La Gazette du Var n°108 1er mai 2020
La Gazette du Var n°108 1er mai 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°108 de 1er mai 2020

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 7,2 Mo

  • Dans ce numéro : Jean-Luc Videlaine, l'Etat accompagnera la reprise économique.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 Région Mai 2020 - #108 François de Canson  : « La Région Sud injecte 10 millions d’ € dans le tourisme » La pandémie de Covid-19 constitue pour la filière touristique un désastre économique sans précédent, avec 4 milliards d’ € de perte et 98% des professionnels de la région touchés. Secteur le plus impacté par la crise, le tourisme a besoin d’un soutien immédiat et concret. D’où les importantes décisions prises par la Région Sud. François de Canson, président du Comité Régional de Tourisme, répond aux questions de La Gazette du Var. Face à une situation historique, il faut mettre en place des dispositifs à la hauteur ? François de CANSON. En effet. Ils doivent être concertés, adaptés à la situation et faire l’objet d’une entente entre tous les acteurs concernés par la question du tourisme. À l’initiative de la Région, en partenariat avec les Départements, nous lançons donc un chéquier vacances « au secours du tourisme » de 500 € , à utiliser en région Sud exclusivement, au sein du réseau des professionnels inscrits au réseau de l’Agence Nationale des Chèques Vacances, partenaire de l’opération. Il participe ainsi à la relance de la consommation. Encore une fois, c’est parce que le pack régional fonctionne. Les Départements des Alpes-de- Haute-Provence, des Hautes-Alpes, des Alpes- Maritimes, du Var et du Vaucluse sont les partenaires principaux de cette initiative. Parce ce que le tourisme est l’ADN de l’économie régionale ? FdC. C’est évident ! Parce qu’historiquement le tourisme est au cœur de notre Provence- Alpes-Côte d’Azur, qu’au-delà des énumérations de chiffres et de statistiques, c’est aussi le supplément d’âme de nos territoires qu’il faut sauver. Nous avons choisi de mettre toute notre énergie au service de ces hommes et de ces femmes qui œuvrent sans compter pour faire vivre et rayonner notre exceptionnelle région Sud. Avec ces chéquiers vacances, la Région a voulu une initiative qui permette à la fois d’aider cette deuxième ligne, dont on parle ci-souvent, à profiter des vacances en Région, mais aussi nos professionnels. Comment cela va t-il fonctionner ? FdC. Ce chéquier vacances sera attribué aux salariés du secteur privé domiciliés dans la région, bénéficiant d’un quotient familial ne dépassant pas 700 € et ayant travaillé au contact direct du public durant la période de confinement. Ils sont par exemple livreurs, caissiers, employés de commerce  : leur engagement a permis d’assurer la continuité de la vie quotidienne de nos concitoyens. Cette initiative qui porte l’effort régional à 6,6 millions d’ € dédiés au tourisme depuis le début de la crise, sera complétée par d’autres dispositifs en fonction des avancées gouvernementales. À ces bénéficiaires s’ajouteront des publics en situation de fragilité économique, sélectionnés par les Départements. Le CRT de la Région Sud et le CRT Côte d’Azur sont associés à la démarche puisqu’ils assureront la promotion de ce dispositif partout en région Sud. Les Métropoles, EPCI, Communes, et même les entreprises, pourront aussi s’associer à cette démarche collective unique en France. Ce chéquier est la deuxième réponse pour ce secteur. D’autres dispositifs seront mis en place une fois la doctrine nationale établie. Comme depuis le début de cette crise, la priorité est de ne laisser personne sur le bord du chemin, comme le souhaite Renaud Muselier. Cette opération sauvetage du tourisme grandeur nature ? FdC. Nous devons avoir le cœur en plus pour sauver notre économie touristique. Avec Renaud Muselier, je n’ai cessé de faire remonter des propositions à Jean-Baptiste Lemoyne, le secrétaire d’État. Certaines ont déjà été entendues, mais il faut aller encore plus loin. Interrogeons-nous par exemple sur l’élargissement du report des crédits bancaires, non pas à 6 mais à 12 mois minimum. Le tourisme est par essence en partie saisonnier et travailler sur un report de 6 mois est un non-sens. Interrogeons-nous encore sur la nécessité d’étendre l’exonération des charges au-delà des 3 mois arbitrés ou sur l’importance d’impliquer d’avantage les assurances, le doublement de leur apport au Fonds de solidarité pour atteindre 400 millions d’ € et leur implication dans un futur Fonds d’investissement n’épuisent pas le sujet de l’urgence de la prise en compte en partie des pertes d’exploitations. Réfléchissons à la conversion totale ou partielle de l’annulation des loyers en réduction fiscale, quelle que soit la nature du bailleur  : du particulier à la grande foncière. Il faut également s’interroger sur la possible modification du calendrier scolaire qui permettrait d’allonger ces vacances d’été atypiques d’une à deux semaines (pour rappel notamment départ du Tour de France à Nice 29 août et étapes de montagne dans nos Alpes) et sur la nécessaire ouverture des lieux publics naturels de tourisme et de loisirs (pistes cyclables, chemins de randonnées, espaces naturels, plages) vecteurs essentiels de l’attrait de nos territoires. Vous réclamez une doctrine plus claire de la part du Gouvernement ? FdC. Effectivement ! Il faut donner un calendrier clair et clarifier les incohérences ! La perspective de ne pas avoir de visibilité sur une date possible d’ouverture est mortifère pour nos entreprises. Une annonce, formulée fin mai début juin, est incompréhensible quand parallèlement les transports publics sont appelés à refonctionner massivement ! Comment expliquer que la menace est moindre dans un bus que dans un restaurant, dans une rame de train que sur un chemin de randonnée, dans un hôtel que dans un camping ? Tout ceci ne peut s’entendre que dans le cadre d’une doctrine nationale de mesures sanitaires claires, rassurantes et applicables, en y ajoutant la différentiation locale portée par des élus de proximité car aucun territoire ne se ressemble. Propos recueillis par Gilles CARVOYEUR REACTION... François de Canson réagit au discours du Premier Ministre. Pour le président du CRT, « sur la thématique du tourisme ce discours est sans surprise, nous savons depuis le 13 avril que tout ce qui relève des activités touristiques, de restauration, d’événementiel sera soumis à un régime de sortie de confinement différentié, phasé et décalé dans le temps ». François de Canson ajoute  : « Un Comité Interministériel est dédié à ce sujet le 14 mai (…). Cette situation anxiogène pour nos professionnels ne pourra pas éternellement perdurer. Pour les accompagner, la Région a déjà engagé près de 7 millions d’ € , et réfléchit à des mesures complémentaires. Le 11 mai est une première étape indispensable que les Français attendaient (…). Désormais l’objectif est clair, il faut que notre Région et tous nos départements soient classés verts. Chacun doit prendre conscience de sa nécessaire implication, plus que jamais la responsabilité est commune. Ces efforts ne seront pas vains et nous permettront d’envisager enfin notre saison estivale sous les meilleurs auspices (…) ».
Travailleurs indépendants, faites face au Covid-19 avec les aides de votre Région. 0 805 805 145 maregionsud.fr Région Sud à l’acti n ! Conception-réalisation  : Direction de la Communication et de la Marque de la Région Sud. Photo  : Gettyimages.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :