La Gazette du Var n°103 1er mar 2020
La Gazette du Var n°103 1er mar 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°103 de 1er mar 2020

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 10,6 Mo

  • Dans ce numéro : Jean-Louis Masson, à la conquête de la Garde.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
26 Golfe de Saint-Tropez Cavalaire-sur-Mer Philippe Leonelli  : « Nous voulons imaginer la ville de demain » Déterminé à l’emporter, le maire de Cavalaire souhaite écrire une nouvelle page de cette belle histoire commune, le 15 mars prochain et uniquement le 15 mars ! Philippe Leonelli répond aux questions de La Gazette du Var. Comment abordez-vous ce rendez-vous électoral ? Philippe LEONELLI. Avec toute ma passion, toute mon énergie, tout mon cœur ! Nous ne voulons pas présenter notre bilan et notre projet en faisant de longues tirades soporifiques, fastidieuses, bien politiques et sans relief. Une méthode d’un autre siècle qui, je dois l’avouer a fait son temps ! Et puis, sans vouloir me répéter, c’est cela qui nous ressemble et c’est aussi cela qui nous rassemble ! En deux mots, nous ne voulons pas dresser une liste à la Prévert. Ceux qui aujourd’hui passent leurs journées à nous donner de grandes leçons de morale, de gestion communale ou de probité, sont les mêmes qui ont malmené notre commune et ont conduit les électeurs à les rejeter lourdement en 2014 ! Osons écrire demain, osons écrire l’avenir de Cavalaire ! Alors, comment allez-vous procéder ? PL. Cet avenir de Cavalaire, les électeurs nous l’avaient déjà confié en 2014. C’était une conviction pour certains, un pari pour d’autres ! Et, une forme de rejet de mon prédécesseur pour nombre d’entre vous aussi. Aujourd’hui, les électeurs peuvent juger du travail accompli en 6 années de gestion, rigoureuse et passionnée dans le respect des différences de chacun. L’avenir se construit aujourd’hui. Ce n’est pas un slogan de campagne et ce n’est pas non plus de la science-fiction, encore moins une Arlésienne ! Ma démarche est pragmatique et elle l’a toujours été. J’aime l’action et c’est le moteur de mon équipe. Et, personnellement, comment-êtes-vous ? PL. Tour d’abord, permettez-moi de vous dire que je n’ai pas changé ! J’ai évolué, mûri et j’ai surtout beaucoup appris, aux côtés des agents de la collectivité, qui, à l’instar de notre DGS, ont su m’aiguiller, m’accompagner, à travers la gestion du quotidien de notre ville tout en prévoyant demain et bien plus loin encore ! Si on dit pouvoir changer une fois, on peut changer une deuxième fois et pourquoi pas une troisième fois et voire plus encore ! Dans quelle situation était la ville en 2014 ? PL. En 2014, notre ville était une ville endettée et placée en réseau d’alerte deux mois seulement après notre arrivée aux commandes de la commune ! Une mise en réseau d’alerte qui venait, juste après notre élection, couper d’emblée l’élan de tous nos projets ! Nous nous sommes retroussés les manches et grâce aux agents de la collectivité, nous avons réussi à sortir notre ville de son inexorable et vertigineuse Mars 2020 - #103w chute ! Et aujourd’hui, on vient nous donner des leçons de gestion communale ! Des leçons sur les risques d’endettement de la ville, alors que nous l’avons désendettée d’1 millions d’ € par an depuis 2014 ! Non, ce n’est pas sérieux ! Non, je ne peux pas l’entendre ! Surtout, quand on a laissé la commune dans un tel état ! Et, qu’en est-il de votre programme de 2014 ? PL. En 2014, nous avons proposé un programme ambitieux. Mais nous sommes arrivés au moment où il ne fallait pas ! Car, après avoir constaté l’état des finances, nous avons dû subir une réduction drastique des dotations de l’État qui se sont réduites comme peau de chagrin. Et, ce n’est pas prêt de s’arrêter ! Le premier enjeu était d’économiser, de faire mieux avec moins et encore mieux avec toujours moins. Le second, et je dirais concomitant avec le premier, celui de penser plus loin, plus vite et surtout d’apprendre à gérer différemment en partant d’un point 0, comme si rien n’avait jamais existé avant. Ce fut un beau défi, croyez-moi ! Penser de manière globale, intuitive, inventive et surtout de ne proposer, comme cela avait été fait avant, et comme c’est encore aujourd’hui le cas pour certains, un patchwork programmatique fourre-tout, répondant dans l’instant aux intérêts de l’un ou de l’autre, presque au hasard, sans penser à long terme et à l’intérêt général ! Comment voyez-vous l’avenir de la ville ? PL. Une ville ne s’imagine, ne se gère pas par segments, par couches de population ou en pointillés. Une ville se pense de façon globale avec une vision bien plus large, une vision systémique de son territoire en prenant la hauteur indispensable pour réaliser le bon diagnostic et la bonne feuille de route ! C’est donc votre conception de la fonction de Maire ? PL. En effet. Être Maire, ce n’est pas opposer les uns aux autres. Être Maire, c’est trouver la méthode contraire, qui fait que les personnes puissent travailler ensemble et s’apprécier, se comprendre et s’aimer. Être Maire, ce n’est pas miser sur les craintes, sur les peurs. Être Maire, c’est avoir une vision d’avenir et porter un projet qui doit répondre aux enjeux de demain, après-demain et bien plus loin encore. Car savoir ce que l’on fera dans quelques jours, nous en avons tous une petite idée. Mais pour les 10, 20 ou 30 prochaines années, c’est un exercice bien plus complexe ! Être Maire, c’est préparer aujourd’hui la ville de demain ! Votre projet repose donc sur cette vision ? PL. C’est ce que nous proposons avec le projet du port « Eco Bleu », le projet « Cœur de Ville » et de la Maison de la nature qui répondent à cet objectif simple  : imaginer cette ville de demain. L’imaginer à travers les 3 piliers essentiels et incontournables du développement durable et non pas d’une manière utopique ! Imaginer la ville de demain à travers ces 3 piliers du développement durable que sont l’économie, le social et l’environnement. C’est mettre nos enfants au cœur de ces 3 pôles. Car, l’avenir de notre territoire ce sont, et je le répète, nos enfants, nos petits enfants ! Penser différemment, ce serait manquer de respect à l’avenir. ÉÉ Être Maire, c’est avoir une vision d’avenir et porter un projet qui doit répondre aux enjeux de demain, après-demain et bien plus loin encore. Car savoir ce que l’on fera dans quelques jours, nous en avons tous une petite idée. Penser différemment, ce serait se mentir à nousmêmes et se moquer des habitants. Penser différemment, ce serait pratiquer de la vieille politique d’un autre siècle dont je parlais il y a quelques instants. Enfin penser différemment, ce serait nous conduire inéluctablement vers la désaffection des citoyens et de manière irrémédiable de la fonction d’élu. Comment qualifiez-vous votre opposition ? PL. Je note que les mêmes causes reproduisent les mêmes effets. Mes opposants n’ont su tirer aucune leçon de leurs déconvenues et ils n’ont pas leur place dans la gestion de notre commune. Ils n’ont pas su faire progresser le débat et confronter leurs idées, préférant cracher leur venin car ils n’ont rien à dire ! Ils préfèrent jeter l’opprobre sur ceux qui pensent, sur ceux qui ont une vision progressiste et différente de la leur. Alors, ils insistent, ils dénoncent sans cesse, ils vampirisent, ils jouent sur les craintes et sur les peurs. Ils s’allient sans avoir le moindre dénominateur commun. Ils critiquent, ils vilipendent ! Ils ou elles (à vous de choisir) sont prêts à tout ! Mais de quoi est constituée leur vision ? Ils n’en ont aucune ! Il faut les chasser de nouveau, à jamais et pour toujours !
DÉCOUVREZ NOS RÉSIDENCES POUR DEVENIR PROPRIÉTAIRE if 01% LES NOUVEAUX À COGOLIN ET CAVALAIRE-SUR-MER ! I:CONSTRUCTEURS À COGOLIN, UNE ADRESSE EN COEUR DE VILLAGE DERNIÈRES OPPORTUNITÉS À CAVALAIRE-SUR-MER, VISITEZ NOTRE APPARTEMENT TÉMOIN ÉDEN Une résidence à l'architecture contemporaine qui abrite un espace détente verdoyant avec piscine et solarium Dernières opportunités  : beaux appartements du 3 au 4 pièces Des intérieurs aux prestations de qualité, prolongés de généreux espaces extérieurs Espace de vente  : 348 avenue des alliés - Cavalaire-sur-Mer Du mardi au samedi, de 10h à 13h et de 15h à 19h LIVRAISON JUIN 2020 - DERNIÈRES OPPORTUNITÉS LNC.fr 0 805 405 485 r/Dige Une résidence à taille humaine élevée sur 2 étages à l'architecture provençale Beaux appartements du 2 au 4 pièces duplex prolongés d'espaces extérieurs pour la plupart Une situation idéale proche des commerces, écoles et équipements sportifs Espace de vente  : Rond point de Kock - face Centre Leclerc - Cogolin mardi au samedi de 10h00 à 12h30 et de 14h00 à 18h30. Le jeudi le bureau est ouvert uniquement sur rendez-vous 5CI1762 - Cavalaire Sur Mer avenue Pierre Rameil - 812 900 942 00028 Rcs Antibes - SCI 2196 Cogolin - De Lattre de Tassigny 813 390 689 00012 RCS Nanterre - Les Nouveaux Constructeurs 50 Route de la Reine - 92100 Boulogne-Billancourt. Illustrations non contractuelles à caractère d'ambiance. Document non contractuel à caractère publicitaire -02/2020. VECTO_PRESSE_GAZETTE_VAR_MARS 2020 - 210x270.indd 1 24/02/2020 11:53:02



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :