La Gazette du Var n°23 1er mar 2017
La Gazette du Var n°23 1er mar 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°23 de 1er mar 2017

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 7,5 Mo

  • Dans ce numéro : Max Bauer, l'agriculture varoise est en danger.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
8 #23 - mars 2017 Actualités Banque Régionale de l’Emploi et de l’Apprentissage Christian Estrosi  : « La Région s’engage pour l’emploi » ! Christian Estrosi a dévoilé, mi-février, la Banque régionale de l’Emploi et de l’Apprentissage, véritable outil numérique innovant au service de l’emploi, lors d’une cérémonie chez le concessionnaire JPV à Toulon. En région, le nombre de chômeurs de catégorie A est de 326 280 en décembre 2016 (-0,6% sur 1 an, France -3%) soit 12% de la population active car la région a structurellement un taux de chômage plus haut que la moyenne nationale. Christian Estrosi explique  : « Quand nous sommes arrivés aux responsabilités, le taux de retour à l’emploi 6 mois après avoir suivi une formation était de 48%. 1 an après, il est de 58% des demandeurs d’emploi qui trouvaient un contrat (CDD de plus de 6 mois ou CDI). Depuis, l’emploi salarié privé au 2ème trimestre 2016 a augmenté de + 0,5% soit la création de 5 500 emplois supplémentaires ». Par rapport à 2015, cette progression est encore plus nette (+1,5%) , et les chiffres sont sensiblement supérieurs à la moyenne nationale (+0,2% au 2ème trimestre et +0,8% annuel). Concrètement, 191 312 projets de recrutement ont été enregistrés en 2017 soit +8% par rapport à 2016. Et, 32% des entreprises régionales prévoient au moins une embauche contre 24,2% en 2016 et 23,9% en 2015. Enfin, 3 secteurs sont particulièrement dynamiques  : les services, l’agriculture et le commerce. Un trio inchangé depuis trois ans. NOUVELLE POLITIQUE POUR L’EMPLOI Le président ajoute  : « Depuis que j’ai été élu Président de la Région, je me suis fixé une priorité  : gagner la bataille pour l’emploi. Mon objectif est clair  : doubler la création d’emplois privés, en passant de 5% des emplois privés créés en France à 10%). Ce sont les entreprises privées qui nous feront sortir du chômage de masse ». Pour cela, l’élu mise sur une stratégie de spécialisation de la Région, en concentrant les financements sur les secteurs où la région dispose d’avantages comparatifs. Il mise sur le soutien accru aux entreprises (FIER 94 millions d’ € en 2016, 123 millions d’ € en 2017, budget d’aides directes aux entreprises + 50% en 2017 soit + 20 millions d’ € , +2 4% pour les aides aux artisans et commerçants après une hausse de 62% en 2016, soit près d’1 million d’ € en plus). Enfin, il a décidé la fin du financement des organismes de formation qui n’atteindront pas un objectif de 70% de taux de retour à l’emploi. Malgré 320 000 chômeurs en PACA, 25 000 emplois sont non pourvus, tandis que les employeurs rencontrent des difficultés à recruter. Christian Estrosi raconte  : « Le 16 décembre dernier, nous avons lancé l’observatoire régional de l’emploi. Nous publierons une nouvelle étude sur les emplois non pourvus à la fin du 1er trimestre. Grâce au partenariat que nous avons été les premiers à établir avec Pôle Emploi, nous proposons un nouveau service aux acteurs du monde du travail  : la Banque Régionale pour l’Emploi et l’Apprentissage ». PREMIERS RESULTATS ENCOURAGEANTS Depuis l’ouverture de la BREA cet été, 100 offres d’emploi ont été déposées et 100 demandeurs d’emploi ont été recrutés sous 10 jours. Un résultat qui a pu être obtenu, notamment, grâce à l’action du Conseil National des Professionnels de l’Automobile, présidé par Patrick Chatrieux, qui s’est directement engagé en demandant à ses adhérents d’utiliser ce nouvel outil (avec 500 emplois à pourvoir dans la région). Le président de région ajoute  : « Il faut que les chefs d’entreprises s’en saisissent ! Le pôle de compétitivité CAPENERGIES a déjà manifesté son intérêt pour la BREA de façon à élargir sa base de recrutement. Je remercie Pierre Grand-Dufay pour l’investissement qui a été le sien dans la construction de cette Banque régionale ». Pour les demandeurs d’emplois « je cherche un emploi », 32 000 offres d’emploi sont déjà disponibles sur la Banque Régionale de l’Apprentissage et de l’Emploi. Cela concerne des métiers particulièrement en tension (infirmiers, bouchers, chaudronniers, télévendeurs…). L’objectif est de faciliter la recherche d’emploi via une plateforme unique, qui est le seul site régional qui permette de voir l’ensemble des offres en un clic. « Dans les mois à venir, nous mettrons en place avec une start-up la géo localisation des offres et les demandeurs d’emploi recevront des mails d’alerte sur les nouvelles offres près de chez eux tous les jours », précise le patron de la région. L’APPRENTISSAGE UNE FILIERE D’EXCELLENCE Enfin, pour les apprentis « Je veux devenir apprenti », plus de 60% des apprentis trouvent un emploi moins de 6 mois après la fin de leur formation, ce qui démontre que c’est une réponse efficace pour lutter contre le chômage des jeunes. Qu’on en juge par ces chiffres  : En 1998, on comptait 29 000 apprentis en Provence-Alpes-Côte d’Azur, puis en 2015, ils n’étaient plus que 27 500 apprentis. En 2017, la région se fixe un objectif de 29 000 apprentis. Christian Estrosi se félicite  : « Pour la première fois depuis près de 20 ans, le nombre d’apprentis dans notre région a augmenté ! La branche de l’automobile emploi presque 2 fois plus d’apprentis que les autres branches et celle du BTP a décidé d’augmenter son nombre d’apprentis en région de 43% (+ 260 sur 600). Notre objectif est inchangé  : 50 000 apprentis à la fin du mandat ! Cette Banque Régionale, c’est aussi un moyen de faciliter le recrutement des apprentis pour les entreprises via un portail internet dédié. Tous les jeunes qui souhaitent se former par apprentissage doivent être accueillis en entreprise. Grâce à la mobilisation des CFA, la BREA a enregistré 400 offres et demandes d’apprentissage en quelques mois ». La région crée une prime à l’emploi pour les TPE recrutant en CDI des apprentis. Depuis le 1er janvier, toute entreprise de moins de 11 salariés, qui embauche en CDI un apprenti ayant un CAP, BP, BAP PRO, dans les 6 mois de la fin de sa formation, bénéficie d’une prime de 3 000 euros, soit une enveloppe 4 millions d’ € par an. Cela concerne environ 1 500 recrutements dès 2017. Propos recueillis par Gilles Carvoyeur Photos André Goffin
Actualités 9 Riviera Network Yachting Laurent Falaize « Il faut plus d’anticipation dans les grands projets » Au terme d’une année d’actions, Laurent Falaize, président du cluster Riviera Network Yachting, dresse un bilan encourageant pour la filière du nautisme dans la région. En préambule, le président Falaize rappelle que « Riviera Network Yachting est un cluster qui rassemble des entre- Selon une étude réalisée en 2016, on constate un taux moyen national de fermetures de commerces en centreville de 9,2%. Dans certaines communes, ce taux atteint 25%. Toulon est à 5,4%. Quelles solutions ? Pour Hubert Falco, suivant les conseils avisés de Jean-Louis Borloo, Ministre délégué à la Ville et à la Rénovation urbaine de 2002 à 2004, la solution passait par la rénovation urbaine et la culture ! « Dans un espace de 23 ha, 88 immeubles ont été acquis, l’université s’est installée en cœur de ville. 2 000 étudiants y vivent avec TVT, et des startups du numérique. Chalucet, ses ingénieurs, sa médiathèque, ouvrira en 2019 ». Hubert Falco a choisi de mettre la culture au cœur de son projet de revitalisation. Lors de l’inauguration, il a rendu hommage à Jean-Louis Borloo  : « En 2002, suite à la visite des quartiers Mon Paradis, nous avons à sa demande et avec insistance, sillonné le centre-ville. Sa recommandation était « pour réussir Toulon s’attaquer à son cœur », il avait prises et qui est au service des entreprises. Toute notre philosophie et nos actions reposent sur cet axiome. Je l’ai redit aux membres du cluster  : le développement économique de la filière maritime en PACA passe, avant toute chose et uniquement, par les entreprises ! Ce sont elles qui créent le business et les emplois ». Il ajoute  : « Aujourd’hui, beaucoup d’acteurs s’approprient le « maritime » et le sujet de la grande plaisance en général. Mais, historiquement, c’est bien Riviera Network Yachting, qui en précurseur, a toujours défendu la filière. Et, cela depuis 15 ans. Objectivement, c’est nous qui défendons la grande plaisance de Marseille à Menton après avoir structuré la filière en l’ouvrant notamment à l’international ». Une mise au point qui s’avère nécessaire dans le concert des voix qui montent de toute part pour s’accaparer une filière créatrice d’emplois. PLUS D’ANTICIPATION « Ce que je souhaite, c’est qu’il y ait une meilleure communication en amont des déjà prévu ce que l’on voit aujourd’hui. Sans beaucoup de moyens, sans la maîtrise foncière, après des batailles juridiques, le contrat ANRU sera signé en 2006 » ! (…). « C’est un ensemble, le cœur de ville et les quartiers où sont construits des logements, La Loubière, l’éco quartier Font-Pré, entre montagnes et Méditerranée, nous travaillons sur le sens Nord-Sud de la ville, 1 800 logements dans le centre, avec le concours du public-privé et des bailleurs sociaux. Ce centre ouvert, à deux pas de notre rade, Jean-Louis Borloo, y avait pensé en 2002 » ! Patrick Valverde, président du Port des Créateurs, ajoute  : « C’est une décision courageuse et innovante ! Le cœur de ville présente aujourd’hui une offre culturelle diversifiée qui attire déjà un public nombreux et curieux. La meilleure preuve en est que dès les premières semaines, avant même l’ouverture officielle, la salle de diffusion du Port des Créateurs a déjà été abondamment utilisée par les grands projets structurants pour que le cluster soit consulté avant même la réalisation des projets. Ce n’est pas forcément le cas aujourd’hui. Il est dommage qu’on apprenne les projets par la presse ! Je réclame de l’anticipation qui se traduira par une plus grande efficacité et qui permettra à notre cluster d’être considéré comme un vrai partenaire des décideurs politiques », explique Laurent Falaize. Ainsi, c’est avec une crainte dans la voix que le président de Riviera Network Yachting déplore le manque de communication qui a prévalu à l’arrivée de MB92, le leader de la réparation de yachts au monde qui s’implante à La Ciotat, comme ce fut également pour Blohm et Voss. « Les retombées économiques, tant attendues, ne sont pas à la hauteur de ce qu’espéraient les adhérents de notre cluster et cela m’inquiète. En réalité, tout dépendra de l’implication ou non des sous-traitants ». GUERRE DE TRANCHEES STERILES « Ce que nous souhaitons ardemment, c’est que ces informations nous soient membres et partenaires de l’association. Avec une mention particulière à L’Éclectique qui lors d’un concert récent a fait salle comble ». Il ajoute  : « Le Port des Créateurs, c’est bien sûr un lieu que nous inaugurons, 900 m2 avec des bureaux à partager, une salle de diffusion, bientôt des satellites, du coworking. Mais c’est aussi un état d’esprit. Nous souhaitons encourager la culture du partage, de la mutualisation. En tant que directeur de Toulon Var Technologies, je sais la richesse collective que permettent des lieux comme celui-là, dans le monde de l’entreprise ; les porteurs de projets s’y côtoient, ils peuvent partager leurs difficultés, leurs besoins, se donnent un coup de main, montent des projets ensemble. Ils bénéficient aussi à travers une équipe compétente de services à valeur ajoutée, de conseil, de contacts, utiles à leur développement. C’est ce que nous souhaitons faire ici  : créer un lieu d’incubation de nouvelles idées, d’expérimentation, de partage d’énergie où artistes et associacommuniquées en amont pour que nos entreprises ne soient plus mises devant le fait accompli. Si, nous avions été associés à cette installation, nous aurions pu préparer ce projet dans les meilleurs termes, avec nos entreprises et nos sous-traitants. Finalement, en ayant été à l’écart de ce projet, la plus-value pour l’économie locale risque d’être bien minime. C’est dommage » ! Le président conclut  : « Il faut bien comprendre que le yachting et la grande plaisance, c’est Riviera Network Yachting. Nous rayonnons dans chacun des départements du littoral. La grande plaisance, c’est une affaire d’hommes, d’entreprises. A contrario, personne ne remet en cause notre action au niveau international pour lequel nous sommes reconnus comme l’interlocuteur obligé. Il faut arrêter cette guerre de tranchées stériles qui ne sert pas les intérêts économiques de notre région ». Propos recueillis par Gilles Carvoyeur Toulon Port des Créateurs, lieu d’aide à la création culturelle pluridisciplinaire tions puissent naître et grandir. Un lieu et une équipe qui s’adapteront à leur besoin. Rue Pierre Sémard, le Port des Créateurs accompagnera la création de la galerie de photo associative Studio 15 ». Patrick Valverde conclut  : « Nous avons aussi tissé des partenariats forts et concrets avec nos établissements de formation, le conservatoire de musique de TPM, Kedge Business School, et bien sûr l’Ecole Supérieure d’Arts. Avec cette dernière, nous travaillons à la création d’un parcours professionnalisant pour les étudiants des Beaux-Arts, avec l’intervention de professionnels de la culture et des entreprises créatives, des experts et les partenaires du Port des Créateurs. Il s’agit aussi d’attirer l’attention des entreprises varoises sur le formidable potentiel que représentent les créateurs de l’aire toulonnaise et du Var et d’encourager des partenariats financiers, du mécénat au service de cette créativité ». André Goffin mars 2017 - #23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :