La Gazette du Var n°16 1er déc 2016
La Gazette du Var n°16 1er déc 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°16 de 1er déc 2016

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 11,6 Mo

  • Dans ce numéro : hivernales 2016, toute la magie de Noël à la Garde.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Il 4 #16 - décembre 2016 Actualités Toulon - Tour TPM Un programme mixte (hôtel-logementscommerces) au cœur de Toulon Avec la réhabilitation de l’ancien siège de la communauté d’agglomération TPM (2003 – 2013), c’est un programme mixte (Le Métropolitain), imaginé avec le cabinet Tangram, qui va voir le jour avec des logements, des commerces et un hôtel 4 étoiles. Pour Gilles Boissonnet, co-gérant d’Altarea Cogedim,  : « En tant que premier développeur immobilier des métropoles, nous sommes fiers de lancer la métamorphose de la Tour TPM. Ce projet constitue un exemple du savoir-faire du groupe en matière d’opération mixte. Il se situe au cœur d’une localisation stratégique au sein de la ville de Toulon qui bénéficie, actuellement, d’une dynamique territoriale importante. A sa livraison, cet ensemble traduira pleinement le renouveau de tout un territoire ». Il ajoutait  : « Particulièrement implanté à Toulon et dans sa région, le groupe Altarea Cogedim possède une connaissance fine des attentes de ses habitants en matière de bien-être et de qualité de vie. Cette opération a remporté un succès commercial puisque la totalité des logements sont réservés ». « Altarea Cogedim s’appuie sur ces trois L’ex candidat à l’élection de la CCI du Var « part en paix » avec à l’esprit de créer une nouvelle économie patronale, issue du terroir et avec pour objectif d’être utile à toutes les entreprises du Var. Comment analysez-vous les résultats du vote à l’élection de la CCI du Var ? Philippe Bartier. Je prends acte des résultats de l’élection à la CCI du Var et avant toute chose, je tiens à remercier les électeurs, chefs d’entreprise, qui nous ont soutenus et qui nous ont fait confiance à l’issue de cette campagne. 3 métiers  : commerce, logement, bureau. La complexité du projet est la composition des 3 métiers, et de construire du neuf autour du cœur architecturé et inscrit », complète Vincent Ego, président des régions Sud Cogedim. Hubert Falco se félicitait  : « Ce projet participe à la dynamique initiée en centre-ville de Toulon, capitale du 1er département touristique de France, à quelques pas du futur quartier de la créativité et de la connaissance, qui sera dès 2019, un lieu de vie où se côtoieront innovation, entreprises, recherche, monde universitaire, acteurs culturels et résidents ». Il ajoutait  : « En 2003, ici, au 1er siège de TPM, on a créé ce grand territoire qui va devenir une grande métropole, près de la place de la Liberté comme tout un symbole. Je crois que c’est un signal fort pour Toulon, cette belle ville et son territoire ». Enfin, il précisait que la tour a été achetée 3,5 M € en 2003, et revendue 4,5 M € . de la CCI et, encore plus les dirigeants de l’UPV, ont une grande part de responsabilité. Nous avons besoin de femmes et d’hommes neufs, encore en activité et très proches des ressortissants. Les profils qui dirigeront la prochaine CCI ne pourront pas les représenter sans une remise en cause de leur politique économique. Dans tous les autres départements de PACA, les Présidents sortants ne se sont pas représentés laissant la place à d’autres pour diriger. Il en est de même dans toutes les unions patronales ou l’on n’y a jamais vu un homme faire 7 mandats de trois ans ! Cherchons l’erreur ? Les électeurs nous ont manifesté le rejet de ce système patronal archaïque. Comment envisagez-vous la suite ? PB. Le fait d’être devenu la première force patronale indépendante du Var ne peut pas nous laisser indifférent. Nos visites sur le terrain de ces derniers Pour Olivier Devys, président-fondateur d’OKKO HOTELS  : « La politique de réhabilitation de la ville engagée par la mairie et TPM nous paraît justifier le développement d’une hôtellerie haut de gamme d’une capacité répondant aux ambitions de la métropole. C’est le pari que nous avons fait en décidant d’ouvrir le 9ème hôtel du groupe sur la place de la Liberté à Toulon. Un défi que nous nous engageons à réussir, en regard avec l’avenir. Nous nous consacrerons pleinement et uniquement à notre métier d’hébergeur, nous serons un élément ouvert sur la ville, un ambassadeur de la ville, logé en cœur de ville, le client va découvrir les richesses locales ». André Goffin LE PROGRAMME Un hôtel 4* de 98 chambres d’une surface de 3 100 m2 exploité par OKKO HOTELS 48 logements développés sur 3 000 m2 allant du T1 au T5 atteignant pour le plus vaste 116 m2. Au total on recense 28 logements neufs et 20 appartements situés dans la tour réhabilitée dont certains bénéficieront d’une vue panoramique Des commerces en pied d’immeubles sur une surface de 900 m2 107 places de stationnement. Elections CCI Philippe Bartier  : « Pour une nouvelle économie varoise » tale justifiant ainsi l’absence totale de la CCIV dans le monde économique varois. Comment l’expliquez-vous ? PB. La liste du candidat sortant a été réélue avec moins de votes qu’à l’élection de 2010. L’UPV, porteur de la liste, a recueilli moins de votants que le nombre d’adhérents qu’elle revendique, soit un peu plus de 3000 entreprises exprimées pour 19 syndicats ou organisation patronale. Un échec qui s’explique par une totale absence de programme de proximité. L’UPV explique cette désaffection par la présence d’une deuxième liste. Partout en PACA, où plusieurs listes étaient en concurrence, la participation a été plus forte ! Vous estimez qu’il s’agit d’un rejet d’un système ? PB. Bien entendu ! Les hommes sortants Pour autant la très faible participation au scrutin, puisqu’environ 10% des électeurs varois ont voté, ne doit rassurer personne et il n’y a à l’issue de ce scrutin que des « perdants ». Ce taux de participation m’amène à un constat déplorable sur l’état de l’économie départemenmois nous ont laissé un sentiment de demande forte d’une nouvelle façon d’aborder l’économie varoise. Les chefs d’entreprises sont des gens formidables à qui l’on demande tout et rapidement et souvent pour le profit de tiers. Leur demande est d’être conseillés, entendus, soutenus et reconnus. Il se mettent en danger constamment. Quel est votre objectif ? PB. Il est urgent de recréer l’esprit d’entreprise, correspondant à la typicité de nos territoires. Ces élections nous ont permis de créer un groupe d’entreprises motivés par la reconnaissance de leur travail. Dans les mois à venir, nous proposerons notre projet pour un nouveau patronat varois dont la base sera issue de nos propositions faites pendant la campagne. Il est temps de réagir et de proposer autre chose aux entreprises. Propos recueillis par Gilles Carvoyeur
Quel bilan tirez de ces dernières élections ? Bernard Grech. Je regrette la désaffection d’une partie des chefs d’entreprises, sans doute parce que certains se sont dits que les jeux étaient faits et que leur vote ne changerait en rien le résultat. Mais, il n’en reste pas moins que la liste conduite par l’UPV a rassemblé plus de 72% des suffrages avec des scores importants dans les services notamment avec 82% des votes. C’est donc une réelle satisfaction. Mais, nous n’avons jamais perdu de vue la responsabilité qui est la nôtre de continuer à œuvrer pour le développement économique. Pour nous, ces élections étaient une parenthèse. On vous reproche de repartir avec la même équipe ? BG. C’est faux ! Notre liste a été renouvelée à 70% ! Seul 30% des candidats faisait partie de l’ancienne mandature. C’est donc un vrai changement ! Au contraire, j’y vois une force car, ceux qui ont été réélus permettront de transmettre leurs compétences et leurs savoir-faire aux nouveaux élus. Et, c’est ensemble que nous porterons les nouveaux grands projets économiques du Var. Quels sont ces projets ? BG. Tout d’abord, nous allons travailler sur les thématiques régaliennes  : le tourisme, le maritime qui prend de plus en plus de place dans la perspective d’un vrai développement, la formation. Mais aussi, la nouvelle économie, celle du numérique et avec cela la numérisation de la CCI et de ses ressortissants. Je pense également à l’accueil des entreprises dans le Var. Avec le Brexit, on espère la relocalisation d’entreprises en France et pourquoi pas dans le Var qui est un département attractif. On fera tout pour qu’il reste attractif ! Quels sont les projets en réflexion ? BG. Tout d’abord, le développement du complexe de la Grande Tourrache (autour de la formation, de l’école de la deuxième chance en partenariat avec la Préfecture du Var). On pense également à l’implantation d’incubateurs (avec TVT), de start-up. Nous menons également une réflexion avec ce qui va se passer à Chalucet, un nouveau quartier de la connaissance et de la créativité qui va être dynamisé par l’arrivée de Kedge Business School. Tout cela va impacter la ville de Toulon et l’économie de l’agglomération voire du Var. Un mot sur le plateau de Signes ? BG. Le plateau de Signes, c’est l’avenir du Var ! Il faut qu’on affine ce grand projet en pensant à l’élargissement de la zone d’activités en faisant venir de nouvelles entreprises. Nous pensons, par exemple, à la thématique des nouvelles mobilités qui s’inscrirait parfaitement compte tenu de la présence de l’aéroport et du circuit du Castellet. Il y a de grandes choses à faire ! Sans compter que l’air de Signes est l’un des plus purs du Var. On pourrait séduire un industriel du type d’Yves Rocher pour y installer un pôle dédié à la santé, à la beauté et à la nature. Il faut savoir également que les zones d’activités de la région sont saturées, que ce soit à Aubagne, Aix-en-Provence ou Sophia-Antipolis. A ce titre, Signes à une carte à jouer. Il faut donc élargir l’offre en nouant des partenariats avec des associations de zone d’activités, des groupes bancaires comme la Caisse des Dépôts, des entreprises privées, des aménageurs, etc. Quelles sont les perspectives de développement ? BG. A Signes, il reste 200 hectares disponibles. Le plateau fait 1000 hectares en comptant l’emprise du circuit, de l’aéroport et des panneaux photovoltaïques. On peut installer des panneaux supplémentaires. Maintenant, il s’agit de donner un cap, une direction. On travaille en étroite collaboration avec la Communauté de Communes de Sud Sainte-Beaume. C’est un vrai travail de partage qui débouchera sur une décision collective. Quelle est votre réaction après la décision du Gouvernement de supprimer les douaniers en poste aux aéroports de La Môle et du Castellet ? Actualités 5 Elections CCI Bernard Grech  : « Transformer le Var en une Californie de l’Europe » Mt BG. En supprimant les douaniers, le Gouvernement nous enlève le standard international conféré à ces platesformes. Finalement, on nous retire une clientèle internationale qui arrivait de l’espace hors Schengen. C’est une épreuve pour l’économie touristique. Cela pénalise-t-il le développement économique du Var ? BG. Oui et non car cela ne nous empêchera pas d’utiliser au mieux nos forces dans un monde économique en mutation. Nous continuerons à donner des perspectives de créations de nouvelles richesses, notamment en direction de la croisière, de la grande croisière, du yachting. Nous continuerons à accroître l’attractivité de la rade de Toulon en y apportant des services nouveaux pour les touristes et les croisiéristes. Et pour leur donner envie de revenir à Toulon et dans le Var. Comme c’est le cas, par exemple, en Espagne, à Barcelone, notamment. Et au niveau régional ? BG. Comme l’a dit le président Jacques Bianchi, nous devons faire peser le Var dans la réalité régionale, en occupant le terrain pour défendre nos intérêts face aux autres grandes métropoles régionales que sont Marseille et Nice. Il ne faut pas hésiter à oser. Si on a de belles ambitions, on a tous les moyens pour réussir. Nous avons tellement de possibilités de mises en valeur de notre département qu’il serait dommage de ne le pas le faire. Et, ce n’est pas impensable  : transformer le Var en une Californie de l’Europe ! Propos recueillis par Gilles Carvoyeur décembre 2016 - #16



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :