La Gazette du Var n°108 1er mai 2020
La Gazette du Var n°108 1er mai 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°108 de 1er mai 2020

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 7,2 Mo

  • Dans ce numéro : Jean-Luc Videlaine, l'Etat accompagnera la reprise économique.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
14 Métropole Mai 2020 - #108 Carqueiranne Alain Galian  : « Nous voulons créer du lien social » À Carqueiranne, comment une commune de 10 000 habitants fait face à la crise sanitaire. Reportage. Depuis le début de la pandémie, à Carqueiranne, on joue la carte de la solidarité et affiche une volonté de « recréer du lien social », en soutenant les habitants. BENEVOLES DU CCFF Il est 9h30 lorsque nous retrouvons trois hommes, tout d’orange vêtus, devant le parvis de la mairie de la ville. Ce sont des bénévoles du Comité Communal des Feux de Forêts (CCFF), rattachés à la commune. « Employés à la surveillance de la forêt durant l’été, ces amoureux de la nature ont troqué leur casquette de protecteurs de l’environnement pour celle de livreurs de courses aux personnes vulnérables. Et, nous faisons le lien entre le drive du supermarché local et les pas-de-porte des habitants », explique le responsable du CCFF. Une idée développée de concert entre le maire Robert Masson et Alain Galian, 1er adjoint à la sécurité, qui se félicite « d’une gestion de crise réactive favorisant les initiatives positives ». Le CCFF a immédiatement répondu présent, peu après l’annonce du confinement  : « Cela nous paraissait naturel d’aider la population, car cela fait partie de nos missions de proximité. Ainsi, une quinzaine de personnels se relaie », confie Marc Libessart, président délégué du CCFF. SYSTEME BIEN RODE Il est déjà temps de « partir en tournée » avec deux de ces bénévoles. La soixantaine passée, Jacques Brimaud et André Aventini grimpent à bord de leur 4x4 orange flambant neuf, utilisé d’ordinaire pour la prévention incendie. Équipés de gants et de masques, ils prennent la direction du drive du magasin CASINO, où les employés attendent déjà avec les commandes des habitants. Anciens commerçants, Jacques et André expliquent le système, bien rodé qui permet de limiter la prise de risque  : « Ce service de portage de courses est très simple. Les demandeurs s’inscrivent en mairie et font leurs courses sur le site de drive, la veille de la livraison. Le paiement par carte bancaire en amont permet de fluidifier la manœuvre et de limiter les contacts. Aussi, au lieu de venir chercher les courses en voiture, c’est nous qui les récupérons et les livrons ». LE SOURIRE EN RECOMPENSE Une fois les courses de première nécessité chargées, direction le domicile de personnes âgées. La première, Josiane*, plus de 80 ans, a un fils atteint d’une maladie respiratoire chronique. « Cette situation est compliquée car nous devons faire d’autant plus attention », déplore l’octogénaire. « Mais le boulot que [les CCFF] effectuent est formidable », lance-t-elle, reconnaissante, entre deux discussions avec les bénévoles par portail interposé. Ce matin-là, l’équipe rend visite à trois femmes âgées, toutes satisfaites du service mis à leur disposition. Sur le chemin du retour, Jacques, également président de l’association amicale du CCFF, nous glisse qu’il est « à chaque fois heureux de rendre service et d’aider ces populations vulnérables ». Et de poursuivre  : « Souvent les gens ne savent pas comment nous remercier. Mais leur simple sourire est en réalité la plus grande des récompenses ». CUISINES CENTRALES Il est 10h30 lorsque nous devons quitter les bénévoles pour visiter les cuisines centrales, au cœur du dispositif de solidarité. Ici, on cuisine, par exemple, des gâteaux pour les personnels soignants du Centre Hospitalier Intercommunal Toulon - La Seyne (CHITS) de Sainte-Musse à Toulon, recevant des patients atteins du coronavirus. Dans un bungalow en bois, entre deux missions, Frédéric Bardot, chef des cuisines municipales, explique son travail  : « Nous fonctionnons en effectif réduit afin de respecter les impératifs sanitaires et continuer notre mission, qui est le portage de repas à des personnes vulnérables, inscrites auprès du Centre Communal d’Action Sociale (CCAS). À cela, nous ajoutons la confection et la livraison, en milieu de semaine, de cakes sucrés et salés au personnel du CHITS, ce qui est très apprécié. Cela nous tenait à cœur de les aider, à notre niveau ». CELLULE DE CRISE Le temps de rencontrer les équipes présentes au détour d’une prise de photo, c’est déjà l’heure du retour à la mairie pour assister à une réunion de la cellule de crise. C’est elle le cœur de l’action municipale en ce temps d’épidémie. Dans la salle des fêtes, au fond du rez-de-chaussée de la mairie, nous retrouvons les responsables des différents pôles municipaux. Parmi lesquels Alain Galian, en charge des questions de sécurité, la responsable de la police municipale ou encore Marc Libessart, qui détonne avec son uniforme orange, repérable de très loin. Au pied de l’estrade où le premier magistrat fait ses discours, les protagonistes appellent par visioconférence, dans un grand silence, Robert Masson, le maire, confiné chez lui. L’élu confie alors  : « La mairie est ouverte deux jours par semaine, le mardi et le vendredi. Je viens de temps en temps signer les dossiers urgents. Effectivement, je gère la stratégie de crise et les affaires courantes grâce au télétravail ». À l’ordre du jour, le point sur l’arrivée des masques en provenance de la Métropole et de la Région, avec la prévision de l’équipement de l’ensemble des habitants. Au-delà des 80 000 masques commandés pour les agents municipaux, ce sont 12 500 qui seront distribués en porte-à-porte à la population. Par Julien AZOULAI, envoyé spécial à Carqueiranne. *Le prénom a été modifié. Le Pradet Distribution de masques lavables et réutilisables Le 14 avril, la Ville du Pradet a informé ses administrés d’une prochaine distribution de masques lavables et réutilisables. La commune a, en effet, réalisé une commande de 12 000 unités, basées sur les spécifications AFNOR et testées par la DGA. L’objectif est de doter chaque habitant d’un masque ! La Ville a pour objectif de protéger au mieux ses administrés et de garantir leur sécurité face à la crise actuelle que nous traversons. Les masques sont ainsi distribués gratuitement à chacun des Pradétans. La réception des premiers équipements a débuté la semaine passée. Les distributions ont été mises en place, et vont s’échelonner sur les semaines à venir en fonction du rythme de production et de logistique. En attendant que les modalités de livraison ou de retrait leurs soient communiquées, les habitants devaient s’inscrire en ligne grâce à un formulaire disponible sur le site de la ville  : www.le-pradet.fr. Plus de 1 500 personnes se sont déjà signalées. La Ville rappelle que les masques ne se substituent pas aux gestes barrières et aux mesures gouvernementales en vigueur. COLLECTE DES DECHETS VERTS La période est propice au jardinage et aux ménages de printemps, ce qui génère des déchets verts et certains ont recours au brûlage de ces déchets qui est interdit (arrêté préfectoral du 16 mai 2013). C’est pourquoi, la Ville a mis en place une collecte des déchets verts en porte-à-porte. Pour en bénéficier, il faut s’inscrire en ligne sur le site  : www.le-pradet.fr. Le volume total des déchets ne doit pas excéder 2m³ par foyer et doit être placé dans des petites poubelles, ou dans des sacs et cartons. Les branchages doivent être ficelés en fagots et leur longueur ne doit pas dépasser 1,5m et leur poids 15 kg. Le diamètre des branches ne doit pas être supérieur à 5 cm. Enfin, les troncs, racines et palmiers sont interdits. Tout déchet non conforme ne sera pas récolté.` Renseignements au 04 94 08 69 61 ou à allo-mairie@le-pradet.fr.
CoopazureP eaopétana aueceanaturectieL lê JARDIN POTAGER MOTOCULTURE ANIMAL TERROIR LA CRAU - WWW.COOPAZUR.FR Métropole 15 Hyères Ludovic et Angélique, un couple de boulangers face à la crise sanitaire Depuis le début du confinement, ce couple d’artisan boulanger a continué à travailler dès l’aube pour proposer ses pains et viennoiseries. Entretien avec Ludovic Gaudefroy et Angélique Fromion, le couple qui est à la tête du Fournil de l’Authentique à Hyères. Ironie de l’histoire  : suite à un changement de propriétaire, ils ont ouvert la première fois le 18 mars ! Après 3 mois de travaux, la période du confinement a dû être un coup de massue ? Ludovic GAUDEFROY et Angélique FROMION. Effectivement, apprendre la nouvelle a été diffi cile, nous plongeant dans une relative incertitude. Le temps d’une heure, pas plus. Nous fi nissions de couler une dalle et l’on s’est tout de suite dit « on ouvre demain » ! Nous avons été sidérés peu de temps et avons réagi très vite afi n de conjurer le sort. On a anticipé l’ouverture par rapport au planning, convaincus que notre mission de petit commerce de proximité était primordiale en cette période compliquée. Comment vous êtes-vous organisés pour respecter les règles sanitaires ? LG et AF. En réalité, nous n’avons pas eu d’informations particulières pour notre branche d’activité. Donc, on a écouté les informations qui nous parvenaient, ici et là, afi n de nous adapter et de faire au mieux pour notre sécurité et celle de nos clients. Nous avons donc mis à disposition des gels hydroalcooliques à l’entrée et à la sortie, installé un écran de fortune en plastique qui isole la vitrine et également posé des fl èches au sol, incitant à respecter la distanciation sociale. De plus, nous permettons le paiement par carte bancaire, sans minimum d’achat. De quelle façon travaillez-vous ? LG et AF. Nous, notre credo, c’est le fait-maison. En effet, on aime travailler les produits et savoir ce que l’on retrouve dedans. On a donc privilégié les partenariats avec des entreprises locales, et notamment une minoterie varoise. Nous travaillons beaucoup mais ne comptons pas les heures car la passion nous guide. Concernant les invendus, nous les donnons à des œuvres caritatives. Étant au contact de nombreux clients, avezvous peur d’être infectés ? LG et AF. Nous y avons pensé. On a des enfants auxquels on fait très attention. Tous deux, nous savons qu’il y a des risques d’être contaminés mais nous prenons toutes les précautions nécessaires. Mais en même temps, notre métier est très important pour nous. Êtes-vous inquiet quant aux répercussions économiques de la crise ? LG et AF. Nous ne sommes pas inquiets. Au contraire, la crise actuelle va changer les habitudes de consommation des gens. Ce n’est pas impossible d’imaginer qu’ils privilégient à terme nos petits commerces plutôt que des grandes surfaces où le risque de contamination est plus grand. Concernant nos fi nances, effectivement, c’est un pari que d’avoir ouvert dès le premier jour du confi nement. Mais nous travaillons au jour le jour. Le temps des questionnements viendra aprés. Entretien par Julien AZOULAI - Photo Pascal AZOULAI Le Fournil de L’Authentique. Boulangerie-Pâtisserie-Sandwicherie faitmaison, 7 avenue du XVe Corps à Hyères. 7 jours sur 7 de 7h30 à 19h30. Ouvert vendredi 8 mai MERCI Merci, chers clients et sociétaires de continuer à nous encourager à maintenir le service et à remplir notre mission d’intérêt général qui est de nourrir varois, varoises et leurs animaux, tout en permettant à nos agriculteurs de continuer à produire. Merci, à nos équipes toujours aussi dévouées et impliquées de vous accueillir. Merci, par souci de protection individuelle et collective vis a vis du Covid, notre ennemi invisible, de respecter les dispositions de distanciation physique en vigueur. Dans ce contexte inedit, l’évidente importance du lien social de proximité, voire societal, retrouve et va retrouver tout son sens. Ces valeurs de coopération de territoire sont aussi les notres et nous sommes fiers de les partager avec vous. Elles sont constitutives de la raison d’être de Coopazur, votre coopérative locale. Pour Coopazur, La Direction I Mai 2020 - #108



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :