La Gazette du Var n°15 15 nov 2016
La Gazette du Var n°15 15 nov 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°15 de 15 nov 2016

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 5,3 Mo

  • Dans ce numéro : exercice nucléaire à Toulon !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
12 Une zone Plan Particulier d’Intervention (PPI) correspond au territoire situé dans un rayon de 10 km autour des centrales nucléaires et de 2 km autour des bases navales. Cette différence de périmètre s’explique par le fait que les réacteurs des bâtiments à propulsion nucléaire sont plus petits que ceux d’EDF et produisent peu ou pas de puissance lorsqu’ils sont à quai. La puissance à quai d’un réacteur de propulsion nucléaire d’un SNA est 1000 fois plus faible que celle d’un réacteur électrogène industriel (de type EDF). Ce périmètre, validé par l’autorité de sûreté nucléaire de la défense, correspond à la zone où la population est susceptible d’être mise à l’abri et à l’écoute, en cas de rejets radioactifs. La zone d’application du PPI du port militaire de Toulon est délimitée par trois cercles d’un rayon de 2000 mètres, centrés sur les sites suivants  : site N°1  : base des sous-marins #15 - novembre 2016 Exercice PPI Toulon 2016 Tous les sites industriels ayant une activité à risques doivent disposer d’un Plan Particulier d’Intervention (PPI). Le PPI est la réponse anticipée pour gérer les conséquences, sur la population, d’un accident à caractère radiologique, survenant sur un site présentant des risques. Plan Particulier d’Intervention (PPI) Le PPI s’inscrit dans la logique du plan ORSEC, définissant l’organisation et l’intervention des secours pour assurer la protection des populations et la sauvegarde de l’environnement en cas d’accident à caractère radiologique dont les conséquences s’étendraient à l’extérieur des installations militaires. Il est élaboré, en liaison avec la Base navale, par le préfet qui prépare, selon Les périmètres du PPI TOULON et installations nucléaires à terre (Missiessy) ; site N°2  : appontement réservé au porte-avions Charles www.ppitoulon.net les risques identifiés, les mesures de protection, la mobilisation et la coordination de tous les acteurs concernés. Tout d’abord, l’exploitant, responsable des installations, qui, en plus des mesures de maîtrises des risques, organise un plan d’urgence interne (PUI) afin de lutter contre le sinistre et de ramener l’installation à un état sûr. Plus, les services d’urgence et de l’État, (sapeurs-pompiers, SAMU, forces de l’ordre, préfecture, services de contrôle des installations…) qui mettent en œuvre les mesures d’information, de protection, de sauvegarde, de secours aux populations et de lutte contre le sinistre. Enfin, les communes avoisinantes puisque le PPI leur impose la réalisation d’un Plan Communal de Sauvegarde (PCS) afin de préparer le soutien aux services de secours, l’alerte, l’information et l’accompagnement de la population. Par ailleurs, les médias sont mobilisés pour garantir l’information ainsi que les exploitants de réseaux de transport, d’énergie, de télécommunication tout comme l’éducation nationale qui assure la formation des enseignants et la mise en place de Plans Particuliers de Mise en Sûreté (PPMS) au sein de chaque établissement scolaire pour assurer la De Gaulle (Milhaud) ; site N°3  : bassin d’entretien du porte-avions Charles De Gaulle (Vauban). sécurité de ses occupants. Compte-tenu de la nature des activités nucléaires conduites au sein de la Base navale, seuls des accidents nucléaires à cinétique lente sont pris en compte car il laisse à l’exploitant et aux pouvoirs publics, un laps de temps suffisant avant d’envisager un éventuel rejet de radioéléments dans l’environnement. Dans le cas du port militaire de Toulon, le PPI serait mis en œuvre au moins 6 heures avant un éventuel rejet dans l’atmosphère qui interviendrait, au plus tôt, 20 à 30 heures après le début d’un éventuel accident. Deux phases chronologiques ont été retenues. Tout d’abord, une phase de veille, avec mise en place d’une cellule de crise et pré-positionnement des moyens de secours et le déclenchement du PPI du port militaire de Toulon, en principe cinq à six heures au moins avant l’heure probable des rejets de gaz radioactifs dans l’atmosphère. La zone d’application du PPI concerne les communes de Toulon, La Seynesur-Mer et Ollioules. Il prévoit que les dispositions de sauvegarde des populations prises par le Préfet puissent couvrir un périmètre allant jusqu’à 2 km autour des zones nucléaires  : Missiessy (base des sous-marins), Milhaud et Vauban (appontement et entretien du porte-avions). Les périmètres de mise à l’abri des sites n°1 et 2 dépassent les limites du domaine militaire et concernent une partie de la population de Toulon, Ollioules et La Seyne-sur-Mer. Le périmètre de mise à l’abri et à l’écoute du site n°3 dépasse les limites du domaine militaire et concerne une partie de la population de Toulon. Enfin, trois cercles de 500 mètres de rayon déterminent les périmètres d’urgence, dans lesquels des comprimés d’iode sont distribués à domicile pour les habitants inclus dans ces cercles. Entre 500 et 2000 mètres, les comprimés d’iode sont répartis dans les bureaux de vote. Seul le cercle de 500 mètres de rayon centré sur Missiessy dépasse les limites du domaine militaire pour y inclure le quartier Missiessy de Toulon.
En cas d’accident, la population est alertée par une sirène diffusant 3 signaux sonores prolongés et modulés (montant et descendant), d’une minute et 41 secondes chacun, séparés d’un intervalle de 5 secondes. Dans les zones éloignées des sirènes, les pompiers et gendarmes diffuseront l’alerte via des véhicules équipés de haut-parleurs. Cette sirène signifie que le PPI est déclenché. La population se situant dans le périmètre des 2 kilomètres des installations nucléaires militaires doit se soumettre immédiatement aux mesures de protection dictées par le préfet du Var. Dès le retentissement de la sirène, la population est invitée à brancher sa radio sur France Bleu Provence sur 102.9 MHz/FM (France Inter 92 ou France Info 105.9) ou à regarder France 3 Méditerranée pour suivre les consignes et l’évolution de la situation. NE PAS UTILISER SON TELEPHONE Chacun doit impérativement libérer les lignes téléphoniques, éviter de fumer et se mettre à l’abri en entrant dans le bâtiment le plus proche si on se trouve à l’extérieur. Il est recommandé de fermer les portes et fenêtres et d’obstruer les cheminées et les ventilations. Il ne faut pas rester dehors ni même dans un véhicule, seuls les murs protègent du L’exercice PPI TOULON 2016 est organisé avec le concours de la ville de Toulon pour le volet sécurité civile associant la population sur le secteur sud-ouest du Pont du Las, et plus précisément le quartier Missiessy. La police nationale et la police municipale établiront un périmètre de sécurité (volontairement non filtrant et sans coupure réelle de l’autoroute pour ne pas constituer de gêne) dans le quartier Missiessy de Toulon (Avenue des Fusiliers Marins, rue Sagone, rue Sandro, Rue Félix Mayol). Il s’agit d’un bouclage souple, les habitants pouvant aller et venir librement durant l’exercice. Les sirènes d’alerte du PPI seront déclenchées pour annoncer le début de l’atelier consacré à la sécurité civile (le vendredi 18 novembre 2016 vers 9h). Cette alerte des populations sera relayée par l’automate d’appel de la mairie de Toulon et ses moyens d’alerte mobiles. En amont de l’exercice, diverses actions Exercice PPI Toulon 2016 13 Ayez les bons réflexes ! nuage radioactif et arrêtent la plupart des rayonnements. Il ne faut surtout pas sortir avant la fin de l’alerte annoncée par la radio et la sirène. L’erreur à éviter est celle d’aller chercher ses enfants à l’école. Ils y sont en sécurité. Les instituteurs sont formés aux mesures de protection dans un tel cas et ont fait rentrer les enfants dans les classes. Si les parents sortent chercher leurs enfants, ils s’exposent inutilement ainsi que leurs enfants. Il est toujours possible de boire de l’eau du robinet, de l’eau minérale capsulée, du lait conditionné hermétiquement et de manger les provisions entreposées à l’intérieur du domicile ainsi que des conserves. de sensibilisation et d’implication de la population seront réalisées, avec des rencontres pédagogiques engagées auprès des délégués de classe, des professeurs principaux, des représentants des parents d’élève et des chefs d’établissement de 14 groupes scolaires inclus dans les périmètres du PPI Toulon (collèges La Marquisanne, Pierre Puget, www.ppitoulon.net COMPRIME D’IODE Le préfet du Var peut demander à la population concernée de prendre des comprimés d’iode. Les comprimés d’iode stable, contenant de l’iodure de potassium, permettent de réduire notablement les risques sanitaires engendrés par l’inhalation de l’iode radioactif, comme le cancer de la thyroïde. Les comprimés sont distribués à domicile pour les habitants inclus dans le périmètre d’urgence des 500 mètres. Entre 500 et 2000 mètres, les comprimés d’iode sont répartis dans les bureaux de vote et dans les établissements recevant du public. Une distribution permanente est assurée en Mairie du Pont du Las de 8h30 à 18h30, du lundi au samedi inclus. Georges Sand, Marcel Pagnol, Peiresc, Ravel, D. Reinhardt, Bon Accueil, lycées Claret, Bonaparte, A-S Pic, Dumont D’Urville, Marie-France, La Collette). La ville va recenser les populations qui souhaitent participer aux actions de mise à l’abri et d’évacuation auprès de trois bâtiments d’habitation de Missiessy ainsi que le recensement des personnes nécessitant des soins médicaux pour ces trois immeubles. Durant la matinée du 18 novembre, les actions pédagogiques reposeront sur la mise à l’abri du collège Pierre Puget et des écoles maternelles et élémentaires Sandroet Malbousquet avec le déclenchement du Plan Particulier de Mise en Sécurité (PPMS) ainsi que l’évacuation d’une classe de 3eme du collège Pierre Puget. La classe retenue pour participer à l’évacuation, aux côtés des habitants volontaires des résidences du quartier Missiessy, est la classe de 3eme Défense nationale. Les évacués seront invités à rejoindre at L’absorption d’iode doit se faire à la demande des autorités, en respectant la prescription adaptée à l’âge. On peut aussi administrer aux chiens et aux chats de compagnie ¼ ou ½ comprimé d’iode, selon la taille de l’animal. Les comprimés sont sécables pour permettre un dosage adapté à tous les âges. Leur durée de validité est de 5 ans. Il est inutile de prendre les comprimés d’iode à l’avance. Pour une efficacité maximale, l’iode doit être absorbé au moment où les pouvoirs publics le décident. En cas de consigne d’évacuation, il faut veiller à rassembler dans un sac bien fermé vêtements, chaussures, affaires de toilette, affaires de nuit et médicaments, emmener ses animaux familiers, couper le gaz, se munir de ses papiers d’identité, fermer sa porte à clé, rejoindre le point de rassemblement désigné par les autorités. Des bus seront mis en place pour transporter la population vers un lieu sûr. Les enfants seront conduits, depuis les écoles, dans des centres d’accueil ou d’hébergement hors de la zone à risque. D’où l’intérêt de ne pas perturber ces évacuations générales par des actions personnelles, en venant récupérer ses enfants à l’école, par exemple… La fin de l’alerte est annoncée par la sirène diffusant un signal continu de 30 secondes. Avec la participation de la population toulonnaise le centre d’accueil du gymnase des Pins d’Alep, à partir d’un point de regroupement situé au rond-point Bon rencontre. Un recensement sera effectué sur place. Deux types d’actions sont menés sur ce site  : actions pédagogiques  : contrôle de non-contamination, recensement des personnes évacuées …) ; actions de communication  : mise en place d’une exposition itinérante de l’IRSN, présentation de tenues NRBC, distribution d’un support d’information. Par ailleurs, l’école du Pont du Las est ouverte pour recevoir la population souhaitant s’informer sur le plan de distribution de comprimés d’iode mis en place par l’État et la ville de Toulon en cas d’incident nucléaire sur le port militaire. L’objectif est avant tout de proposer à la population une démarche pédagogique. Il ne s’agit pas d’alarmer tout un quartier de Toulon sans aucune précaution, mais d’informer et de vérifier que les gestes réflexes soient connus et assimilés. novembre 2016 - #15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :