentait un vrai problème dans notre département et que, du côté de l’administration d’État, tout était fait en l’état du droit actuel. Mai/Juin 2017 - #29 LES PROPOS INADMISSIBLES DU PREFET Les tensions devenant très importantes, le préfet, agacé, a annoncé qu’il se poserait à l’avenir la question de continuer à participer à ces réunions tant il lui semblait perdre son temps. Quand bien même était-ce à quelques minutes de la fin de la réunion, afin de marquer le désaccord et le mécontentement vis-à-vis des propos tenus par le préfet, Max Bauer, qui représentait la Coordination Rurale lors de cette réunion, a quitté la salle. « Il est inadmissible d’entendre de tels propos de la part d’un préfet. Je suis présent, autour de cette table, à titre bénévole, au service des agriculteurs et pour les défendre face aux pertes très importantes qu’ils subissent à cause des sangliers ; je ne peux pas cautionner ce type de propos démissionnaire ! », s’insurge Max Bauer. L’élu agricole a ajouté  : « Il y a un problème ; nous devons le régler ensemble. » PRESENCE DE LA COORDINATION RURALE 13 Par ailleurs, une délégation de la Coordination Rurale des Bouches-du-Rhône s’est également invitée, le 13 avril dernier, à la commission départementale de la chasse et faune sauvage afin d’y être associée et donner l’avis de vrais agriculteurs ! La délégation était composée de Amaury de Jessé, Tristan Arlaud et Franck Mourgues. En effet, malgré un avis favorable de la part du préfet du département, le président de la chambre d’agriculture ne souhaite pas la présence de la CR13 au sein de cette commission. Pourtant, l’entrée de la CR est urgente puisque les problèmes rencontrés par les agriculteurs n’y sont pas systématiquement traités ! « Les pertes de récolte à cause des sangliers sont importantes dans le département, dénonce Amaury de Jessé, président de la CR13, la situation va devenir très critique cet été. Nous faisons ce métier pour nourrir nos concitoyens, pas les sangliers ! » Une rencontre avec Nicolas Chomard, chef du service mer, eau et environnement a tout de même été obtenue. Cela permettra à la CR13 d’expliquer très clairement l’intérêt d’être associée à cette commission. Point de vue « À mon fils, héritier d’une agriculture moribonde » ! Joseph Jouffrey, Président de la CR des Hautes-Alpes, constate que « depuis des décennies, l’agriculture est moribonde ». il ajoute  : « J’ai préféré le confort de la cabine de mon tracteur, à la messe du dimanche. A la partie de pétanque à l’ombre des marronniers, j’ai substitué d’interminables après-midis de travail des foins en pleine chaleur. Les moissons étouffantes et poussiéreuses ont remplacé ma semaine de vacances en famille. Quand certains manifestent pour conserver la semaine de 35 heures de travail, j’organise mon emploi du temps afin de pouvoir effectuer les tâches supplémentaires liées aux loups. Depuis six générations d’agriculteurs, nous avons toujours cru à notre rôle de nourrir la France, d’amener de la richesse au pays. En vain… Nos revenus ont fondu comme neige au soleil. A toi, mon fils, il te reste l’espoir de pouvoir sauver la France, de nourrir les malheureux et tous les autres. Comme tes ancêtres, tu feras preuve d’imagination et d’audace. Tu seras la 7ème génération à travailler dur, sans relâche, avec passion et sincérité. A exercer un métier noble et à continuer à y croire. Je serais à tes côtés pour t’aider, sois-en certain ! Un jour viendra où toi aussi tu transmettras notre histoire et notre exploitation » Joseph Jouffrey Président de la CR des Hautes-Alpes
Législatives – 4 ème circonscription 19 t DUMÔNT MAJORITÉrTRANCE in u:LAII4 th quoiqu’en disent certains médias, tient bon » ! D’ailleurs, la candidate LR-UDI de la 4ème circonscription reconnaît qu’elle s’inspire beaucoup de la pratique politique de Valérie Pécresse. « Chère Valérie, vous êtes la présidente active et performante de la Région Île-de- France et je vous observe souvent, depuis longtemps, car vous êtes une femme de caractère aux positions fortes et j’apprécie la noblesse et la grandeur de votre engagement ». ut Le Lavandou Françoise Dumont  : « Il faut donner une majorité pour la France » Le 19 mai, Françoise Dumont, candidate LR - UDI de la 4 ème circonscription a accueilli Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France, Philippe Vitel, député du Var et les principaux maires de la circonscription dont Philippe Leonelli, maire de Cavalaire, Bernard Jobert, maire de La Croix - Valmer et Gil Bernardi, maire du Lavandou. François Baroin et Valérie Pécresse l’ont rappelé lors du meeting national des Républicains au Parc Floral à Paris pour le lancement national de la campagne des législatives  : « Il faut donner une majorité pour la France. Cela est crucial pour l’avenir de notre pays, pour aider le nouveau président à aller au bout de sa logique, pour gouverner à droite et au centre avec une famille politique qui Annick Napoléon a lancé le 9 mai sa campagne pour représenter les varois de la 4 è circonscription. Avec pour soutien le député sortant, le Dr. Jean-Michel Couve, et pour suppléant Bernard Minucci, dont la carrière dans le tourisme est un plus, c’est à Cavalaire qu’elle a confirmé sa candidature dans ce territoire composé de 28 MACRON, LE PRODUIT DE L’ANNEE ! Françoise Dumont constate  : « On nous avait prédit une fuite énorme de cadres importants vers un Gouvernement qui sent bon la soupe. Mais, nous n’avons eu que deux défections et pas des plus importantes. Ils ont fait un choix. On nous avait prédit l’explosion des LR après la déroute individuelle d’un seul. Nous sommes là. On nous avait promis que l’UDI rallierait la grande randonnée des marcheurs. Non, l’UDI est là et nous avons tous dans le Var la double investiture. On nous avait prédi du marketing En Marche pour les législatives. On ne nous avait pas menti ! Certains journaux qualifient déjà notre nouveau président de produit de l’année ! Cela en dit long sur la bonne technique de vente. Revenant sur les enjeux de la 4 ème circonscription, elle reprend  : « Nous devons l’emporter parce que nous ne pouvons pas laisser le flou artistique et médiatique de M. Macron obtenir une majorité numérique à l’assemblée, car alors, sans nous, ce serait la voie royale pour l’extrême droite. La France, le Var, la 4ème circonscription, n’ont pas le temps pour l’impréparation et pour l’inexpérience. Les enjeux ne sont pas les mêmes, les conditions de vie non plus. Et justement pour cela, il faut une députée capable d’avoir une vision d’ensemble. Capable d’appréhender tous les enjeux pour donner une chance à chacune et chacun d’entre nous. Ces enjeux, on ne peut les détecter, les comprendre et les défendre que si on a connaissance, compétence, expérience et vision d’ensemble ». ANCRAGE TERRITORIAL Françoise Dumont insiste sur cet ancrage territorial. Elle rappelle qu’elle porte une vision Annick Napoléon en campagne communes et comptant 130 000 résidents. Une ville qui l’a vue naître et dans laquelle elle a eu ses activités professionnelles avant de s’investir dans la vie publique. « Avec l’expérience acquise, je suis prête et disponible. Et, surtout j’ai l’envie de défendre nos dossiers et me battre pour ce magnifique écrin, entre mer et collines, où se niche une belle surface forestière à préserver au nom de notre qualité de vie ». Elle a poursuivi en resituant les enjeux  : « On comprend combien cette 4è circonscription peut être convoitée. Il nous faut être particulièrement vigilants pour notre patrimoine environnemental et immobilier et ainsi éviter une sur transversale, connaissant les dossiers du territoire et du département. Élue depuis 13 ans au Département, elle occupe le poste de deuxième Vice- Présidente, en charge du tourisme et présidente du Conseil d’administration du Service Départemental d’incendie et de secours. « Cet engagement au service de notre territoire, je l’ai porté à maintes reprises comme dernièrement par mon investissement dans le dossier de notre aéroport de la Môle Saint-Tropez. Avec Hubert Falco, Renaud Muselier, Christian Estrosi et Marc Giraud, nous avons obtenu la réouverture à l’année des vols vers cet aéroport, parce que la décision de l’état était une aberration technocratique, un non-sens économique, une hérésie en termes de développement touristique » (...). urbanisation ». Puis, elle a rappelé qu’elle a toujours défendu les valeurs portées par sa famille politique. « C’est aussi pour cela et ses convictions que je la soutiens », soulignait le député Jean-Michel Couve. Le député sortant ajoutait  : « Et, aussi pour des raisons majeures  : l’estime que j’ai pour elle, la reconnaissance de son sérieux, de l’intérêt qu’elle porte aux dossiers, son bon sens, sa constance dans ses idées, sa proximité auprès de chaque personne. Je dirais même son empathie et son honnêteté intellectuelle et morale » Françoise MARIE Mai/Juin 2017 - #29



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :