La Gazette du Var n°22 15 fév 2017
La Gazette du Var n°22 15 fév 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°22 de 15 fév 2017

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 7,0 Mo

  • Dans ce numéro : Françoise Dumont, une femme de terrain et d'action.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
22 #22 -février-mars 2017 Bormes 2017 verra la proposition du nouveau PLU, soumis à enquête publique. Urbanisation raisonnable avec un objectif à terme de 11 000 habitants et dans le respect du patrimoine architectural du village, investissements dans les quartiers, développement économique, arrivée du haut débit, en partenariat avec Méditerranée Porte des Maures, Bormes va s’ancrer durablement dans le 21ème siècle. Revue de détail avec François Arizzi, le maire de la commune. Comment le nouveau PLU est-il organisé ? François Arizzi  : Le cadre législatif a été renouvelé afin de mieux prendre en compte l’environnement. Sa ligne directrice, maintes fois rappelée est et restera  : Bormes doit demeurer ce qu’il est, un village à taille humaine, mais dynamique. Mais au-delà, que prévoyez-vous en termes d’aménagement ? FA. Nous avons supprimé les PAE de la plaine de Bormes, qui existait dans l’ancien PLU, avec pour objectif un aménagement d’ensemble de la plaine. Cela va se traduire par un gel de façon temporaire de la situation ce qui nous permettra de réaliser un aménagement plus cohérent et pour gagner en liberté pour les autres quartiers. L’ancien PLU ouvrait des droits à construire pour 40 hectares. Nous souhaitons que le nouveau PLU soit plus équilibré entre les espaces à aménager et les espaces naturels. Que tout cela s’équilibre de manière à ne pas augmenter les espaces urbanisés. Nous n’ouvrirons à l’urbanisation aucune nouvelle zone, en tenant compte de la récente décision du Tribunal administratif et de la Cour d’appel et des implications de la loi littorale. Sur 12 hectares situés dans la plaine de Bormes, seuls 3,5 seront aménagés. Le nouveau PLU François Arizzi, maire  : « Nous voulons un PLU équilibré » Quelles sont les contraintes à surmonter ? FA. Aujourd’hui, dixit le Tribunal administratif, il n’existe pas de continuité d’urbanisation dans ce secteur. C’est totalement faux ! Alors que du côté Lavandou, cette partie est constructible, elle ne l’est pas côté Bormes ! C’est incompréhensible ! Sur ces 3,5 hectares à construire, nous prévoyons de bâtir un programme de logements en accession à la propriété qui viendra compléter l’offre existante de services publics avec la gendarmerie, le centre de secours, la crèche, le collège et l’EHPAD et la salle polyvalente. Dans ce cadre, on va réaliser le réseau d’infrastructures (pluviales, routes, etc.). L’objectif est de construire entre 300 et 400 logements maximum. Le but final est d’apporter une harmonisation urbanistique plutôt que de construire au coup par coup. Quels sont les autres projets inclus dans le PLU ? FA. Nous allons également rénover le quartier de la gare. Les permis datant de 2011 sont purgés des recours. Nous allons construire, à terme, 400 logements. L’objectif de la commune est de construire à des prix adaptés au marché local. En moyenne les acquéreurs recherchent un T2/T3. A terme, avec ces différents projets immobiliers, la ville devrait compter 11 000 habitants, ce qui me semble un maximum à atteindre pour une ville comme la nôtre. L’ancien POS de 1994 tablait sur une population maximale de 10 000 habitants. Nous favoriserons la construction de R+2 et R+3. Le marché immobilier n’est pas extensible à l’infini. Nous devons maîtriser notre urbanisation et favoriser dans le même temps les zones agricoles et viticoles. La viticulture reste le secteur économique le plus dynamique de la ville avec le tourisme. Et, d’un point de vue économique ? FA. Nous souhaitons impulser un développement économique de la ville, en travaillant sur les zones déjà urbanisées, en les confortant et en créant de nouvelles implantations. Cela oblige à des investissements importants dont 1,5 millions d’ € dans le système hydraulique et dans la voirie. Cet investissement est de la compétence de la communauté de communes Méditerranée Porte des Maures (MPM). Seule limite  : que les bâtiments ne soient pas en rupture avec l’architecture de la ville, ce qui signifie que nous ne voulons pas de hangars ! Il existe déjà un bâtiment exemplaire (TECH3) qui représente particulièrement bien la dynamique urbanistique de Bormes. Quels sont les investissements les plus emblématiques ? FA. Vous le savez, je m’y étais engagé, c’est un projet qui me tiens particulièrement à cœur, la mise en place du haut débit et à terme de la fibre. Le haut débit sera un des marqueurs fort de notre mandat. On peut parler de tourisme, d’équipements publics, d’attractivité pour les entreprises tant que l’on veut, si l’on n’a pas un bon réseau internet, les touristes sont mécontents, les entreprises ne s’installent pas. Nous avons été volontaires et pugnaces dans ce dossier très important pour Bormes, et nous avons eu raison de nous battre, car les résultats sont là ! Merci à François de Canson pour la confiance qu’il m’a accordée sur ce dossier au niveau de notre intercommunalité. Les Jardins familiaux, eux aussi, démarrent en 2017. Ils ont connu des retards administratifs. Ils nous ont fait perdre 1 an. Rendez-vous compte, un an de perdu, alors que l’on veut créer un jardin potager dont profiteront les familles Borméennes. Je vous laisse imaginer le parcours du combattant pour les autres dossiers. Le démarrage du projet « Souffleurs d’Art » à La Favière avec la création d’un parcours santé, ponctué d’œuvres d’art à la pointe de Gouron. C’est le début d’un itinéraire qui, à terme, rejoindra le village avec plusieurs haltes artistiques et sportives. Quels sont-ils ? FA. La Maison funéraire intercommunale au Pin de Bormes. Le projet est finalisé, les travaux commenceront au premier semestre. Le futur bâtiment proposera 2 espaces aux familles. L’esthétique de l’ensemble sera très sobre en carré. Même si le sujet n’est pas très gai, je suis très heureux de ce premier projet intercommunal. Je remercie Gil Bernardi de m’avoir suivi sur ce dossier ! L’estimation du coût des travaux est de 450 000 € . Il y a aussi l’Espace jeunesse, culture et emploi. Longtemps appelé « maison des ados », ce projet est devenu l’espace jeunesse, culture & emploi » de la commune. Pensé, au départ, comme un lieu de rencontre pour des adolescents, il s’est développé et structuré au fil du temps pour devenir un véritable espace multifonctions à l’entrée de notre commune. Ce projet en forme de triangle s’est adapté à la forme naturelle du terrain. Il privilégie une architecture moderne aux lignes épurées. Nous y retrouverons un espace administratif regroupant le service jeunesse, le service ado-sports et le pôle développement économique. Un pôle jeunesse qui comptera plusieurs espaces (internet, musical, artistique, espace libre). La bibliothèque municipale, modernisée et dotée de nouveaux moyens. Ces 3 parties du bâtiment entoureront un patio, véritable lieu de vie et puits de lumière de cet ensemble. Bien entendu le bâtiment sera éco responsable. Comme nous sommes raisonnables, nous avons choisi le projet le plus complet, qui nous a semblé le mieux pensé, mais pas le plus cher des trois qui nous ont été présentés. Son coût prévisionnel est de l’ordre de 1.2 M d’ € HT. Le déménagement du service jeunesse dans ce nouveau pôle se justifie, car, afin de conforter le dernier classement de notre Office de Tourisme, désormais au firmament de sa catégorie, il nous faut assumer une exigence de moyens et d’espaces. L’office va récupérer les locaux lui appartenant, situés au rez-de-chaussée de son bâtiment à la Favière, occupés par notre service jeunesse. Seul le nom de ce nouvel espace jeunesse culture et emploi reste à trouver. Nous comptons beaucoup sur les jeunes de notre commune pour nous aider à le trouver. Et, dans les autres quartiers ? FA. Le tout à l’égout sera enfin conduit jusqu’à la limite ouest de la commune, à savoir le quartier de la Verrerie. Les travaux vont commencer, pour un montant de 450 000 euros. Un mot aussi pour dire que la maison dite « Gasq » au Pin de Bormes a été acquise en 2016 pour 650 000 euros. Cela permettra à terme un projet de recalibrage de la place du Pin. Il fallait commencer par maîtriser le foncier, c’est fait ! Les logements aidés du Pin de Bormes et du Clos Charlot. Pour ces deux projets, les permis ont été déposés et acceptés. Au Clos Charlot, 30 logements en locatif aidés et 30 accessions à la propriété pour des primo-accédant Borméens et de notre bassin de vie vont voir le jour ! Au Pin de Bormes, 15 logements en locatifs aidés seront construits. Ces deux projets proposeront à terme des solutions d’habitats confortables à 75 familles locales. Enfin, nous allons changer la pelouse synthétique du stade de Bormisport. Elle a 15 ans et s’avère dangereuse à utiliser. Voilà les grandes lignes pour 2017. Propos recueillis par Gilles Carvoyeur
Bormes - Le Lavandou 23 Actions municipales François Arizzi  : « De nombreux investissements en 2017 » En 2017, François Arizzi, le maire de Bormes-les-Mimosas, compte engager de nombreux investissements. Pour la Gazette du Var, il détaille ses projets. Le maire revient sur les travaux menés l’année passée  : « En 2016, nous avons dépensé 1 million d’ € en travaux d’aménagement de voirie et 200 000 € en travaux d’entretien des bâtiments. 2016 a vu la mise en conformité de la salle des fêtes avec accès pour les Personnes à Mobilité Réduite, mais aussi les travaux dans la rue Carnot. Chemin du pont, des travaux de voirie et de recalibrage du ruisseau de la Blèque ont été effectués pour un montant de 750 000 € . Chemin du Landon, extension du réseau d’eau dans le cadre du PRIFF  : 75 000 € . Avenue des girelles, travaux d’enfouissement des réseaux aériens, renouvellement de la canalisation principale d’eau potable, éclairage public  : 300 000 euros À la Favière, parole tenue  : nous avons obtenu le renforcement des réseaux ERDF pour éviter toutes coupures intempestives. Chemin du train des pignes  : 28 000 € pour la réfection des trottoirs. Voilà pour l’essentiel de ces travaux de voirie. Mais 2016 a vu aussi le remplacement du camion nacelle pour 82 000 € , l’aire de jeux de l’école maternelle renouvelée pour 25 000 € , le préau de l’école primaire enfin mis au sec pour un montant de 15 000 € sans parler de tous les travaux de sécurité nécessaires dans le cadre du plan VIGIPIRATE renforcé (portails automatiques et alarmes) pour 45 000 €  ». Gil Bernardi l’a annoncé récemment  : « Cette action environnementale, si précieuse, si centrale dans la gestion de notre cité, prendra encore d’autres couleurs et embrassera de nouveaux défis, grâce aux premiers « Jardins éphémères » qui s’arrogeront toutes les libertés, au printemps prochain ». Visiblement, le maire brûlait d’envie de lever un coin du voile sur cette surprise. Mais, elle se doit d’en rester une ! Et ce ne sera pas tout. Grâce à l’aide finan- 6 MILLIONS CONSACRES À L’INVESTISSEMENT Mais qu’en sera-t-il en 2017 ? François Arizzi ajoute, dans un énorme sourire,  : « Mes collègues élus m’avaient prévenu  : « Tu verras, il te faudra au moins 3 ans pour lancer tes premiers grands projets. A l’époque j’ai souri, je ne les croyais pas vraiment. Pourtant, ils avaient raison. 2017 sera une année de lancement de chantiers importants. Malgré toutes les restrictions budgétaires, une enveloppe de presque 6 millions d’euros va être consacrée à cière du Conseil Départemental, qui a non seulement adhéré au projet avec enthousiasme, mais accordé une subvention de 600 000 € sur une acquisition qui nécessitera un investissement de 1,2 ME sur les fameuses Terrasses de Saint-Clair, a été signé le 13 décembre dernier. Le maire est donc ravi  : « Joyau de notre patrimoine, de notre culture, avec sa Noria emblématique, cet espace de 4 hectares, aux restanques cyclopéennes uniques sera non seulement restauré Cérémonie des Voeux du Maire Jeudi 12 Janvier 2017 l’investissement. Il a fallu se battre becs et ongles pour sortir ces projets, alors quand je les vois démarrer, j’en suis fier et je le dis. Nous sommes engagés dans plusieurs opérations de sauvegarde, de réaménagement et de mise aux normes du patrimoine immobilier municipal. Au musée, 70 000 € de travaux vont être réalisés, notamment pour le confortement des balcons, dont l’accès est actuellement interdit. La Mairie est un ensemble de bâtiments emblématiques de la commune. Ce patrimoine a besoin d’être entretenu, préservé, mais il doit aussi évoluer pour par la commune, et développé en conservatoire floral, en sentier botanique et en potager pour nos cantines « bio », mais chaque enfant du Lavandou pourra y planter son arbre ! Son arbre bien à lui, aux racines bien profondes dans le terroir Lavandourain. Un gage de paix et de prospérité, à transmettre aux générations montantes ». Dans ce lien intergénérationnel auquel s’attachent avec passion Béatrice Florenty tout autant que Monique Carletti, ou Laurence Touze, chacune devenir un outil performant au service des Borméennes et des Borméens ». Le maire précise encore  : « La salle actuelle du Conseil Municipal et des mariages sera désormais uniquement réservée aux cérémonies. La salle du Conseil Municipal sera transférée et reconfigurée à l’espace Henri Chartier. Le système de chauffage va être modifié, un procédé réversible moins gourmand en énergie a été choisi. Enfin, nous allons installer un ascenseur pour permettre aux personnes à mobilité réduite l’accès à l’étage intermédiaire de la mairie. Cette dernière réalisation permettra la mise aux normes de ce bâtiment mais répondra à notre volonté développée dans tous les quartiers, de permettre une meilleure accessibilité, partout où cela est possible. En ce qui concerne la Digue du Port de Bormes, ce projet de réhabilitation tant attendu, visant à résoudre un problème récurrent depuis la création du port, à savoir son exposition aux violents coups de mer, va enfin démarrer. L’enquête publique est terminée et nous avons reçu l’avis favorable du commissaire enquêteur. Pour mémoire, le montant de ces travaux est de 15 millions d’ € , entièrement financés par le Yacht Club sans 1 euro de fonds communaux. Au contraire, la ville voit sa redevance annuelle augmentée de 45%. Un port sécurisé, c’est un poumon économique qui peut tourner à plein régime et dont les retombées bénéficieront à tous les autres quartiers de la commune ». Propos recueillis par Gilles Carvoyeur Le Lavandou Gil Bernardi  : « Notre action environnementale est centrale » dans son domaine de prédilection, comme autant de petites touches « pointillistes » sur cette toile d’exception, au centre de laquelle, la plus impressionnante Noria du Département, remise en service, ne tardera pas à attirer des milliers de visiteurs hors saison. Un atout supplémentaire, et complémentaire, additionné à la palette des 12 sables des plages ! février-mars 2017 - #22



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :