La Gazette du Var n°19 1er jan 2017
La Gazette du Var n°19 1er jan 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°19 de 1er jan 2017

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 3,9 Mo

  • Dans ce numéro : le salut du copain Jean-Marie Perier.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
6 #19 - janvier 2017 Actualités Social - Handicap et emploi à l’Esat Espérance Var Olivier Bondeau, directeur  : « Nous favorisons le retour à l’emploi » à l’ouverture de l’ESAT, le 1er octobre 1999, beaucoup étaient persuadés qu’une prise en charge médicale suffisait à traiter le problème de la maladie mentale. C’était oublier les conséquences mêmes de la maladie sur la personne  : La stigmatisation, la désocialisation, ou encore l’isolement. « Aujourd’hui, la structure d’accompagnement par le travail a prouvé qu’elle pouvait être une réponse possible au handicap psychique. L’activité professionnelle permet à la personne de répondre à ses besoins de ressources, d’indépendance, de dignité et de fierté. Fondée sur les valeurs véhiculées par le travail, l’ESAT permet l’exercice d’une réelle activité professionnelle en y intégrant l’accompagnement, les soutiens spécifiques, la formation et la compensation du handicap », explique Olivier Blondeau, directeur de l’ESAT Espérance – Var, une entreprise adaptée qui emploie de « vrais » salariés. Il ajoute  : « Eva Caillat-Metge, nouvelle présidente d’Espérance-Var et son conseil d’administration, renouvelé en 2016, se sont engagés dans une démarche active d’accès et de retour à l’emploi en milieu ordinaire de travail pour les usagers VILLE DIOLLIOULES CENTRE VILLE vecla participation des associations olloulaises 1,11 accueillis en ESAT. Toutes les questions liées au recrutement et au parcours par l’emploi sont basées sur l’accompagnement, sur la relation à la personne, orienté vers le développement de son autonomie ». DEFINIR LE HANDICAP PHYSIQUE Olivier Blondeau, en poste depuis 2014, décrypte  : « La maladie psychique se caractérise avant tout par une très grande complexité et diversité de ses origines, de ses symptômes, de ses conséquences et de ses traitements. Le handicap psychique engendré par la maladie se manifeste par des difficultés temporaires ou durables à participer à des échanges liés à la vie sociale. Ces difficultés peuvent se manifester de différentes manières (excitabilité extrême, repli sur soi, isolement, risques suicidaires...). Le directeur de l’ESAT ajoute  : « Le handicap psychique est un frein majeur à l’emploi compte tenu des représentations que l’on se fait, de la difficulté pour ces personnes à bien intégrer leur handicap, en conservant une image de soi positive. Il est nécessaire pour ces travailleurs d’avoir un projet de vie professionnelle et de les maintenir (reconversion professionnelle, développement de nouvelles compétences) en prenant en compte l’évolution du handicap et de l’emploi travail ». Lors de la 20ème Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées, du 14 au 20 novembre, une opération Portes Ouvertes a permis de découvrir son pôle Travail, les projets et les activités. L’établissement a reçu la visite de Philippe Bartier, président de l’AFUZI. Olivier Blondeau note que « Philippe Barter et Sabine Gotti font un travail remarquable ainsi que Philippe Garcia sur le dossier des transports en commun et l’accessibilité ». ANIMATIONS GRATUITES À PARTIR DE 16H Gilles Carvoyeur OUVERTURE DES STANDS DE SOUPES À 18H30 7E LE BOL COLLE OR VENTE À PARTIR DE 151-130 PLACE 1 JAURÈS RENSEIGNEMENTS  : 04.94.30.4L02I WWW.OLLIOULES.FR
Récompenser et reconnaître les valeurs humaines d’hommes et de femmes au service d’une association philanthropique, humanitaire, artistique, sportive ou professionnelle, telle est l’ambition du député Philippe Vitel lorsqu’il décerne ses Oscars Concordia. La cérémonie 2016 s’est déroulée, fin décembre, en présence de nombreuses personnalités parmi lesquelles Robert Bénéventi, maire d’Ollioules et conseiller régional et Sylvie Laporte, adjoint au maire de La Valette, député suppléant, ainsi que de très nombreux élus de la 2ème circonscription. Philippe Vitel explique  : « Ces distinctions permettent de récompenser des bénévoles qui ont choisi de s’investir au service du plus grand nombre ». Avant de leur remettre la Médaille de l’Assemblée Nationale, gravée à leur nom et un diplôme, le député a rappelé le parcours de chacun des récipiendaires. MARIE FRANCE BAU Marie France est présidente de l’association la Pervenche. Voulant s’investir dans la vie de sa commune, elle devient conseillère municipale de 1983 à 1989 dans l’équipe de René Arnoux et de Robert Bénéventi, en qualité de déléguée à l’Action Sociale. Dès 1988, elle siège au conseil d’administration la maison de retraite Lou Jas. Elle a été élue présidente de l’association la Pervenche, qui gère la maison de retraite EHPAD Lou Jas, il y a 20 ans. Bénévole, elle s’investit énormément pour mener à bien cette mission qui l’occupe beaucoup. Marie-France BAU à la chance d’avoir à ses côtés son époux Serge qui a accepté son engagement bénévole. Ils ont eu 2 garçons et partagent le bonheur d’avoir 4 petits enfants de 21, 15, 12 et 9 ans. SOPHIE SONIER Sophie est présidente du Tennis Actualités 7 Oscar Concordia Philippe Vitel  : « Avec ces Oscars, je récompense les valeurs humaines » Municipal Ollioulais. Ayant découvert le tennis tardivement, elle a rattrapé le temps en assurant, depuis 1995, la présidence du Tennis Municipal Ollioulais. Cette structure accueille 558 adhérents. Sophie est entourée d’une équipe fidèle qui la soutient dans tous ses projets. Parmi les actions, la création, il y a 5 ans, d’une section handisport, adultes et enfants, permettant aux personnes souffrant d’un handicap moteur ou sensoriel de pratiquer du handi-tennis. Le club a bénéficié du soutien du député. Sophie Soonier souhaitait développer l’autonomie et la socialisation, les adhérents handi-tennis étant intégrés à des équipes valides pour favoriser les échanges. LUC FEMENIAS Luc est Président du Comité Communal des Feux de Forêt (CCFF). Souhaitant être utile à sa commune, il entre au CCFF du Revest- les-Eaux le 8 août 1996 comme équipier guidage. Particulièrement investi au CCFF, il en prend la présidence en 1999. Le CCFF, restructuré au fil du temps, a toujours la même volonté d’être le maximum de jours sur le terrain en patrouille l’été, d’être le plus professionnel possible. Le CCFF a participé aux actions de secours et d’assistance lors des tragiques événements qui ont frappé notre département ces dernières années, comme les inondations de La Londe et Hyères. FERNAND RAMBERT Fernand passe sa jeunesse et sa scolarité entre Argens et Caramy. De retour du service militaire, il devient fonctionnaire d’État aux Impôts à Draguignan. à Toulon, il est représentant syndical et détaché mutuelle. Humaniste, il entre au Parti Radical Valoisien en 1986. Président-Fondateur de l’Association dans l’Intérêt de l’enfant, de 1985 à 1998 et Président-Fondateur de Toulon- Amitié-Provence, il a été trésorier de l’Aide aux Mères et aux Familles du Var, ainsi que Président de la Maison des Jeunes de Barbès-Valbourdin. En 1989, il entre au Comité Officiel des Fêtes et des Sports de Toulon. Tour à tour il en est le trésorier, le Vice-président et Président de mai 2009 à septembre 2014. Depuis 2013, il préside le Comité d’Intérêt Local de Valbourdin. CLAUDE CHAMINADAS Claude passe le concours d’Inspecteur de police en 1953 et se porte volontaire pour le Maroc. A la suite des émeutes de Meknes, en octobre 1956, il est rapatrié avec sa famille. Puis, il se porte volontaire en Algérie où il repart en juillet 1962. Six années émaillées de nombreuses émotions, tel ce jour où il rejoint son poste par la voie ferrée sur laquelle on a déposé deux bombes. Bilan  : 12 morts, 8 blessés graves. Revenu en France, il est affecté à la police judiciaire de Marseille à la section des stupéfiants. A la suite de la création d’un poste français à New-York, c’est lui qui est choisi. Vingt sept mois sur le sol américain lui valent Mt la reconnaissance du Président Nixon, de son ministre de la Justice et du directeur de la DEA. De retour dans l’hexagone, il poursuit ses activités à Marseille puis à Nice, terminant comme responsable de l’Antenne de police judiciaire du Var. ANDRE HOLUBOWICZ En 1975, André épouse Colette, infirmière au CHI de Toulon. Durant toute sa carrière, il connaît différents services (Pyrotechnie, Hydrauliques, division électronique), terminant en tant que dessinateur industriel à l’atelier industriel d’aviation de Cuers. Son engagement associatif commence très tôt, dès 1962, avec le Club des jeunes de la paroisse Saint Pie X à Toulon. De 1969 à 1982, il est bénévole à l’Association Sportive de l’Automobile Club du Var. Il est Président du SRT (Écurie de course automobile). Il est très impliqué pendant des années en tant que parent d’élèves. En 2000, il adhère à l’association « les Riches Heures » à la Farlède. En 2007, il entre au conseil d’administration de l’association en tant que Vice Président jusqu’en 2008. Malheureusement, personne ne reprend le flambeau après son départ cette année. ISABELLE MENUT Isabelle est directrice artistique de Piège de Lumière. Pour elle, la danse est une histoire qui commence très tôt. Dès son plus jeune âge, elle fait ses premiers pas et ses premiers galas chez Mireille Sudre. A 15 ans, elle intègre l’école Rosella Hightower à Cannes. Commence alors une belle aventure de professeur passionnée. Vont suivre une succession de galas, applaudis chaque année avec autant d’enthousiasme. A ce jour, c’est 29 ans de spectacles pour l’école. En 1991, alors que le nombre d’adhérents a dépassé la centaine, elle créée l’association Piège de Lumière. L’association fêtera ses 30 ans en 2017. janvier 2017 - #19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :