La Gazette du Var n°23 1er mar 2017
La Gazette du Var n°23 1er mar 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°23 de 1er mar 2017

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 7,5 Mo

  • Dans ce numéro : Max Bauer, l'agriculture varoise est en danger.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
18 #23 - mars 2017 La Garde Amis de Jean Aicard Jean Aicard, un écrivain au talent méconnu Grâce à Roger Murena, le président de l’association, et ses amis, Jean Aicard ne tombe pas dans un injuste oubli. En effet, l’association des Amis de Jean Aicard perpétue le souvenir et l’œuvre de cet immense écrivain varois. Car avant d’être un rond-point, une rue, un collège ou un lycée, Jean Aicard est surtout un auteur varois (1848 - 1921), qui plus est membre de l’Académie Française. Roger Murena explique  : « L’association a donc pour but de faire connaître la vie de Jean Aicard qui a, à son actif, une œuvre considérable, mais hélas, trop méconnue des générations contemporaines ». Pour ceux qui ne le savent pas, Jean Aicard est l’auteur de Maurin des Maures, un livre qui connut un grand succès, longtemps après la mort de l’écrivain varois, puisqu’il donna lieu à une célébre série télévisée dans les années 70, tournée en partie du côté de Bormes-les-Mimosas ! Mais au-delà des romans de Jean Aicard, l’auteur La Garde est désormais Ville Active et Sportive, niveau 2. Ce label national récompense les villes promouvant l’activité physique et sportive sous toutes ses formes, et qui le rende accessible au plus grand nombre. Il est attribué pour une durée de deux ans. Jean-Louis Masson, s’adressant à Franck Chouquet, son actuel adjoint aux sports, a lancé  : « Je fais équipe I est également réputé pour ses poèmes (Poème provençal) et pour ses pièces de théâtre (Le père Lebonnard). Le président ajoute  : « Dans son écriture, Jean Aicard était particulièrement contemporain. A la fin du 19ème et au début du 20ème, il était considéré comme avant-gardiste, se permettant d’écrire sur des thèmes que ses collègues écrivains ne s’autorisaient à avec lui depuis 16 ans. Quand je l’ai vu sur la pelouse du RCT, il courait comme un lapin ! C’est un adjoint motivé » ! Avant lui, le premier magistrat municipal bénéficiait de l’expertise philosophique (!) de Philippe Granarolo  : « Comme tu es un philosophe, je vais te nommer aux sports », lui avait lancé le maire, avec son humour habituel. Au-delà des personnes, La Garde est une ville « où les gens sont heureux et aborder » ! Aussi, pour sauvegarder dans la mémoire des varois, cette œuvre unique, Roger Murena et ses nombreux amis organisent, tout au long de l’année, de nombreuses manifestations dont la plus connue est sans doute le Festival Jean Aicard de poésie vivante (fin mai- début juin) qui, chaque année, réunit, en partenariat avec l’Éducation loyaux. C’est important, surtout dans ce monde de traîtrise », a fait remarquer l’élu gardéen. Le maire n’a pas oublié de citer les dizaines de bénévoles qui œuvrent au quotidien pour le développement du sport dans la cité. Ainsi, Michèle Boyer, présidente de l’Office Municipal des Sports depuis 13 ans. « Michèle fait cela avec une grande passion, et sans doute parce qu’elle est légèrement désœuvrée, elle effectue de nombreux voyages dans l’île de La Réunion », plaisantait-il, décidément très en verve. Le maire a noté également que les bénévoles consacrent beaucoup de temps aux autres, en ajoutant  : « Il ne faut pas oublier le monde sportif (65 clubs à La Garde, 10 000 sportifs), qui œuvre par sa présence et son amour de la ville, du sport et des gens. Et, qui, dans ce monde d’individualisme, offre le goût de l’effort. C’est quand même mieux de leur offrir du sport plutôt que fumer du cannabis » ! 175 VILLES LABELLISEES EN FRANCE 175 villes ont été labellisées « Ville active et sportive » pour les années Nationale, une centaine de classes de la maternelle au collège. Roger Murena précise encore  : « Au mois de mai, l’association organise la Semaine de la poésie et un concours d’affiches pour lequel 75 classes participent. Autre temps fort, « La poésie dans la rue », un événement qui se déroule dans la vieille Garde ». Mais, comme les temps changent, et les centres d’intérêts des plus jeunes également, l ‘association réfléchit à de nouvelles actions plus en phase avec le 21ème siècle pour capter l’attention des enfants, notamment par le biais de valises pédagogiques. « Il faut se tourner vers d’autres formes d’actions pour continuer à perpétuer le souvenir de Jean Aicard. Pourtant, il y a énormément de lieux publics qui portent le nom de Jean Aicard. Mais, les gens ne savent pas forcément qui il est ! C’est tout le paradoxe », reconnaît, avec une pointe de regret dans la voix, Roger Murena. Gilles Carvoyeur Label ville active et sportive La Garde reçoit le label « Ville Active et Sportive » 2017-2018, en présence de Thierry Braillard, Secrétaire d’État aux sports. La remise de ce Label était co-organisée par le Ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, l’Union sport & Cycle et l’Association Nationale Des Élus en charge du Sport. Pour Jean-Louis Masson  : « Cette labellisation, à 4 niveaux, vise à valoriser et récompenser les villes et collectivités locales qui proposent une offre d’activités physiques et sportives innovantes, de proximité et accessible au plus grand nombre et contribuent par ce biais à l’animation et l’attractivité de leur territoire, au renforcement du lien social, au tourisme et au bien-être des concitoyens ». Il est attribué sur la base de 4 critères  : la motivation de la candidature, la présentation du projet sportif, l’état des lieux sportifs du territoire et la politique sportive et les initiatives innovantes. Gilles Carvoyeur – Photo Fabien Rigal
vt. La Farlède 19 Mois de la Création Martine Olivier  : « La culture doit être accessible à tous » ! Dans les coulisses de la médiathèque Eurêka, le mois de la création rassemble pour un mois une quinzaine d’artistes créatifs, mais surtout différents et décalés. Sur écrans, sur toile ou sur papier photo, dans les airs, au sol ou en lévitation, derrière les fourneaux, sur du liège ou du carton, moulés dans de la terre ou de la farine, les créations des artistes en devenir, étaient donc impatiemment attendues par les fidèles de l’événement. Pour Martine Olivier, adjointe déléguée à la culture et au patrimoine, « la ville tire un bilan plus que positif de cette huitième édition. Nous sommes ravis par le choix des artistes, créatifs et originaux, et fiers d’avoir pu faire partager leurs œuvres à nos habitants et à ceux des villes alentours ». IMAGES VOLEES AU CANON Ainsi, l’exemple d’Édith Donc, artiste peintre. Depuis toute petite, Édith Donc voyage, va à la rencontre des autres et observe. Après une licence à l’Académie royale des Beaux-arts de Belgique, Édith évolue avec la peinture et fait évoluer sa peinture. Elle cherche, creuse, explore sans cesse de nouveaux modes d’expression qu’elle élabore comme des extensions de ses propres expériences. Son langage n’est pas figuratif par hasard. Par ce biais, elle tente de nous transmettre sa vision du monde. Sa peinture éclectique et très personnelle est le reflet d’une personnalité complexe, en développement permanent. Ainsi encore, Aude Vuillemin, photographe. Avec quelques images volées au Canon dans le ciel de Lyon, un matin du printemps 2015, elle présentait un travail introspectif de plusieurs autoportraits, intimes et épurés, comme un mouvement du corps au fil des images. En mélangeant ces deux techniques, Aude abordait un ressenti très personnel d’un moment de vie, qui fait écho à une démarche profondément sincère, une mise à nu du corps et de l’esprit. UNE BELLE NOTORIETE Martine Olivier reprend  : « De toute évidence, le Mois de la Création rayonne bien au-delà de notre commune et grâce à cette belle notoriété, le public arrive de partout ». Mais, plus encore, cette notoriété, la ville la doit à la médiathèque elle-même, un outil culturel exceptionnel dans le paysage local car, peu de commune de la même strate que La Farlède possède un tel équipement. « Effectivement, quand en 2008, nous avons ouvert la médiathèque, cela correspondait à notre vision d’une certaine politique culturelle. Car, pour l’équipe municipale, la culture doit être accessible à tous. C’est notre démarche depuis 10 ans », se félicite Mme Olivier ! Aujourd’hui, les résultats sont là comme le démontre le succès du Mois de la Création. Comme l’affirme Raymond Abrines, le maire, « cette médiathèque est un lieu de culture et d’échanges. Elle permet à des artistes de voir partager leur œuvres ». Et, finalement, n’est-ce —.Tier me— &pue) permanente,'ecuirAelicee Vendredi 10 mars à 18h30  : La médecinetibétaine Jeudi 23 mars à 18h30  : Carnets de route Exposition photos "Les yeux de l'Inde" Exposition"La médecine tibétaine" anintatiem Jette* Mardi 7 mars à 18h30 Samedi 11 mars à 18h30 Jeudi 16 mars à 18h30 Samedi 11 mars de 15h à 18h Création de mandalas de sable, de masques tibétains etde lotus en origami Samedi 18 mars de 15h à 18h  : Initiation au calme mental et découverte de massages V El Service culture, médiathèque Eurêka 23 chemin du Partégal TÉL. : 04 94 20 77 30 (Horaires : mardi 14108h, mercredi et vendredi 91i112n el 141:118h, jeudi 16h118ksamedi 101)116h) pas le but recherché ? Et grandement atteint pour un événement culturel qui a décroché ses lettres de noblesse ! Gilles Carvoyeur LA FARLÈDE " inscription obligatoire mars 2017 - #23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :