La Gazette du Var n°107 30 avr 2020
La Gazette du Var n°107 30 avr 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°107 de 30 avr 2020

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 6,2 Mo

  • Dans ce numéro : Jean-Pierre Ghiribelli, la mer reste la destination préférée des Français.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 Édito Avril 2020 - #107 Covid-19, les terribles mensonges chinois Désormais, une question se pose  : Qui va se risquer à exiger des réparations du régime communiste chinois ? Dès le 1er mars, dans l’éditorial de La Gazette du Var, nous évoquions l’éventuelle responsabilité du laboratoire de virologie P4, vendu à Pékin par la France en 2016, dans la propagation du Covid-19. Aujourd’hui, nos premiers soupçons se confirment. Le chef de la diplomatie américaine n’exclut pas que ce laboratoire situé à Wuhan soit à l’origine de la pandémie qui a déjà tué plus de 200 000 personnes dans le monde. Les USA veulent faire la lumière sur son origine  : « Nous menons une enquête exhaustive sur tout ce que nous pourrons apprendre sur comment ce virus s’est propagé, a contaminé le monde, et a provoqué une telle tragédie. Ce que nous savons, c’est que ce virus émane de ce laboratoire et que sa fuite ne serait pas volontaire, mais due aux protocoles de sécurité déficients. L’institut de virologie de Wuhan n’est qu’à quelques kilomètres du marché où des chauves-souris sont vendues vivantes ». En 2017, la France s’est engagée, lors de l’inauguration du labo P4 par l’ex premier ministre socialiste Bernard Cazeneuve et la ministre de la santé Marisol Touraine, à apporter un support technique et à améliorer le niveau de biosécurité. Mais, depuis, ce laboratoire a échappé aux scientifiques français qui n’ont jamais participé à cette mise à niveau des lieux. Selon Marisol Touraine  : « C’est dommage dans la mesure où on avait lancé le projet avec l’espoir qu’il apporterait de la connaissance partagée ». Une question se pose  : Comment la France a pu, à ce point, être laxiste pour laisser entre les mains d’apprentis sorciers une telle bombe à retardement ? Un peu trop tardivement, alors que l’information circule depuis deux mois partout dans le monde, ce n’est que le 16 avril qu’Emmanuel Macron reconnaît dans un terrible demi-aveu  : « Il y a manifestement des choses qu’on ne sait pas ». La naïveté du président de la République en devient pathétique ! Comment les dirigeants d’une puissance telle que la France, qui a incité, construit et financé ce laboratoire, peuvent-ils affirmer qu’ils ne savaient pas ? Comment peuvent-ils le dire, quand un médecin chinois en décembre 2019, a prévenu la planète sur le danger du Coronavirus. Arrêté _TOUS erreeRemete ectee Pereo‘e emr par les autorités chinoises, il est devenu un héros national au prix de sa vie. Comment peut-on dire qu’on ne sait pas, quand Agnès Buzin, l’ex-ministre de la santé, indique avoir alerté le gouvernement  : « Le 11 janvier, j’ai envoyé un message au président sur la situation. Le 30 janvier, j’ai averti Édouard Philippe que les élections ne pourraient sans doute pas se tenir. Je rongeais mon frein ». Pendant ce temps, le Royaume-Uni a déjà averti Pékin que la Chine aurait à répondre de l’apparition du virus. Les autorités britanniques se demandent pourquoi il n’a pas été stoppé plus tôt, pourquoi la Chine a dissimulé et menti sur la gravité de l’épidémie, et surtout sa létalité. La France aura-t-elle le courage de nos voisins d’Outre-Manche ? Pas sûr ! Au-delà des mensonges chinois, l’impréparation de la France face à crise sanitaire inédite, mais prévisible, pose une terrible question  : Pourquoi la France n’était-elle pas prête en termes de santé publique (lits médicalisés, réanimateurs, respirateurs insuffisants, masques, blouses, gants, gel hydroalcoolique inexistants, médicaments insuffisants, mise à contribution trop tardive des cliniques et des CONFINÉS évilemee 1905-re QUAND ON'Peee PASil eooteR ambulanciers privés, débat surréaliste avec le professeur Raoult, agissements regrettables des laboratoires pharmaceutiques, soutenus à longueur d’antenne par des intervenants et des pseudo-experts complices et rémunérés dans les médias télévisés) ? Oserons-nous demander des comptes à la Chine ? Personne n’y croit ? Bernard BERTUCCO VAN DAMME la gazette iVd f rée NO05 ADRONT FA Directeur de la publication Gilles Carvoyeur redaction@presseagence.fr Secrétaire de rédaction Marie Bruel redactionlalonde@presseagence.fr Chef de studio Laurent Monition lographic@wanadoo.fr Consultant juridique Morgan Maginot, avocat au barreau de Toulon contact@mdmaginot-avocat.fr Régie publicitaire 06 37 37 21 21 Prix au numéro  : 1 € Éditeur et responsable de la publication ADIM - BP 06 - 83250 La Londe-Les-Maures Dépot légal en cours Impression La Provence - tiré à 10 000 exemplaires...7-.e"Ab..
#sauvonsnosproducteurs erfocaÎtficrcuitcour Stock #Comptegea Actualités 3 Covid-19 Patrick Carrasco  : « Sauvons nos producteurs locaux » ! Une initiative solidaire, à destination des producteurs locaux français, est portée par la start-up NosRezo et la Ville de Carqueiranne. Cette période très particulière est aussi l’occasion de voir de belles initiatives émerger. Constatant le désarroi des producteurs locaux, qui sont privés de débouchés pour leurs produits et ainsi obligés d’en faire don ou de les détruire, Karim Ouali a décidé de mettre toute la force de sa start-up à leur service. À ce jour, cette aide concrète a permis à de nombreux producteurs locaux, inscrits dans ce dispositif, d’écouler leurs stocks. DEUX OBJECTIFS « NosRezo, le plus grand réseau d’apporteurs d’affaires d’Europe, avec plus de 250 000 personnes, a lancé à l’échelle nationale l’opération #sauvonsnoproducteurs. Celle-ci consiste à offrir un compte sur notre plateforme et également à construire une vitrine web, sans limite de temps, afin que tout le monde puisse voir les produits proposés par le professionnel et les partager, le format s’adaptant à l’ordinateur et au téléphone », détaille le jeune homme. Avec un double objectif. D’une part, consommer local, puis aider les producteurs à trouver des débouchés. « Persuadés de l’utilité d’un tel dispositif afin de venir en aide aux producteurs locaux, la Ville de Carqueiranne s’est associée à NosRezo. Nous avons le devoir d’être novateur pour venir en aide à nos producteurs qui traversent une Post-Covid-19 François de Canson  : « Un plan Marshall de reconquête pour le tourisme » Alors que l’épidémie impacte fortement l’économie mondiale, le secteur du tourisme est confronté à une situation inédite. Aussi, le Comité Régional de Tourisme et ses partenaires travaillent à un plan de relance ambitieux pour le tourisme, pilier de l’économie régionale, pour préparer « l’après ». « Face à cette crise sans précédent, nous devions répondre avec détermination et sens du collectif. Aussi, j’ai souhaité ajouter un budget complémentaire de 2,6 millions d’ € pour la relance de l’économie touristique. Grâce aux aides mobilisées par la Région et au travail fédérateur du CRT auprès des collectivités partenaires, nous avons une première réponse pour envisager l’après-crise », a annoncé Renaud Muselier, président de la Région. « Pour faire face à l’onde de choc, le CRT et ses partenaires travaillent à un plan Marshall de reconquête. Son objectif est clair  : se concentrer, à court terme, sur la clientèle française. Nous redéployerons dans un second temps nos actions à destination des clientèles européennes et internationales, au gré des réouvertures des marchés », ajoutait François de Canson, président du CRT. SITUATION INÉDITE À l’heure actuelle, il est difficile de quantifier l’impact de l’épidémie et des mesures période difficile. Il s’agit aussi d’un nouveau service proposé au consommateur, notamment carqueirannais, afin de l’aider à consommer local. C’est pourquoi nous sommes fiers que notre ville soit pilote de ce dispositif d’envergure nationale », ajoute Patrick Carrasco, adjoint au maire. de confinement sur l’économie touristique en Provence-Alpes-Côte d’Azur. « Nous sommes parmi les régions les plus impactées avec Paris Île-de-France car nous représentons la 2ème région française la plus prisée par la clientèle internationale, la plus rémunératrice pour le tourisme, la 2ème région française pour le tourisme d’affaires et de congrès. Cette filière, qui offre peu de solutions de report, va enregistrer des pertes nettes », analyse François de Canson. Il ajoute  : « Le plan d’urgence, de solidarité et de relance est à la hauteur du choc auquel est confrontée l’économie touristique de notre région. Les montants qui lui sont alloués témoignent de la considération portée au secteur du tourisme, poids lourd de l’économie de la région Sud ». PLAN DE RECONQUÊTE Face à une situation d’une telle ampleur, l’anticipation est donc la clé. C’est pourquoi, le CRT et ses partenaires étudient de nouvelles pistes d’actions, à court et moyen termes. « À court terme, le CRT et ses partenaires ont fait le choix de miser sur la clientèle française et PAGE WEB ET PLATEFORME Lancée depuis 15 jours, l’application intègre en moyenne 15 producteurs/jour, soit pour l’instant 200 environ dans toute la France. « Notre cœur de métier est de mettre en relation tous les corps de métiers avec une clientèle potentielle. Nous avons mis 6 ans à construire cette expertise. Aujourd’hui, elle nous permet de développer une offre spécifique pour les producteurs locaux. En offrant l’accès gratuit à vie à notre application, le coût variant normalement entre 19 et 39 € /mois, et en créant gratuitement une vitrine Web, nous aidons nos producteurs à écouler leurs stocks tout en développant le circuit court », conclut le jeune chef d’entreprise. À NOTER... Si vous souhaitez prendre part à ce dispositif, merci de prendre contact avec Virginie CADENE (06 45 59 65 43) ou Florian FIMBEL (06 62 62 56 20) et par mail  : virginie@nosrezo.com ou florian.fimbel@carqueiranne.fr infrarégionale. Une campagne de communication offensive, inédite et effective, dès la fin du confinement, sera déployée au niveau national. Dans un second temps, des actions de promotion de la destination à l’international seront réamorcées. Celles-ci seront décidées en fonction de la réouverture des marchés. La clientèle internationale, notamment allemande, sera aussi captée par les campagnes initialement prévues au début du printemps, mais reportées et adaptées au nouveau contexte », détaille le président du CRT. Depuis l’annonce par l’État, puis par la Région Sud, de mesures économiques de soutien, le CRT, en lien avec le Service Attractivité Tourisme de la Région, réalise un travail de décryptage des dispositifs d’aide auxquels les professionnels du tourisme sont éligibles. « À l’image de ce qui se fait au niveau national, avec le Comité de Filière Tourisme présidé par le secrétaire d’État Jean-Baptiste Lemoyne, j’ai souhaité la création du Comité Régional de Filière Tourisme afin de permettre à toutes les têtes de réseaux et aux grands acteurs institutionnels de croiser leurs informations », annonce François de Canson. Avril 2020 - #107



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :