La Gazette du Var n°103 1er mar 2020
La Gazette du Var n°103 1er mar 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°103 de 1er mar 2020

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 10,6 Mo

  • Dans ce numéro : Jean-Louis Masson, à la conquête de la Garde.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 Métropole Mars 2020 - #103 La Valette-du-Var Thierry Albertini  : « Nous avons redonné de la fierté à La Valette » ! Le 20 février, la salle Valexpo a résonné sous les applaudissements d’un large public conquis par Thierry Albertini, maire de La Valette-du-Var, pour son premier meeting de campagne. Deux réunions publiques ont été programmées avant le premier tour des municipales. La première, ce 20 février, était consacrée au bilan et au programme, avec un accent tout particulier sur l’environnement. Le mardi 3 mars, Thierry Albertini pour son deuxième rendez-vous avec les Valettois se concentrera sur la présentation de sa liste « Ensemble, La Valette ! ». 22 MOIS D’ACTION ! Après un rappel de la situation compliquée pour les maires de France, avec des décisions parfois schizophrènes du gouvernement, comme la loi SRU qui ne prend pas en compte les réalités du terrain, et la baisse drastique des dotations de l’État, Thierry Albertini a détaillé son bilan. Certes un bilan court, 22 mois, mais un bilan fructueux et réaliste  : « J’ai l’honneur et le plaisir d’être votre maire depuis le 23 avril 2018. Mon expérience antérieure, d’élu et d’adjoint, m’a permis d’apprendre, mais pas de décider. Dès mon installation, j’ai recomposé l’équipe et nous avons réalisé un important travail au cours de ces 22 mois. Nous avons donné du dynamisme et de la fierté à La Valette en la rendant toujours plus belle, plus attractive, plus sûre, plus conviviale, et bien gérée. Je souhaite poursuivre mon action et continuer à œuvrer, avec vous et pour vous, durant les six années à venir ». Parmi les nombreuses réalisations énumérées par Thierry Albertini, on peut noter la non augmentation des taux communaux des impôts locaux, malgré la baisse des dotations de l’État, la diminution des tarifs de la restauration scolaire et de la garderie périscolaire, l’augmentation de l’aide municipale aux associations Valettoises. Cela s’est traduit, par exemple par une hausse de 30% au profit des associations sportives et culturelles. REUNION PUBLIQUE JEUDI 20 FEVR ! ER 2020 Thierry ALBERTINI 2020 Ensemble, La Valette ! 7 POLICIERS MUNICIPAUX SUPPLEMENTAIRES Le bilan concerne également l’embauche de sept policiers municipaux pour un effectif total de 20 qui permet un meilleur quadrillage de la ville et la mise place de patrouilles de nuit. Il faut ajouter la création du centre de surveillance urbaine, couplé avec la vidéo protection en cours d’installation. Ainsi, déjà cinq caméras sont opérationnelles sur les dix-sept prévues dans la première tranche. En termes de mobilité, le maire a souligné la création de parcours vélos et piétons sécurisés. Cela s’est concrétisé par la mise en place d’une commission « Déplacements Doux », composée de Valettoises et Valettois, pour créer, améliorer et sécuriser les déplacements piétons et vélos dans la commune. Il s’est également félicité de la création du parc de la Baume (6 000m2 de jardin public en centreville), de la végétalisation de la place Jean Jaurès avec l’installation d’îlots, composés d’arbres et de bancs, ainsi qu’un alignement d’arbres en pot tout autour de la place. Dans le domaine du sport, l’élu a fait état d’une étude de la réhabilitation du Stade Segond et de la rénovation et la mise en sécurité de l’Espace Albert Camus, ainsi que de la climatisation de la salle Pierre Bel. De nombreux travaux ont concerné la réhabilitation et la réfection des bâtiments municipaux, des voiries et des espaces verts. Au niveau du commerce, la commune a engagé l’amélioration des façades et devantures des commerces avec une aide financière de la Ville, dans le cadre d’une Charte urbaine. Sans oublier les nombreuses animations organisées avec les commerçants (Festival Cuisine du Sud et la création d’un festival des associations dès 2018). Enfin, la commune s’est dotée d’une nouvelle Maison de la Petite Enfance « Les Magnolias » tandis qu’elle a engagé des actions au niveau de la restauration scolaire (Zéro bisphénol) dans les contenants et la mise en place hebdomadaire de repas issus de la culture biologique et végétariens. COEUR DU PROJET  : L’ENVIRONNEMENT Au-delà d’un bilan et du grand projet de rénovation des écoles de la commune, le maire a développé l’axe majeur de son programme, à savoir le cadre de vie des Valettois  : « L’enjeu de la protection de l’environnement et de la qualité de l’air, qui s’était installé à l’arrière-plan du débat politique depuis 10 ou 20 ans, est passé au premier plan. Le maire se doit de protéger l’environnement et la qualité de vie de ses concitoyens. Je suis conscient de cet enjeu et je l’ai prouvé par mon action. J’ai été l’artisan du classement du massif du Coudon en site protégé qui représente 50% du territoire de la Ville de la Valette. J’ai aménagé un parc de 6 000 m2 en centreville, créé des circuits sécurisés piétons-vélos, végétalisé la place Jaurès, lancé des études d’amélioration de la circulation du Nord au Sud de La Valette ainsi que sur l’ensemble de la zone commerciale, pour pouvoir fluidifier et limiter le trafic automobile. Il faut continuer à œuvrer et pour cela, je vous fais 15 propositions (voir notre encadré) pour améliorer la qualité de notre air, lutter contre une circulation trop dense et protéger notre environnement. Ces actions dépassent le cadre communal pour certaines, mais avec une connaissance fine du tissu local et de notre problématique, nous sommes capables de fédérer les initiatives, tant au niveau de la Métropole qu’à un niveau beaucoup plus large. La plupart de ces mesures vont permettre d’améliorer très rapidement la situation. Pendant la durée des travaux de la mise à deux fois trois voies de l’autoroute, de 2012 à 2024, nous pourrons régler les problèmes de circulation et de façon pérenne ». Texte et photo Grégory VUYLSTEKER 15 PROPOSITONS POUR LE CADRE DE VIE Favoriser le co-voiturage, Améliorer l’offre des transports en commun, Développer les modes de déplacements doux, Augmentation de la végétalisation de la ville pour apporter de la fraîcheur et une meilleure qualité de l’air, Amélioration de la qualité de l’air à l’intérieur des bâtiments publics, Zéro produits phytosanitaires dans l’entretien des voiries et des espaces verts. Obtenir la labellisation Zéro phyto, Dépollution de l’écoulement des eaux de pluies sur les surfaces de parkings extérieurs, Améliorer la qualité des eaux, Faciliter l’utilisation des véhicules propres, Réduction de la consommation d’énergie afin de réduire l’empreinte carbone des bâtiments et des véhicules publics, Diminution des déchets et incitation au tri sélectif, Promotion des circuits courts et de l’agriculture raisonnée, Lutte contre les événements climatiques (inondation, sécheresse), Lutte contre la vitesse, le bruit et le nombre de véhicules à moteur en centre-ville, Amélioration de la circulation de la zone tertiaire et commerciale de La Valette.
Métropole La Garde Jean-Louis Masson  : « Je ressens un grand besoin de protection de la part de nos concitoyens » Dans le cadre de la prochaine élection municipale des 15 et 22 mars prochains, le 5 mars à 19 heures, Jean-Louis Masson donne rendez-vous à tous ses supporters pour un grand meeting de campagne, à la salle Gérard Philipe. Au cours du prochain mandat, Jean- Louis Masson entend poursuivre la politique environnementale menée depuis 20 ans dans la commune, développer la police de sécurité du quotidien, ouvrir une maison de santé et démocratiser la culture, en menant une politique culturelle en lien avec la Métropole. À la tête de la liste « La Garde, ensemble pour chacun et pour tous », Jean-Louis Masson affiche une détermination sans faille, et se montre confiant dans la dernière ligne droite avant le rendez-vous du 1er tour de l’élection municipale. Il répond aux questions de La Gazette du Var. Comment abordez-vous ces 15 jours avant le 1er tour ? Jean-Louis MASSON. Tout d’abord, je souhaite remercier tous ceux qui m’accompagnent dans ma vie politique depuis 20 ans et qui me sont d’une loyauté parfaite. Avec eux, j’ai contribué à l’essor de la ville de La Garde. Cette ville que Maurice Delplace s’était attaché à développer. Aujourd’hui, dans la droite ligne de ce qui a été fait ces vingt dernières années, je m’attache à toujours développer la ville avec de nouveaux projets, pour qu’elle reste une ville phare du département. Je souhaite également saluer ceux qui ont rejoint mon équipe et qui participent au renouvellement de ma liste. En effet, de l’équipe de 2001, nous ne sommes plus que trois à savoir Hélène Bill, Franck Chouquet et moi-même. Je veux remercier ceux qui m’ont accompagné durant les mandats de 2001 et 2014 et saluer l’engagement politique de ceux qui sont à mes côtés pour ce nouveau combat. Je constate qu’il y a parmi notre liste des jeunes voire des très jeunes candidats, ce qui me touche particulièrement. Cela démontre également que le projet que nous défendons est moderne. Que ressentez-vous en allant à la rencontre de vos électeurs ? JLM. Je ressens de la part de nos concitoyens un grand besoin de protection. Nos concitoyens sont inquiets vis à vis de la politique conduite par Emmanuel Macron. Je ressens un besoin d’un retour aux certitudes locales sur lesquelles nos concitoyens peuvent s’appuyer. Je constate beaucoup d’amateurisme au niveau du gouvernement ou des parlementaires de la majorité. C’est pour cela que les électeurs réclament de la sécurité au plan local. C’est d’ailleurs la qualité et la solidité de notre programme qui les rassurent. Que de chemin parcouru depuis 2002 ? JLM. En effet. Et, c’est pourquoi je souhaite remercier le soutien indéfectible d’Hubert Falco, avec qui nous avons construit la Métropole. Aujourd’hui, une commune ne peut plus se résumer à elle-même. Elle ne peut se développer qu’en prenant en compte le bassin de vie dans laquelle elle se trouve. C’est ainsi que notre Métropole est devenue la 14ème Métropole de France ! Tant que je serai maire, le parking Gérard Philipe restera gratuit Les personnalités qui m’accompagnent dans cette élection municipale sont convaincues du bien fondé de notre démarche. À ce titre, je remercie Jean-Pierre Giran, l’ancien député de Hyères, qui a toujours été à mes côtés, à mon écoute et disponible pour m’apporter les conseils dont j’avais besoin après mon élection en tant que député de la 3ème circonscription. Au niveau de la ville, quelle action emblématique retenez-vous ? JLM. Depuis 20 ans, nous avons construit une politique environnementale forte, en ayant recours, bien avant que cela soit à la mode, à la construction de bâtiments innovants et favorisant les énergies renouvelables. Ces 20 dernières années, on n’a cessé de poursuivre cette politique en matière d’environnement à tous les niveaux (tri sélectif, lampe à basse intensité pour l’éclairage public, création de plusieurs parcs urbains dont le dernier en date est le parc Ellouin). Nous avons finalisé le parc nature du Plan, qui sera ouvert au public au début du prochain mandat. Le parc, ce sont 128 hectares d’espaces protégés. Ce dossier a nécessité plus de 16 ans de travail en collaboration avec le Conseil Départemental. Ce parc a toujours reçu le soutien de Marc Giraud, son président. Quels autres exemples encore ? JLM. L’ouverture de la maison Marie Curie qui vient d’accueillir ses premiers résidents, construite en contrebas de la colline du Thouar, un bâtiment à énergie positive qui produit plus d’énergie qu’il n’en consomme ! Dans le domaine environnemental au sens large, nous avons beaucoup d’avance et nous allons continuer avec de nouveaux objectifs  : politique zéro plastique, généralisation du photovoltaïque pour les bâtiments communaux, désimperméabilisation des espaces publics, partout où cela sera possible, préservation des espaces naturels caractéristiques tels que la falaise de Massacran, mise en valeur de l’espace classé du Thouar, etc. Nous souhaitons également sanctuariser les espaces naturels et agricoles au maximum. Que prévoyez-vous en termes de sécurité publique ? JLM. À La Garde, depuis 20 ans, on s’est toujours distingué et d’ailleurs en 2005 nous avons été distingué par le président Chirac pour notre action municipale en matière de sécurité publique. Nous avons procédé à l’installation d’un commissariat de police, et modernisé 9 la police municipale. Nous avons développé la vidéo-protection. Tous ces efforts ont contribué à une forme de paix publique, même si bien sûr, toute la délinquance, notamment la petite délinquance, celle qui empoisonne le plus la vie de nos concitoyens, n’a pas été éradiquée en totalité ! Mais dans ce domaine, nous voulons aller encore plus loin, notamment en renforçant la coopération entre les polices nationale et municipale et tous les acteurs qui concourent à la sécurité, c’est à dire l’Éducation nationale, les bailleurs sociaux, le réseau Mistral et les associations. Nous souhaitons développer la police de sécurité du quotidien en investissant davantage dans le contact avec les citoyens et que notre action soit appropriée par tous. Et tant que je serai maire, le parking Gérard Philipe restera gratuit. Je le dis sur une note d’humour car j’aimerai que les électeurs ne votent pas pour nous que pour cette gratuité ! Quels sont vos autres projets pour la ville ? JLM. Nous souhaitons développer une maison de santé, qui accueillera les professionnels de santé et qui favorisera une mise en réseau de tous les acteurs de la santé (médecins, infirmiers, spécialistes, etc.). Cette maison aura un rôle physique mais aussi virtuel et servira de facilitateur pour les usagers qui pourront ainsi obtenir un rendez-vous avec un médecin. Mais attention, cette maison de santé ne sera pas un dispensaire comme les lieux que nous avons connu dans les années 70. Dans le domaine social, nous allons également ouvrir une nouvelle crèche. En termes d’investissements publics, quels sont les points à retenir ? JLM. Tout d’abord, nous avons un projet de centre culturel à partir de la rénovation et de l’extension du complexe Gérard Philipe. Ces travaux doivent accompagner une politique culturelle plus ouverte et moins élitiste qui s’adressera à un plus grand nombre. Je veux démocratiser la culture, en menant une politique culturelle en lien avec la Métropole. En plus de l’agrandissement de Gérard Philipe, nous allons conserver le théâtre du Rocher pour qu’il puisse accueillir des associations culturelles émergentes. Un maire, c’est aussi un gestionnaire ? JLM. C’est très important de s’attacher avec beaucoup de sérieux aux finances de la commune. En vingt ans, nous avons investi un peu plus de 230 millions d’ € , sans jamais avoir augmenté les taux d’imposition et en réduisant très fortement l’endettement de la commune qui est passé de 30 millions d’ € en 2001 à 5 millions d’ € aujourd’hui ! Quand on dit cela, on suscite parfois la crédulité de nos interlocuteurs ! Surtout quand on connaît le niveau d’endettement abyssal de l’État ! Mais, nous avons réussi cet exercice. Sur ce plan, nous avons été meilleurs que les équipes précédentes. Propos recueillis par Gilles CARVOYEUR Mars 2020 - #103



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :